Madagascar - Code-pénal malgache -mis-à-jour-2005
75 pages
Français

Madagascar - Code-pénal malgache -mis-à-jour-2005

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
75 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

FEHEZANDALANA FAMAIZANA C O D E P E N A L Mis à jour au 31 mars 2005 A partir du 17 juin 1972, Journal officiel n° 841, les textes législatifs et réglementaires sont publiés en version bilingue. AVERTISSEMENT Le Code Pénal, tel qu ’il a été publié au Journal Officiel n° 240 du 7 septembre 1962 pages 1766 et suivantes, résulte des ordonnances :  n° 60-086 du 31 août 1960 (J.O. n°119 du 03.09.60, p. 1729 ;  n° 60-113 du 25 septembre 1960 (J.O. n°125 du 08.10.60, p.1997) ;  n° 60-161 du 3 octobre 1960 (J.O. n°130 du 29.10.60, p.2281) ;  n°62-013 du 10 août 1962 (J.O. n°237 du 18.08.62, p.1619). Il a été, par la suite, modifié par les textes ci-après :  loi n° 66-009 du 5 juillet 1966 (J.O. n°487 du 16.07.66, p.1510) ;  loi n° 68-004 du 2 juillet 1968 (J.O. n°597 du 06.07.68, p.1367) ;  loi n° 69-013 du 16 décembre 1969 (J.O. n°684 du 27.12.69, p.2980) ;  loi n° 70-024 du 23 décembre 1970 (J.O. n°749 du 26.12.70, p.2891) ;  loi n° 71-012 du 30 juin 1971 (J.O. n°780 du 10.07.71, p.1374) ;  ordonnance n° 72-014 du 4 août 1972 (J.O. n° 857 du 09.09.72, p.2145) ;  ordonnance n° 72-024 du 18 septembre 1972 (J.O. n°860 du 30.09.72, p.2324) ;  ordonnance n° 72-051 du 26 décembre 1972 (J.O. n°860 du 27.12.72, p.3503) ;  ordonnance n° 73-039 du 2 août 1973 (J.O. n° 927 du 07.08.73, p.2405) ;  ordonnance n° 74-023 du 21 juin 1974 (J.O. n° 997 du 29.06.74, p.1703 ; Erratum : J.O. n°999 du 13.07.74, p.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 27 avril 2018
Nombre de lectures 65
Langue Français

Exrait

FEHEZANDALANA FAMAIZANA
C O D E P E N A L
Mis à jour au 31 mars 2005
A partir du 17 juin 1972, Journal officiel n° 841,
les textes législatifs et réglementaires sont publiés en version bilingue.
AVERTISSEMENT
Le Code Pénal, tel qu ’il a été publié au Journal Officiel n° 240 du 7 septembre 1962 pages 1766 et
suivantes, résulte des ordonnances :
 n° 60-086 du 31 août 1960 (J.O. n°119 du 03.09.60, p. 1729 ;
 n° 60-113 du 25 septembre 1960 (J.O. n°125 du 08.10.60, p.1997) ;
 n° 60-161 du 3 octobre 1960 (J.O. n°130 du 29.10.60, p.2281) ;
 n°62-013 du 10 août 1962 (J.O. n°237 du 18.08.62, p.1619).
Il a été, par la suite, modifié par les textes ci-après :
 loi n° 66-009 du 5 juillet 1966 (J.O. n°487 du 16.07.66, p.1510) ;
 loi n° 68-004 du 2 juillet 1968 (J.O. n°597 du 06.07.68, p.1367) ;
 loi n° 69-013 du 16 décembre 1969 (J.O. n°684 du 27.12.69, p.2980) ;
 loi n° 70-024 du 23 décembre 1970 (J.O. n°749 du 26.12.70, p.2891) ;
 loi n° 71-012 du 30 juin 1971 (J.O. n°780 du 10.07.71, p.1374) ;
 ordonnance n° 72-014 du 4 août 1972 (J.O. n° 857 du 09.09.72, p.2145) ;
 ordonnance n° 72-024 du 18 septembre 1972 (J.O. n°860 du 30.09.72, p.2324) ;
 ordonnance n° 72-051 du 26 décembre 1972 (J.O. n°860 du 27.12.72, p.3503) ;
 ordonnance n° 73-039 du 2 août 1973 (J.O. n° 927 du 07.08.73, p.2405) ;
 ordonnance n° 74-023 du 21 juin 1974 (J.O. n° 997 du 29.06.74, p.1703 ; Erratum : J.O. n°999 du
13.07.74, p.1869) ;
 ordonnance n° 76-042 du 17 décembre 1976 (J.O. n° 1161 du 25.12.76, p.2999) ;
 ordonnance n° 77-036 du 29 juin 1977 (J.O. n° 1200 du 16.07.77, p.1874) ;
 loi n° 78-039 du 13 juillet 1978 (J.O. n° 1258 du 22.07.78, p.1331) ratifiant après amendement
l ’ordonnance n° 77-051 du 16 septembre 1977 ;
 loi n° 82-013 du 11 juin 1982 (J.O. n° 1499 du 12.06.82, p.1210) ;
 loi n° 84-001 du 12 juin 1984 (J.O. n° 1636 du 07.07.84, p.1408) ratifiant après amendements
l ’ordonnance n° 84-003 du 3 mai 1984 ;
 loi n° 88-029 du 19 décembre 1988 (J.O. n° 1903 du 19.12.88, p.2184, édition spéciale) ;
 loi n° 96-001 du 16 février 1996 (J.O. n° 2356 du 01.04.96, p.954 et 968) ;
 loi n° 96-009 du 9 août 1996 (J.O. n° 2384 du 09.09.96, p.1907).
 loi n° 98-024 du 25 janvier 1999 (J.O. n°2560 du 08.02.99, p.790)
 loi organique n° 2000-014 du 24 août 2000, art. 143/3 (J.O n°2657 du 28.08.00, 2988)
 loi n° 2000-021 du 28 novembre 2000 (J.O. n°2674 du 30.11.00, p. 4240)
 loi n° 2003-042 du 3 septembre 2004, art. 284 (J.O n° 2939 du 8.11.04, p. 4300, édition spéciale)
 loi n° 2004-030 du 9 septembre 2004 (J.O n°2928 du 16.09.04, p.3306, édition spéciale)
 loi n°2004-051 du 28 janvier 2005 (J.O n°2958 du 07.03.05, p.3033)
DISPOSITIONS PRELIMINAIRESArticle premier - L ’infraction que les lois punissent de peines de police est une contravention.
L ’infraction que les lois punissent de peines correctionnelles est un délit.
L ’infraction que les lois punissent d ’une peine afflictive ou infamante est un crime.
Art. 2 - Toute tentative de crime qui aura été manifestée par un commencement d ’ex écution, si elle n ’a pas
été suspendue ou si elle n ’a manqu é son effet que par des circonstances ind épendantes de la volonté de son
auteur, est considérée comme le crime même.
Art. 3 - Les tentatives de d élits ne sont consid érées comme d élits que dans les cas d éterminés par une
disposition spéciale de la loi.
Art. 4 - Nulle contravention, nul d élit, nul crime, ne peuvent être punis de peines qui n ’étaient pas
1prononcées par la loi avant qu ’ils fussent commis ( ).
Art. 5 (Abrogé par Ord. n°60-161 du 03.10.60).
LIVRE PREMIER
DES PEINES EN MATIERE CRIMINELLE
ET CORRECTIONNELLE ET DE LEURS EFFETS
Art. 6 - Les peines en matière criminelle sont ou afflictives et infamantes, ou seulement infamantes.
Art. 7 - Les peines afflictives et infamantes sont :
1° La mort ;
2° Les travaux forcés à perpétuité ;
3° La déportation ;
4° Les travaux forcés à temps ;
5° La détention ;
6° La réclusion.
Art. 8 - Les peines infamantes sont :
1° Le bannissement (Abrogé implicitement du fait de l ’Indépendance) ;
2° La dégradation civique.
Art. 9 - Les peines en matière correctionnelle sont :
1° L ’emprisonnement à temps dans un lieu de correction ;
2° L ’interdiction à temps de certains droits civiques, civils ou de famille ;
3° L ’amende.
Art. 10 - La condamnation aux peines établies par la loi est toujours prononcée sans préjudice des
restitutions et dommages-intérêts qui peuvent être dus aux parties.
Art. 11 (Ord. n°62-013 du 10.08.62 )- L ’interdiction de séjour, l ’amende et la confiscation spéciale, soit du
corps du délit, quand la propriété en appartient au condamné, soit des choses produites par le d élit, soit de
celles qui ont servi ou qui ont été destinées à le commettre, sont des peines communes aux matières
criminelles et correctionnelles.
Dans tous les cas, la confiscation des armes, objets et instruments ayant servià commettre un crime ou un
délit pourra être prononcée.
CHAPITRE PREMIER
DES PEINES EN MATIERE CRIMINELLE
Art. 12 (Ord. n°60-161 du 03.10.60) -Tout condamné à mort sera fusillé.
Art. 13 (Abrogé par Ord.n°62-013 du 10.08.62).
Art. 14 - Les corps des suppliciés seront délivrés à leurs familles, si elles les réclament, à charge par elles de
les faire inhumer sans aucun appareil.
(1) Article 13/4 et 13/5 de la Constitution :
Tsy misy olona azo sazina raha tsy araka ny lal àna Nul ne peut être puni qu ’en vertu d ’une loi promulguée
et publiée antérieurement à la commission de l ’acte navoaka hanan-kery alohan ’ny nanaovana ilay fihetsika
punissable. mahavoasazy.
Nul ne peut être puni deux fois pour le même fait. Tsy misy olona azo sazina indroa noho ny heloka
tokana ihany.Art. 15 (Ord.n°62-013 du 10.08.62)- Les hommes condamn és aux travaux forcés seront employés aux
travaux les plus pénibles.
Art. 16 - Les femmes et les filles condamnées aux travaux forcés n ’y seront employées que dans l ’intérieur
d ’une maison de force
Art. 17 (Ord. n°62-013 du 10.08.62) - La peine de la d éportation consistera à être transporté et à demeurer
à perpétuité dans un lieu déterminé par la loi.
Tant qu ’il n ’aura pas été établi de lieu de déportation, le condamné subira à perpétuité la peine de la
détention dans une maison de force.
Art. 18 (Abrogé par Ord.n°60-161 du 03.10.60)
Art. 19 - La condamnation à la peine des travaux forcés à temps sera prononcée pour cinq ans au moins, et
vingt ans au plus.
Art. 20 - Quiconque aura été condamn é à la détention sera enfermé dans l'une des forteresses, situ ées sur
la territoire de la République, qui auront été déterminées par un décret du Président de la République rendu
dans la forme des règlements d'administration publique.
Il communiquera avec les personnes placées dans l'intérieur du lieu de la d étention ou avec celles du
dehors, conformément aux règlements de police établis par un décret du Président de la République.
La détention ne peut être prononcée pour moins de cinq ans, ni pour plus de vingt ans, sauf le cas pérvu
par l'article 33.
Art. 21 - Tout individu de l'un ou de l'autre sexe, condamné à la peine de la réclusion, sera enfermé dans
une maison de force, et employé à des travaux dont le produit pourra être en partie appliqu é à son profit, ainsi
qu'il sera réglé par le Gouvernement.
La durée de cette peine sera au moins de cinq années, et de dix ans au plus.
Art. 22 (Abrogé par Ord. n°60-161 du 03.10.60)
Art. 23 - La durée de toute peine privative de la libert é compte du jour o ù le condamné est d étenu en vertu
de la condamnation, devenue irrévocable, qui prononce la peine.
Art. 24 - Quand il y aura eu d étentio

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents