L investissement des entreprises : avis
266 pages
Français

L'investissement des entreprises : avis

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
266 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Panne ou pause ? La faiblesse de l'investissement depuis sept ans traduit-elle un retard par rapport à nos principaux concurrents et donc un handicap pour la compétitivité des entreprises, le développement économique à moyen terme et l'emploi ? Le Conseil économique et social apporte un éclairage nouveau sur les différents visages de l'investissement et son analyse met en évidence trois enjeux majeurs : l'attractivité du territoire, la densification du tissu des PME motrices, la valorisation du capital humain. Source : Conseil économique et social

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 février 1998
Nombre de lectures 37
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

III
SOMMAIRE
Pages
AVISadopté par le Conseil économique et social au cours de sa séance du 25 février 1998........................... 1
I - POUR UNE NOUVELLE APPROCHE DE LINVESTISSEMENT.......................................................................4
A - DE PROFONDES MUTATIONS EN COURS ...................................41. Un environnement plus instable........................................................42. Le développement des services.........................................................43. La mutation du secteur industriel......................................................54. Un environnement financier bouleversé ...........................................6
B DONT LAPPAREIL DANALYSE NE REND QUE -PARTIELLEMENT COMPTE ............................................................71. Toutes les facettes de linvestissement .............................................72. La mesure de linvestissement, même dans son aspect le plus traditionnel, pose différents problèmes ............................................82.1. IMPRÉCISION ET LENTEUR DE LA MESURE .................................82.2. MESURE LIMITÉE DE LIMMATÉRIEL ............................................93. Nécessité de distinguer différents types dentreprises ......................93.1. SUIVANT LEUR TAILLE ET LEUR SECTEUR DACTIVITÉ..........93.2. SUIVANT LEUR NIVEAU DINDÉPENDANCE ..................................9II - QUELQUES ÉLÉMENTS DE RÉFLEXION POUR UN DIAGNOSTIC ..................................................................................101. Un retard réel de la France en matière dinnovation et de développement de marchés liés aux nouvelles technologies ..........102. Parmi les différents déterminants de linvestissement, la demande joue actuellement un rôle privilégié ................................113. Mais dautres facteurs sont à prendre en compte ............................114. Une contrainte financière qui demeure significative.......................125. Un nouveau défi gestionnaire pour les entreprises .........................136. Une politique de soutien inadaptée.................................................147. Un environnement fiscal instable....................................................15
III - LES PROPOSITIONS DU CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL.............................................................................................16
A - LES AXES DUNE STRATÉGIE MACRO-ÉCONOMIQUE FAVORABLE À LINVESTISSEMENT DES ENTREPRISES.......161. Pour une stratégie de croissance .....................................................172. Orienter lépargne longue vers lentreprise ....................................17
I:\bd\orig\b_rap\ns960710\jo98-003\Brochure\98022503.DOC
IV
3. Renforcer lattractivité du territoire ................................................18
B - LE SOUTIEN À LINVESTISSEMENT DU POINT DE VUE DE LENTREPRISE ................................................................................191. Créer une dynamique favorable à linvestissement des entreprises ......................................................................................192. Au plan du financement de linvestissement à risque .....................203. Au plan de la vitalité du tissu économique .....................................224. Au plan de lenvironnement administratif et fiscal de lentreprise .23ANNEXE A LAVIS.........................................................................................27SCRUTIN 27DÉCLARATIONs DES GROUPES..................................................................29
RAPPORTprésenté au nom de la section des Problèmes économiques généraux et de la conjoncture par Monsieur Alain BRUNAUD, rapporteur ....................................................................... 1INTRODUCTION...............................................................................................5
CHAPITRE I LINVESTISSEMENT : UN CONCEPT ÉVOLUTIF, UNE OPÉRATION ÉCONOMIQUE FONDAMENTALE ...........9
I - LA CONCEPTION TRADITIONNELLE DE LINVESTISSEMENT.......................................................................9
A - DÉFINITIONS...................................................................................101. Investissement etFBCF........01.........................................................2. Les différentes catégories dinvestissements ..................................13
B - LES DÉTERMINANTS DE LA DÉCISION DINVESTIR .............151. Linfluence de la demande et des profits ........................................152. Les coûts relatifs des facteurs de production et la substitution du capital au travail .............................................................................173. Le rôle de la rentabilité attendue de linvestissement .....................184. Les conditions de financement de linvestissement ........................204.1. LES DIFFÉRENTES FORMES DE FINANCEMENT ........................204.2. LES DIFFÉRENTS MODES DE FINANCEMENT .............................21A)FINANCEMENT INTERNE OU FINANCEMENT EXTERNE À LENTREPRISE ...............................................................................................21 B)FINANCEMENT DIRECT OU FINANCEMENT INTERMÉDIÉ .............22C)FINANCEMENT SUR FONDS PROPRES OU ENDETTEMENT............23D)FINANCEMENT INTÉRIEUR OU FINANCEMENT EXTÉRIEUR (NATIONAL OU ÉTRANGER).......................................................................24E) ...........................24FINANCEMENT COURT OU FINANCEMENT LONGC - LES EFFETS ÉCONOMIQUES DE LINVESTISSEMENT ...........251. Effets doffre et effets de demande .................................................252. Croissance et investissement...........................................................26
d\orig\b_ p 60710\jo98-003\Brochure\98022503.DOC I:\b ra \ns9
V
3. Investissement et emploi.................................................................27
II - LES AUTRES VISAGES DE LINVESTISSEMENT .......................29
A - LES INVESTISSEMENTS IMMATÉRIELS....................................291. Les différentes approches de linvestissement immatériel ..............31
1.1. LAPPROCHE DE LA COMPTABILITÉ PRIVÉE ............................32
1.2. LAPPROCHE DE LA COMPTABILITÉ NATIONALE ...................34A)LA CONCEPTION ACTUELLE .................................................................34B)LES AVANCÉES PERMISES PAR LA NOUVELLE COMPTABILISATION DE LA FBCF EN BASE 90 ......................................36
1.3. L'APPROCHE FINANCIÈRE................................................................362. Le contenu de linvestissement immatériel .....................................37
2.1. RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT ...............................................38
2.2. FORMATION...........................................................................................38
2.3. LOGICIELS..............................................................................................41
2.4. ACTION COMMERCIALE ...................................................................41
B - LÉMERGENCE DU CONCEPT DINVESTISSEMENT FINANCIER.......................................................................................421. Les opportunités offertes par les innovations financières et le processus de « globalisation » ........................................................432. Lévolution du comportement financier des entreprises .................44
C - LES INVESTISSEMENTS DIRECTS A LÉTRANGER (IDE) ......471. FBCF et IDE...................................................................................482. La place des IDE dans la stratégie dinvestissement des entreprises ......................................................................................50
III - LIMPACT DE LENVIRONNEMENT DES ENTREPRISES.......53A - ANTICIPATIONS ET CONCURRENCE .........................................531. Linvestissement : un pari sur lavenir............................................542. La pression permanente de la concurrence .....................................56
B - LE RÔLE DES POUVOIRS PUBLICS ET DE LA POLITIQUE ÉCONOMIQUE .................................................................................571. Les modalités dintervention de l'Etat.............................................582. Investissement, Etat et mondialisation............................................59
CHAPITRE II LA CRISE DE LINVESTISSEMENT EN FRANCE : MYTHE OU RÉALITÉ ? ......................................................62
I - LÉVOLUTION DE LINVESTISSEMENT MATÉRIEL .................62
A - ANALYSE GLOBALE......................................................................641. Flux, taux et stocks .........................................................................65
1.1. LES FLUX ................................................................................................65
I:\bd\orig\b_rap\ns960710\jo98-003\Brochure\98022503.DOC
VI
1.2. LES TAUX ................................................................................................70A)PLUS DE SIX POINTS EN UN QUART DE SIÈCLE..70UNE CHUTE DE B)UN INDICATEUR IMPARFAIT.................................................................711.3. LES STOCKS ...........................................................................................742. La réalité du « retard » français ......................................................76
2.1. 2.1. LES DIFFICULTÉS POSÉES PAR LES COMPARAISONS INTERNATIONALES EN MATIÈRE DINVESTISSEMENT .................762.2. UN PROFIL CYCLIQUE EUROPÉEN MAIS UN RETARD RELATIF À LÉGARD DES ETATS-UNIS ET SURTOUT DU JAPON ....................78B - DES DISPARITÉS CROISSANTES DE SITUATION SELON LA BRANCHE ET LA TAILLE DE LENTREPRISE .....................831. Analyse par branche .......................................................................852. Analyse par taille ............................................................................88
C - LES FREINS À LINVESTISSEMENT PHYSIQUE .......................901. Le jeu des déterminants de linvestissement des entreprises depuis le premier choc pétrolier .....................................................912. Les freins à linvestissement physique en France en 1998..............94
2.1. UNE ORIENTATION INSUFFISAMMENT DYNAMIQUE DES PERSPECTIVES DE DEMANDE .................................................................96
2.2. UNE UTILISATION PLUS EFFICACE QUE PAR LE PASSÉ DU CAPITAL INSTALLÉ ....................................................................................99
2.3. UNE CONTRAINTE FINANCIÈRE QUI DEMEURE SIGNIFICATIVE ..........................................................................................101A)RÉEXAMEN DE LA SITUATION FINANCIÈRE GLOBALE DES ENTREPRISES ...............................................................................................101B)UNE HÉTÉROGÉNÉITÉ CROISSANTE DES ENTREPRISES..............111
II - LÉVOLUTION DES AUTRES FORMES DINVESTISSEMENT ..................................................................125
A - LES INVESTISSEMENTS IMMATÉRIELS..................................1251. La montée en puissance de linvestissement immatériel...............126
1.1. DONNÉES GÉNÉRALES .....................................................................126
1.2. LA SITUATION DANS LINDUSTRIE ..............................................127A)ANALYSE DENSEMBLE........................................................................127B)ELÉMENTS COMPLÉMENTAIRES TIRÉS DE LA CENTRALE DES BILANS DE LA BANQUE DE FRANCE......................................................1292. Les indices dun retard français ....................................................133
2.1. LINVESTISSEMENT DES ENTREPRISES FRANÇAISES EN PUBLICITÉ APPARAÎT EN RETRAIT PAR RAPPORT À CELUI DE LEURS CONCURRENTS ............................................................................134
I:\bd\orig\b_rap\ns960710\jo98-003\Brochure\98022503.DOC
VII
2.2. LEFFORT DE RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES : UN HANDICAP PLUS QUALITATIF QUE QUANTITATIF .............................................................................................135A)LES ENTREPRISES FRANÇAISES EXÉCUTENT PLUS QUELLES NE FINANCENT LA R&D...................................................................................135B)UNE R&D CONCENTRÉE SUR UNE PART LIMITÉE DES ENTREPRISES ...............................................................................................137C)DANS LE CONTEXTE INTERNATIONAL : UNELA FRANCE SITUATION RELATIVEMENT FAVORABLE MAIS QUI DOIT ÊTRE CONFORTÉE .................................................................................................140
2.3. L'INVESTISSEMENT DES ENTREPRISES FRANÇAISES EN TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION ACCUSE UN RETARD PAR RAPPORT À CELUI DES ETATS-UNIS ...................................................142
B - LES INVESTISSEMENTS DIRECTS FRANÇAIS À LÉTRANGER ET ÉTRANGERS EN FRANCE ET LES INVESTISSEMENTS DE PORTEFEUILLE ..................................1461. Les investissements directs français à létranger ..........................146
1.1. STOCKS DES INVESTISSEMENTS AU 31 DÉCEMBRE 1995 ......146A) ....................................................................146LES DONNÉES GLOBALESB)LIMPLANTATION GÉOGRAPHIQUE ..................................................148C)LA RÉPARTITION SECTORIELLE ........................................................150D)LES DONNÉES CONCERNANT LA TAILLE DES INVESTISSEURS.153
1.2. LES DONNÉES EN TERMES DE FLUX (POUR LANNÉE 1996) .154
1.3. UNE RENTABILITÉ DIFFICILEMENT MESURABLE..................1582. Les investissements directs étrangers en France ...........................159
2.1. DONNÉES GLOBALES ........................................................................159
2.2. LIMPACT SUR LA STRATÉGIE DES ENTREPRISES .................1643. Le solde net des investissements directs .......................................1674. Les investissements de portefeuille...............................................169
C - LAPPROCHE PATRIMONIALE...................................................1701. Eléments méthodologiques ...........................................................1702. Evolution de la structure des actifs et passifs des comptes de patrimoine et signification des ratios économiques et financiers .1733. Analyse des flux de patrimoine des sociétés et quasi sociétés non financières (hors grandes entreprises nationales) de 1970 à 1995. ............................................................................................178
3.1. LARBITRAGE ENTRE ACTIFS NON FINANCIERS ET ACTIFS FINANCIERS ................................................................................................178
3.2. LANALYSE DES FLUX DE PASSIFS FINANCIERS REND COMPTE DE LA RECONSTITUTION DES FONDS PROPRES DES ENTREPRISES .............................................................................................181
I:\bd\orig\b_rap\ns960710\jo98-003\Brochure\98022503.DOC
VIII
4. Evolution du mode de financement des investissements des sociétés et quasi sociétés non financières .....................................186
III - LES GRANDS TRAITS DE LA POLITIQUE DE SOUTIEN À LINVESTISSEMENT DES ENTREPRISES..............................189
A - LES AIDES DE LÉTAT.................................................................1891. Les aides budgétaires directes ......................................................193
1.1. LES AIDES SECTORIELLES..............................................................194
1.2. LA R&D, LE DÉVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE ET LES SECTEURS DE POINTE .............................................................................1941.3. LES AIDES À LA QUALITÉ ET À LA NORMALISATION ...........195
1.4. ACTION EN FAVEUR DES PME-P M I ............................................195
1.5. LES AIDES À LA RECONVERSION ET À LA RESTRUCTURATION .........................................................................................................................195
1.6. AIDES À UN SECTEUR SENSIBLE : LE COMMERCE ET LARTISANAT .............................................................................................1962. Une politique denvironnement marquée essentiellement par des mesures fiscales............................................................................196
B - LES AIDES DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ..............204
C - LES AIDES DE LUNION EUROPÉENNE ...................................2051. Le programme cadre de recherche-développement (PCRD) ........2052. Les fonds structurels .....................................................................206CONCLUSION ...............................................................................................210TABLE DES SIGLES .....................................................................................214LISTE DES ILLUSTRATIONS......................................................................215
I:\bd\orig\b_rap\ns960710\jo98-003\Brochure\98022503.DOC
I - 1
AVIS adopté par le Conseil économique et social au cours de sa séance du 25 février 1998
I:\bd\orig\b_rap\ns960710\jo98-003\Brochure\98022503.DOC
I - 2
g\ _ p\ns960710\jo98-003\Brochure\98022503.DOC I:\bd\ori b ra
I - 3
Par décision du 13 février 1996, le Bureau du Conseil économique et social a confié à la section des Problèmes économiques généraux et de la conjoncture la préparation dun rapport et dun avis sur «linvestissement des entreprises».1La section a désigné M. Alain Brunaud comme rapporteur.
Facteur essentiel du développement économique et de lemploi, linvestissement a la propriété daffecter à la fois la demande et loffre sur des horizons différents. Par ses effets « multiplicateur » et « accélérateur », il contribue, à la fois directement et indirectement, à la croissance à court terme de façon très sensible. Cest une des composantes les plus volatiles de la demande qui joue donc un rôle conjoncturel majeur, bien que sa contribution directe à la croissance soit en moyenne bien inférieure à celle de la consommation ou de lexportation. Cependant, ses effets peuvent être autant négatifs que positifs, accentuer ainsi les récessions et engendrer des cycles perturbateurs pour léconomie. Les effets sur la demande sont dautant plus importants que léconomie est fermée à la concurrence, et tirée par la croissance quantitativedes débouchés internes de marchés nécessitant daugmenter durablement les capacités de production. Les effets sur loffre sont beaucoup plus structurels, à travers leur impact sur le stock de capital, lintégration du progrès technique à léconomie et lévolution des potentiels productifs : ils se mesurent à moyen terme par des gains de compétitivité, le développement de nouveaux produits et de nouveaux marchés et donc par une croissance plus forte sur la durée. En modifiant loffre, linvestissement tire léconomie par des gains de parts de marché mais aussi en suscitant de nouvelles demandes. La faiblesse de linvestissement depuis sept ans doit donc être appréciée au regard de ces deux dimensions, sachant que si ce que certains qualifient de « panne » est le plus souvent regretté pour ses effets à court terme, ce sont les conséquences structurelles sur loffre à moyen terme qui constituent le point le plus important. La forte chute des investissements, notamment dans le secteur industriel, du début des années 1990, en phase avec la récession généralisée de 1993, et faisant suite à la hausse de la fin des années 1980, na pas été suivie dune reprise suffisante et durable, posant ainsi la question dun éventuel retard par rapport à nos principaux concurrents. On observe également, sur la période considérée, un décalage récurrent entre les résultats observés et les différentes anticipations, quelles proviennent denquêtes sur les intentions dinvestissement des chefs dentreprise ou des calculs des modèles économétriques. La plupart des observateurs sétonnent dautant plus de cet état de fait que la situation financière des entreprises se serait améliorée sensiblement depuis quelques années. Beaucoup se contentent alors de lexplication, fournie par les sondages auprès des chefs dentreprise, mettant en cause, en particulier, linsuffisance de la demande. Les analyses menées par le Conseil économique et social ont permis didentifier les différentes explications possibles, conjointes ou successives, du niveau actuel de linvestissement en France, mais aussi de proposer une nouvelle
1 Lensemble du projet davis a été adopté par un vote au scrutin public par 136 voix et 30 abstentions (voir en annexe le résultat du scrutin).
I:\bd\orig\b_rap\ns960710\jo98-003\Brochure\98022503.DOC
I - 4
problématique, inspirée par la façon dont les entreprises ont modifié leurs comportements dinvestissement face aux mutations de leur environnement et aux nouveaux enjeux stratégiques.
I - POUR UNE NOUVELLE APPROCHE DE LINVESTISSEMENT
A - DE PROFONDES MUTATIONS EN COURS1. Un environnement plus instable Louverture accrue de léconomie française à la concurrence internationale dans un contexte daccélération des mutations a introduit de nouvelles opportunités mais aussi de nouveaux risques et fortement affecté la façon dont notre société traite les questions de risque et de solidarité, tant vis-à-vis des entreprises que des salariés. La concurrence entre espaces nationaux ou blocs régionaux sest ajoutée ou substituée à une concurrence franco-française entre entreprises soumises à des règles du jeu communes pendant longtemps fortement régulée, (prix, marges, changes, revenus...). A une économie tirée, jusquaux chocs pétroliers, par la croissance du bâtiment et des équipements et où les risques liés aux investissements avaient pu souvent être couverts par linflation et des taux dintérêt réels négatifs sest substitué un développement plus qualitatif de marchés rendus plus volatils, fluctuants et incertains. La compétition a changé dintensité et de nature. Au-delà des impératifs traditionnels de performance opérationnelle et de bonne gestion, le risque entrepreneurial est de plus en plus conditionné par les choix stratégiques. Le risque, au premier chef financier, a continué dêtre traité par mutualisation et référence aux garanties du passé plutôtque par prévention. Faute den avoir adapté la gestion aux nouvelles réalités, les profondes mutations de nos structures sociétales et économiques se sont inscrites dans un processus de ruptures successives, fortement déstabilisantes pour la compétitivité du territoire, des entreprises qui y sont attachées et pour lemploi. Aux prises avec une concurrence de plus en plus aiguë et confrontées à un rythme accéléré dinnovations, les entreprises comme leurs partenaires doivent dès lors faire face à des défis nouveaux qui modifient singulièrement lappréciation du risque et réclament à la fois plus de stratégie, plus de souplesse et plus de réactivité.
2. Le développement des services Le fort développement du secteur tertiaire depuis vingt ans, accentué par les pratiques dexternalisation, traduit la croissance de limmatériel dans notre société etlévolutiondes besoins des ménages comme des entreprises. Les investissements ont accompagné ces évolutions. Si, en 1970, lindustrie et les services représentaient chacun à égalité près de 40 % de linvestissement des entreprises, en 1996, les services en représentaient plus de 60 % et lindustrie moins de 25 %. La dégradation de la situation de lemploi est particulièrement marquée dans le secteur industriel confronté à des vagues successives de restructuration,
I:\bd\orig\b_rap\ns960710\jo98-003\Brochure\98022503.DOC
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents