//img.uscri.be/pth/ea50713dcdd40fe2684886c9b00b70770a34a726
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

France 2025. Diagnostic stratégique : : B - Groupe 2 - Ressources rares et environnement.

De
75 pages

Aubert (F D'), Bergougnoux (J), Briet (R), Cette (G), Ewald (F), Fitoussi (Jp), Grezes (J), Guyomard (H), Kristoffersen (H), Montmerle (B), Petit (A), Saubot (A), Van Lerberghe (Rm), Zinsou (L). Paris. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0063309

Ajouté le : 01 janvier 2009
Lecture(s) : 0
Signaler un abus
Groupe 2 Ressources rares et environnement
Ressources rares et environnement
Rechercher les voies d un développement durable dans un monde incertain
Président : Jean Bergougnoux Vice-président : Hervé Guyomard
Ce document n’engage ni le gouvernement ni le Centre d’analyse stratégique
Ressources rares et environnement
2.1. Énergie et changement climatique 2.1.1. La maîtrise du changement climatique 2.1.2. L accès aux ressources énergétiques 2.1.3. Les voies et moyens de la transition énergétique 2.1.4. L Europe : un niveau de gouvernance énergétique désormais essentiel 2.1.5. Une politique énergétique française robuste face aux incertitudes mondiales
2.2. L économie des matières premières minérales
s mieux 2.3. Lagriculture française en 2025 : produire en repectant l environnement 2.3.1. Nourrir la planète en 2025 dans le respect du développement durable 2.3.2. Des politiques agricoles, française et européenne, robustes et réactives face aux incertitudes mondiales 2.3.3. Les impacts de l agriculture française sur les ressources rares en 2025 2.3.4. L agriculteur en 2025
2.4. La biodiversité : une richesse indispensable à la vie, menacée par le développement économique
Composition du groupe de travail « Ressources rares et environnement »
Ce document n’engage ni le gouvernement ni le Centre d’analyse stratégique
2
Rechercher les voies d un développement durable dans un monde incertain Groupe « Ressources rares et environnement » présidé par Jean Bergougnoux
Les thèmes abordés dans le cadre du groupe « Ressources rares » (énergie, matières premières non énergétiques, biodiversité, environnement, eau, usage des sols) sont à la fois extrêmement liés et d’une grande diversité. Ils présentent une caractéristique commune : la prégnance d’un contexte mondial sur lequel la France, voire l’Union européenne, n’ont que peu ou pas de prise.
De surcroît, ce contexte mondial est particulièrement incertain et il est bien difficile de dire, compte tenu de la complexité du jeu des acteurs sur la scène mondiale, quelles réponses seront apportées à ces quatre défis majeurs pour l’humanité : le changement climatique ;
la disponibilité des matières premières ; la préservation de la biodiversité ; la faim dans le monde.
Force est donc de considérer la prééminence du contexte mondial comme une donnée de fait et de chercher au sein d’un faisceau de scénarios contrastés les éléments permettant de fonder des politiques robustes face à ce monde incertain.
Quatre thèmes seront abordés successivement :
-l’énergie et le changement climatique ;
-les matières premières non énergétiques ;
-l’agriculture ;
-la biodiversité.
Ce document n’engage ni le gouvernement ni le Centre d’analyse stratégique
3
2.1.
Énergie et changement climatique
Groupe « Ressources rares et environnement » présidé par Jean Bergougnoux
2.1. Énergie et changement climatique 2.1.1. La maîtrise du changement climatique 2.1.2. L accès aux ressources énergétiques 2.1.3. Les voies et moyens de la transition énergétique 2.1.4. L Europe : un niveau de gouvernance énergétique désormais essentiel 2.1.5. Une politique énergétique française robuste face aux incertitudes mondiales
2.2. L économie des matières premières minérales
’ ’ 2.3. L agriculture française en 2025 : produire en respectant mieux l environnement
2.4. La biodiversité : une richesse indispensable à la vie, menacée par le développement économique
Composition du groupe de travail « Ressources rares et environnement »
Ce document n’engage ni le gouvernement ni le Centre d’analyse stratégique
4
2.1.1. La maîtrise du e chang ment climatiqueSi les émissions mondiales de gaz à effet de serre nétaient pas maîtrisées, la température moyenne de la Terre pourrait augmenter d ici la fin du siècle de 4°C, voire de 6°C Groupe « Ressources rares et environnement » présidé par Jean Bergougnoux
Les effets du changement climatique sont déjà mesurables en 2008
Émissions„Accélération  sedsiménoised sES G de CO2OCodr2i en pue, opiqnthr ered ucilraits reièrndes ceseénnagi aneÉvolution de la température moyenne de la Terre par rapport à 1961 GES dans„teneur ee de la ltaomps nEGdS erehècnassiorC l atmosphère
figurent Augmentation„an2  1eses lesnél imrap shcp ul suaeds de d121 1nna  seéinreserè de ladepuis 1850 température Conséquences„Élévation du niveau moyen des mers lenvirosunrn ement„Recul des couvertures glaciaires
la teneur mo e e Évolution de ynn de CO2de l atmosphère de 1800 à 2000 400 ppm
350 ppm
350 ppm
1800
1900
2000
Même dans un scénario vertueux, la température du globe s élèverait de 1,5°C à 3°C en 2100 Fourchette d évolution de teScdéannarciioe l„Élévation probable de la température de l’ordreCOn  eurnetea  erèhpsomtal edure érattemp la edl oi nnotcnef nde4°C à 6°C 10Scénario tendanciel 3°C < T < 6°C „En 2100, une ci8  Scénarioà uneélévationb ldee  dtee mpCé rpaotuurrrea itc oabmopurtiirse6< T C3°C <.1°5euxuevtrrio cénaS vertueuxentre 1,5°C et 3°C4 2 „Les phénomènes climatiques sont extrêmement complexes :0 les modèles deprévision à long terme comportent donc280 480 680 880 desmarges d incertitudequi justifientencore plus de prudence Co équi ncentration de GES (ppm CO2 valent) Sources : GIEC, analyses CAS
Ce document n’engage ni le gouvernement ni le Centre d’analyse stratégique
5
2.1.1. La maîtrise du changement climatique
Le réchauffement climatique pourrait avoir des conséquences désastreuses : des zones entières de la planète seraient gravement menacées
Même limitée à 3°C ou 4°C, une élévation moyenne de la température pourrait avoir des conséquences désastreuses
Élévation du niveau de la mer
Phénomènes climatiques extrêmes
„30 % des zones humides côtières de la planète perdues „Des millions de personnes victimes d’inondations côtières chaque année
„Augmentation générale des phénomènes climatiques extrêmes :cyclones, tempêtes, crues, canicules
„ cole a vitéRéduction de laaux latitud Diminutiondans les zones sepmrio-daruidcteis (baisgsreires de tsenemnd05% d  e sd nas ne et mesenoy des ressourcescertains pays africains dès 2020) à un stress en eau„Exposition de centaines de millions de personnes hydrique accru
Boul„n  de reaupqssoiiRtiiddpirsopgraeristisiovne  ddee sp lruécsi fdsec o3r0a ll%i edness espèces vivantes, eversement de l écosystème„Bouleversement des écosystèmes terrestres et marins incapables de s’adapter à une évolution aussi rapide du climat
„la température de plusieurs degrés pourrait transformerUne augmentation de la biosphère terrestre en une source nette de carbone… „…ce qui pourrait constituer un effet accélérateur du changement climatique
Sources : GIEC 2007, analyses CAS
Groupe « Ressources rares et environnement » présidé par Jean Bergougnoux
Les régions du globe seraient inégalement touchées
Configuration du climat dans lhypothèse d un réchauffement de 2,8°C
„L’Arctique et le nord des continents américain et asiatique seraient les continents où l’élévation de la température serait la plus forte
„l’Asie centrale et du Sud et l’AmériqueL’Afrique, latine pourraient être les régions les plus éprouvées
Ce document n’engage ni le gouvernement ni le Centre d’analyse stratégique
6