Échanges de produits de haute technologie
764 pages
Catalan
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Échanges de produits de haute technologie

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
764 pages
Catalan

Description

£ eurostat ECHANGES DE PRODUITS DE HAUTE TECHNOLOGIE eurostat STATISTISCHES AMT DER EUROPAISCHEN GEMEINSCHAFTEN STATISTICAL OFFICE OF THE EUROPEAN COMMUNITIES OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES L-2920 Luxembourg — Tél. (352) 43 01-1 — Télex COMEUR LU 3423 B-1049 Bruxelles, rue de la Loi 200 — Tél. (32-2) 299 11 11 Eurostat hat die Aufgabe, den Informa­ It is Eurostat's responsibility to use the Pour établir, évaluer ou apprécier les dif­tionsbedarf der Kommission und aller am European statistical system to meet the férentes politiques communautaires, la Aufbau des Binnenmarktes Beteiligten requirements of the Commission and all Commission européenne a besoin d'infor­mit Hilfe des europäischen statistischen parties involved in the development of the mations. Systems zu decken. single market. Eurostat a pour mission, à travers le sys­To ensure that the vast quantity of ac­Um der Öffentlichkeit die große Menge an tème statistique européen, de répondre cessible data is made widely available, verfügbaren Daten zugänglich zu machen aux besoins de la Commission et de l'en­and to help each user make proper use of und Benutzern die Orientierung zu semble des personnes impliquées dans this information, Eurostat has set up two erleichtern, werden zwei Arten von Publi­ le développement du marché unique. main categories of document: statistical kationen angeboten: Statistische Doku­documents and publications. mente und Veröffentlichungen.

Informations

Publié par
Nombre de lectures 26
Langue Catalan
Poids de l'ouvrage 12 Mo

Exrait

£
eurostat
ECHANGES DE PRODUITS
DE HAUTE TECHNOLOGIE eurostat
STATISTISCHES AMT DER EUROPAISCHEN GEMEINSCHAFTEN
STATISTICAL OFFICE OF THE EUROPEAN COMMUNITIES
OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES
L-2920 Luxembourg — Tél. (352) 43 01-1 — Télex COMEUR LU 3423
B-1049 Bruxelles, rue de la Loi 200 — Tél. (32-2) 299 11 11
Eurostat hat die Aufgabe, den Informa­ It is Eurostat's responsibility to use the Pour établir, évaluer ou apprécier les dif­
tionsbedarf der Kommission und aller am European statistical system to meet the férentes politiques communautaires, la
Aufbau des Binnenmarktes Beteiligten requirements of the Commission and all Commission européenne a besoin d'infor­
mit Hilfe des europäischen statistischen parties involved in the development of the mations.
Systems zu decken. single market.
Eurostat a pour mission, à travers le sys­
To ensure that the vast quantity of ac­Um der Öffentlichkeit die große Menge an tème statistique européen, de répondre
cessible data is made widely available, verfügbaren Daten zugänglich zu machen aux besoins de la Commission et de l'en­
and to help each user make proper use of und Benutzern die Orientierung zu semble des personnes impliquées dans
this information, Eurostat has set up two erleichtern, werden zwei Arten von Publi­ le développement du marché unique.
main categories of document: statistical kationen angeboten: Statistische Doku­
documents and publications. mente und Veröffentlichungen. Pour mettre à la disposition de tous l'Im­
portante quantité de données accessibles
The statistical document is aimed at spe­
Statistische Dokumente sind für den et faire en sorte que chacun puisse
cialists and provides the most complete
Fachmann konzipiert und enthalten das s'orienter correctement dans cet ensem­
sets of data: reference data where the
ausführliche Datenmaterial: Bezugs­ ble, deux grandes catégories de docu­
methodology is well-established, stand­
daten, bei denen die Konzepte allgemein ments ont été créées: les documents
ardized, uniform and scientific. These
bekannt, standardisiert und wissenschaft­ statistiques et les publications.
data are presented in great detail. The
lich fundiert sind. Diese Daten werden in
statistical document is Intended for ex­
einer sehr tiefen Gliederung dargeboten. Le document statistique s'adresse aux
perts who are capable of using their own
Die Statistischen Dokumente wenden spécialistes. Il fournit les données les plus
means to seek out what they require. The
sich an Fachleute, die in der Lage sind, complètes: données de référence où la
information is provided on paper and/or
selbständig die benötigten Daten aus der méthodologie est bien connue, standar­
on diskette, magnetic tape, CD-ROM. The
Fülle des dargebotenen Materials auszu­ disée, normalisée et scientifique. Ces
white cover sheet bears a stylized motif
wählen. Diese Daten sind in gedruckter données sont présentées à un niveau très
which distinguishes the statistical docu­
Form und/oder auf Diskette, Magnet­ détaillé. Le document statistique est des­
ment from other publications.
band, CD-ROM verfügbar. Statistische tiné aux experts capables de rechercher,
Dokumente unterscheiden sich auch par leurs propres moyens, les données
The publications proper tend to be com­
optisch von anderen Veröffentlichungen requises. Les informations sont alors
piled for a well-defined and targeted
durch den mit einer stilisierten Graphik disponibles sur papier et/ou sur disquette,
public, such as educational circles or
versehenen weißen Einband. bande magnétique, CD-ROM. La couver­
political and administrative decision­
ture blanche ornée d'un graphisme stylisé
makers. The information in these docu­
démarque le document statistique des Veröffentlichungen wenden sich an eine ments is selected, sorted and annotated
autres publications. ganz bestimmte Zielgruppe, wie zum to suit the target public. In this instance,
Beispiel an den Bildungsbereich oder an therefore, Eurostat works in an advisory
Entscheidungsträger in Politik und Ver­ Les publications proprement dites peu­capacity.
waltung. Sie enthalten ausgewählte und vent, elles, être réalisées pour un public
auf die Bedürfnisse einer Zielgruppe Where the readership is wider and less bien déterminé, ciblé, par exemple
abgestellte und kommentierte Informa­ well-defined, Eurostat provides the infor­ l'enseignement ou les décideurs politi­
tionen. Eurostat übernimmt hier also eine mation required for an initial analysis, ques ou administratifs. Des informations
Art Beraterrolle. such as yearbooks and periodicals which sélectionnées, triées et commentées en
fonction de ce public lui sont apportées. contain data permitting more in-depth
Eurostat joue, dès lors, le rôle de conseil­Für einen breiteren Benutzerkreis gibt studies. These publications are available
ler. Eurostat Jahrbücher und periodische on paper or in videotext databases.
Veröffentlichungen heraus. Diese enthal­
To help the user focus his research, ten statistische Ergebnisse für eine erste Dans le cas d'un public plus large, moins
Eurostat has created 'themes', i.e. subject Analyse sowie Hinweise auf weiteres défini, Eurostat procure des éléments
classifications. The statistical documents Datenmaterial für vertiefende Unter­ nécessaires à une première analyse, les
and publications are listed by series: e.g. suchungen. Diese Veröffentlichungen annuaires et les périodiques, dans les­
yearbooks, short-term trends or method­werden ¡n gedruckter Form und in Daten­ quels figurent les renseignements adé­
ology in order to facilitate access to the banken angeboten, die in Menütechnik quats pour approfondir l'étude. Ces
statistical data. zugänglich sind. publications sont présentées sur papier
ou dans des banques de données de type
Y. Franchet
Um Benutzern die Datensuche zu erleich­ vidéotex.
Director-General
tem, hat Eurostat Themenkreise, d. h.
eine Untergliederung nach Sachgebieten, Pour aider l'utilisateur à s'orienter dans
ses recherches, Eurostat a créé les eingeführt. Daneben sind sowohl die
thèmes, c'est-à-dire une classification Statistischen Dokumente als auch die
par sujet. Les documents statistiques et Veröffentlichungen in bestimmte Reihen,
les publications sont répertoriés par wie zum Beispiel „Jahrbücher", „Kon­
junktur", „Methoden", untergliedert, um série — par exemple, annuaire, conjonc­
den Zugriff auf die statistischen Informa­ ture, méthodologie — afin de faciliter
tionen zu erleichtern. l'accès aux informations statistiques.
Y. Franchet Y. Franchet
Generaldirektor Directeur général ECHANGES DE PRODUITS
DE HAUTE TECHNOLOGIE
IFO Institut
Poschingerstraße 5
Institut für Wirtschaftsforschung
D-81679 München
(Institut de recherche économique)
Tél. (49-89) 92 24-0
Fax) 98 53 69
Département «industrie»
par Wolf Rüdiger Streck
Etude réalisée à la demande de
l'Office statistique des Communautés européennes, Luxembourg
Munich, juillet 1995
Thème
Commerce extérieur
Série
Études et recherche
DOCUMENT STATISTIQUE De nombreuses autres informations sur l'Union européenne sont disponibles sur
Internet via le serveur Europa (http://europa.eu.int).
Une fiche bibliographique figure à la fin de l'ouvrage.
Luxembourg: Office des publications officielles des Communautés européennes, 1996
ISBN 92-827-4994-0
©CECA-CE-CEEA, Bruxelles· Luxembourg, 1996
Reproduction autorisée, sauf à des fins commerciales, moyennant mention de la source.
Printed in Spain
Imprimé sur papier blanchi sans chlore Bref aperçu des résultats
1. Le «Site Europe» est depuis longtemps au coeur des débats. La compétitivité de l'UE, en particulier,
est mise en question (Livre blanc de la Commission européenne, Croissance, compétitivité, emploi -
Les défis et les pistes pour entrer dans le XXIe siècle). Le principal enjeu est celui de la présence de
l'industrie européenne sur les marchés porteurs, tant en termes géographiques qu'en termes de
produits. L'UE a dû accepter la dégradation relative de sa compétitivité non seulement par rapport
aux Etats-Unis et au Japon, mais aussi vis-à-vis de maints pays nouvellement industrialisés,
principalement situés dans l'Asie de l'Est et du Sud-Est. Dans le secteur des produits de haute
technologie, notamment, la Commission européenne a été amenée à constater que la spécialisation
de l'UE demeure moins bonne que celle des Etats-Unis et du Japon et que les échanges de l'UE sont
déficitaires (Commission européenne, Une politique de compétitivité industrielle pour l'Union
européenne, Bulletin de l'Union, Supplément 3/94).
2. Dans ce contexte, la présente étude a pour objet de fournir des informations sur la structure et
l'évolution des échanges des produits de haute technologie (PHT) dans le monde. Cette étude devait
en particulier s'intéresser à l'importance du commerce de PHT dans les échanges de produits
industriels et, plus généralement, dans l'ensemble des échanges; elle analyse les changements
intervenus dans la position occupée par l'UE, l'AELE et leurs pays membres, ainsi que la dynamique
de l'évolution des différents secteurs de haute technologie. Cette étude fait suite à une étude
précédente de 1989 et couvre les échanges mondiaux de PHT au cours de la période 1989 à 1993.
Concrètement, l'analyse porte sur 110 produits qui ont été rattachés à dix grands groupes de produits.
Ces produits ont été sélectionnés en concertation avec l'Office statistique de l'Union européenne. En
ce qui concerne la subdivision géographique, il a été réalisé une analyse séparée des échanges des
quatre zones ou pays UE, AELE, Etats-Unis et Japon avec leurs différents partenaires commerciaux
en distinguant les importations des exportations. Cette analyse est complétée par des données sur
les différents Etats membres de l'UE et de l'AELE.
3. En raison de l'importance du volume des données collectées (tableaux en annexe), il est apparu
nécessaire, lors de la rédaction de la partie texte, de n'évoquer que les résultats les plus importants
et de limiter l'analyse, en n'abordant que les questions générales. Il serait possible de préciser
l'origine de certaines structures ou évolutions en étudiant plus avant la concentration de certains
échanges sur certains produits ou certains pays ou encore les relations commerciales entre des pays
particuliers.
4. Parmi les résultats enregistrés, on note en premier lieu l'accroissement de la part du commerce
de PHT dans les échanges de produits industriels et dans l'ensemble des échanges de marchandises
au cours de la période observée. Entre 1989 et 1993, la part des importations de PHT dans les
importations de produits industriels est passée de 13,6 % à 14,7 % pour l'UE, de 9,7 % à 10,7 % pour
l'AELE, de 14,1 % à 17,5 % pour les Etats-Unis et de 12,9 % à 17,2 % pour le Japon. Du côté des
exportations, la progression était nettement plus faible, la part de l'UE passant de 11,4 % à 11,8 %
et celle du Japon de 17,7 % à 19,1 %. Après avoir connu des variations, la part des Etats-Unis a
retrouvé en 1993 son niveau élevé de 1989, soit 29,1 % alors que celle de l'AELE a même marqué
un recul, chutant de 6,3 % à 5,7 %. L'accroissement relativement modeste de l'ensemble des parts
peut s'expliquer par le fait que les produits sélectionnés correspondent à des segments qui - du moins
sous une forme agrégée - occupent une place bien établie dans le commerce mondial depuis de
nombreuses années et dont la phase de forte croissance est arrivée à terme. 5. Le volume de l'ensemble des échanges de PHT des quatre régions et pays examinés atteignait
480 milliards d'écus en 1993, après avoir augmenté de 5,2 % par an en moyenne entre 1989 et 1993:
soit + 5,4 % pour les importations et + 5 % pour les exportations. La progression du commerce
extérieur de PHT était la plus marquée aux Etats-Unis et au Japon, les parts de l'Europe (UE et
AELE) s'amenuisant parallèlement. Dans ses échanges avec les pays tiers, l'UE a vu ses importations
augmenter de seulement 3,5 % en moyenne par an et ses exportations de 4,9 %, niveau inférieur à
celui de la progression générale du commerce des PHT.
6. Le recours à des indicateurs dans l'analyse du commerce de PHT permet de mettre en évidence
l'évolution et la structure des données en valeur absolue. Le rapport existant entre les importations
et les exportations d'un pays est exprimé au moyen de la balance commerciale (exportations minorées
des importations) et du ratio exportations/importations (exportations divisées par les importations).
Ces indicateurs mettent en lumière la position déficitaire de l'UE et la position excédentaire du Japon,
avec toutefois des exceptions à cette règle pour certains grands groupes de produits et certains
partenaires commerciaux. En effet, le déficit de l'UE ne concernait que les grands groupes des
ordinateurs et machines de bureau, des composants électroniques, de l'électronique grand public et
des produits chimiques. Les échanges étaient équilibrés ou excédentaires dans les autres secteurs,
notamment l'aérospatiale, la télécommunication ou l'instrumentation scientifique. Des disparités
apparaissent dans la ventilation par partenaires commerciaux. Tous les grands groupes, à l'exception
de l'énergie nucléaire, affichaient un solde négatif vis-à-vis des Etats-Unis. Dans les échanges avec
le Japon, les secteurs de l'aérospatiale et de l'énergie nucléaire enregistraient des excédents. Les
échanges de PHT de l'AELE étaient déficitaires non seulement dans les quatre secteurs déjà cités
pour i'UE, mais également dans ceux de l'aérospatiale et de l'énergie nucléaire.
7. La structure et l'évolution des dix grands groupes par rapport à l'ensemble des échanges de PHT
ont été fortement influencées par la place prépondérante occupée par trois grands groupes:
l'aérospatiale, les ordinateurs et machines de bureau et les composants électroniques. En dépit des
différences existant entre ces grands groupes et par conséquent entre leurs marchés, on constate
que les parts des PHT dans le total des échanges de PHT n'ont que peu évolué au cours de la période
couverte par l'étude: il n'y a eu ni perdant, ni gagnant notoire. Les ordinateurs et machines de bureau
sont restés, avec une part égale à 42 % des importations de l'UE, le poste le plus important. La part
de l'aérospatiale dans les importations a régressé, chutant de 27 % en 1989 à 24 % en 1993, alors
que celle des composants électroniques a augmenté de 15 % à 17 %. L'électronique de loisir a
également légèrement progressé, de 4 % à 5 %. Dans le cas de l'AELE, la part des composants
électroniques dans les importations a connu une progression, de 15 % à 18 %, alors que celles de
l'aérospatiale et des ordinateurs et machines de bureau ont diminué, de 13 % à 10 % et de 48 % à
46 % respectivement. Dans les exportations de l'UE, quatre grands groupes ont augmenté leur part:
les composants électroniques de 13 % à 16 %, l'électronique de loisir de 3 % à 5 %, l'instrumentation
scientifique de 4 % à 5 % et les machines de 3 % à 4 %. L'aérospatiale a vu son poids diminuer de
35 % à 30 %. Dans les exportations de l'AELE, les composants électroniques ont progressé de 16 %
à 19 %, l'électronique de loisir de 3 % à 7 % et l'instrumentation scientifique de 10 % à 13 %, alors
que les produits des télécommunications et de l'armement ont marqué un recul considérable, chutant
respectivement de 12 % à 5 % et de 9 % à 3 %.
8. L'indice de spécialisation (indicateur RCA) renseigne sur la spécialisation d'un pays dans
l'importation (ou Γ exportation) d'un produit déterminé. En termes simples, une spécialisation
supérieure à la moyenne dans l'importation d'un produit signifie une dépendance de même ampleur
vis-à-vis des fournitures de ce produit; à l'inverse, une spécialisation supérieure à la moyenne dans
4 l'exportation d'un produit est un signe de la bonne compétitivité de ce produit sur le marché mondial.
Au cours de la période étudiée, le commerce de PHT de l'UE était, comme cela a déjà été dit,
caractérisé par une spécialisation inférieure à la moyenne. Toutefois, la situation variait beaucoup
d'un grand groupe à l'autre. Les importations de l'UE accusaient une spécialisation inférieure à la
moyenne dans la majorité des grands groupes. Faisaient exception à cette règle les ordinateurs et
les machines de bureau (spécialisation égale à la moyenne avec faible tendance à la hausse),
l'énergie nucléaire (spécialisation supérieure à lae après la hausse de 1993) et les produits
chimiques (spécialisation supérieure à la moyenne avec des variations). Au niveau des exportations
de l'UE, la spécialisation a globalement diminué. Les spécialisations supérieures à la moyenne
concernaient l'aérospatiale, la télécommunication, l'instrumentation scientifique et les machines, avec
parfois encore une tendance à la hausse; en revanche, la spécialisation a diminué dans l'énergie
nucléaire et l'armement. Dans le cas des importations de l'AELE, la spécialisation était supérieure à
la moyenne pour l'énergie nucléaire, les produits chimiques, l'armement ainsi que, depuis 1992, pour
l'électronique de loisir. Par contre, la spécialisation était inférieure à la moyenne pour les autres grands
groupes de même que pour l'ensemble des produits de haute technologie. Les exportations de l'AELE
se caractérisaient par une spécialisation très inférieure à la moyenne. Quelques exceptions méritent
toutefois d'être signalées, certaines exportations présentant un niveau de spécialisation
particulièrement élevé: l'armement, les machines, l'instrumentation scientifique et la
télécommunication (en forte régression). Les exportations japonaises et américaines étaient
caractérisées par une spécialisation très au-dessus de la moyenne. Les importations du Japon
enregistraient unen inférieure à la moyenne, avec toutefois un indice en augmentation.
Les importations des Etats-Unis ont connu une spécialisation supérieure à la moyenne à partir de
1991.
9. L'intensité des échanges intra-branches est exprimée à l'aide d'un indice spécifique. Il permet de
déterminer dans quelle mesure les échanges réciproques entre deux partenaires sont équilibrés dans
un domaine particulier de produits. Des échanges très équilibrés (indice 0) signifient que les
performances de production dans un domaine donné sont élevées chez les deux partenaires et que
leur propension à appliquer les règles du libre-échange est elle aussi très forte. Compte tenu de cette
définition, les résultats étaient particulièrement bons pour l'UE et ils pouvaient encore être qualifiés
de satisfaisants pour les Etats-Unis et l'AELE. Il faut néanmoins remarquer que si des résultats
globaux paraissent bons ou satisfaisants, cela peut être la conséquence d'un effet de solde résultant
du regroupement de relations commerciales très variables avec des partenaires différents ou des
intensités différentes selon les groupes de produits (intensités positives ou négatives de valeur
différente). Ainsi, si la valeur de l'indice était inférieure à 0,1 (l'échelle des indices s'étend de - 0,1 à
+ 0,1) en ce qui concerne l'intensité du commerce de l'UE calculée pour l'ensemble des produits de
haute technologie et pour tous les partenaires commerciaux, ce résultat provenait-il de l'addition,
d'une part, de secteurs enregistrant des excédents d'exportation (par ex. aérospatiale,
télécommunication, instrumentation scientifique) et, d'autre part, de secteurs affichant des excédents
d'importation (ordinateurs, secteurs de l'électronique). Cet effet de solde joue également au niveau
de la ventilation géographique: les excédents affichés dans les exportations vers la zone AELE et
certains pays nouvellement industrialisés sont compensés dans les calculs par les excédents
enregistrés dans les importations en provenance des Etats-Unis, du Japon et d'un autre groupe de
pays nouvellement industrialisés. Le Japon a enregistré, dans ses échanges de PHT, des excédents
d'exportation vis-à-vis de tous ses partenaires, avec des intensités de commerce intra-branches de
très faible valeur; dans ce cas, il n'y a pas eu d'effet de solde.
10. Au sein des zones examinées en Europe, des différences très nettes ont été mises en lumière
entre les pays membres. La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni forment le peloton de tête de
l'UE, dans la mesure où ces trois pays peuvent faire état des plus gros volumes d'échanges. Pendant l'ensemble de la période observée, la France a nettement devancé l'Allemagne et le Royaume-Uni
dans les exportations de PHT. Durant toutes ces années (1990 excepté), les exportations françaises
ont ainsi enregistré des excédents croissants. Les importations et exportations françaises se sont
concentrées dans le secteur de l'industrie aérospatiale et dans celui des ordinateurs et machines de
bureau, les autres grands groupes représentant tout au plus un dixième du total. En Allemagne, le
secteur de l'informatique occupait une place prépondérante dans les importations de PHT, devant
l'aéronautique et les composants électroniques, tandis que ces trois mêmes secteurs avaient chacun
un poids pratiquement équivalent dans les exportations allemandes. L'ensemble du commerce
extérieur de PHT de l'Allemagne se caractérisait par de forts excédents d'importations. Dans le cas
des importations britanniques, le classement était similaire à celui des importations allemandes, tandis
que les principaux postes d'exportations correspondaient aux ordinateurs, aux produits du secteur
aérospatial et, dans une plus large proportion ces dernières années, aux composants électroniques.
Le commerce extérieur britannique de PHT a également enregistré des excédents d'importations,
ces excédents étant même en augmentation. En termes de volume des échanges, la Suisse arrivait
en première position dans l'AELE, devant la Suède et l'Autriche. En dehors des grands groupes de
produits déjà mentionnés, l'instrumentation scientifique et les machines jouaient eux aussi un rôle
important dans les exportations des pays de l'AELE.
11. L'analyse du commerce extérieur de PHT par pays membres de l'UE et de l'AELE a non seulement
mis en évidence l'influence majeure des niveaux de développement et d'industrialisation, mais elle a
aussi montré que la situation géographique déterminait en partie l'orientation des flux commerciaux.
La part de l'AELE dans les importations du Danemark était plus élevée que pour les autres pays de
l'UE, certainement en raison de la proximité des voisins Scandinaves. Pour l'Irlande et la
Grande-Bretagne, le volume des importations en provenance de pays tiers (Etats-Unis, Japon, pays
nouvellement industrialisés) se situait très nettement au-dessus de la moyenne de l'UE. Les
exportations irlandaises étaient toutefois caractérisées par une forte concentration sur l'UE
(transformation d'importations en provenance de pays tiers pour le marché de l'UE). Une partie
relativement importante des exportations espagnoles était destinée aux pays tiers. Pour l'AELE, les
importations de PHT en provenance de pays tiers jouaient un rôle plus important que pour l'UE,
exception faite de la Suisse. Côté exportations, c'était le marché de l'UE qui occupait le plus souvent
une place prépondérante.
12. D'une façon générale, on peut dire qu'en principe les tendances relevées dans les échanges de
PHT fournissent des indications sur le niveau de développement économique et le niveau
technologique atteints dans les divers pays examinés. L'analyse de ces tendances doit cependant
être complétée par la prise en compte d'autres indicateurs pour permettre de brosser un tableau
complet. Parmi ceux-ci, notons les dépenses de recherche et de développement des différents pays,
l'innovation, les dépôts et délivrances de brevets ou encore la création et l'exploitation de
coentreprises. Enfin, il importe également de prendre en considération les effets que peuvent
entraîner les décisions d'ordre politique sur l'évolution du commerce extérieur des produits sensibles
(armement, énergie nucléaire).
13. Pour les raisons mentionnées dans l'introduction, il n'a été que rarement possible de donner des
informations sur les facteurs qui ont été à l'origine des évolutions constatées. Il est indubitable que
des facteurs conjoncturels ont, à plusieurs égards, joué un rôle; à titre d'exemple, on peut mentionner
la situation particulière qu'a connue l'Allemagne à la suite de la réunification, à une époque où des
facteurs de ralentissement de la conjoncture prévalaient déjà dans les autres pays. La conclusion d'importants contrats dans le secteur aérospatial a vraisemblablement eu aussi des répercussions
sur l'évolution du commerce entre deux partenaires commerciaux. Il en a été de même pour certaines
décisions politiques.
14. La présente étude fournit une vue d'ensemble de la situation et de l'évolution du commerce des
produits de haute technologie dans le monde grâce à une foule de données très nombreuses. Les
résultats présentés ainsi que les tableaux figurant en annexe devraient inciter à entreprendre des
analyses complémentaires plus détaillées.
L'un des principaux résultats est que l'Union européenne est certes un partenaire de taille dans les
échanges mondiaux de PHT, mais qu'elle est dépassée par d'autres partenaires en termes de
dynamisme. Pour évaluer l'activité commerciale de l'UE, il apparaît 'nécessaire, compte tenu
notamment de son récent élargissement (15 pays membres), de faire une distinction entre les
relations commerciales au sein de l'UE et les échanges avec des pays tiers. L'analyse serait
incomplète si l'on limitait le commerce extérieur de l'UE au commerce extra-communautaire, à l'instar
du commerce extérieur des Etats-Unis d'Amérique. L'intensification des échanges
intra-communautaires a été, et reste encore, le préalable à une saine évolution de l'économie à
l'intérieur de l'Union, même si, temporairement du moins, le commerce «intra» bénéficie ainsi d'une
certaine priorité par rapport au commerce «extra». Seule une analyse prenant en compte ces deux
types de relations commerciales permet d'évaluer les performances économiques et la compétitivité
des différents pays membres et, par conséquent, de l'Union européenne dans son ensemble.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents