Sofi Oksanen - Quand les colombes disparurent

Sofi Oksanen - Quand les colombes disparurent

-

Documents
1 page
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Note de lecture

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 19 novembre 2017
Nombre de visites sur la page 1
Langue Français
Signaler un problème
Sofi Oksanen - Quand les colombes disparurent
Une note de lecture par Jean-François Ponge
Trois époques, un même lieu : lEstonie, ce petit pays balte situé à quelques encablures de la Finlande, avec laquelle il partage une même culture malgré les vicissitudes de lhistoire. Le récit se déroule sur une période allant de 1941 à 1966, couvrant la période soviétique précédant la Seconde Guerre Mondiale, lannexion de lEstonie par le Troisième Reich et sa reprise par le régime soviétique en 1944, sacralisée par les accords de Yalta jusquà la chute du Rideau de Fer. Sur les pas des trois personnages principaux, Juudit, Edgar son mari, et Roland, un cousin dEdgar (du moins jai cru le comprendre), cest une histoire tourmentée qui va défiler sous nos yeux. Des êtres marqués par le destin, dont les voies vont séloigner en fonction de leur personnalité, de leur histoire personnelle et des occasions, réussies ou ratées, qui vont se présenter à eux. La structure du roman est complexe, la narration volontairement non-linéaire, et lauteure utilise un certain nombre dartifices, relevant hélas plus dune mode récente que dune nécessité de lécriture romanesque, pour induire le lecteur en erreur et susciter de temps en temps la surprise. Le message que veut faire passer Sofi Oksanen est assez flou, en dehors de lexaltation dun nationalisme estonien victime des méchants bolcheviks et qui a cru un temps à sa libération par les armées hitlériennes. Reste lintérêt dune reconstitution du puzzle qui relie ces personnages, notamment la vérité sur le "suicide" de Rosalie, la fiancée de Roland, dont la mort inexpliquée et profondément injuste va le précipiter vers laction armée. Hélas, certains "mystères" demeurent à jamais enfouis, laissant le lecteur quelque peu sur sa faim