LABORATOIRE CENTRAL DES PONTS ET CHAUSSÉES
4 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

LABORATOIRE CENTRAL DES PONTS ET CHAUSSÉES

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
4 pages
Français

Description

LABORATOIRE CENTRAL DES PONTS ET CHAUSSÉES La recherche au service de l'avenir Les recherches et expertises menées par le LCPC dans le cadre de partenariats nationaux et internationaux sont à l'origine de connaissances et produits innovants dans le secteur des infrastructures, des ouvrages d'art et de la géotechnique, tant en ce qui concerne leur conception, leur entretien et leurs usages que leurs conséquences sur l'environnement. 6 Un acteur national et européen référent dans le domaine de la recherche en génie civil Établissement public à caractère scientifique et technologique, le LCPC est un organisme public de recherche scientifique à vocation technologique qui a l'ambition d'être parmi les quelques organismes européens qui font référence pour les recherches en génie civil. Il intervient dans les domaines des infrastructures et de leurs usages, de la géotechnique, des ouvrages d'art, du génie urbain ainsi que de leurs conséquences sur l'environnement. Les travaux du LCPC bénéficient à l'ensemble des acteurs de ses domaines d'activités, maîtres d'ouvrages, maîtres d'œuvre ou gestionnaires d'infrastructures, sociétés d'ingénierie, entreprises de construction, producteurs de matériaux ou d'équipements. Ils sont réalisés en partenariats nationaux et internationaux, avec des entreprises, productrices de biens ou de services, des établissements de recherche et des universités. Le LCPC fait ainsi partie en 2005 des membres fondateurs des pôles de compétitivité “Ville et mobilité durables” à Marne-la-Vallée particulièrement orienté vers la prise en compte d'un développement durable des villes et de leur organisation technique.

  • infrastructure

  • toile nationale

  • respect des cadres

  • clients traditionnels du lcpc et de la société civile

  • génie urbain

  • cete normandie

  • partenariat national

  • lcpc

  • sécurité routière

  • priorités de recherche


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 43
Langue Français

Exrait

Introduction générale
LABORATOIRE CENTRAL DES PONTS ET CHAUSSÉES
La recherche au service de l’avenir
Les recherches et expertises menées par le LCPC dans le cadre de partenariats nationaux et
internationaux sont à l’origine de connaissances et produits innovants dans le secteur des
infrastructures, des ouvrages d’art et de la géotechnique, tant en ce qui concerne leur
conception, leur entretien et leurs usages que leurs conséquences sur l’environnement.
atmosphérique, dans lequel il intègre les grandsUn acteur national et européen référent
équipements du site de Nantes. Il s’impliquedans le domaine de la recherche en
également dans deux autres pôles : le pôle “MOVEO”génie civil
véhicules et sécurité routière et le pôle MC2 (industrie
Établissement public à caractère scientifique et mécanique).
technologique, le LCPC est un organisme public de
recherche scientifique à vocation technologique qui a Les productions du LCPC sont constituées de
l’ambition d’être parmi les quelques organismes connaissances nouvelles qui sont au cœur de la vie
européens qui font référence pour les recherches en scientifique et technique du Laboratoire organisée en
génie civil. Il intervient dans les domaines des priorités thématiques. Les principaux résultats acquis
infrastructures et de leurs usages, de la géotechnique, en 2005 résultent de l’association de réflexions
des ouvrages d’art, du génie urbain ainsi que de leurs théoriques, de modélisations, d’expérimentations de
conséquences sur l’environnement. laboratoire et de mesures de terrains.
Les travaux du LCPC bénéficient à l’ensemble des Elles sont aussi constituées, sur la base des
acteurs de ses domaines d’activités, maîtres connaissances que le LCPC a produites et de
d’ouvrages, maîtres d’œuvre ou gestionnaires csances d’autres disciplines qu’il assemble, de
d’infrastructures, sociétés d’ingénierie, entreprises de méthodologies de conception, de mesure ou
construction, producteurs de matériaux ou d’évaluation, comportant des logiciels, des matériels
d’équipements. Ils sont réalisés en partenariats de mesure ou d’essais et des matériels d’évaluation
nationaux et internationaux, avec des entreprises, ou d’auscultation, pour des produits et des ouvrages.
productrices de biens ou de services, des Enfin, le LCPC s’implique dans l’expertise, qui est une
établissements de recherche et des universités. composante nécessaire de son activité pour assurer la
pertinence de ses priorités de recherches et de ses
Le LCPC fait ainsi partie en 2005 des membres productions et pour valoriser les résultats.
fondateurs des pôles de compétitivité “Ville et mobilité Cette valorisation des résultats se traduit en 2005,
durables” à Marne-la-Vallée particulièrement orienté par la production de matériels, de logiciels et de
vers la prise en compte d’un développement durable méthodes dont se saisissent les utilisateurs des
des villes et de leur organisation technique. De travaux du LCPC.
nombreuses recherches pluridisciplinaires naissent
dans les collaborations initiées par le pôle. Le LCPC Partenaires privilégiés, les huit centres d’études
est également fondateur du pôle“Génie Civil Ouest” techniques de l’Équipement, avec en leur sein dix-
des Pays de la Loire, construit autour des plates- sept laboratoires régionaux des Ponts et Chaussées
formes d’études et d’essais d’ouvrages du génie civil et quatre centres spécialisés (les deux centres
dans leur environnement terrestre, maritime et d’études et de construction de prototypes situés à
6RAPPORT D’ACTIVITÉ 2005
Angers et Rouen CETE de l’Ouest et CETE Normandie
Centre, le Centre d’expérimentation routière et la Le Comité Inter LCPCStation d’essai de matériels routiers
du CETE Normandie Centre) ont été en 2005
L’année 2005 est marquée pour le Comitéfortement impliqués dans la réalisation des travaux
Inter Laboratoire des Ponts et Chaussées, parde recherche et dans les actions de valorisation
les effets des profondes réformes de l’État, en
opérationnelle des résultats de la recherche.
particulier dans le domaine des routes. Le
Comité a donc été un lieu fort d’échange entre
Ils forment une “toile nationale” qui est pour le LCPC les administrations centrales et les
un élément original et structurant. L’animation de laboratoires sur les conséquences de la Loi de
celle-ci est assurée par l’intermédiaire du comité décentralisation de 2004, l’application de la
inter-LPC. Loi d’Orientation de la Loi de Finances, la
mise en œuvre de la Loi sur les risques de
2003, ou encore les perspectives offertes parUne stratégie de recherche élaborée
la Loi de Programmation et d’Orientation de lapour répondre aux attentes
Recherche.
de la société civile
L’année 2005 a également vu la préparation du
Les attentes sur la qualité des travaux du LCPC sont
contrat quadriennal 2006-2009 du LCPC. Le
d’autant plus fortes qu’ils concernent des objets ayant
Comité a été un lieu de discussion privilégié
une longue durée de vie, un caractère souvent public et des orientations prévues par le contrat
une exigence forte de sécurité. Les infrastructures de quadriennal du LCPC, tant pour ce qui
transports, qui sont au centre des préoccupations du concerne les axes de recherche que pour ce
LCPC, sont des objets complexes et essentiels à la vie qui concerne les relations entre le LCPC et les
économique du pays, représentant un capital immobilisé CETE. Une attention toute particulière a été
portée par le Comité au transfert desd’une valeur très élevée, de l’ordre de 300 milliards
résultats de la recherche vers les applicationsd’euros pour les seules infrastructures routières et
sous la forme de prestations nouvelles desferroviaires.
laboratoires. Un séminaire dédié à ce sujet a
permis de dégager des principes d’actions :
Le contexte économique et la nécessité d’accroître
mieux identifier les produits finaux lors de la
la sécurité exigent l’adaptation des infrastructures
définition des programmes de recherche,
existantes mais aussi conduit à concevoir de nouveaux accélérer le rythme qualification-diffusion des
types d’infrastructures en s’appuyant sur l’ensemble des produits, professionnaliser la diffusion, mettre
communautés scientifiques afin de favoriser l’innovation ; en place un dispositif de soutien aux
l’objectif est aussi de développer de nouveaux services prestations nouvelles, notamment.
aux usagers et aux gestionnaires.
Enfin, le Comité a œuvré en 2005 à la politique
d’équipement des laboratoires, par laL’année 2005 a été l’occasion pour le LCPC, dans le cadre
définition d’un programme d’investissement,de la préparation de son contrat quadriennal 2006-2009,
et à l’orientation des activités des laboratoires,d’identifier les attentes des vingt-cinq années à venir
notamment dans les domaines de la
auxquelles il entend répondre.
certification de produits, du risque sismique et
La sécurité des infrastructures de transport et leur
des chaussées, pour lesquels les forces et
exploitation constitue incontestablement la première faiblesses du réseau des laboratoires ont été
attente de la société. La sécurité routière se situe dans analysées.
cette problématique. La route, par ses caractéristiques,
doit participer activement à la sécurité de ses usagers, y
compris en les incitant à une “conduite apaisée”. Mais il
est aussi attendu que l’infrastructure devienne
7Introduction générale
progressivement interactive en fournissant des la gestion et la réparation des infrastructures.
informations aux usagers comme aux gestionnaires, De même, les avancées technologiques des matériaux
selon des formules adaptées aux différentes portions du et des structures doivent être mises en œuvre dans le
réseau et à leurs trafics. domaine du génie civil. Le LCPC vise ici à agir en appui
de l’innovation industrielle.
La deuxième attente identifiée est relative à l’émergence
du concept de développement durable, et de son Ainsi, l’année 2005 constitue pour le LCPC une année de
application dans les domaines du génie civil. Elle conduit transition entre deux contrats quadriennaux, à la fois
à porter un regard fortement renouvelé, par rapport aux marquée par la définition de nouvelles orientations et par
pratiques traditionnellement en vigueur, sur les critères la poursuite des actions de recherche répondant aux
d’optimisation des matériaux comme des structures. Il priorités antérieures et servant de socles aux nouvelles
est donc nécessaire de développer une approche nouvelle opérations.
de la conception des infrastructures, de leur construction,
de leur usage, en allant jusqu’à leur déconstruction. Depuis 2001, dix programmes de recherche s’incrivent
Le changement climatique constitue également une dans cinq orientations thématiques prioritaires, base
évolution majeure à terme dont il convient d’anticiper les de la structure de la programmation de recherche 2005
effets, par exemple sous forme d’une évolution des du LCPC :
paramètres de dimensionnement des ouvrages. Valorisation des infrastructures existantes
La troisième attente identifiée concerne la préservation Sécurité des usagers des infrastructures routières
de l’environnement. Le bruit et les vibrations sont des Impacts des infrastructures sur l’environnement
nuisances qui sont de moins en moins acceptées et la maîtrise des risques naturels
particulièrement en zone urbaine et qu’il convient de Impact des ouvrages de génie civil en zones urbaines
maîtriser, tant en phase d’exploitation qu’en phase de Impact des nouveaux matériaux et nouvelles
construction des infrastructures. Les infrastructures sont technologies dans le domaine du génie civil et des
également une source importante de pollution de l’eau. transports.
Par ailleurs, notre société, dans un souci de sécurité, est
de plus en plus sensibilisée aux risques naturels quels Ces travaux réalisés en 2005 seront prolongés dans le
qu’ils soient. cadre du nouveau contrat quadriennal selon cinq axes qui
constituent les grandes orientations de recherche pour
Le développement de réseaux d’infrastructures de les années à venir :
transport européen fiables, durables et à la pointe des accroître la contribution de l’infrastructure à la sécurité
technologies est également une attente forte qui engage routière ;
le LCPC à intégrer cette composante dans ses priorités développer des matériaux et structures économes
de recherche. Elle est d’autant plus importante qu’une en ressources non renouvelables ;
part substantielle de ces infrastructures a été construite assurer l’insertion des infrastructures dans
il y a plus de trente ans et entre donc dans une période l’environnement, notamment urbain et péri-urbain,
où les effets accumulés de leurs usages se font sentir. et prévenir les risques naturels ;
Il importe de suivre ces infrastructures avec des valoriser les infrastructures existantes : diagnostic
méthodes et des techniques nouvelles et plus précises et maintenance ;
de reconnaissance et de surveillance, afin d’assurer leur développer les outils et les méthodes du génie civil.
maintenance, leur fiabilité et leur adaptation à des
usages nouveaux. Des capteurs plus performants et Le rapport d’activité 2005 restitue les travaux de
plus largement distribués, le traitement des recherche réalisés dans le respect du cadre défini
informations en temps réel associé à des outils de par ces cinq orientations nouvelles.
simulation et de modélisation permettront d’optimiser
8RAPPORT D’ACTIVITÉ 2005
L’année 2005, une étape importante
pour la démarche qualité
Depuis 1999, le LCPC a décidé de mettre en place Les manuels qui encadrent les activités de
un management conforme aux principes de la recherche et de développement ont été révisés
normes ISO 9001 version 2000 et, en 2002, il a pour faciliter l’obtention de produits bien identifiés,
obtenu de LRQA, pour trois ans, un certificat qui pourront faire l’objet d’une large valorisation
couvrant l’ensemble de ses unités et activités auprès des clients traditionnels du LCPC et de la
(hors les unités mixtes et les activités de société civile. La partie développement a fait l’objet
certification). d’efforts importants pour sélectionner les produits
à développer, former les responsables des projets,
Mais, au-delà de cette démarche, il est apparu encadrer la partie métrologique, qualifier les
indispensable de mettre en place au sein du LCPC produits, améliorer leur diffusion par des licenciés,
une structure d’animation solide tout en mettre des logiciels en libre service pour en faire
consolidant l’organisation qualité et en déployant bénéficier l’ensemble de la communauté
les outils nécessaires pour un succès pérenne. scientifique.
Des efforts importants ont donc été consentis en
2005, qui plus est année du renouvellement du Dans un souci d’efficacité, l’organisation sur le
certificat LRQA. terrain a été renforcée. Un correspondant Qualité
a été nommé dans chaque unité technique ou
Le nouveau contrat quadriennal (2006-2009), tout service support du LCPC, l’animation de ce réseau
en identifiant et en quantifiant des objectifs vis-à- de correspondants étant assurée par la Délégation
vis des activités et des moyens humains et à la qualité et à la normalisation, placée
financiers du Laboratoire, respecte bien les grands directement sous l’autorité du Directeur général.
principes de la norme ISO 9001 et dessine les La pratique des audits internes a été élargie aux
contours des processus guidant la démarche processus et les revues de direction ont été
Qualité. Les documents du système de systématisées au niveau des unités et services du
management de la qualité, et en particulier le LCPC.
détail des processus, ont donc été adaptés en 2005
pour tenir compte des évolutions en cours, à Toutes ces actions ont permis le renouvellement
savoir l’élaboration et suivi de la stratégie de du certificat ISO 9001 du LCPC en septembre 2005,
l’organisme, les budgets et programmes, la et son extension aux activités de certification.
réalisation des activités de R&D, la réalisation des
activités contractuelles, le management des
Le LCPC fait partie des membres fondateurs ressources humaines, la gestion des ressources
du Réseau National d’Essais (RNE) qui est à l’origine financières, les achats.
du Comité Français d’Accréditation (COFRAC)
dont la Commission Technique d’Accréditation
“Bâtiment génie civil” est aujourd’hui présidée
par le Directeur général du Laboratoire.
9

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents