L'Impact économique des grandes opérations d'aménagement : rapport final

-

Documents
74 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Etude de l'impact économique au niveau régional et local des grandes opérations d'aménagement (montants substantiels d'investissements publics, en infrastructures et superstructures, concentrés en un moment et un lieu donné auxquels s'ajoutent des investissements privés). En annexe : rapport sur ce sujet présenté à l'OCDE en 1992 et étude du cas de Gerland (Lyon).

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1996
Nombre de visites sur la page 14
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

RÉSUMÉ DE L©ÉTUDE

ANALYSE ET MESURE AU NIVEAU "RÉGIONAL"

LE CAS DE GERLAND

La documentation Française : L'Impact conomique des grandes oprations d'amnagement

LA QUESTION POSÉE PAR LA D.A.E.I.

Leconstat de dpart,par la D.A.E.I., est celui d©une diminution depos
l©engagement, par les collectivits territoriales, de grandes oprations
d©amnagement (G.O.A.). Les G.O.A. peuvent être dfinies de façon cursive comme des
substantiels montants d©investissements publics - en infrastructures et
superstructures concentrs en un moment1 auxquels, par effetet un lieu donns,
d©entraînement, s©ajoutent des investissements privs dans ce même lieu et avec un
dcalage dans le temps relativement court.

L©hypothse est que de telles oprations, être vraimentfaite par la D.A.E.I.
"grandes", gnrent des impacts conomiques positifs qui dpassent dans le
temps et dans l©espace le choc initial qu©elles reprsentent. Il a alors t demand
TETRA de faire le point sur la problmatique ainsi pose :

- Cesimpacts conomiques extrieurs dansultrieurs dans le temps et
l©espacesont-ils avrs ?

- Peut-onmesurer ?ces impacts

_

-

-

LES PRINCIPES DE RÉPONSE APPORTÉS PAR TETRA

La rponse de TETRA s©est dploye deux chelles :

. Une chellergionale -.- pas ncessairement au sens administratif

. Une chellelocale des agglomrations urbaines -.- au sens

Une diffrence d©approche concomitante celle des chelles :

. Quantitative et conomtrique l©chelle rgionale : synthse des
travaux conomtriques.

. Plus qualitative et fonde sur "dires d©experts" l©chelle locale :
analyse de l©opration Gerland Lyon.

Une identification et description du paysage intellectuel correspondant et par
un travail d©valuation proprement dit.

La documentation Française : L'Impact conomique des grandes oprations d'amnagement

À L©ÉCHELLE RÉGIONALE, LES TRAVAUX ONT ÉTÉ NOMBREUX

Les travaux - essentiellement universitaires - relatifs la contribution des
investissements publics sur le dveloppement conomique ont t nombreux dans
les dernires annes.

Ce "acadmique"regain d©intrêtcorrespondait d©intrêtun regain
politique, : au sein de l©O.C.D.E.aux U.S.A., au niveau de l©Union Europenne,
"crise" des infrastructures, dclin de la part des investissements publics dans
le PIB et persistance d©une phase de croissance lente et pauvre en crations
d©emplois composant un cocktail favorable de telles recherches.

Dans le cadre de ce travail ont particulirement t tudis les travaux
amricains, ceux faits dans le cadre de l©O.C.D.E. et les travaux français
- notamment de l©quipe de l©Oeil -.

Les travaux ont non seulement t nombreux, mais aussi fructueux.

LES (DÉPENSES D©)INVESTISSEMENTS PUBLICS ONT
UN IMPACT ÉCONOMIQUE AVÉRÉ

Les rsultats des diffrentes recherches - souvent menes indpendamment les
unes des autres - concordent : la contribution des quipements publics au
dveloppement conomique est avre, et ce d©autant plus qu©elle est
mesurable - par le biais d©estimations conomtriques de fonctions de
production- et mesure :

- Cette contribution productive la croissance se situe dans la fourchette
0,12-0,17. Ou, autrement dit, il s©agit de l©lasticit de la production la
dotation en quipements collectifs.

- La productivit marginale des quipements collectifs est comprise dans
une fourchette de valeurs allant de 20% 30%, taux plutôt levs.

- Ces rsultats s©expliquent par l©impact positif qu©une bonne dotation en
quipements publics a sur les productivits du travail - la main
d©oeuvre - et du capital - investissements privs - des secteurs
conomiques marchands.

La documentation Française : L'Impact conomique des grandes oprations d'amnagement

L©IMPACT ÉCONOMIQUE DES ÉQUIPEMENTS PUBLICS
EST DIFFÉRENCIÉ SELON LES TYPES D©ÉQUIPEMENTS

Les quipements dits de "rseaux" - transports, eau-assainissement - ont une
contribution sur l©efficacit productive de l©conomie nettement suprieure
celle des quipements dits de superstructures - fonctions collectives Éducation,
Culture, Sant-Protection sociale -.

Faut-il en conclure qu©il vaut mieux investir dans le champ dit du gnie
urbain ? Oui et non.

- Oui, parce qu©il est vident que les investissements de transports, par
exemple, diminuent les coûts en même temps qu©ils largiront la taille des
marchs, notamment celui - essentiel - du travail.

-

Non, nanmoins, car les investissements publics n©ont pas vocation exclusive
favoriser la productivit de l©conomie marchande, mais aussi amliorer
la qualit de la vie, ce qu©aucune fonction de production ne sait mesurer.

L©IMPACT ÉCONOMIQUE EST DIFFÉRENCIÉ SELON
LA DENSITÉ DES TERRITOIRES

La prime la densit des espaces desservi1s est tout fait avre. Faut-il en
conclure que les investissements publics ont une rentabilit conomique gnrale
suprieure être localiss dans des territoires d©chelle rgionale denses en
hommes et en activits ? Oui et non.

- Oui, videmment, car il est bien connu que la masse et la densit - c©est--
dire "la ville"- sont sources d©effets externes dits conomies
d©agglomration : le clbre conomiste amricain W. Alonso l©avait crit en
1971, comme peu prs la même poque J. Rmy.

-

Non, cependant, car la vocation des investissements publics estausside
contribuer l©quit territoriale tant entre le Montana et la Floride qu©entre
le couloir rhodanien et les monts de la Margeride.

La documentation Française : L'Impact conomique des grandes oprations d'amnagement

L©IMPACT ÉCONOMIQUE EST DIFFÉRENCIÉ SELON
LES ÉCHELLES

Tous les travaux de type conomtrique convergent pour tablir que la
rentabilit conomique gnrale des investissements publics diminue
concomitamment avec la rduction de l©chelle de prise en compte des impacts
conomiques positifs.

Il semble bien qu©une grande opration d©amnagement caractrise par
l©importance des investissements publics suscite des"effets de
dbordement" L©chellesignificatifs et relativement lointains dans l©espace.
locale ne suffirait pas absorber ici toutes les retombes - en termes
d©implantations de travail et de capital, c©est--dire d©activits conomiques -
suscites par l©accroissement ici de la dotation en quipements collectifs.

Ceci semble dmontrer l©existence d©effets de dbordement plutôt loigns dans
l©espace. S©agit-il aussi d©un effet de percolation où le dbordement serait
contigu ? L©analyse de ce thme requiert un travail l©chelle locale.

À L©ÉCHELLE LOCALE, LE CAS DE L©OPÉRATION GERLAND
A ÉTÉ ANALYSÉ

En 1982, la Communaut Urbaine de Lyon (COURLY) dcide de lancer la
ralisation de l©opration dite Gerland. Elle prsentea,priori, toutes les
caractristiques d©une G.O.A. : 500 15 minutes de lahectares concerns
presqu©île et la Part-Dieu, avec cration d©un parc de recherche scientifique
autour de l©École Normale Suprieure, d©un quartier central, d©une trame verte
le long du Rhône avec parc urbain et port de plaisance, restructuration complte
de la voirie et, en principe, amlioration de la desserte par extension du mtro,
ligne B.

Entre 1982 et 1993, les ralisations furent significatives : 3500 nouveaux
habitants, 6500 nouveaux emplois, 900000m2de planchers;soient 700
MF d©investissements publicsessentiellement ense"erup"surctrust
(Éducation, Cultures) et environ 4,5 milliards de F d©investissements
immobiliersprivs.

L©analyse dtaille du cas de Gerland a suscit des lments de rponse mais aussi
des questions.

La documentation Française : L'Impact conomique des grandes oprations d'amnagement

L©OPÉRATION GERLAND A-T-ELLE ÉTÉ UNE G.O.A. ?

L©ampleur spatiale du site concern - 500 hectares - et le montant total des
investissements raliss - plus de 5 milliards de F - pourrait susciter une
rponse positive.

Le fait que la volont publique ait suivi et ait donc alternativement crû et flchi
selon les rythmes propres aux cycles lectoraux et aux cycles conomiques,
immobilier notamment, et l©absence de tout investissement public significatif
dans le domaine des infrastructures d©accessibilit (mtro, voirie primaire)
amnent fortement nuancer la rponse et hsiter considration l©opration
GerlandcommeuneG.O.A.debonafide.

LE CALCUL ÉCONOMIQUE À L©ÉCHELLE LOCALE
EST UN SOUCI DOMINÉ

Poser la question, cette chelle, des impacts conomiques extrieurs la zone
concerne et ultrieurs la phase d©amnagement est s©exposer des rponses
diversifies mais souvent hors sujet1 mais postule l©impact,. On cherche ne on
pas le mesurer. On rpond formes urbaines, dveloppement conomique,
intrêt gnral, mais on doute de disposer des outils pertinents pour l©analyse
micro-conomique locale.

Les dimensions symboliques - l©E.N.S., la Halle Tony Garnier - et politiques
- concurrence entre Lyon ville et Lyon priphrie - l©ont emport et
l©emporterontsansdoutetoujoursdansl©espritdesdcideurssurl©valuatieoxn
anteetexpostdesimpactsconomiquessedployantjusquesurleterritoiredes
collectivits voisines et... concurrentielles.

UNE VISION MYOPE DE L©ÉCONOMIE

L©opration Gerland, au-del de ses justifications symboliques et politiques,
tait dj l©poque fonde sur la thmatique connue maintenant sous le nom de
"Ville renouvele". Celle-ci est prsente notamment comme la forme urbaine
qui minimise les coûts de l©urbanisation et les impacts environnementaux
ngatifs.

La documentation Française : L'Impact conomique des grandes oprations d'amnagement

Certes, mais l©conomiste ne peut pas considrer les coûts sans considrer
simultanment les avantages ou bnfices, c©est--dire les impacts sur la
production et la productivit. Il s©agit l du fondement même de l©conomie
urbaine dans l©esprit du papier fondateur d©Alonso crit en 1971 : The economics
of urban size.

Infrer d©une suppose diminution relative des coûts d©urbanisation, la mesure
de l©impact conomique d©une opration d©amnagement tout autant que sa
justification conomique, tmoigne d©une vision myope de l©conomie urbaine.

ÉCHELLE RÉGIONALE - ÉCHELLE LOCALE ; EFFET DE
DÉBORDEMENT - EFFET DE PERCOLATION - EFFET DE LEVIER

L©effet de levier Gerland même est lev - 4,5milliards rapports
0,7, soit plus de 6 -, mais il traduit en bonne part la faiblesse du dnominateur,
c©est--dire des investissements publics.

L©effet de percolation depuis Gerland est(trs)faible :les experts,
c©est--dire les bons connaisseurs du "local", ne dclent, en 1996, que trs
peu d©impacts extrieurs Gerland mais nanmoins proches (Oullins, sud
presqu©île, Vnissieux...).

Par contre, les conomistes travaillant l©chelle rgionale vrifient l©assertion
selon laquelle plus de dotation d©quipements publics veut dire plus de
dveloppement conomique. Mais ils disent aussi que cela est vrai grande
chelle, grande vis--vis de l©chelle urbaine. Ils concluent donc que les
investissements publics suscitent deseffets de dbordement positifs.

On peut certes en conclure que Gerland n©tait pas une vraie G.O.A. mais
nanmoins on ne peut pas dire que l©opration Gerland est insignifiante
conomiquement avec ses plus de 5 milliards de FBCF. Comment concilie-t-on
alors l©importance de l©effet de levier, la faiblesse de l©effet de percolation et
l©existence avre - par d©autres voies mthodologiques - des effets de
dbordement ?

L©IMPACT ÉCONOMIQUE DES INVESTISSEMENTS PUBLICS
ET LA CLASSIQUE COURBE EN U

Des dveloppements prsents ci-dessus ne peut-on tirer uneconclusion
d©ensemblela relation entre investissements publics et leur rentabilitsur
conomique gnrale selon l©chelle spatiale de considration des retombes
conomiques et des investissements publics ?

La documentation Française : L'Impact conomique des grandes oprations d'amnagement

Soit, une liaison qui tient de la fameuse courbe en "U".

La solution de continuit qui existerait entre le niveau infra-local et l©chelle
rgionale indiquerait que l©impact conomique de volumes significatifs
d©investissements dans un lieu donn (Gerland-Lyon par exemple) ne se ferait
pas sentir dans les environs (en l©occurrence Saint-Fons, Vnissieux, Oullins)
mais par contre "plus loin".L©effet de percolation urbain serait modeste
ou nul, alors que l©effet rgional d©attractivit sur les activits
serait - est ? - avr. de conomiqueSi cela est vrai, la justification
s©engager dans de grandes oprations d©investissement au niveau d©instances de
dcision d©agglomration serait-elle alors plus difficile qu©aux niveaux d©un
conseil municipal et d©un conseil rgional ?

La documentation Française : L'Impact conomique des grandes oprations d'amnagement

La documentation Française : L'Impact conomique des grandes oprations d'amnagement

La documentation Française : L'Impact conomique des grandes oprations d'amnagement