SERVICE DES EXAMENS DE LANGUE FRANCAISE RÉSERVES AUX ÉTUDIANTS ÉTRANGERS
8 pages
Français

SERVICE DES EXAMENS DE LANGUE FRANCAISE RÉSERVES AUX ÉTUDIANTS ÉTRANGERS

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
8 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Niveau: Secondaire, Collège, Troisième

  • dissertation


SERVICE DES EXAMENS DE LANGUE FRANCAISE RÉSERVES AUX ÉTUDIANTS ÉTRANGERS CENTRE DE PARIS - SESSION DU 23 ET 24 OCTOBRE 2009 D I P L Ô M E S U P ÉR I E U R D'ÉT U D E S F R A N Ç A I S E S 3e degré - C2++ Résumé Note sur 10 - Durée : 2h30 Vous résumerez ce texte au quart de sa longueur en indiquant le nombre de mots que vous aurez utilisés (+ ou - 170 mots, tolérance 10%) : …/… Culture mondiale et cultures nationales L'histoire culturelle du monde dans les cinquante prochaines années risque fort d'être marquée par deux phénomènes en apparence antagonistes : l'émergence d'une culture mondiale et la vitalité des cultures nationales. Avec la multiplication des transports de personnes, avec les progrès fulgurants de la communication de l'information, une culture mondiale est en train de naître sous nos yeux. Elle a sa langue : l'anglais. Elle a ses lieux privilégiés : les aéroports, les grands hôtels, les centres économiques des mégalopoles, les grands laboratoires de recherche, les stades et les hauts lieux du tourisme.

  • analyse du recueil coïncident avec le projet de l'auteur

  • insécurité larvée dans les beaux quartiers de la périphérie

  • quartiers chic de cîté-jardins

  • banlieues chic

  • culture mondiale


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2009
Nombre de lectures 59
Langue Français

Exrait

SERVICE DES EXAMENS DE LANGUE FRANCAISE RÉSERVES AUX ÉTUDIANTS ÉTRANGERSCENTRE DE PARIS - SESSION DU 23 ET 24 OCTOBRE 2009 D I P L ÔM E S U P ÉR I E U R D’ÉT U D E S F R A N ÇA I S E S e 3 degré - C2++ Résumé Note sur 10 - Durée : 2h30 Vous résumerez ce texte au quart de sa longueur en indiquant le nombre de mots que vous aurez utilisés (+ ou - 170 mots, tolérance 10%) :
Culture mondiale et cultures nationales  L’histoire culturelle du monde dans les cinquante prochaines années risque fort d’être marquée par deux phénomènes en apparence antagonistes : l’émergence d’une culture mondiale et la vitalité des cultures nationales.  Avec la multiplication des transports de personnes, avec les progrès fulgurants de la communication de l’information, une culture mondiale est en train de naître sous nos yeux. Elle a sa langue : l’anglais. Elle a ses lieux privilégiés : les aéroports, les grands hôtels, les centres économiques des mégalopoles, les grands laboratoires de recherche, les stades et les hauts lieux du tourisme. Elle a ses acteurs : les grandes agences d’information, des journaux comme leNew York Herald Tribune, quelques maisons d’édition, les producteurs de feuilletons télévisés, l’internationale des scientifiques, les états-majors des multinationales, lestour operators(1), les institutions intergouvernementales, les exploitants des réseaux de télécommunication, les compagnies aériennes. Elle a même sa cuisine : une forme dégradée de la cuisine française…  A cette culture ne participe encore pleinement qu’un faible pourcentage de la population mondiale, mais il s’agit d’une culture fort complexe puisque, d’un côté, grâce aux relais des télévisions et des presses nationales, elle constitue déjà une culture de masse, tandis que de l’autre, grâce à la souplesse des médias modernes, elle réunit des microcultures qui se limitent parfois à quelques dizaines ou quelques centaines de personnes, les spécialistes d’une technique, par exemple répartis de par le monde. Une culture en pleine expansion. Une culture dominante.
…/…
Mais en face d’elle, les cultures nationales affirment leur vitalité. Dans la confrontation ou dans la coexistence. La confrontation ? Elle est surtout le fait des cultures du tiers-monde, ces cultures métissées, fruit de l’union d’un père colonisateur, étranger et brutal, admiré et haï et qu’il a fallu tuer dans l’adolescence des guerres de libération, et de cette mère traditionnelle qu’il a violée et qui est devenue un objet de désillusion et d’amour. Elle peut être violente comme dans le cas de l’Iran etdes intégrismes en tous genres ou comme dans le cas de nombreux pays de l’Amérique latine. Reste la coexistence qui correspond plutôt au cas des pays développés de l’Ouest et de l’Est, les Etats-Unis occupant une place à part à cause de leur rôle majeu dans la genèse de la culture mondiale. Cette coexistence, certains pays comme les pays scandinaves ou l’Allemagne fédérale semblent la vivre sans difficultés majeures. D’autres au contraire, comme la France ou le Japon, lui opposent une résistance explicite ou cachée.  Il y a là pour la société française une question fondamentale, car son avenir – compris dans le domaine économique –dépendra fortement de son aptitude à concilie la vitalité de sa culture et son insertion dans la culture mondiale. Dans quarante ans, moins de 2% de l’humanité parlera le français et le monde n’aura qu’un besoin marginal de la culture française. Les différents pays ne s’ intéresseront que dans la mesure où elle leur sera facilement accessible soit dans leu langue nationale, soit en anglais.Si les élites françaises au sens le plus large – qu’elle soient intellectuelles, économiques ou politiques – refusent de participer à la culture mondiale, elles ne se parleront plus qu’à elles-mêmes, comme c’est déjà le cas pou de larges fractions de certaines professions. Nos scientifiques seront marginalisés dans les congrès. Les techniques de nos ingénieurs n’inspireront plus confiance. Nos commerçants seront désavantagés dans la concurrence internationale. Nos juristes seront exclus du droit des grandes affaires. Nos chefs d‘entreprise ne comprendront pas les évolutions de la demande mondiale. Nos éditeurs devront renoncer à faire traduire la plupart de nos livres.  Pour la vie culturelle française, la participation à la culture mondiale n’est pas une menace mais un stimulant et même une condition de son développement. Elle n’est pas une menace puisque la survie de notre langue n’est pas en jeu. Elle est un stimulant puisque c’est en intériorisant les problèmes du monde que la culture française peut retrouver sa dimension universelle. Elle est une condition du développement puisque nos créations – notamment dans le domaine audiovisuel – ne seront viables que si elles ont accès au marché mondial. Ainsi, apparaissent clairement l’utilité et les limites de la francophonie. Jacques Lesourne,Éducation et société. Les défis de l’an 2000.Éd. La Découverte et journalle Monde, Paris, 1988.(1) les organisateurs de grands voyages touristiques. Nombre de mots : 686 Université Paris-Sorbonne IV – SELFEE - septembre 2009
SERVICE DES EXAMENS DE LANGUE FRANÇAISE RÉSERVÉS AUX ÉTUDIANTS ÉTRANGERS CENTRE DE PARIS - SESSION du 23 et 24 octobre 2009 D I P L ÔS U P ÉR I E U R M E F R A N ÇD’ ÉT U D E S A I S E S ème 3 degré - Paris-Sorbonne C2++ DISSERTATION Note sur 20 – durée : 4h00
BAUDELAIRE,Les Fleurs du Mal. Dans une des préfaces desFleurs du Mal, Charles Baudelaire écrit : « Des poètes illustres s’étaient partagé depuis longtemps les provinces les plus fleuries du domaine poétique. Il m’a paru plaisant, et d’autant plus agréable que la tâche était plus difficile, d’extraire la beauté du Mal ».
Après avoir explicité la phrase de Baudelaire, vous direz en quoi, dans un développement organisé, argumenté et illustré d’exemples empruntés aux Fleurs du Mal,voire à d’autres œuvres de Baudelaire, votre lecture et votre analyse du recueil coïncident avec le projet de l’auteur.
Université Paris IV Sorbonne – SELFEE – septembre 09
SERVICE DES EXAMENS DE LANGUE FRANÇAISE RÉSERVÉS AUX ÉTUDIANTS ÉTRANGERSCENTRE DE PARIS - SESSION 23 et 24 OCTOBRE 2009
D I P L Ô M E S U P ÉR IF R A N Ç A I S E SE U R D’ ÉT U D E S e 3 degré – Paris-Sorbonne C2++
VERSION - ITALIEN (Note sur 10)
 Herminie a tourné à gauche sur la route, s'éloignant de la ville, mais c'est pur hasard, car elle ne connaît guère la topographie des faubourgs et des banlieues, et elle roule aussi vite qu'elle peut, toujours suivie par le phare unique qui brille dans son rétroviseur; elle arrive, sans savoir comment, dans une zone de villas espacées, et comprend qu'elle doit être dans les quartiers chic de Cîté-Jardins ou de Mutuelleville, un labyrinthe d'allées qui serpentent au milieu de frais bosquets, derrière lesquels se cachent les habitations des officiers supérieurs, des grands fonctionnaires, de quelques médecins ou avocats de haut vol. Ces gens, à l'heure qu'il est, ne peuvent rien pour elle, soit qu'ils paradent dans quelque réception, à la Délégation Générale ou ailleurs, soit plutôt qu'ils se claquemurent chez eux dès la nuit tombée; c'est que des excités de tout bord entretiennent, depuis le début de la transition,une insécurité larvée dans les beaux quartiers de la périphérie et se sont fait une spécialité de lancer des cocktails Molotov sur toute voiture de taille supérieure à la normale. Et la normale est au maximum la Simca Aronde, ce qui veut dire qu'à partir de la traction avant Citroën, laquelle du reste est la voiture officielle la plus courante, tout est cible; le soir, les rues de Qalaah Kbirah se vident, et dans les banlieues chic, portes et volets sont barricadés, et l'on n'ouvre surtout pas si quelqu'un heurte à la porte ou tire la sonnette.
Ý Ý
Habib El Berrani,Sirocco sur Qalaah Kbirah, 2005.
Les candidats sont priés de préciser sur leur copie la langue qu’ils ont choisie pour la traduction. Ils doivent donner seulement une traduction d’un mot, d’une expression ou d’une phrase (ne pas proposer deux ou plusieurs traductions). Université Paris IV Sorbonne- SELFEE – octobre 2009
SERVICE DES EXAMENS DE LANGUE FRANÇAISE RÉSERVÉS AUX ÉTUDIANTS ÉTRANGERSCENTRE DE PARIS - SESSION 23 ET 24 OCTOBRE 2009 D I P L Ô M E S U P ÉR I E U R D’ ÉT U D E S F R A N Ç A I S E S3e degré - Paris-Sorbonne C2++THÈME-ITALIEN NOTE SUR10 In una casa di via Oberdan, un uomo gioca assieme a una bambina. E' pomeriggio, è maggio, e la bambina ha chiesto all'uomo di abbassare le tapparelle, così nella stanza, c'è una certa penombra. Alla bambina non piace che entri troppo sole nel suo gioco; alla bambina piace molto invece che di sole ne filtri un poco soltanto tra le stecche della tapparella. Si è sistemata al centro della stanza ed è in ginocchio dentro il recinto che ha fatto con certi pezzi speciali delle costruzioni Lego. Due palmi sopra la sua testa, tre sottili lame di luce giallo canarino tagliano in due la stanza e vanno a spiaccicarsi sulla parete di fronte, dove c'è il mobile del televisore. Illuminata vividamente, la superficie leggermente curva dello schermo riflette la parte della stanza con dentro la bambina e un pezzetto di divano dove è seduto l'uomo. Ogni tanto l'uomo si sporge in avanti per fare capolino sullo schermo, per vedere con suoi occhi che dentro quella stanza c'è anche lui. E' questo il gioco dell'uomo, che per il resto non ha molto da fare. La sua parte è quella di stare a guardare la bambina che gioca. L'uomo ha chiesto molto gentilmente alla bambina: « Gioco anch'io? » e la bambina gli ha risposto: « Siediti lì e stai a guardare. Ma zitto, eh? ». Poi ha aperto le sue due valigette Lego; insieme a lei, dentro il recinto ci sono sei cavallini. Sono cavallini uno diverso dall'altro; ce n'è uno tutto rosa, uno con la criniera e la coda argentate, uno con la stellina d'oro sulla fronte, e così via.
Maurizio Maggiani,E' stata una vertigine, 2002.
Les candidats sont priés de préciser sur leur copie la langue qu’ils ont choisie Ý pour la traduction. Ils doivent donner seulement une traduction d’un mot, d’une expression ou Ý d’une phrase (ne pas proposer deux ou plusieurs traductions).
Université Paris IV Sorbonne – SELFEE - octobre 2009
SERVICE DES EXAMENS DE LANGUE FRANÇAISE RÉSERVÉS AUX ÉTUDIANTS ÉTRANGERS CENTRE D’ATHÈNES - SESSION 29 et 30 SEPTEMBRE 2009
D I P L Ô M E S U P ÉR I E U R D’ ÉT U D E S F R A N Ç A I S E S e 3 degré VERSION GRECQUE et ANGLAISE  Note sur 10 Quand donc la reverrait-il ? Frédéric se désespérait. Mais un soir, vers la fin de novembre, Arnoux lui dit : − « Ma femme est revenue hier, vous savez ! » Le lendemain, à cinq heures, il entrait chez elle. ta par des félicitations à propos de sa mère, dont la maladie avait été si grave. − « Mais non ! Qui vous l’a dit ? » − « Arnoux ! » Elle fit un « ah ! » léger, puis ajouta qu’elle avait eu d’abord des craintes sérieuses, maintenant disparues. Elle se tenait près du feu, dans la bergère de tapisserie. Il était sur le canapé, avec son chapeau entre ses genoux ; et l’entretien fut pénible, elle l’abandonnait à chaque minute ; il ne trouvait pas de joint pour y introduire ses sentiments. Mais comme il se 1 plaignait d’étudier la chicane , elle répliqua : − « Oui…, je conçois…, les affaires… ! » en baissant la figure […] Le crépuscule amassait de l’ombre autour d’eux. Elle se leva ayant une course à faire. Il osa offrir de l’accompagner. On n’y voyait plus ; le temps était froid, et un lourd brouillard, estompant la façade des maisons, puait dans l’air. Frédéric le humait avec délices ; car il sentait à travers la ouate du vêtement la forme de son bras ; et sa main, prise dans un gant à deux boutons, sa petite main qu’il aurait voulu couvrir de baisers, s’appuyait sur sa manche. A cause du pavé glissant, ils oscillaient un peu ; il lui semblait qu’ils étaient tous les deux bercés par le vent, au milieu d’un nuage. Extrait deL’Éducation sentimentalede G. Flaubert, 1869. 1 Chicane : Par dénigrement : le droit, dans ce qu’il peut avoir de procédurier.
Les candidats sont priés de préciser sur leur copie la langue qu’ils ont choisie pour la traduction. Ý Ils doivent donner seulement une traduction d’un mot, d’une expression ou d’une phrase (ne pas Ý proposer deux ou plusieurs traductions).
Université Paris IV Sorbonne – SELFEE – septembre 2009
Page2 sur 8
SERVICE DES EXAMENS DE LANGUE FRANÇAISE RÉSERVÉS AUX ÉTUDIANTS ÉTRANGERSCENTRE D’ATHÈNES - SESSION 29 et 30 SEPTEMBRE 2009 D I P L Ô M ES U P ÉR I E U R D’ ÉT U D E S F R A N Ç A I S E S e 3 degré  THÈME- GRECNote sur 10ΣτηΒαβυλώνα...Μέραβαρειάτουκαλοκαιριού.Οήλιοςναπυρώνειτογυµνότοπίοκιηπίσσαπουδένειταθλιβεράερείπιακαιτιςβασιλικέςµνήµεςστηνέρηµη,νεκρήπολιτείαναλιώνει.Στέκοµαιεξουδετερωµένοςστοχώροπουµιαεπιγραφήεξηγείσανκοροϊδευτικά,πωςεδώβρίσκοντανοιφηµησµένοι «κρεµαστοίκήποι»,ένααπόταεφτάθαύµατατουκόσµου.Κιαπόαυτούςτουςκήπουςναµηναποµένειτίποταπια,µήτεένακλαρίνασκιάζειτηνανελέητηγύµνιατουτοπίου.Δεναντιδρώπιαστηνκόλασητηςζέστης.Έχωγείρεισέναπέτρινοαποµεινάρικαινιώθωεξουδετερωµένος.Πιοπέραοφύλακαςτουαρχαιολογικούχώρουδιπλωµένοςσταερείπιατηςβασιλικήςκλίµακαςέχειαποκοιµηθείσανεκρωµένος.Αγωνίζοµαιναταξινοµήσωτιςεντυπώσεις,τιςεικόνες.Μάταια!Ηκάψαγίνεταιπιοβαρειάκαθώςπέφτειτοµεσηµέρι,ηεξουδετέρωσηπιοαπόλοιτη.Ταβλέφαραβαραίνουνανυπόφορα.Κοιτάζωκαιξανακοιτάζωσεµιαρευστήθολούρατηνκραυγαλέαεπιγραφή: −Οικρεµαστοίκήποι!Κατόπιδιπλώνοµαικιεγώσαντογέροφύλακακαιαφήνοµαιστηνµεσηµεριάτικηνάρκη.Είχεσουρουπώσειγιακαλάότανξύπνησα.ΠέρααπότιςφοινικιέςξετυλίγοντανράθυµαοΕυφράτης.ΉµουναµόνοςστηναρχαίαΒαβυλώνα.ΌτανσουρούπωσεπερισσότεροήρθεοΤζελάλ.Μουείπε: −ΕίµαιονυχτερινόςφύλακαςτηςΒαβυλώνας.Ήτανπολύγέρος.Τονρώτησα: −Τιφυλάςεδώ?Ψυχήζώσαδενζυγώνει.Μουαποκρίθηκε: −Ταφαντάσµατα.Είναιγεµάτοςαπόφαντάσµαταοχώρος. −Απόποιόνκινδυνεύουν?Δενµουαπάντησε.ΑπότοΧειρόγραφοτηςΒαβυλώναςτουΝ.Μάτσα Les candidats sont priés de préciser sur leur copie la langue qu’ils ont choisie pour la Ý traduction.  Ils doivent donner seulement une traduction d’un mot, d’une expression ou d’une phrase (ne Ý pas proposer deux ou plusieurs traductions).  Université Paris IV Sorbonne – SELFEE – septembre 09 Page3 sur 8
SERVICE DES EXAMENS DE LANGUE FRANÇAISE RÉSERVÉS AUX ÉTUDIANTS ÉTRANGERSCENTRE D’ATHÈNES - SESSION 29 et 30 SEPTEMBRE 2009 D I P L Ô M E S U P ÉR I E U R D’ ÉT U D E S F R A N Ç A I S E S e 3 degré THÈME- ANGLAIS Note sur 10
It is one of the most instructive lessons to be deduced from Alfred's life, to remark that be did not fall into the snares prepared for him by his taste and intellectual talents. Carried but one step further, his love for splendour might have rendered him an oppressive ruler, grinding the faces of his subjects for the purpose of ministering to his rude magnificence. His poetical taste was as likely to have misled him in various ways. When the harp went round at a festival, the horn of mead or metheglin circulated quite as freely, and the song of the Nortbmen often became the pretext for intoxication or worse vices. In like manner, the king's great affection for "book latin" might, if unwisely indulged, have in-duced him to neglect the needful toils of his station, for the baneful luxury of idle study. But Alfred really and truly sought Wisdom from her only source ; and her varied gifts were employed by him in strict and conscientious furtherance of the duties which he was bound to perform.The first and most imperative of these duties, he well knew to be the establishment of good laws, and the administration of justice. Ethelbert bad reduced the traditionary legal customs of the Kentish Jutes into writing. Ina, a king of Wessex, Offa, of Mercia, and other Anglo-Saxon monarchs, bad also from time to time promulgated their " Dooms " or Judgments, which they established, fixing definite rules and regulations in the place of uncertain usage. Sir Francis PALGRAVE (1788-1861),History of the Anglo-Saxons,1831.
 Les candidats sont priés de préciser sur leur copie la langue qu’ils ont choisie pour la Ý traduction.  Ils doivent donner seulement une traduction d’un mot, d’une expression ou d’une phrase (ne Ý pas proposer deux ou plusieurs traductions).
Universite Paris IV Sorbonne – SELFEE – septembre 09
Page4 sur 8
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents