Rapport d

Rapport d'information fait au nom de la Commission des affaires économiques à la suite d'une mission effectuée en Hongrie du 10 au 13 juillet 2007

-

Documents
41 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Une délégation de cinq sénateurs membres de la commission des affaires économiques s'est rendue, du 10 au 13 juillet 2007, à l'occasion du troisième anniversaire de l'entrée de la Hongrie dans l'Union. L'objectif de la mission présidée par M. Gérard César était, en particulier, de faire le bilan de l'intégration de ce pays au sein de l'Union européenne et de cerner ses perspectives d'évolution économique. Il est apparu à la délégation sénatoriale que la Hongrie se distinguait parmi les nouveaux entrants dans l'Union européenne par sa position très favorable, tant au plan strictement géographique qu'aux plans économique, culturel et historique. Au terme de leur mission, il leur semble que la Hongrie est désormais pleinement intégrée économiquement au sein de l'Union européenne et que les entreprises françaises tirent le plus grand bénéfice à miser sur ce pays, qui leur ouvre les portes de l'Europe centrale et orientale. Il reste que la Hongrie doit traverser une période de réformes profondes, nécessaires mais périlleuses, et que le succès de cette entreprise passe notamment par le soutien des autres membres de l'Union européenne, à commencer par la France, dont le Président a récemment proposé à la Hongrie un partenariat stratégique.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2008
Nombre de visites sur la page 18
Langue Français
Signaler un problème
N° 52
S É N A T
SESSION ORDINAIRE DE 2007-2008
Annexe au procès-verbal de la séance du 24 octobre 2007
RAPPORT DINFORMATION FAIT au nom de la commission des Affaires économiques (1) à la suite dunemissioneffectuée enHongriedu10au13 juillet 2007,Par MM. Gérard CÉSAR, Philippe DOMINATI, Christian GAUDIN, Mme Odette HERVIAUX et M. Rémy POINTEREAU, Sénateurs. (1) C e t t e c o m m i s s i o n e s t c o m p o s é e d e :M . J e a n - P a u l E mo r i n e ,p r é s i d e n t ; M M . J e a n - M a r c P a s t o r , G é r a r d C é s a r , B e r n a r d P i r a s , G é r a r d C o r n u , M a r c e l D e n e u x , P i e r r e H e r i s s o n ,v i c e - p r é s i d e n t s ; M M . G é r a r d L e C a m, F r a n ç o i s F o r t a s s i n , D o mi n i q u e B r a y e , B e r n a r d D u s s a u t , J e a n P é p i n , B r u n o S i d o , D a n i e l S o u l a g e ,s e c r é t a i r e s G n d r é , B é r a r d R a i l l y , B e n é M e a u mo n t , i c h e l ; M M . J e a n - P a u l A l d u y , P i e r r e A B é c o t , J e a n - P i e r r e B e l , J o ë l B i l l a r d , M i c h e l B i l l o u t , C l a u d e B i w e r , J e a n B i z e t , J e a n B o y e r , M me Y o l a n d e B o y e r , M M . J e a n -P i e r r e C a f f e t , R a y mo n d C o u d e r c , R o l a n d C o u r t e a u , J e a n - C l a u d e D a n g l o t , P h i l i p p e D a r n i c h e , G é r a r d D e l f a u , J e a n D e s e s s a r d , M me E v e l y n e D i d i e r , M M . P h i l i p p e D o mi n a t i , M i c h e l D o u b l e t , D a n i e l D u b o i s , A l a i n F o u c h é , A l a i n G é r a r d , F r a n ç o i s G e r b a u d , C h a r l e s G i n é s y , A d r i e n G i r a u d , F r a n c i s G r i g n o n , L o u i s G r i l l o t , G e o r g e s G r u i l l o t , M me O d e t t e H e r v i a u x , M M . M i c h e l H o u e l , B e n o î t H u r é , C h a r l e s J o s s e l i n , M me B a r i z a K h i a r i , M . Y v e s K r a t t i n g e r , M me E l i s a b e t h L a mu r e , M M . G é r a r d L a r c h e r , J e a n - F r a n ç o i s L e G r a n d , A n d r é L e j e u n e , P h i l i p p e L e r o y , C l a u d e L i s e , D a n i e l M a r s i n , J e a n -C l a u d e M e r c e r o n , D o mi n i q u e M o r t e mo u s q u e , J a c q u e s M u l l e r , M me J a c q u e l i n e P a n i s , M M . J a c k i e P i e r r e , R é my P o i n t e r e a u , L a d i s l a s P o n i a t o w s k i , D a n i e l R a o u l , P a u l R a o u l t , D a n i e l R e i n e r , T h i e r r y R e p e n t i n , B r u n o R e t a i l l e a u , C h a r l e s R e v e t , H e n r i R e v o l , R o l a n d R i e s , C l a u d e S a u n i e r , M me O d e t t e T e r r a d e , M M . M i c h e l T e s t o n , Y a n n i c k T e x i e r .
- 2 -
S
- 3 -
O M M A I R E
Pages
INTRODUCTION.................................................................................................5........................
PREMIERE PARTIE : UN PAYS ÉCONOMIQUEMENT INTÉGRÉ À LUNION EUROPÉENNE MAIS ENCORE FINANCIÈREMENT FRAGILE.......................................... 7
I. UN PAYS OUVERT, ATTRACTIF ET COMPÉTITIF.......................................................... 7
A. UNE FORTE ATTRACTIVITÉ POUR LES INVESTISSEMENTS DIRECTS ÉTRANGERS............................................................................................................................71. 50 milliards deuros dinvestissements directs étrangers depuis 1990................................. 72.  nobéissant pas à une logique de délocalisation................................................................. 8
B. UNE CROISSANCE DYNAMIQUE, TIRÉE PAR LES EXPORTATIONS ............................... 91. Une croissance soutenue par la demande étrangère................................................................ 92. Des exportations surtout industrielles................1......0...............................................................
II. DES DIFFICULTÉS FINANCIÈRES EXIGEANT DES RÉFORMES DE FOND............... 10
A.UNPLANDECONVERGENCESÉVÈRE................................................................................111. Un programme validé par lUnion européenne....................................................................... 112. Des premiers résultats encourageants...................................................................................11..3. Mais une croissance ralentie.................................................................................1.2.................
B. DES RÉFORMES STRUCTURELLES MENÉES PAR UNE COALITION FRAGILE .............. 131. Réforme des instruments de politique monétaire et budgétaire................................................ 132. Réformes structurelles : fonction publique, éducation et, surtout, santé.................................. 133. Un élan réformateur tributaire de la solidité de la coalition gouvernementale....................... 14
DEUXIEME PARTIE : DES OPPORTUNITÉS POUR NOS ENTREPRISES À LA CONQUÊTE DE LEUROPE CENTRALE ET ORIENTALE................................................... 17
I. DES RELATIONS DÉJÀ INTENSES AVEC LA FRANCE................................................... 17
A. UN PARTENARIAT ÉCONOMIQUE DÉJÀ BIEN AVANCÉ .................................................. 171. Une intensification récente des échanges commerciaux.......................................................... 172. Des investissements français en Hongrie importants et de plus en plus à vocation régionale................02................................................................................................................3. De nombreux contrats français en Hongrie................32.............................................................B. DES COOPÉRATIONS TECHNIQUES ET ADMINISTRATIVES ........................................... 241. Une coopération décentralisée dynamique..........42....................................................................2. Des pôles de compétitivité, « à la française » ?....................................................................... 25
C. DES LIENS QUI DÉBORDENT LA SPHÈRE STRICTEMENT ÉCONOMIQUE ..................... 261. Une grande tradition viticole ranimée par des professionnels français dans la région du Tokaj..............................................................................................................................62....2. Des liens culturels à raviver : lexemple de la famille Károlyi................................................ 28
- 4 -
II. DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À NE PAS MANQUER POUR NOURRIR UN PARTENARIAT STRATÉGIQUE........9.2..........................................................................
A. DES FONDS EUROPÉENS POUR DES SECTEURS PROMETTEURS : TRANSPORTS, ENVIRONNEMENT ET ÉNERGIE ................................................................ 291. Une manne européenne riche dopportunités pour les entreprises françaises......................... 292. Lénergie, un secteur particulièrement prometteur................................................................. 31
B.  AU SERVICE DUN PARTENARIAT STRATÉGIQUE OUVRANT SUR LEUROPECENTRALEETORIENTALE...............................................................................331. Un « hub » régional....33............................................................................................................2. Une proposition de partenariat stratégique.............................................34................................
ANNEXE I : COMPOSITION DE LA DÉLÉGATION............................................................ 37
ANNEXE II : PROGRAMME DE LA MISSION...................................................................... 39
- 5 -
INTRODUCTION
Mesdames, Messieurs,
Votre commission des affaires économiques a entrepris, depuis 2004, daccorder son attention aux suites de lélargissement considérable qua connu lUnion européenne, passée cette année-là de quinze à vingt-cinq États-membres1. Dans cette optique, elle a effectué une mission en Roumanie et Bulgarie en 2004, puis une autre en Lituanie et Estonie en 2005. Cette année, cest en Hongrie quune délégation de cinq sénateurs membres de la commission des affaires économiques sest rendue, du 10 au 13 juillet 2007, à loccasion du troisième anniversaire de lentrée de ce pays dans lUnion. Lobjectif de la mission présidée par M. Gérard César était, en particulier, de faire le bilan de lintégration de ce pays au sein de lUnion européenne et de cerner ses perspectives dévolution économique. A cette fin, et grâce à la collaboration efficace de lAmbassade de France en Hongrie, alors dirigée par son excellence M. Philippe Zeller, la délégation a pu rencontrer des parlementaires hongrois et des élus locaux de différentes sensibilités politiques ainsi que des acteurs économiques de lagriculture, de lindustrie, comme des services. Sa mission sest trouvée particulièrement enrichie par les contacts fructueux quelle a pu nouer en différents points de la Hongrie, du Nord-Est au Sud-Ouest en passant bien sûr par Budapest. Enfin, la délégation a pu participer le 13 juillet 2007 aux cérémonies douverture de lannée économique de la France en Hongrie, conçue comme le pendant de lannée économique de la Hongrie en France, qui la précédée, et destinée à consolider la dynamique économique franco-hongroise née ces dernières années. Il est apparu à la délégation sénatoriale que la Hongrie, petit pays de 10 millions dhabitants2 et moins de 100.000 km2, se distinguait parmi les nouveaux entrants dans lUnion européenne par sa position très favorable, tant au plan strictement géographique quaux plans économique, culturel et historique. De nombreux Français ont déjà pris la mesure de ce potentiel et se sont lancés dans laventure hongroise de diverses manières, participant à lessor des relations économiques franco-hongroises. Les sénateurs ont rencontré plusieurs de ces personnalités qui ont pu témoigner de la richesse de leur expérience en Hongrie.
1 la République tchèque, l'Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Chypre, Pologne, la Slovaquie et la Slovénie ont rejoint lUnion européenne le 1ermai 2004. 2Même si lon compte presque moitié plus de Hongrois hors des frontières.
6 --
Au terme de leur mission, il leur semble que la Hongrie est désormais pleinement intégrée économiquement au sein de lUnion européenne et que les entreprises françaises tirent le plus grand bénéfice à miser sur ce pays, aux portes de lEurope centrale et orientale. Il reste que la Hongrie doit traverser une période de réformes profondes, nécessaires mais périlleuses, et que le succès de cette entreprise passe notamment par le soutien des autres membres de lUnion européenne, à commencer par la France. Lentretien que la délégation avait pu avoir à Paris, avant son déplacement, avec M. László Nikicser, ambassadeur de la République de Hongrie à Paris, avait permis dinsister sur ce point, à lheure la cure daustérité financière initiée par le Gouvernement issu des urnes en avril 2006 accentue la sévérité des ajustements structurels entrepris en Hongrie.
7 - -
PREMIERE PARTIE : UN PAYS ÉCONOMIQUEMENT INTÉGRÉ À LUNION EUROPÉENNE MAIS ENCORE FINANCIÈREMENT FRAGILE
Lobjectif premier de la mission effectuée en Hongrie par la délégation sénatoriale était de faire le point sur lintégration économique de la Hongrie dans lUnion européenne. Libérée du joug soviétique depuis moins de vingt ans et membre de lUnion depuis seulement trois ans, la Hongrie est apparue à votre délégation déjà largement intégrée, au plan économique, dans lespace européen. En revanche, la Hongrie nappartient pas à la zone euro et votre délégation a pu mesurer le chemin quil lui reste à parcourir au plan financier pour substituer un jour leuro au forint hongrois.
I.UN PAYS OUVERT, ATTRACTIF ET COMPÉTITIF
A.UNE FORTE ATTRACTIVITÉ POUR LES INVESTISSEMENTS DIRECTS ÉTRANGERS
1.50 milliards deuros dinvestissements directs étrangers depuis 1990
Après le changement de régime politique, la Hongrie a très largement privatisé son économie et élaboré demblée un cadre juridique et économique favorable aux investisseurs étrangers. La décennie 90 a ainsi été caractérisée par le développement très rapide du secteur privé, qui contribue aujourdhui à hauteur denviron 70 % à la valeur ajoutée du pays, contre 10 % en 1990. Les investissements réalisés par les repreneurs, des sociétés multinationales pour lessentiel, se sont élevés à plus de50 milliards deuros entre 1990 et 2006. En 2005, les investissements directs étrangers (IDE) sélevaient à 5,2 milliards deuros en 2005 et, en 2006, à 3,7 milliards deuros, ce qui place laHongrieaucinquième rang en termes dattractivité des IDE dans lUE à 25. Ce sont aujourdhui27.000 entreprises étrangères, parmi lesquelles une cinquantaine de sociétés multinationales, qui ont investi sur le territoire hongrois.
- 8 -
2. nobéissant pas à une logique de délocalisation
Comme lont confirmé à la délégation les conseillers du commerce extérieur français (CCEF) quelle a rencontrés, la Hongrie ne mise pas sur des coûts faibles pour attirer les investissements étrangers, les salaires y étant beaucoup plus élevés quen Slovaquie, notamment, et ne déploie pas non plus une stratégie fiscale dans ce but, contrairement à lIrlande par exemple. Les entreprises supportent un taux dimpôt sur les sociétés denviron 16 %, auquel il faut ajouter les 4% de taxe de solidarité ; les cotisations sociales et limpôt sur le revenu sont également élevés, ce qui renchérit les salaires à verser1. La Hongrie met en avant son réseau dense de fournisseurs, des infrastructures modernes de transport et de télécommunications, un environnement des affaires adapté aux besoins des entreprises et une main duvre éduquée bien  etformée. A ce propos, les conseillers du commerce extérieur français ont déploré les difficultés de recrutement de la main duvre, particulièrement en ce qui concerne les commerciaux, et surtout à Budapest2 où le coût de la vie est plus élevé. Ils ont également regretté la très faible mobilité de la main duvre à lintérieur de la Hongrie. Certains ont enfin éprouvé des difficultés à fidéliser leurs employés, un hypermarché Cora de Budapest ayant pu ainsi enregistrer un turn-over de 108 %. La Hongrie semble toutefois avoir réussi à gagner la confiance des décideurs internationaux, puisque le taux de réinvestissement y est élevé. Le savoir-faire traditionnel des universitaires et des chercheurs hongrois est aujourdhui lun des principauxatouts de léconomie hongroise, qui compte de nouvelles entreprises en nanotechnologie, photonique, microélectronique et biotechnologie La combinaison dune présence industrielle, duniversités et dun savoir-faire explique la création de centres de recherche-développement en Hongrie, parmi lesquels celui de Sanofi-Aventis, que votre délégation a pu découvrir3. Le Gouvernement entend valoriser le potentiel industriel et commercial de la recherche-développement en renforçant la coopération entre luniversité et le monde des affaires. Selon les propos du Dr Janos Koka, Ministre hongrois de léconomie et des transports, rapportés par M. László Nikicser, ambassadeur de la République de Hongrie en France,« notre stratégie consiste à être concurrentiels en matière de compétences scientifiques et humaines, plutôt que par une main duvre à bas coût ». Comme la confirmé à votre délégation M. Jean-René Cougard, chef de la Mission économique française en Hongrie,les investissements directs étrangers en Hongrie ne relèvent donc pas du mouvement de
1 Ce qui nourrit léconomie noire, qui pourrait représenter 30% du PIB, selon les CCEF. 2Le taux de chômage y est seulement de 3 %, à comparer avec une moyenne nationale comprise entre 8 et 9 %. 3Cf. page 22.
- 9 -
délocalisations qui frappe les pays de lOuest européen, à commencer par la France. Les investisseurs étrangers ont inséré très rapidement le pays dans les échanges européens et la forte ouverture du marché hongrois est en réalité étroitement liée à la présence de ces investisseurs sur le territoire hongrois. Selon la mission économique, on estime ainsi que des échanges sont80 % réalisés par les multinationales.
B.UNE CROISSANCE DYNAMIQUE, TIRÉE PAR LES EXPORTATIONS
1.Une croissance soutenue par la demande étrangère
Lévolution de léconomie réelle en Hongrie depuis le début de la transition est tout à fait favorable : au cours des huit dernières années, la Hongrie a enregistré untaux annuel moyen de croissance de son PIB de lordre de 4 %, grâce à un secteur des services performants (banques et assurances, industrie hôtelière, logistique) et des industries compétitives. La croissance est toutefois tombée à 2,4 % en 2006. La structure de lacroissance saine, dans la mesure où elle est est essentiellementtirée par les investissements et les exportations. Ainsi, les exportations hongroises représentent près des deux tiers du PIB. Au cours des cinq dernières années, les échanges de la Hongrie ont progressé à un rythme annuel moyen de près de 10 %, les importations et les exportations évoluant quasiment au même rythme. Ainsi, depuis 1991, les échanges de la Hongrie ont été multipliés par 7,4. Cette forte ouverture du marché hongrois est en réalité étroitement liée à la présence sur le territoire hongrois dinvestisseurs étrangers qui ont inséré très rapidement le pays dans les échanges européens.La Hongrie réaliseainsi70 % de ses échanges avec lUnion européenne. En 2006, les exportations sélèvent à 58,3 milliards deuros, soit une hausse annuelle de 17 % en volume, et les importations représentent 60,4 milliards deuros. Lesolde des échanges est par ailleurs revenu en négatif 2005 à son niveau de 1999, soit 2,1 milliards deuros (il sétait creusé dans lintervalle pour atteindre -3,9 milliards deuros en 2004). En 2006, le déficit commercial a encore reculé à 940 millions deuros, soit 2,2 % du PIB.
- 10 -
2.Des exportations surtout industrielles
Lesexportations hongroises reposent essentiellement sur trois industries : lautomobile: les véhicules et équipements automobiles représentent près de 60% des exportations hongroises. La Hongrie fait désormais partie intégrante du bassin de production automobile de lEurope centrale et fait surtout office de fournisseur déquipements. Deux constructeurs implantés en Hongrie, Audi et Suzuki, augmentent progressivement leur production pour la porter respectivement à 55.000 et 170.000 véhicules en 2007. On compte aussi de nombreux équipementiers, parmi lesquels Valeo, Michelin ; lélectronique et les télécommunications 30% des représentent exportations hongroises. La Hongrie est leader en Europe centrale sur ces secteurs, grâce à des entreprises comme Philips, Siemens, Elcoteq, Nokia, Ericsson qui produisent des téléphones mobiles, consoles de jeux, platines DVD, écrans plats, télécopieurs ; enfin, la pharmacie: en partant dunités historiques, notamment les sociétés Chinoïn et Egis, et en attirant les investissements des multinationales du secteur, la Hongrie a développé une industrie pharmaceutique performante.
II.DES DIFFICULTÉS FINANCIÈRES EXIGEANT DES RÉFORMES DE FOND
Lévolution favorable de léconomie réelle contraste avec la dégradation progressive des finances publiques hongroises au cours de ces dernières années. Ainsi, entre 2002 et 2005, ledéficit public a évolué entre 4,2 % et 6,1 % du PIB et il a atteint9,9 % du PIB fin 2006. Dans le même temps, ce déséquilibre interne se double depuis plusieurs années dun déficit de la balance des opérations courantes qui a atteint en 2006 5,8 % du PIB. Cette situation avait été brutalement mise au jour en septembre 2006, par les propos du Premier ministre hongrois, M. Gyurcsany, qui avait avoué, dans un enregistrement piraté, avoir« menti matin, midi et soir »afin dêtre réélu1. En réalité, tous critères confondus, la Hongrie reste leseul pays de lUnion européenne à ne respecter aucun des critères de Maastricht, ce qui lui vaut dêtre, depuis 2004, sous le coup dune procédure de déficit public excessif et davoir, dès lors, fait lobjet de recommandations au titre des articles 104-7 et 104-8 du Traité.
1 Hongrie : la facture du mensonge politique », de Cf. rapport du Sénat 2005-2006 n°403 « M. Philippe Marini, au nom de la commission des finances.
- 11 -
A.UN PLAN DE CONVERGENCE SÉVÈRE
1.Un programme validé par lUnion européenne
Pour mettre un terme au creusement du déficit public, lUnion européenne a obtenu du gouvernement hongrois, nommé en juin 2006, quil prenne des mesures correctives. Ce plan daustérité trouve sa traduction dans leprogramme de convergence validé par lUnion européenne en septembre 2006. Il doit permettre de ramener le déficit public de 9,9 % en 2006 à 3,2 % en 2009 (après 6,8 % en 2007 et 4,3 % en 2008). Lobjectif visé est un retour partiel des finances publiques aux critères de Maastricht à lhorizon 2011: déficit budgétaire de 2,2 % du PIB et dette publique de 65 % du PIB. Lintroduction de leuro en Hongrie ne serait envisagée que pour 2013, au mieux1. Pour respecter ces objectifs, le plan daustérité prévoit une augmentation significative des recettes et une réduction des dépenses de lEtat. Une taxe de solidarité sur le bénéfice des entreprises (4 %) a été instaurée. Un plan de réduction des effectifs dans la fonction publique est en cours. Daprès le plan de convergence,trois secteurs faire lobjet devront dimportantes restructurations :la santé, léducation et ladministration. La plupart des dispositions de long terme traduisent pour la première fois la volonté des pouvoirs publics hongrois de rétablir léquilibre des finances publiques. En effet, la maîtrise des finances publiques apparaît comme une condition essentielle pour permettre au pays de continuer à avoir une croissance saine et à inciter aux investissements productifs.
2.Des premiers résultats encourageants
Près dun an après le lancement des mesures correctrices, un premier bilan fait apparaître une trèsnette amélioration des déséquilibres interne et externe. Ledéficit budgétaire devrait évoluer autour de6,4% en 2007, ce qui constitue le meilleur résultat depuis six ans. Cette évolution favorable est liée à une augmentation des recettes supérieure de 400 M (0,4 % du PIB) aux recettes planifiées, aussi bien quà une diminution des dépenses liée à la fois à une forte baisse des investissements et à une réduction des dépenses de fonctionnement. A cela devrait sajouter en 2007 une baisse sensible du service de la dette (320 M, soit 0,3 % du PIB). Dans le même temps, le déficit du commerce extérieur, qui alourdit depuis plusieurs années le déficit de la balance courante, diminue progressivement. Ainsi,pour la première
1M. Janos Koka, ministre hongrois de léconomie, àSelon les propos tenus le 9 juillet 2007  par lagence hongroise MTI, et rapportés dans la Correspondance économique du lendemain.