Les conditions d inscription et d accueil des étudiants étrangers dans les universités
126 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Les conditions d'inscription et d'accueil des étudiants étrangers dans les universités

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
126 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La mission d'évaluation confiée à l'IGAENR est centrée sur la situation des étudiants étrangers rejoignant à titre individuel les universités françaises, qui constituent 80 % du total des étudiants étrangers accueillis en France et se trouvant souvent en plus grande difficulté que les autres étudiants (taux de réussite très inférieurs à ceux des étudiants français ; conditions de vie précaires). Sur la base de l'étude de la chaîne de l'accueil, des entretiens (dans les ministères, dans les établissements, les CROUS et les préfectures) et des rencontres (avec environ 300 étudiants étrangers dans la quinzaine de sites visités) ont été organisés par l'inspection qui s'est par ailleurs dotée de nombreux éléments de comparaison internationale. Modalités de recrutement des étudiants étrangers, procédures d'entrée et de séjour sur le territoire, conditions de vie et d'étude, tels sont les thèmes abordés par l'inspection qui estime que des écarts, parfois importants, existent entre les objectifs à atteindre et la réalité. Elle formule en fin de rapport un certain nombre de propositions.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 juin 2005
Nombre de lectures 34
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

  
 
Les conditions d inscription et d accueil ’ ’ des étudiants étrangers dans les universités
 
rapport à monsieur le ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche  à monsieur le ministre délégué à l’enseignement supérieur et à la recherche
N° 2005-023
 
 
Juin 2005
 
 
              
              
 
MINISTERE DE LEDUCATION NATIONALE, DE LENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE  _____  Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche _____   
Les conditions d’inscription et d’accueil  des étudiants étrangers dans les universités
  JUIN 2005          Christine SZYMANKIEWICZ Inspectrice générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche – coordonnatrice de la mission –    Françoise BOUTET-WAISS  Jean-Claude LUC Inspectrice générale de l’administration Inspecteur général de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche de l’éducation nationale et de la recherche    Michel ROIGNOT  Thierry SIMON Inspecteur général de l’administration Inspecteur général de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche de l’éducation nationale et de la recherche 
 
 
   
SOMMAIRE
Résumé du rapport............................................................................. I 
Introduction ........................................................................................ 1 
Une observation des pratiques sur place et sur pièces dans un nombre significatif d’universités ........................................................................................................................ 1 Un champ d’observation délimité ............................................................................................... 1 
1.  3L’évolution de la politique de l’Etat ........................................... 
2. 
1.1. Des enjeux multiples........................................................................................................... 3 1.1.1. économique de la France .................................. 3Un enjeu pour le rayonnement culturel et  1.1.2. Un enjeu budgétaire important : environ deux milliards d’euros par an ............................ 4 1.2.  .............................................. 6volontariste mise en place à partir de 1998Une politique  1.3.  ................................. 8Une politique actuelle qui privilégie des objectifs plus qualitatifs 1.4. Une croissance régulière du nombre d’étudiants étrangers depuis 1998 .................... 12 1.4.1. à l’inscription d’étudiants en réelle mobilitéUne augmentation due essentiellement et non de résidents étrangers en France ............................................................................ 12 1.4.2. Le nombre de visas de long séjour pour études a quasiment doublé en 5 ans ................... 13 1.4.3. de différenciation plus grande des origines géographiques .......................... 15Une amorce  
Des conditions de recrutement et d’études qui ne permettent pas de s’assurer de la qualité académique des étudiants étrangers ..................................................................... 16 2.1. Des procédures de recrutement en 1èreet 2èmeannées de licence très encadrées administrativement .......................................................................................................... 16 2.1.1. La procédure d’inscription préalable dans les universités est l’élément déclencheur, essentiel et incontournable pour une poursuite des démarches ......................................... 16 2.1.2. L’évaluation du niveau de maîtrise de la langue française est obligatoire à ce niveau même si elle demeure trop peu normée .................................................................. 18 2.1.3. Une appréciation du niveau académique est assurée ........................................................ 21 2.1.4. cas particulier des élèves étrangers des lycées français du réseau de l’AEFE............. 21Le  
 
 
3. 
2.2. Le 2èmecycle : le niveau de tous les dérapages possibles ............................................... 22 2.3. Le 3èmecycle : la prédominance de stratégies de recrutement purement individuelles ...................................................................................................................... 24 2.4. Une sélection des étudiants étrangers a toujours été faite, ne serait-ce qu’en raison de la capacité d’accueil des universités ............................................................... 24 2.4.1. en première et deuxième années deSeules 10 % des candidatures enregistrées licence aboutissent à une inscription définitive en université ............................................ 24 2.4.2. La sélection effectuée est cependant peu qualitative.......................................................... 25  La sélection sur  ........25dossier ne permet pas d’effectuer une sélection qualitative  amont ni suivi de cohortes en aval quiIl n’existe ni stratégie d’accueil en permettraient de préciser les recrutements nécessaires .........................................26 
2.5. 
2.6. 
Les établissements, pour l'essentiel, « accueillent » les étudiants étrangers, ils ne les « recrutent » pas..................................................................................................... 27 2.5.1. La part de l'accueil choisi, institutionnel, est aujourd’hui marginale................................ 27 2.5.2. Les universités usent mécaniquement de leur capacité d’accueil ...................................... 29 2.5.3. Les dispositifs d’accompagnement pédagogique et de tutorat nécessaires n’ont pas été mis en place .................................................................................................................. 29 
Un nouveau dispositif de pré recrutement mis en place par le ministère des affaires étrangères : CELA et CEF................................................................................. 30 
Des procédures d’entrée et de séjour sur le territoire inutilement complexes ................................................................ 32 
3.1. sur le territoire participent de l’attractivitéLes modalités d’entrée et de séjour d’un territoire et de son enseignement supérieur .......................................................... 32 
3.2. Un parcours français plus complexe que celui proposé par d’autres grandes nations de la mobilité étudiante ...................................................................................... 33 3.2.1. première étape, incontournable, du parcours est celle de la recherche et deLa l’obtention d’une admission en université.......................................................................... 33 3.2.2. La deuxième étape consiste à obtenir le droit d’entrer sur le territoire............................. 34 3.2.3.  35La troisième étape, enfin, consiste à obtenir le droit de séjourner sur le territoire ........... 3.3. Le parcours actuel, malgré des tentatives de simplification, demeure incompréhensible pour les étudiants comme pour les services .................................... 36 3.3.1. La valse hésitation entre la délivrance d’une inscription définitive dans un établissement et la délivrance du titre de séjour n’est toujours pas résolue ...................... 36 3.3.2. Des dispositifs de guichets uniques ou de dépôts groupés de demandes ont été mis en place pour simplifier les démarches des étudiants ........................................................ 36 
3.4. 
Quelques éléments de comparaison internationale ....................................................... 37 
 
 
4. 
5. 
3.5. 
3.6. 
Des pistes d’amélioration de la procédure actuelle ....................................................... 38 3.5.1. Un premier scénario minimal : multiplier les dispositifs visant à simplifier les démarches .......................................................................................................................... 38  les dispositifs de guichets uniques .......................................................39Multiplier   personnes ou les structures capables de s’engager sur la qualité deIdentifier les certains étudiants susceptibles de faire l’objet d’une délivrance quasi immédiate du premier titre de séjour ......................................................................................40 3.5.2. Un second scénario, plus ambitieux, serait celui d’un rapprochement entre les compétences actuellement respectivement dévolues au ministère de l’intérieur et au ministère des affaires étrangères ....................................................................................... 40  La complexité actuelle de la délivrance du premier titre de séjour n’apporte aucune valeur ajoutée en matière de sécurité et de maîtrise de l’immigration illégale...................................................................................................................41  Le préalable actuel de la visite médicale ne représente pas un frein à une unification possible des procédures de visa et de titre ..........................................41  Les opérations de contrôle de la durée et de la cohérence des cursus opérées par les préfectures au moment du renouvellement des titres de séjour sont essentielles. ...........................................................................................................42  L’Éducation nationale doit s’impliquer davantage dans la vérification du sérieux des études ..............................................................................................................43  Passer d'une logique de prévention et de suspicion peu efficace à une logique de confiance pour le plus grand nombre et de sanction ferme pour ceux qui utilisent le visa étudiant à des fins d’immigration illégale..................................................44 
L’intérêt d’un rapprochement entre le travail des postes et celui des préfectures.........................................................................................................................44 
Une vérification inefficace du montant minimal des ressources exigées ....................................................................... 46 4.1. Les limites techniques des vérifications réglementaires................................................ 46 4.1.1. Le détail des contrôles ....................................................................................................... 47 4.1.2. La limite des vérifications possibles................................................................................... 47 4.2. Un montant minimum des ressources exigées insuffisant............................................. 49 4.3. La nécessité d’une information plus systématique sur le coût de la vie en France ...............................................................................................................................50 4.3.1. Un rappel des différences de niveaux de vie des familles des étudiants étrangers accueillis en France ........................................................................................................... 50 4.3.2. L’information indispensable doit être assurée très en amont des procédures d’inscription ....................................................................................................................... 52 
Des conditions de vie trop souvent précaires ........................... 54 
5.1. 
Le dispositif des bourses assure généralement un niveau de ressources suffisant mais leur nombre est faible.............................................................................................. 54 
 
 
6. 
5.2.  5.3. 
5.4. 
Les aides d’urgence sont utilisées à 40 % par les étudiants étrangers ........................ 55 La question du logement étudiant demeure une question sensible .............................. 57 5.3.1.  ............................................................................................. 58L’offre actuelle de logements 5.3.2. équilibres doit être assurée ........................................................ 58Une délicate gestion des   L’équilibre des brassages entre nationaux et étrangers .........................................58  L’équilibre économique ........................................................................................59  L’équilibre entre les différentes demandes sociales ..............................................59  Des critères empiriques de priorité ont été instaurés.............................................59 5.3.3.  ....... 61Les difficultés liées à l’exigence du cautionnement par un tiers domicilié en France 5.3.4. uniquement pour les étudiants étrangers en accueilL’offre est satisfaisante institutionnel....................................................................................................................... 62 
En revanche, des droits importants sont ouverts aux étudiants étrangers ................. 62  L’aide au logement................................................................................................63  La sécurité sociale .................................................................................................63  travail à mi-temps est ouvert aux étudiants étrangers, dès la premièreUn droit au année d’études.......................................................................................................63 
Les raisons de l’écart entre les objectifs à atteindre et la situation actuelle ......................................................................... 66 6.1. Les aléas de la politique gouvernementale ..................................................................... 66 6.1.1. Des orientations gouvernementales peu connues............................................................... 66 6.1.2. Une mise en œuvre grevée d’incertitudes........................................................................... 67 6.1.3. Une absence d’études prospectives permettant d’orienter les décisions gouvernementales............................................................................................................... 68 6.2.  ..............................................................................Des relais administratifs insuffisants 69 6.2.1. Le pari du LMD a temporairement accaparé les services ................................................. 69 6.2.2. L’administration de l’éducation nationale ne lie pas sa politique contractuelle aux délégations de crédits......................................................................................................... 69 6.2.3. les ministères techniques et le ministère des affaires étrangèresLa liaison entre demeure insuffisante........................................................................................................... 70 
6.3. 
Une absence de stratégie des universités dans le domaine international..................... 71 6.3.1. Une méconnaissance de la composition des étudiants étrangers accueillis ...................... 71 6.3.2. L’ouverture internationale des universités est souvent constituée de l’agrégation d’initiatives éparses des composantes................................................................................ 73 6.3.3. de politiques locales de recrutement.................................................. 74L’amorce constatée  Des coopérations inter universitaires ....................................................................74   Des embryons de recrutements fondés sur critères d’excellence ..........................75  classes préparatoires à cette politique ..............................................77L’apport des   L’organisation de cursus en anglais ......................................................................77 
 
 
7. 
8. 
6.4. 
6.5. 
6.3.4. 
 Les filières délocalisées et l’enseignement à distance...........................................78 Bourses et logement : les leviers indispensables à une politique d’établissement ............. 80   ..................................................80La maîtrise nécessaire d’un volant de logements  La participation nécessaire au pilotage de la politique des bourses ......................82  Les autres pays de la mobilité étudiante consacrent leurs programmes de bourses au recrutement des meilleurs étudiants .................................................................83 
L’hypothèse d’un établissement public réunissant les compétences des différents opérateurs de l’accueil .................................................................................... 84 
Un nécessaire ré-examen du devoir de solidarité envers les pays du sud.................... 86 
Récapitulatif des propositions formulées ................................. 91 
Liste des interlocuteurs rencontrés ........................................... 94 
9. Bibliographie............................................................................. 104  
 
 
Résumé du rapport   La mission d’évaluationd’accueil des étudiants étrangers dans lesdes conditions d’inscription et universités l’administration de l’éducation nationale et de laconfiée à l’inspection générale de recherche, au cours de la présente année universitaire1, s’inscrit dans une longue suite de travaux sur le même thème. D’entrée de jeu, la question de la valeur ajoutée de cette nouvelle enquête a donc été posée. Une double réponse lui a été apportée qui concerne son périmètre et sa méthode : – le choix a été fait de centrer les investigations sur la situation des étudiants étrangers rejoignantà titre individuel % du total des les universités françaises, qui constituent 80 étudiants étrangers accueillis en France. Les constats antérieurs ont en effet montré que c’est parmi eux que se rencontrent les plus grandes difficultés : taux de réussite très inférieurs à ceux des étudiants français et des conditions de vie précaires ; – conformément à la vocation de l’inspectiongénérale de l’administration, à ses méthodes de travail habituelles, les orientations de la politique nationale ainsi que les idées les plus généralement admises à l’échelon parisien ont été confrontées à ce que l’on peut constater sur le terrain. A cette fin, les contacts avec les responsables des administrations centrales concernées, ceux des grands organismes à vocation nationale et avec les présidents d’université ont été complétés par de nombreux entretiens avec l’ensemble des agents impliqués à tous niveaux dans ce qu’il est convenu d’appeler « la chaîne de l’accueil » : au total, plus de 200 personnes ont été entendues, dans les ministères et, surtout, dans les établissements, les CROUS et les préfectures et des rencontres ont été organisées avec environ 300 étudiants étrangers dans la quinzaine de sites visités.  Par ailleurs, la mission s’est attachée à se doter de nombreux éléments de comparaison internationale.  Cette enquête « sur place et sur pièces » montre le chemin qui reste à parcourir. Qu’il s’agisse des modalités de recrutement des étudiants étrangers, des procédures d’entrée et de séjour sur le territoire qui leur sont appliquées ou de leurs conditions de vie et d’étude - trois thèmes qui constituent le cœur du présent rapport - des écarts, parfois importants, existent, en effet, entre les objectifs à atteindre et la réalité. C’est à tenter de les expliquer et à avancer un certain nombre de propositions qu’est consacrée la dernière partie du présent rapport.   L’ÉVOLUTION DE LA POLITIQUE GOUVERNEMENTALE  Dans un contexte international d’ouverture croissante des économies, des sociétés et des cultures, l’accueil d’étudiants étrangers constitue un enjeu essentiel pour le rayonnement d’une nation. Compte tenu de la quasi-gratuité de notre enseignement supérieur, il constitue aussi, en France, un enjeu budgétaire important puisque son coût net est évalué à 2 milliards d’euros.  Diverses politiques ont été mises en place à l’échelon national au cours des vingt-cinq dernières années.Depuis 1998, des mesures nombreuses et convergentes ont été prises pour développer la mobilité entrante réséda »: la loi «2, dont un large pan concerne les étudiants, a assoupli les conditions d’entrée et de séjour sur le territoire ; des instructions ont été données aux postes diplomatiques pour qu’ils pratiquent une politique plus souple de délivrance des visas, l’agence Edufrance a été créée avec une très large mission de coordination de l’offre de formation à l’étranger. Les objectifs clairement quantitatifs de cette politique se sont rapidement accompagnés de priorités géographiques. Ils ont, en outre, été volontairement adossés en priorité à la constitution d’un enseignement supérieur européen. Les résultats ont été rapides : le nombre de visas de longs séjours pour études a doublé quasiment en cinq ans et le nombre d’étudiants étrangers accueillis a augmenté de 64 % pour atteindre, en 2003-2004, 200 588, soit plus d’un étudiant sur dix.                                                      1 Bulletin officiel n° 31 du 2 septembre 2004. 2 du 11 mai 1998 relative à l’entrée et au séjour des étrangers et au droit d’asile. Loi
–I – 
 
 Depuis 2003remettre en cause l’orientation générale en faveur de l’ouverture européenne et, sans internationale des établissements, toujours encouragée,un certain nombre d’objectifs plus directement qualitatifs sont retenus: l’accès en master et doctorat, dans les disciplines privilégier scientifiques, techniques, juridiques et de gestion et diversifier davantage les origines géographiques des étudiants avec une priorité aux pays scientifiquement et technologiquement développés, aux nouveaux membres de l’Union européenne et aux pays émergents. Une nouvelle politique a donc été élaborée depuis dix-huit mois. Des stratégies ont été retenues, des outils et des moyens d’incitation prévus, un dispositif de pilotage précisé.  Les constats effectués sur le terrain à la fois confirment la nécessité de cette politique et montrent l’importance du chemin qui reste à parcourir   DES CONDITIONS DE RECRUTEMENT ET D’ÉTUDES QUI NE PERMETTENT PAS DE S’ASSURER DE LA QUALITÉ ACADÉMIQUE DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS  Alors qu’à l’évidence la finalité de la venue d’un étudiant étranger est la réussite de ses études, dans un trop grand nombre de cas, les modalités de son recrutement par les universités puis les insuffisances de son encadrement ne permettent pas de s’assurer qu’il a les compétences requises pour les entreprendre ni qu’il bénéficie d’un soutien adapté pour les réussir.  Le recrutement des étudiants étrangers présente trois grandes caractéristiques qui se retrouvent, à des degrés divers, dans les trois cycles d’étude :  –les établissements, pour l'essentiel,  les étudiants étrangers, ils ne les« accueillent » « recrutent » pas.part de l'accueil véritablement choisi, c’est-à-dire la part des  La étudiants accueillis à titre institutionnel (programmes européens en particulier) ou dans le cadre de partenariats organisés par les universités elles-mêmes, n'atteint généralement pas 10 % du total des étudiants étrangers accueillis dans la plupart des universités. La plus grande part des étudiants étrangers représentent ainsi une forme de mobilité subie par les universités qui ni ne les refusent ni ne souhaitent et préparent véritablement leur accueil ;  –contrairement à une idée trop communément admise, une forme de sélection des étudiants étrangers s’est toujours pratiquéemême si elle est essentiellement quantitative et liée à la capacité d’accueil inextensible des établissements ou de certaines formations.  Certes, au moment où la pression démographique interne s'est relâchée, la nécessité d'utiliser les équipements mis en place en période de hausse continue des effectifs et, sans nul doute, le souhait des établissements de maintenir les moyens obtenus, ont vraisemblablement contribué à conférer un intérêt nouveau à l'accueil d'étudiants étrangers qui ont effectivement parfois servi de variable d’ajustement.  Pour autant, contrairement à une idée trop souvent admise, la différence entre les demandes d'inscription adressées aux universités et les dossiers effectivement retenus a toujours été importante. La sélection est même impressionnante dans les deux premières années de licence puisqu’en moyenne un tiers seulement des candidatures sont retenues par les commissions ou responsables pédagogiques (essentiellement pour insuffisance de niveau académique ou maîtrise insuffisante de la langue française). Finalement 10 à 12 % seulement aboutissent à une inscription effective, soit parce que le candidat ne poursuit pas son projet, soit parce que, dans la suite de la procédure, il n’obtient pas son visa d’entrée sur le territoire français.  
–I I – 
 
–il ne s’agit pas, en revanche, d’une sélection traduisant une politique de recrutement qualitative concertée:  accueillir, comme c’est le :elle doit en effet concilier deux injonctions paradoxales cas pour les étudiants français, sans sélection particulière puisque ce principe n’a  jamais été réellement remis en cause et, dans le même temps, tenter de choisir parmi la masse des candidatures, en raison des capacités d’accueil, les candidats les plus aptes à poursuivre des études dans de bonnes conditions ; elle se fait uniquement sur dossier et l’on en connaît les limites : le nouveau dispositif de présélection que le ministère des affaires étrangères met en place dans dix pays nouveaux après qu’il ait été expérimenté en Chine, destiné à assurer un prérecrutement plus efficace, malgré les incertitudes qui pèsent sur sa réalisation, traduit une prise de conscience des évolutions nécessaires en ce domaine ; il n’existe aucune stratégie globale en amont et peu de suivis de cohortes en aval permettant de préciser les recrutements nécessaires : en premier cycle en particulier, il n’est quasiment jamais fait état d'objectifs précis en matière d’accueil et de choix de recrutement. La plupart des universités qui constatent une augmentation du nombre de leurs étudiants étrangers ne procèdent pas à une analyse statistique même élémentaire de cette population et sont bien souvent incapables d'en déterminer les causes. Les flux paraissent procéder de dynamiques qui échappent aux équipes de direction.  Le recrutement dans chaque cycle d'études se caractérise cependant par un certain nombre de spécificités – lors des deux premières années du niveau licence, les procédures de recrutement sont extrêmement encadrées administrativement dans le cadre des « demandes d'inscription préalables » fondées sur des dispositions réglementaires datant de 1971, modifiées en 19883: les tests linguistiques, même s'ils demeurent disparates d'une université à l'autre comme l'appréciation du niveau académique des candidats sont organisés. C’est à ce niveau que la sélection est la plus forte ; – le second cycle, comme les observations de la mission ont pu le confirmer, est, pour sa part, le maillon faible du dispositif et celui de tous les dérapages possibles.C’est là qu’ont été observées le plus fréquemment des stratégies, en général individuelles, de maintien artificiel de formations par le recrutement massif d’étudiants étrangers. En effet, les contrôles organisés pour l'accès aux premières années de licence se relâchent : plus de test linguistique obligatoire, souplesse plus grande dans la délivrance des visas à ce niveau d’étude privilégié dans le cadre des priorités gouvernementales… Se pose, en outre, aux universités le problème de l'appréciation difficile de l'équivalence des diplômes obtenus à l'étranger ; – le troisième cycle, enfin, s'il est souvent moins touché par les dérives du second cycle, se caractérise, malgré l’effort structurant des écoles doctorales, par des stratégies de recrutement trop individuelles, peu souvent portées par une stratégie de recrutement de l'université.  Au total, pour la grande majorité des étudiants étrangers venant en France à titre individuel, la prise en compte de critères qualitatifs se heurte, pour l’heure, à des obstacles réels. Cette situation est d’autant plus grave qu’ils ne bénéficient pas, par la suite, d’un accompagnement spécifique adapté aux difficultés qu’ils rencontrent. Un des constats les plus étonnants de la présente enquête est, en outre, l’absence quasi générale de mise en évidence, filière par filière, des taux de réussite des étudiants étrangers et français, en dépit des enseignements que l’on pourrait en tirer pour mieux traiter ces difficultés et préciser, en amont, les critères de recrutement.  
                                                     3 n° 71-376 du  Décrets13 mai 1971 et n° 88-1145 du 21 décembre 1988.
–III – 
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents