Marché du travail : face à un chômage élevé, mieux cibler les politiques

-

Documents
170 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dans un contexte marqué par un niveau de chômage durablement élevé, la Cour des comptes se penche sur les politiques en faveur du marché du travail, essentiellement l'indemnisation du chômage, les dispositifs visant à l'incitation ou à la création d'emplois et la formation professionnelle continue. Les principales conclusions tirées par la Cour de l'ensemble des travaux qu'elle a réalisés sont développées dans les cinq chapitres du rapport : malgré les nombreuses mesures décidées à partir de 2008, l'évolution du chômage a été plus défavorable en France que dans plusieurs pays européens, les personnes les plus fragilisées de la population active apparaissant comme les principales victimes de la crise ; l'assurance chômage met en oeuvre des règles d'indemnisation protectrices, mais son évolution financière apparaît difficilement soutenable avec la prolongation de la crise ; certains dispositifs destinés à faire face à la dégradation de la situation de l'emploi, comme le chômage partiel ou les contrats aidés, affichent une efficacité insuffisante ; le ciblage des dispositifs sur ceux qui en avaient le plus besoin n'a pas été satisfaisant ; les mesures prises pour pallier les conséquences de la multiplicité des acteurs des politiques de l'emploi et de la formation professionnelle n'ont pas eu les effets escomptés.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2013
Nombre de visites sur la page 39
Langue Français
Signaler un problème
 
 
 
 
LE MARCHE DU TRAVAIL : 
FACE A UNCHOMAGE ELEVE,  
MIEUX CIBLER LES
POLITIQUES 
 
 
 
 
 
 
 
Rapport public thématique
 Janvier 2013
 
 
 
SOMMAIRE  DELIBERE ......................................................................................... 9 
INTRODUCTION ...........................................................................11 
CHAPITRE I UN DUALISME DU MARCHE DU TRAVAIL AGGRAVE PAR LA CRISE............................................................15 
I - Une augmentation du chômage assez marquée malgré un recul de l’activité économique moindre que dans la moyenne des pays européens  ................................................................................................................. 16 A - Une croissance moins dégradée que dans d’autres pays européens . 16 B - Une évolution globale de l’emploi et du chômage en France durant la crise proche de la moyenne des pays de l’OCDE ..................................... 18 
II Une aggravation du dualisme du marché du travail............................ 23 -A - Des mesures nombreuses en faveur de l’emploi et du marché du travail à partir de 2008 ............................................................................. 23 B - Un renforcement des inégalités face à l’emploi ................................. 26 
CHAPITRE II UN FINANCEMENT DE L’INDEMNISATION DU CHOMAGE DIFFICILEMENT SOUTENABLE ...................39 
I - Des règles d’indemnisation du chômage légèrement plus favorables à partir de 2009........................................................................................... 40 A - Des objectifs définis en amont de la crise économique ..................... 40 B - Une réforme visant à simplifier l’indemnisation et à l’améliorer pour les plus précaires...................................................................................... 41 C - Les autres paramètres d’indemnisation restés globalement inchangés .................................................................................................................. 44 
II - Une couverture du risque de chômage plus favorable que dans d’autres pays.......................................................................................................... 46 A - Au sein de l’OCDE, une amélioration temporaire des conditions d’indemnisation face à la crise................................................................. 46 B - Un système protecteur d’indemnisation du chômage....................... 48 C - Une baisse du taux de couverture au cours de la crise....................... 53 
4
COUR DES COMPTES
III - Un régime d’assurance chômage confronté à la crise ........................ 56 A - La montée en puissance de l’indemnisation de l’activité réduite ...... 56 B - Une articulation perfectible entre les prestations d’assurance chômage et les allocations de solidarité .................................................. 60 C - Des prestations d’assurance chômage très différentes selon le profil du bénéficiaire ......................................................................................... 64 D - Une forte dégradation de la situation financière de l’assurance chômage à partir de 2009 ........................................................................ 66 
CHAPITRE III DES DISPOSITIFS PEU EFFICACES FACE A LA HAUSSE DU CHOMAGE.........................................................71 
I - L’insuffisante mobilisation du chômage partiel ................................... 72 A - Un dispositif quasiment tombé en désuétude dans la première partie des années 2000 ...................................................................................... 72 B - Une modernisation tardive et partielle............................................... 74 
II - Le recours persistant à des contrats aidés peu efficaces ..................... 80 A - Un déclin interrompu par la crise ....................................................... 80 B - Un instrument nettement plus sollicité en France qu’ailleurs en Europe ...................................................................................................... 81 C - Des résultats insuffisants en termes d’insertion................................. 82 
CHAPITRE IV DES POLITIQUES INSUFFISAMMENT CIBLEES SUR LES PUBLICS EN DIFFICULTE ........................89 
I - Un effort de formation professionnelle inégalement réparti ............... 90 A - Les personnes qui en auraient le plus besoin ne bénéficient pas de la formation continue .................................................................................. 90 B - Un effort insuffisant de formation des demandeurs d’emploi ........... 96 
II - Des difficultés de ciblage accrues par la crise...................................... 99 A - Une baisse de la part des publics défavorisés à partir de 2009 .......... 99 B - Des contrats de professionnalisation insuffisamment orientés vers les peu diplômés.......................................................................................... 104 C - Des dispositifs de reclassement des demandeurs d’emploi  insuffisamment ciblés vers ceux qui en ont le plus besoin .................... 107 
SOMMAIRE 5
CHAPITRE V UNE GOUVERNANCE PUBLIQUE ET PARITAIRE COMPLEXE ET INSUFFISAMMENT COORDONNEE............................................................................ 115 
I - Un grand nombre d’acteurs ............................................................... 116 A - Au niveau national : l’absence d’une instance de gouvernance commune ............................................................................................... 116 B - Au plan local : un foisonnement d’instances de concertation sans réelle coordination ................................................................................. 118 
II - Le fonds d’investissement social : une tentative inaboutie de coordination de l’Etat et des partenaires sociaux ................................... 120 A - Une création motivée par une volonté de réponse à la crise ........... 120 B Des résultats insuffisants au plan national mais plus positifs au niveau -local ........................................................................................................ 122 
III - Le fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) : des missions ambitieuses mais un fonctionnement encore déficient ................................................................................................. 125 A - Un nouvel organisme doté de missions ambitieuses........................ 125 B - Des difficultés importantes entravant encore la mission de financement des projets ........................................................................ 130 
CONCLUSION GENERALE........................................................ 137 
RECAPITULATIF DES RECOMMANDATIONS ................... 141 
REPONSES DES ADMINISTRATIONS ET DES ORGANISMES CONCERNES ................................................................................ 145 
  
 
 
  
Les rapports publics de la Cour des comptes
  
- élaboration et publication -
La Cour publie un rapport public annuel et des rapports publics thématiques.
Le présent rapport est un rapport public thématique.
Les rapports publics de la Cour s’appuient sur les contrôles et les enquêtes conduits par la Cour des comptes ou les chambres régionales des comptes et, pour certains, conjointement entre la Cour et les chambres régionales ou entre les chambres. En tant que de besoin, il est fait appel au concours d’experts extérieurs, et des consultations et des auditions sont organisées pour bénéficier d’éclairages larges et variés.
Au sein de la Cour, ces travaux et leurs suites, notamment la préparation des projets de texte destinés à un rapport public, sont réalisés par l’une des sept chambres que comprend la Cour ou par une formation associant plusieurs chambres.
Trois principes fondamentaux gouvernent l’organisation et l’activité de la Cour des comptes, ainsi que des chambres régionales des comptes, et donc aussi bien l’exécution de leurs contrôles et enquêtes que l’élaboration des rapports publics : l’indépendance, la contradiction et la collégialité.
Lindépendance institutionnelle des juridictions financières et statutaire de leurs membres garantit que les contrôles effectués et les conclusions tirées le sont en toute liberté d’appréciation.
Lacontradictionimplique que toutes les constatations et appréciations ressortant d’un contrôle ou d’une enquête, de même que toutes les observations et recommandations formulées ensuite, sont systématiquement soumises aux responsables des administrations ou organismes concernés ; elles ne peuvent être rendues définitives qu’après prise en compte des réponses reçues et, s’il y a lieu, après audition des responsables concernés.
La publication d’un rapport public est nécessairement précédée par la communication du projet de texte que la Cour se propose de publier aux ministres et aux responsables des organismes concernés, ainsi qu’aux autres personnes morales ou physiques directement intéressées. Dans le rapport publié, leurs réponses accompagnent toujours le texte de la Cour.
Lacollégialité intervient pour conclure les principales étapes des procédures de contrôle et de publication.
8
COUR DES COMPTES
Leur rapport d’instruction, comme leurs projets ultérieurs d’observations et de recommandations, provisoires et définitives, sont examinés et délibérés de façon collégiale, par une chambre ou une autre formation comprenant au moins trois magistrats, dont l’un assure le rôle de contre-rapporteur, chargé notamment de veiller à la qualité des contrôles. Il en va de même pour les projets de rapport public.
Le contenu des projets de rapport public est défini, et leur élaboration est suivie, par le comité du rapport public et des programmes, constitué du premier président, du procureur général et des présidents de chambre de la Cour, dont l’un exerce la fonction de rapporteur général.
Enfin, les projets de rapport public sont soumis, pour adoption, à la chambre du conseil où siègent en formation plénière ou ordinaire, sous la présidence du premier président et en présence du procureur général, les présidents de chambre de la Cour, les conseillers maîtres et les conseillers maîtres en service extraordinaire.
Ne prennent pas part aux délibérations des formations collégiales, quelles qu’elles soient, les magistrats tenus de s’abstenir en raison des fonctions qu’ils exercent ou ont exercées, ou pour tout autre motif déontologique.
  
 
 
 *
Les rapports publics de la Cour des comptes sont accessibles en ligne sur le site Internet de la Cour des comptes et des chambres régionales et territoriales des comptes :www.ccomptes.fr sont diffusés par IlsLa documentation Française.
 
Délibéré
La Cour des comptes, délibérant en chambre du conseil réunie en formation ordinaire, a adopté le présent rapport sur « Le marché du travail : face à un chômage élevé, mieux cibler les politiques ». Le rapport a été arrêté au vu du projet communiqué au préalable aux administrations et organismes concernés et des réponses adressées en retour à la Cour. Les réponses sont publiées à la suite du rapport. Elles engagent la seule responsabilité de leurs auteurs.
Ont participé au délibéré : M. Migaud, Premier président, MM. Descheemaeker, Bayle, Bertrand, Mme Froment-Meurice, MM. Durrleman, Lévy, Lefas, Briet, présidents de chambre, MM. Picq, Babusiaux, Hespel, présidents de chambre maintenus en activité, MM. de Mourgues, Devaux, Ganser, Beaud de Brive, Cazanave, Mmes Bellon, Pappalardo, MM. Cazala, Braunstein, Phéline, Barbé, Mme Seyvet, MM. Bonin, Vivet, Mme Moati, MM. Davy de Virville, Maistre, Ténier, Lair, Hayez, Mme Saliou (Monique), MM. Vialla, Antoine, Boudy, Migus, Lena, Glimet, Mmes Latare, Pittet, Fontaine, Perin, MM. Cahuzac, Dors, conseillers maîtres.
Ont été entendus : - en sa présentation, Mme Froment-Meurice, présidente de la  chambre chargée des travaux sur lesquels le rapport est fondé et de la préparation du projet de rapport ; - en son rapport, M. Bertrand, rapporteur du projet devant la chambre du conseil, assisté de M. Davy de Virville, conseiller maître, et M. Strassel, conseiller référendaire, rapporteurs du projet devant la chambre chargée de le préparer, et de Mme Ratte, conseillère maître, contre-rapporteure devant cette même chambre ; - en ses conclusions, sans avoir pris part au délibéré, M. Johanet, Procureur général, accompagné de Mme Sanchez, chargée de mission. ***  M. Gérard Terrien, secrétaire général, assurait le secrétariat de la chambre du conseil.  Fait à la Cour, le 9 janvier 2013.
10
COUR DES COMPTES
Le projet de rapport soumis à la chambre du conseil a été préparé, puis délibéré le 15 octobre 2012, par la cinquième chambre de la Cour des comptes, présidée par Mme Froment-Meurice, présidente de chambre, et composée de M. Richard, Mme Dayries, Mme Froment-Védrine, MM. Baccou, Antoine, Guéroult, Mme Esparre, conseillers maîtres, MM. Cazenave et Dubois, conseillers maîtres en service extraordinaire, ainsi que, en tant que rapporteurs, MM. Davy de Virville, conseiller maître, et Strassel, conseiller référendaire, et, en tant que contre-rapporteure, Mme Ratte, conseillère maître.  Le projet de rapport a été examiné et approuvé, le 22 octobre 2012, par le comité du rapport public et des programmes de la Cour des comptes, composé de MM. Migaud, Premier président, Johanet, Procureur général, Descheemaeker, Bayle, Bertrand, rapporteur général du comité, Mme Froment-Meurice, MM Durrleman, Levy, Lefas et Briet, présidents de chambre.