Les dynamiques de la Mondialisation

Les dynamiques de la Mondialisation

-

Documents
110 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Bonjour,
A travers ces 100 pages j'ai tenté de faire apparaître une analyse complète sur les dynamiques de la Mondialisation en combinant différents domaines : historique, philosophique et économique.
Cordialement

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 21 octobre 2018
Nombre de visites sur la page 3
Langue Français
Signaler un problème
CH 1 : LA DYNAMIQUE DE LA MONDIALISATION ÉCONOMIQUE
I. L’OUVERTURE DES ECONOMIES DEPUIS LE 19ème
INTRO : LA MONDIALISATION DÉJÀ PRÉSENTE AU 19ÈME
ème La mondialisation n’est pas une invention du 20 , c’est un processus de longue durée qui remonte loin dans le temps car déjà au moyen-âge il y avait ème ème un marché mondial des épices, au 16 métaux précieux, au 18 marché ème mondiale du coton (Inde), commerce triangulaire jusqu’au 19 .
ème Cpd jusqu’au 19 , ça n’était qu’une amorce de mondialisation car les échanges ne concernaient qu’un nombre limité de pays, de denrées, de métaux ème précieux. Le processus va s’accélérer au long du 19 et on peut trouver des ressemblances avec les évolutions actuelles : l’essor rapide du commerce international, une croissance encore + rapide des mouvements de K, ème phénomène d’émigration (în 19 , 50M d’européens partent vers l’Amérique). ème A la în du 19 , on a une économie mondiale intégrée avec un centre dominateur (MARX), lesgrandes puissances industrielles d’Europe occidentale, une périphérie dominée, de vastes zones sous inuence (Am latine, Russie, Chine), des chalangeurs dynamiques (Japon).
Rq : Mondialisation : B, S, K, hommes. LE : B et S.
On commence à percevoir la mondialisation au moment de la grande dépression (1873 – 1896). C’est le moment où l’on voit apparaitre les blés des pays étrangers qui vont entrainer une baisse des prix et donc une baisse des revenus pour les paysans. On commence à comprendre que si ça dégrade, c’est parce qu’il y a du blé étranger. On prend conscience d’une interdépendance des économies (cf ajd la Chine avec l’acier). Le sort des économies nationales peut être lié à des évènement qui se passent très loin. C’est la première mondialisation selon S. BERGER :Notre première mondialisation2003
1
A : L’ÉVO DES ÉCHANGES DE B ET S DES MVTS DES FACTEURS DE P° ET DES POLITIQUES COMMERCIALES AU 19ÈME
1 : L’évolution des échanges de B et S et des mouvements des facteurs de production
a) L’évolution du commerce international
i. Evolution du volume des échanges
Echanges de B + Echanges de services
De 1800 à 1913, le volume du commerce international est multiplié par 50 (KUZNETS), on peut donc dire qu’on assiste à une véritable explosion du commerce international. Phase A du KONDRATIEF : accroissement du rythme des échanges, phase B : inverse. Pdt les périodes protectionnistes, les ème ème échanges ne reculent pas (cf în du 19 – début 20 ils s’intensiîent même).
X+M Taux d’ouverture = : La conséquence est qu’il sera bcp plus élevé à la 2.PIB în qu’au début de période. ème ème P. BAIROCH : taux d’ouverture : début du 19 : 2%, în 19 : 14-15%. Disparité: RU: 18-19%.
Taux de couverture = X / M
Les termes de l’échange : Indice des Te = (indice prix X / indices prix M) * 100 . LesPEDsont perdants car il y a eu dégradation des termes de l’échange.
Les causes de cette explosion du commerce internationale sont :
-
-
La RI : Le besoin d’échanger est de plus en plus prégnant : besoins de matièrespremières et de débouchés. La révolution des transports, des communications (révolution ferroviaire à partir de 1830 et révolution maritime à partir de 1850). Cela entraine une baisse du cout de transport et donc de production. Des nouveaux ux commerciaux vont se développer : régionaux avec les chemins de fers et intercontinentaux avec les bateaux. On voit arriver le blé américain, la viande argentine.
A la în de la période, on assiste à une convergence des prix, signe d’une mondialisation. Cela va accélérer la DIT : il faut s’aligner sur les prix des autres -> nécessité d’être plus compétitif.
2
ii. Evolution de la structure des échanges
* Structure par produits
2/3 produits primaires, 1/3 produits manufacturés
* Structure par pays
ème CommentqualiîerlaDITau19siècle? Est- elle conforme au modèle delaDITtraditionnelle?
La DIT traditionnelle :PDEMexportent produits manufacturés vers les Sud et les Suddes produits primaires vers les PDEM. La DIT traditionnelle représente 20% ème du commerce mondiale au 19 .
En eet il y a une polarisation des échanges sur lespays dvlpés: les pays dvlpés échangent entre eux. 40% du commerce mondiale est un commerce intra-européen. Ils échangent produits manufacturés mais également primaires. 40% des X françaises sont des produits primaires.
La première zone commerciale au monde est l’Europe. Elle vend des produits manufacturés et des matières premières et achète des produits bruts
Caractéristiquesparpays:
n°1 :RUsi sa part de marché baisse : 25% -> 17% 1913 car même All EU et Jpnconnaissent des échanges qui aug rapidement en în de période.RU: déîcit de la balance commerciale. Ils importent des matières premières, des denrées alimentaires et exportent des produits manufacturés. 30-40% du commerce se fait au sein de l’empire. Ils vont compenser ce déîcit par la balance de services, notamment les R des facteurs de production. Ils ont eectué bcp de placements à l’étranger. Ils reçoivent intérêts et dividendes. Les devises rentrent de façon plus importante qu’elles ne sortent.
n°2 :Allemagne(1913) 12,5% du commerce mondiale. Le rattrapage se fait à nde la toute în de la période. L’Allemagne est un des moteurs de la 2 RI, ils ont mis en place une politique de dumping (on vend moins cher à l’extérieur que sur le commerce national), connaissance du gout des clients. L’All importe bcp de matières premières. Elle est en déîcit commercial compensé par les revenus des capitaux. L’Allemagne n’a pas bcp de colonies, elle commerce avec l’Europe.
n°3 :EU10,4% du commerce mondiale. Avant 1875 lesEUdéîcitaires sont après 1875 ils sont excédentaires et le resteront jusqu’en 1971, ce qui entrainera la în de Bretton Wood. Mais la balance des services est déîcitaire car la marine américaine est peu performante et car la balance des revenus est déîcitaire car ils ont reçu des K pour înancer leur croissance qu’ils doivent alors rémunérer. Ils exportent essentiellement des produits agricoles, peu de produits manufacturés, la plupart sont vendus sur le territoire (importance du marché intérieur). Le taux d’ouverture des EU est un des plus faible au monde.
n°4 :Francedu commerce mondiale. Déclin car en 1860 la France était 7,7% ème 2 . On exporte des produits manufacturés et des produits manufacturés, on importe essentiellement des produits primaires. La balance commerciale est
3
déîcitaire à l’exception des années 1850 et 1860. On compense ce déîcit par les excédents de la balance des invisible (services et revenus de capitaux).
n°5 :Japonun commerce très restreint, quasiment équilibré. Il possède est très peu de matières premières. Il importe les matières premières et exporte de la soi
Est-cequonpeutparlerdunemondialisationimpérialiste? Rosa LUXEMBOURG : Le capitaliste se dvlpe, verse des salaires très bas -> crise de débouchés. Ça incite les capitalistes à écouler leur production à l’étranger, d’où la colonisation. Cette ouverture forcée va provoquer une désindustrialisation dans lespays du Sud (Inde, Chine, Maroc, empire Ottoman) et une mauvaise spécialisation dans les produits primaires qui se heurte à une dégradation des termes de l’échange comme l’ont montré PREBISH et SINGER et à une augmentation des inégalités.
ème Exdedésindustrialisation:l’Indea dvlpé une proto-industrie. L’Inde dès le 18 où on fabrique des indiennes (tissus en coton que l’Inde exporte en Europe et ème qui au cours de la seconde moitié du 18 connait une explosion - mode). Les Européensimporter des matières premières pour les transformer en veulent indienne enEurope. C’est le début de la RI : Mécanisation -> baisse des prix. L’Indene peut plus exporter et leRUva exporter en Inde à un prix bcp plus bas les indiennes, de sorte que la productionindienneà partir de 1830 est aaiblie.
b) L’essor des mouvements des facteurs de production
i. Les ux migratoires
nde ème 2 moitié du 19 : ux migratoire important qui proviennent d’Europe : Irlande, RU, All, Scandinavies puis pays méditerranéens. Entre 1815 et 1915 50M de personnes quittent l’Europe et les 2/3 se dirigent vers les EU les autres vers l’Am latine, le Canada, l’Australie…
Causes:
- On veut fuir la misère enEurope. Crises récurrentes qui génèrent un sous-emploi agricole. Crise agricole enIrlande. Grande dépression 1873. Transition démographique -> hausse de la population -> baisse des salaires = misère.
- On est persuadé qu’auxEU: meilleures opportunités de on vivra mieux salaire. Au départ c’était vrai mais plus on avance dans le temps, moins c’est vrai. En eet il y a une convergence internationale des salaires.
- Si les départs se poursuivent, c’est parce qu’on a de la famille aux EU. Ça facilite le voyage, on sait où on arrive, il y a des perspectives d’intégration.
- Raisons politique : En Europe certaine pop sont persécutés : Juifs en Russie
ii. Les mouvements de capitaux
ème Très forte croissance des mouvements de K à la în du 19 entre 1870 et 1913 (cf. BERGER). (L’IDE est l’idée d’un contrôle de l’entreprise (10% du K) alors que l’investissement de portefeuille c’est l’idée que ça rapporte). Ces mouvements 4
de capitaux sont des investissements de portefeuille à 80%. Ils viennent a 90% d’Europeoccidentale (France, All, RU).Ils vont dans d’autrespays européens mais aussi dans lespays neufs (EU, Canada, Argentine, Australe, NZ, Russie, Scandinavie)înancent les infrastructures (chemins de fer, ports, mines…) Ils Les grandes banques s’installent dans ces pays et mettent en place un réseau înancier international.
Cettemondialisationînancièreest-elleimpérialiste? En 1916 LENINE considère qu’exporter les capitaux permet d’échapper à la baisse tendancielle des taux de proît. Cette thèse est critiquable car on s’aperçoit qu’il y a une période de forte sortie de K pdt des périodes de forte croissance, quand les taux de proît aug.
ère c) La 1 mondialisation : un phénomène comparable à la mondialisation contemporaine ?
ème FELDSTEIN et HORIOKA : A la în du 19 , il y avait une intégration économique ème plus poussée qu’au cours de la seconde moitié du 20 .
Diérances:
- On n’a pas une mondialisation înancière aussi poussée et pas de titres înanciers aussi complexes des produits înanciers. Ex : produits dérivés qui ème n’étaient pas dvlpés car au 19 siècle il y avait un système de taux de change îxe : étalon or.
- Les mouvements de capitaux ajd sont bcp plus importants qu’à l’époque, notamment des ux à court terme.
- Les ux migratoire : ajd les migrants partent du Sud vers le Sud ou vers le ème Nord. Au 19 l’Europe était émigration ajd lieu d’immigration.
ème - La mondialisation de la în du 19 n’était pas encadrée par les organisations internationales (GATT, FMI, OMC) qui essaient de réguler.
- Ajd quand on parle des ux de K, ça s’inscrit dans une DIPP (Décomposition Internationale du Processus de Production : le processus de production est divisés en plusieurs étapes - pays) très forte
- Ajd centré surl’Asie et l’Amérique
- Ajd l’essentiel du commerce international concerne les produits manufacturés.
2 : L’évolution des politiques commerciales
ème Intro : Le 19 dans une perspective historique
ème ème 16 et 17 : Age d’or du mercantilisme : Il faut accumuler des métaux précieux, c’est ce qui conduit à la richesse des nations. Pour obtenir les métaux précieux il faut avoir un excédent de la balance commerciale.
ème 18 : période de transition :
ème - La première moitié du 18 c’est une politique commerciale liée au mercantilisme. 5
- A partir des années 1760 il y a des changements : les thèses de physiocrates = c’est en favorisant les échanges qu’on a la croissance économique, SMITH 1776 explique l’intérêt du LE qui est une source de croissance économique, traité de commerce entre la France et le RU en 1786 = Traité Eden-Rayneval
Traité Eden-Rayneval : accord de LE entre la France et le RU dans un contexte de fort protectionnisme pour lutter contre la contrebande et donc accroitre les recettes îscales pour l’Etat, réduire les dépenses de surveillance des côtes et pour stimuler les entreprises françaises pendant la RI. Ce traité consiste en une baisse des droits de douanes à 10-12% et suppression des prohibitions. Le Bilan : ce traité va être favorables auxanglaiscela va favoriser le puisque textile anglais et le textile français va être laminé. C’est d’autant plus important que ce traité intervient alors qu’il y a des crises frumentaires. On n’a plus de budget pour se vêtir, le textile est déjà en diïculté. On va assister à un dvlpt des échanges mais cela proîte encore plus auRUqu’à la France. Enîn cela va entrainer une baisse du prix des produits manufacturés, notamment textiles, il y a alors une augmentation du surplus du consommateur (cf graphique). En France on va passer d’un excédent commercial à un déîcit commercial. Il y a une baisse de la contrebande, cela baisse les couts et donc une meilleure allocation des ressources. Mais la période d’application sera assez courte car en 1792 il sera abrogé. 1993 : reprise de la guerre entre les deux pays.
ème - Mais cela ne va pas durer car à la în du 18 il y a un retour au protectionnisme car le Traité de LE montre que signer un pays qui n’ont pas le même niv d’industrialisation a des limites et car il y a des guerres en Europe.
a) Jusqu’aux années 40 : Le protectionnisme est la règle
Causes:
- La montée des nationalismes
- On prend conscience en Europe du retard qu’on a par rapport aux anglais, et donc de l’intérêt de protéger ses industries naissantes.
i. Le RU
ème Le protectionnisme est la norme au cours des premières décennies du 19 au ème RU. Il avait été mis en place au RU à la în du 17 pour des raisons îscales et pour pouvoir obtenir de l’argent pour înancer la guerre.
Exdeprotectionnisme:
- Les actes de navigation 1661 - 1849 : pour commercer avec les anglais, il faut des bateaux anglais.
- Les Corn Laws sont renforcées en 1815 (elles ont été créées en 1436 : si le prix du blé baisse, on ferme les frontières, on interdit l’entrée du blé étranger). Elles vont être réduites en 1828 car on va mettre en place des taxes.
- Les droits de douanes sur les produits manufacturés sont à 37,5%
- Les anglais interdisaient les exportations de machine car on veut limiter le transfert de technologie pour garder l’avantage sur les autres pays. Les ouvriers qualiîés ne sont pas autorisés à aller à l’étranger. 6
- L’impôt sur le revenu est supprimé en 1816 – il y a moins de recette qui entrent dans les caisses de l’Etat. Il faut des droits de douanes pour compenser.
Cependant on assiste à un assouplissement du protectionnisme (HUSKISSON ministre du commerce) : Les ouvriers peuvent quitter le pays 1825 – Certaines prohibitions vont être supprimées – Réforme électorale en 1832 : les gens des villes vont être autorisés à voter qui sont plutôt LE (car bcp d’ouvriers)
ii. La France
Après la în du traité Eden Rayneval la France revient à un protectionnisme plus fort, quelque soient les régimes. Sous forme de prohibition et droits de douanes. Le coton, laine anglais sont interdit, droit de douane de 120% sur le fer et le charbon
iii. L’Allemagne
ème Au début du 19 , l’Allemagne était la confédération germanique, 39 états indépendant protégés les uns des autres par des droits de douanes, c’est un pays très en retard (structure économiques rurale, transport insuïsant). Tout au long du siècle il y aura des progrès considérables notamment dans l’intégration économique avec l’uniîcation de l’Allemagne. LaPrusse qui était coupée en deux. En 1818 elle supprime ses propres douanes intérieures et met en place le TEC (tarif extérieur commun) vis-à-vis de produits étrangers qui souhaiteraient entrer. Cela va servir d’exemple pour l’Allemagne. 1834 : création du Zollverein = union douanière : 36 état suppriment les droits de douane entre eux et mettent en place un TEC assez modéré vis-à-vis des pays extérieurs aux 36 pays. Le Zollverein va devenir une union économique de plus en plus intégré. En faveur du protectionnisme : industriels allemands qui craignaient la concurrence des produits britanniques, d’où le TEC. En faveur du LE : les gros agriculteurs de l’Allemagne de l’Est (les junkers)
QuiincarnecetteréussiteAllemande?
LIST,Système nationale d’économie politiqueest en faveur du 1841, protectionnisme éducateur. La concurrence britannique constitue un danger pour les jeunes industries allemandes. L’état doit protéger les industries naissantes par des tarifs douanier élevés. Ce protectionnisme doit être limité à l’industrie, c’est un protectionnisme modéré parce la concurrence extérieure a un rôle important et temporaire.
F. Von MOTZ, ministre des înances de la Prusse. Il met en place une politique industrielle vigoureuse avec notamment des grands travaux d’infrastructure, les chemins de fer, le Rhin, la création d’écoles techniques.
Se met en place un modèle de développement économique : le modèle de l’industrialisation par substitution aux importations. On copie les pays qui ont de l’avance, on développe une industrie puis on exporte. On retrouvera ce modèle au Japon.
iv. Les EU
LesEUfont le choix du protectionnisme et ce pour tout le siècle
7
A. HAMILTON, ministre des înances de Washington (1789-1795) 1791Report on manufacture, il préconise la mise en place des barrières douanières. C’est la première formulation du protectionnisme éducateur. C’est de L’ISI.
Henry-Charles CAREY est d’abord LE puis se converti au protectionnisme. Le protectionnisme est facteur de croissance éco et le LE est un instrument de domination économiquedes anglais sur le reste du monde
er 1789 : 1 tarif modérément protectionnisme de 7-10% sur les produits manufacturés. Mais lesEUsont éloignés donc il y a déjà des coûts du transport
1816 : Les droits de douane montent à 35. Opposition entre le nord et les Sud. Sud exporte tabac, coton… et est favorable au LE. Le Nord-Est, où se développe l’industrie, ils n’ont pas encore d’avantage comparatifs et veulent se protéger
1816-1846 : renforcement du protectionnisme à 40% avec en 1846 une petite baisse.
v. La Russie
La Russiea du retard. Ils ont besoin de devise pour s’industrialiser. Ils vont devoir exporter, même lorsqu’il y a des famines. Mais l’industrialisation ne se fera pas car pas d’innovation, structures sociales marquées par la féodalité. La Russie reste sans croissance économique
vi. Le Japon
Pays très agricole, très peu de contact avec le reste du monde car ils veulent préserver leur indépendance
b) Des années 40 aux années 80 : la percée du LE
C’est une période pendant laquelle le commerce va progresser plus vite que la production industrielle. Le commerce international va augmenter de 5,5%/an alors que la production augmentera de 4-5%
i. Le rôle précurseur de la GB
Le 15 Mai 1846, le premier ministre R. PEEL engage le pays dans le LE, fait voter la loi qui aboli les corn laws
Pourquoi l’abrogation des corn laws?
- Campagne pour le LE et contre les corn laws. L’anti-corn laws league fondée en 1836 menée par R. COBDEN et J. BRIGHT vont essayer de convaincre l’opinion publique des bienfaits du LE, soutenu par les libéraux, critiqués par les conservateurs qui défendent les propriétaires terriens. Ce lobby est qualiîé de manchestérien car on y trouve les industriels du textile dans la région de Manchester et de Liverpool. Ils vont convaincre les ouvriers que c’est leur intérêt, des bienfaits du LE. Si on supprime le protectionnisme, le prix des produits de subsistance va baisser car le blé étranger va entrer sur le territoire. Cela va entrainer une hausse du PA, du NDV. L’intérêt des industriels : le salaire de subsistance va baisser, l’investissement va augmenter, donc plus de proît et croissance.
8
- Le mouvement chartiste (mouvement ouvrier) va faire pression sur le gouvernement. Il va traduire l’exaspération du monde ouvrier du faut du faible NDV, des crises économiques importantes. Ils savent que les industriels feront baisser les salaires
- La famine de 1845 qui touche notamment l’Irlandeentrainera l’importation de blé pour faire face à la crise de pomme de terre.
- Les idées libres échangistes avancent et petit à petit on est convaincu par les arguments de SMITH, RICARDO…
- LeRU est la première puissance économique, ils n’ont pas peur de la concurrence étrangère, le LE est un moyen de renforcer la place de n°1. C’est l’intérêt du pays n°1 de défendre le LE (EU plus tard, la Chine ajd)
Rq : 1846 : année du suicide de LIST car il avait des problèmes înanciers.
Récapitulatif des dates qui font basculer le RU dans le LE
1842 : R. PEEL réintroduit l’impôt sur le R = nouvelles recettes pour l’Etat, ce qui permet d’abaisser les droits de douane. Il le fera contre l’intérêt de son parti (conservateur), son père était un industriel.
1842 : On autorise l’exportation de machines
1846 : abrogation des Corn laws
1849 : suppression des actes de navigation
1860 : Traité de commerce Cobden Chevalier
A la în de la période (1881) les droits de douane enAngleterrene représentent plus que 6% des importations.
Quels sont les arguments en faveur du LE?
- Baisse du prix du blé, baisse des coûts salariaux, donc hausse des proîts, donc croissance économique.
- Cela va permettre une entrée de matières premières à bas prix donc une baisse des prix dans l’économie
- L’espoir de nouveaux marchés à l’exportation en contrepartie pour les produits manufacturés britanniques
- Elargissement du marché intérieur : Si le prix du blé baisse diminue, si on consomme la même quantité qu’avant, il reste du PA pour acheter d’autres B, notamment des produits manufacturés. On commence déjà à voire une allocation optimale des ressources, les produits manufacturés par le RU.
ii. L’exemple britannique suivi par de nombreux pays
Le LE proîte au RU et les libéraux commencent à convaincre de l’intérêt de la libéralisation des échanges. Ce sont d’abord despetits pays comme la Belgique, les Pays-Bas, le Danemark, ce qui ont un taux d’ouverture qui gagnerait
9
La France: Traité de LEreilCobdCneavehen1860 -> 1880’
La protection douanière enFranceété abaissée progressivement. Elle était a extrême sous Napoléon premier, très élevé sous la restauration, elle commence a baissé sous Louis Philipe, achevée sous Napoléon III. Joseph NYE : l’idée qu’on aurait unFranceforteresse face à unRUouvert n’est pas une réalité historique. Avant même le traité de 1860 les droits de douanes était à 12%, les 2/3 des M libres de taxes en France.
Contexte : Balance commerciale excédentaire. Elle va petit à petit se laisser tenter par les idées libérales (CHEVALIER, SAY, F. BASTIAT). BASTIAT va créer une association pour la libéralisation des échanges.
Les modalités : Il a été rédigé en secret car les industriels étaient contre. Certains qualiîeront cette signature du second coup d’Etat. Pour la France c’est l’abolition des prohibition et abaissement des droits de douanes . On arrive à une moyenne de 15%. Il n’y a plus de discrimination des produits anglais par rapport a ceux des colonies. Pour les anglais : entrée libre des produits français sur le territoire anglais sauf pour les liqueurs et les vins. La France fait le plus de concession
Bilan: Le bilan est complexe, il y a dû pour et du contre et si la croissance est là, est-ce grâce au traité, si au même moment il y a une forte croissance éco dans le monde.
Positif :
- L’évolution du solde de la balance commerciale : jusqu’en 1860 on est excédentaire. En 1861 on a un déîcit commercial de 520 millions. En 1863 le solde commerciale redevient positif. D’autre part il y a la guerre de sécession en 1961 auxEU: on perd des débouchés avec lesEUla baisse des X : La d’où France perd son second marché.
- M. RIST montre qu’il y avait des craintes car à l’époque il y avait des diérences de prix entre les prix français et les prix anglais. Beaucoup craignaient la mort de l’industrie française. RIST montre que ça n’a pas été le cas. Avec ce traité, l’industrie française a subi un choc bienfaisant car ce traité va obliger les E à se défendre, à être compétitives. Ex : nécessité de se moderniser – mécanisation des industries textile, on s’oblige à acheter des matières premières meilleur marché.
- On voit que le commerce international augmente plus vite que le PIB.
- Taux de croissance de l’économie plus élevé sous Napoléon III que sous Louis-Philipe
Négatif :
- M. LEVY-LEBOYER, 1968 : Pendant cette période, on constate qu’il y a une décélération de la croissance industrielle. Est-ce que cette ouverture n’aurait pas ralenti l’industrialisation, car on aurait privilégié l’agriculture (avantage comparatif)
- J-C. ASSELAIN et J. MARCZWESKI : ce LE va être à l’origine de diïcultés
1
0
agricoles, notamment à la în de la période, en raison du LE. Le solde extérieur redevient déîcitaire même s’ils reconnaissent que l’industrie française n’a pas été surclassée.
Les autres pays
Ce traité aura un rôle de catalyseur : il va être suivit par des dizaines de traités du même genre : traité franco-belge, franco-prusse, franco Zollverein, franco-italien …. A partir du moment où tous ces traités sont signés, il y aura une période de LE qui va se dvlper jusqu’aux années 80-90 et qui s’explique notamment par la clause de la nation la plus favorisée (CNF) : tout avantage accordé à un pays doit être accordé aux autres pays.
Exemples : LaRussie1857 commence à libéraliser ses échanges mais elle en est tellement en retard qu’elle doit rester protectionniste. LeJaponen 1854 subi le débarquement desaméricainsl’amiral PERRY. Ils forcent l’entrée des avec ports et obligent les japonais à signer un traité de commerce. C’est un traité inégal car il permet auxaméricainsau d’exporter Japonle et Japon ne pourra pas exporter librement auxEU. Le rattrapage de l’industrie japonaise ne se fera pas à ce moment. Au cours des années 1860 les américains sont copiés parles autres payspour le Japon. En 1868 des samoura réformateurs vont mettre à la tête du pays un empereur Mutsuhito, c’est le début de l’ère meji. Cf rôle de l’Etat (Zaibatsu)
iii. L’exception des EU
LesEU continuent et resteront protectionniste. La guerre de sécession (1861-1864) -> victoire du Nord qui est protectionniste. Vers 1875 les droits de douanes sont de 40 à 50% alors qu’enEuropeon est à 9-12% + L’éloignement des EU – cout du transport.
c) Des années 80 à la première guerre mondiale : Le retour du protectionnisme
i. Le retour du protectionnisme n’empêche pas le commerce extérieur de se développer
L’épisode LE européen ne va pas durer. A partir des années 1880 c’est un contexte de crise : grande dépression. Cela entraine un retour général aux protections douanières sous forme de droits de douanes (pas de prohibition). En moyenne les taux vont monter à 20%. En GB: 0% auPays-Bas: 4%Suisse -Belgique9%Allemagne13%France20%Russie40%.
Pourquoiretourauprotectionnisme?
- On a vu arriver le blé desEU et d’Australiequi va entrainer une baisse des prix de 50% ce qui entraine une baisse des R ag de 50%
- Les diïcultés dans l’ag entrainent une baisse du PA dans les campagnes ce qui entraine une baisse de la demande des produits manufacturés ce qui entraine une baisse du prix des produits manufacturés. Les industriels demandent une protection.
- Pour laFrance, la guerre de 1870 contre l’Allemagneest perdue, on doit verser 11