155 pages
Français

Les métiers face aux technologies de l'information

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Comment les nouvelles technologies se diffusent-elles ? Comment s'articulent-elles avec l'organisation des entreprises et quelles sont les conséquences pour les salariés ? Comment les individus se les approprient-ils ? Les TIC produisent-elles, directement ou indirectement, de nouvelles inégalités, des risques d'exclusion ? Quelles sont les conséquences de ces évolutions sur les métiers, la nature des emplois et des qualifications, la valeur des compétences et leur reconnaissance ? Autant de questions auxquelles ce rapport, issu de la réflexion du groupe interministériel sur la prospective des métiers et des qualifications du Commissariat général du Plan, tente de répondre.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 avril 2003
Nombre de lectures 26
Langue Français
sommaire.qxd 24/03/2003 13:37 Page 1
Sommaire
Introduction..................................................................
Première partie Les nouvelles organisations et transformations du travail....................................
Quand on parle TIC, on parle dorganisation ..............
Limpact des TIC sur les métiers et les compétences ............................
Deuxième partie Les risques d exclusion............................................
Des inégalités dans lutilisation des TIC ....................
9
19
21
45
71
75
Les processus menant à lexclusion .......................... 85
La maîtrise des TIC : éléments de lefficacité ................................................ 93
Contenir les risques dexclusion..................................
101
sommaire.qxd 24/03/2003 13:37 Page 2
Troisième partie Recomposition des métiers.................................... 109
Les nouveaux métiers ................................................ 111
Évolution et reconnaissance des compétences .......... 133
Conclusion .................................................................. 153
Liste des membres de latelier .................................... 165
introduction.qxd 24/03/2003 13:36 Page 3
QUALIFICATIONS&PROSPECTIVE
Les métiers face aux technologies de linformation
Avril 2003
introduction.qxd 24/03/2003 13:36 Page 5
QUALIFICATIONS&PROSPECTIVE
Président de l atelier Michel Gollac Centre détudes de lemploi
Rapporteurs Christine Afriat Commissariat général du Plan
Jean-François Loué Ministère délégué à lIndustrie
introduction.qxd 24/03/2003 13:36 Page 9
Introduction
Bien que les technologies de linformation et de la communication (TIC) daujourdhui se situent dans la continuité de générations tech-nologiques antérieures, lévolution de leurs performances facilite des transformations qui dépassent largement le cadre sectoriel des indus-tries de linformation et de la communication et affectent lensemble de léconomie. Liées à lintroduction et à la diffusion des TIC, ces trans-formations modifient de façon si profonde le fonctionnement de léco-nomie que certains y voient la naissance dun nouveau paradigme économique que lon appelle, tout comme le secteur qui le porte, nou-velle économie. Peut-être y a-t-il là quelque exagération, mais les transformations en cours seront durables et amèneront la plupart des professions à évoluer.
Dans ce contexte le rapport analyse les effets de cet avènement de la société de linformation sur lemploi, lévolution du travail, la formation et les qualifications, en se plaçant dans une perspective de moyen et long terme.
Comment ces nouvelles technologies se diffusent-elles ? Comment sarticulent-elles avec lorganisation des entreprises et quelles sont les conséquences pour les salariés ? Comment les individus sappro-prient-ils les TIC ? Les TIC produisent-elles, directement ou indirecte-ment, de nouvelles inégalités et des risques dexclusion ? Quelles sont les conséquences de ces évolutions sur les métiers, la nature des emplois et des qualifications, la valeur des compétences et la maniè-re de les reconnaître ? Cet ouvrage tente de répondre à ces questions. Mais, pour comprendre le nouveau modèle économique, il faut au préalable appréhender les liens quentretiennent les TIC, la croissan-ce, lemploi et lévolution vers léconomie de la connaissance.
Que sont les TIC ?
Les TIC sont nées au cours des vingt-cinq dernières années de la fusion des télécommunications, de lélectronique, de linformatique et
9
introduction.qxd 24/03/2003 13:36 Page 10
- Introduction -
des technologies de numérisation de linformation, en particulier de linformation audiovisuelle. Le mariage de linformatique et du matériel audiovisuel a donné naissance aux disques et lecteurs compacts. Le rapprochement de linformatique et des télécommunications a permis la mise en place des réseaux électroniques interactifs comme lInternet. Comme le rappelle Patrice Flichy1, ce réseau des réseaux, né de la recherche publique militaire américaine, sest développé pen-dant près de vingt ans dans les milieux universitaires en dehors de lé-conomie de marché autour dune culture de la gratuité et de la coopé-ration. Aujourdhui, des produits multimédias en ligne combinent du matériel audiovisuel, de linformatique et des télécommunications. Les TIC se diffusent largement, en particulier vers les médias, la publicité et la distribution.
Suite à cette évolution, il existe plusieurs définitions du secteur TIC2:
 les TIC comprennent tout dabord les matériels informatiques, les logiciels et les matériels de télécommunication. Cette définition la plus étroite est retenue par Gilbert Cette dans le rapport du CAE3;  on y ajoute généralement les services de télécommunication et les services informatiques, ce qui conduit à la définition retenue par le BIPE4;  la définition de lOCDE, récemment reprise par le CNIS, est un peu plus large puisquelle inclut en outre le commerce de gros déquipe-ments industriels. Le principe consiste à retenir lensemble des sec-teurs dactivités économiques qui contribuent à la visualisation, au trai-tement, au stockage et à la transmission de linformation par des moyens électroniques.
(1) Séance du 12 octobre 2000, contribution de Patrice Flichy, Genèse du discours sur la nouvelle économie aux États-Unis, in Économie de Internet, Revue Économique, n° 52, octobre 2001. (2) Aufrant (M.), Nivelet (J.-M.), Des concepts pour la mesure de l'économie de l'information : les secteurs TIC et leur contenu, 9ecolloque de Comptabilité nationale, 21-22 novembre 2001. (3) Cette (G.), Mairesse (J.) et Kocoglu (Y.), La diffusion des technologies de l'information et de la communication en France : mesure et contribution à la croissance, in "L'économie de la nouvelle économie, rapport du Conseil d'analyse économique, n° 28, 2000. (4) Notamment dans l'étude de Gille (L.) et Marti (R.) réalisée pour le compte de la DIGITIP, Les technologies d'information et de communication et l'emploi en France, BIPE, mars 2000.
10
introduction.qxd 24/03/2003 13:36 Page 11
- Introduction -
Le choix de la définition des TIC peut influencer sensiblement les conclusions des études économiques. Lessentiel de la croissance de lemploi TIC au cours des années récentes étant le fait des services, leur inclusion apparaît essentielle. De même, linclusion de laudiovi-suel et du commerce de gros nest pas neutre lorsque lon compare lé-volution du poids des TIC aux États-Unis et en France : en 1998, ces deux secteurs représentaient 1,6 % du PIB américain contre seule-ment 0,6 % du PIB français5. Le choix du CNIS6correspond à la nécessité de se rallier à une défi-nition qui permette de faire des comparaisons internationales, ce qui conduit à préférer comme le CNIS la définition de lOCDE. Toutefois les travaux réalisés sur la base de définitions plus étroites ont égale-ment été pris en considération.
Les particularités de la nouvelle économie
Les TIC se caractérisent par leur aspect générique. Elles sappliquent à lensemble des secteurs, en permettant délargir le champ des pos-sibles. Elles permettent à tous les secteurs de bénéficier des rende-ments quelles obtiennent par des effets de réseau7.
Laccroissement spectaculaire de la puissance de traitement de linfor-mation permet une différentiation plus forte des biens, par une prise en compte fine des préférences individuelles génératrices deffets qualité. Ce nest pas tant la quantité de biens produits qui change que la capa-cité de répondre finement aux attentes du client.
Lautomatisation de la production en a très fortement réduit le coût. La conception concentre une grande part de la valeur ajoutée. Les coûts de conception étant indépendants du nombre dunités produites, les coûts fixes prennent une part de plus en plus importante dans léco-nomie. Selon la théorie économique, cela conduit à des problèmes de
(5) Note DIGITIP n° STSI/SDPP/2000 du 14/11/2000, Zmiro (D.), note pour la directrice générale Comparaison des résultats de l'étude du BIPE sur l'impact des technologies de l'information sur l'emploi et les travaux du Conseil d'analyse économique sur la nouvelle économie. (6) Ces choix sont exposés dans le Rapport du groupe de travail du CNIS sur l'observation statistique du développement des TIC et de leur impact sur l'économie, CNIS, rapport n° 63, février 2001, www.cnis.fr. (7) Voir l'exposé de Michèle Debonneuil lors de la séance du 12 octobre 2000, voir . également Cohen (D.), Debonneuil (M.), L'économie de la nouvelle économie
11
introduction.qxd 24/03/2003 13:36 Page 12
- Introduction -
régulation car les rendements étant croissants, les prix obtenus spon-tanément dans le cadre dun équilibre concurrentiel ne permettent pas de financer les coûts fixes.
Les gains de productivité obtenus par lusage des TIC se transmettent des secteurs producteurs de TIC aux secteurs utilisateurs des TIC par lincorporation deffets qualité aux produits. Ceci a deux consé-quences : pour un pays, il nest pas nécessaire dêtre producteur de TIC pour bénéficier deffets favorables ; mais rester uniquement utili-sateur conduit à une relation de dépendance vis-à-vis des producteurs qui peuvent plus aisément imposer leurs marges.
Les TIC sont le principal instrument des marchés financiers dont elles stimulent le fonctionnement : la transmission des ordres, les cotations et les transmissions des cours y font largement appel. Par ailleurs, elles permettent de rendre les informations disponibles en temps réel dun bout à lautre de la planète. Lutilisateur final peut ainsi se tenir informé à chaque instant de lévolution de lenvironnement écono-mique, trouver rapidement les informations quil juge pertinentes. Mieux informé, il est aussi plus incité à agir, dautant que les TIC ont permis de réduire les coûts de transaction. Par ce biais, les TIC facili-tent grandement les mouvements de capitaux à léchelle mondiale, ce qui tend à amplifier les flux (et reflux) dinvestissements. Comme on le verra dans la partie Les nouvelles organisations du travail, elles faci-litent aussi la mondialisation de façon plus directe parce quelles per-mettent aux entreprises, parmi dautres choix possibles, de se placer sur un marché mondial ou dorganiser leur production sur une base mondiale (délocalisations).
TIC et croissance : dépasser le paradoxe de productivité
La diffusion des TIC permettra-t-elle daccroître durablement le taux de croissance de léconomie ? Influence-t-elle la substitution entre capital et travail ? À quel rythme croîtra à lavenir lefficacité des facteurs de production ?
Pendant de nombreuses années, les études sur données macro-éco-nomiques nont pu que confirmer le constat fait par Robert Solow en 1987 : On peut voir lavènement de lordinateur partout, de nos jours, sauf dans les statistiques sur la productivité. Lanalyse par secteur ne semblait guère plus concluante. Seules des études sur données micro-économiques, comme celle de Nathalie Greenan et Jacques
12
introduction.qxd 24/03/2003 13:36 Page 13
- Introduction -
Mairesse, ont obtenu relativement tôt des résultats plus positifs8. Encore fallait-il que les entreprises se réorganisent pour bénéficier de la productivité potentielle liée à leurs investissements en TIC9.
On savait depuis longtemps que les méthodes traditionnellement uti-lisées en comptabilité nationale ne permettaient pas de mesurer les améliorations qualitatives, mais on sest rendu compte progressive-ment depuis 1990 que cela conduisait à sous-estimer gravement la croissance et la productivité apportée par les TIC. Pour résoudre cette difficulté, les comptables nationaux ont adopté la méthode dite des prix hédoniques dont le principe consiste, lorsquun produit amélioré apparaît, à évaluer ce que le consommateur aurait accepté de payer pour le nouveau produit, à une date de référence antérieure à son apparition, en fonction des caractéristiques du produit10. Cette métho-de est appliquée dans certains pays, notamment aux États-Unis et, depuis la base 1995, en France, sur le matériel TIC. Compte tenu du champ dapplication de la méthode, la réévaluation de la croissance quentraîne ladoption des prix hédoniques est très concentrée sur le secteur des TIC.
Dans des études récentes, certains économistes ont cru pouvoir éta-blir une relation entre la durée exceptionnelle de la croissance de lé-conomie américaine jusquen 2000 et la diffusion des TIC. La forte croissance de la productivité du travail pendant cette période donnait une certaine vraisemblance à cette thèse, mais le sujet reste contro-versé. Résumant les points de vue en présence, Patrick Artus explique que la diffusion des TIC peut modifier le taux de croissance de léco-nomie selon trois mécanismes11:
1. La bulle spéculative : à court terme, une croyance commune dans lefficacité des TIC peut conduire les entreprises à une forte vague dé-quipement pour développer de nouveaux biens ou services, tandis que les marchés financiers fourniront les capitaux nécessaires. Si ces
(8) Greenan (N.) et Mairesse (J.), Computers and Productivity in France : some evidence, NBER, Working Paper, n° 5836, 1996. (9) Réflexions préliminaires sur la nouvelle économie, note de Christine Afriat, séance du 12 octobre 2000. (10) Cette évaluation se fait à l'aide de modèles économétriques qui font dépendre le prix du produit de ses qualités intrinsèques. (11) Artus (P.), La nouvelle économie, Collection Repères, La Découverte, 2001.
13
introduction.qxd 24/03/2003 13:36 Page 14
- Introduction -
investissements restent sans effets sur la productivité du travail, les créanciers perdront leur mise et le phénomène sarrêtera.
2. La substitution du capital au travail : si le développement des TIC permet daccroître la productivité du travail et de faire baisser sa part dans la répartition de la valeur ajoutée, il est possible pendant plu-sieurs années de financer une substitution entre capital et travail. Ce mécanisme sépuisera toutefois si la productivité globale des facteurs de production nest pas accrue, car la baisse de la part de la rémuné-ration du travail trouvera des limites.
3. La hausse de la productivité globale des facteurs : la diffusion des TIC conduira à un supplément de croissance sur le long terme si et seulement si elle permet daccroître durablement la progression de la productivité globale des facteurs de production (PGF). Cest seule-ment à cette condition que la croissance pourra se développer sans créer dans léconomie de tensions cumulatives.
Globalement, selon un consensus assez large, limpact sur léconomie américaine du développement des TIC est bien allé au-delà de la bulle spéculative. En revanche, il est aujourdhui très difficile de trancher entre les deux autres hypothèses. Si la progression de la productivité du travail aux États-Unis a été exceptionnelle pendant tout le cycle dexpansion des années quatre-vingt-dix, celle de la PGF a été plutôt faible. Selon Patrick Artus, malgré une accélération de 1996 à 1999, la progression de la PGF en 1999 était encore inférieure à ce quelle était de 1983 à 1989. Dautre part, si la diffusion des TIC concourt à la pro-gression de la PGF, elle nen est probablement pas la seule source. Il faut alors apprécier la contribution des TIC à la croissance de la PGF et la mesure dans laquelle cette source de progression sajoute à dautres où sy substitue. Cette question reste lobjet de vives contro-verses12. TIC et emploi : plus de transformations que de créations
À supposer quelle entraîne un supplément durable de croissance, la diffusion des TIC conduira-t-elle durablement à des créations dem-ploi ?
(12) En contrepoint aux positions défendues par l'OCDE, on trouvera une analyse plutôt sceptique dans Gordon (R.), Does the New Economy Measure up to the Great Inventions of the Past, NBER, document de travail, n° 7833, août 2000.
14