La mondialisation capitalisteÊ: malheur aux vaincus

-

Documents
5 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Secondaire, Lycée
La mondialisation capitalisteÊ: malheur aux vaincus Jean-Marie Harribey Conseil Economique et Social Régional d'Aquitaine 5 novembre 2004 Je vais essayer de porter un regard d'économiste critique sur l'évolution de l'économie mondiale. Regard qui ne vient pas tant d'innovations intellectuelles nées dans telle ou telle association anti ou altermondialiste que de la réhabilitation de concepts et de catégories anciens qui avaient été hâtivement enterrés et qui se révèlent être d'une grande pertinence aujourd'hui, d'une étonnante actualité. Le rôle des associations que l'on a appelées anti puis altermondialistes ayant été et étant de populariser et de diffuser auprès des citoyens, et c'est loin d'être négligable, des thèses que le discours dominant ignorait ou condamnait. Je partirai d'une question dont l'énoncé est simple mais dont la réponse l'est moinsÊ: qu'est-ce qui a changé depuis 30 ans et qui justifie que l'on s'interroge aujourd'hui sur la signification de ce qu'il est convenu d'appeler «ÊmondialisationÊ» et sur les conséquences qui en découlent pour le monde, les nations, les régions, et avant tout pour les populations qui y viventÊ? Il y a eu une rupture, un tournant et un sursaut. 1. La rupture A partir du milieu des années 1960, les bases de l'accumulation du capital sont ébranlées dans l'ensemble des pays capitalistes développés.

  • taux de profit

  • reste du monde occidental

  • région

  • contrôle des changes

  • coût des travaux

  • economie marxiste du capitalisme

  • arrivée sur le marché mondial de régions

  • racines sociales


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 novembre 2004
Nombre de visites sur la page 21
Langue Français
Signaler un problème
Séance Plénière du Mardi 11 avril 2006
Avis du CESR sur le projet de Schéma régional
d’aménagement et de développement du territoire
(SRADT)
Adopté par 62 voix « pour », 12 voix « contre » et 10 abstentions
Le présent avis du Conseil Economique et Social Régional sur le projet de SRADT soumis à
consultation par le Conseil Régional fait suite à
deux contributions
1
que notre assemblée a votées le
26 septembre 2002 (sur la phase prospective), et le 2 décembre 2003 (sur la Charte régionale).
C’est l’ensemble de ces documents qui constitue l’expression du CESR.
1. L’adoption d’un SRADT : un atout pour la région
Si le projet de SRADT est validé, le Nord-Pas-de-Calais sera
l’une des rares régions à bénéficier
d’un SRADT,
la seule à disposer d’un document prospectif récent. Cet atout est d’importance, en
particulier à la veille de la négociation de nouveaux fonds de cohésion européens et d’une nouvelle
génération de contrats de plan, rebaptisés « contrats de projets ». C’est d’autant plus vrai que
l’orientation donnée à ces derniers risque d’aboutir à leur parcellisation dans l’espace, entre territoires
infrarégionaux, voire dans le temps.
L’existence d’un document prospectif partagé serait un moyen de maintenir un minimum de
cohérence entre les politiques sectorielles ou territoriales, condition essentielle au développement
économique et social de la région.
2. Des intentions partagées par le CESR…
Le CESR retrouve dans l’introduction du projet les objectifs généraux d’un SRADT qu’il a préconisés
dans ses contributions précédentes :
-
le SRADT ne doit pas concerner les seules politiques du Conseil Régional mais constituer
une référence pour l’ensemble des acteurs en région, y compris l’Etat ;
-
il doit permettre à la
Région
, dans le cadre d’une démarche partenariale, de jouer son rôle de
chef de file en matière d’aménagement du territoire
, conformément à la loi ;
-
« Schéma des schémas »
, il est bien l’expression des
axes stratégiques que les schémas
régionaux sectoriels devront décliner;
-
le SRADT devra être
continuellement évalué et enrichi…
3. Entre Conseil Régional et CESR, de nombreuses propositions convergentes
Dans son avis du 2 décembre 2003, le CESR a fondé son analyse sur
la qualité des interactions entre
des domaines différents (économie, recherche, formation, environnement, culture, sport, santé,
organisation et gouvernance…), laquelle conduit à l’excellence globale et à l’attractivité du
territoire.
Il a présenté
6 enjeux pour ouvrir les verrous matériels (structure de l’économie, cadre de
1
Ces contributions sont en consultation sur le site Internet de la Région www.nordpasdecalais.fr