334 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

1000 Aquarelles de Génie , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
334 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Mélange d’eau et de pigments permettant une grande liberté de facture, l’aquarelle sert souvent aux esquisses préparatoires. Albrecht Dürer est l’un des premiers à l’utiliser. Au XVIIIe siècle, les artistes anglais en font un médium autonome libéré des contraintes académiques. Cette évolution aura un impact considérable pour les générations suivantes. Parmi les artistes les plus célèbres ayant produit des aquarelles, on peut citer Turner, Whistler, Constable, Sargent, Van Gogh, Kandinsky, Klee, ou encore Schiele.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 juillet 2023
Nombre de lectures 56
EAN13 9781683254508
Langue Français
Poids de l'ouvrage 24 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0800€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Victoria Charles




1000
Aquarelles
de Génie
Auteurs :
Victoria Charles
Klaus H. Carl
Mise en page :
Baseline Co. Ltd
Hô Chi Minh-Ville, Vietnam
© 2016 Confidential Concepts, worldwide, USA
© 2016 Parkstone Press International, New York, USA
Image-Bar www.image-bar.com
© 2016 Andy Warhol Estate, Artists Rights Society (ARS), New York, USA
© 2016 Albert Gleizes Estate, Artists Rights Society (ARS), New York, USA/ ADAGP, Paris
© 2016 Alfred Kubin / Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Germany
© 2016 André Derain, Estate, Artists Rights Society (ARS), New York, USA / ADAGP, Paris
© 2016 André Masson, Estate, Artists Rights Society (ARS), New York, USA
© 2016, Andrew Wyeth
© 2016 Bethan Huws, Estate, Artists Rights Society (ARS), New York, USA
© 2016, Charles Burchfield
© 2016 David Bomberg, Estate, Artists Rights Society (ARS), New York, USA / VEGAP, Madrid
© 2016 David Jones, Artists Rights Society (ARS), New York, USA
© 2016, David Levine (droits réservés)
© 2016, Banco de México Diego Rivera & Frida Kahlo Museums Trust. Av. Cinco de Mayo no°2, Col. Centro, Del. Cuauhtémoc 06059, México, D.F.
© 2016 Diego Rivera, Estate, Artists Rights Society (ARS), New York, USA
© 2016, Don Nice (Droits réservés)
© The estate of Edward Burra
© 2016, Edward Hopper (droits réservés)
© 2016 Edward Hopper, Heirs of Josephine N. Hopper, licensed by the Whitney Museum of American Art
© 2016, Emil Bisttram (droits réservés)
© 2016 Nolde Stiftung-Seebüll
© 2016 Banco de México Diego Rivera & Frida Kahlo Museums Trust. Av, Cinco de Mayo No. 2, Col. Centro, Del. Cuauhtémoc 06059, México, D.F. / Instituto Nacional de Bellas Artes y Literatura, México.
© 2016 GRUENER JANURA AG, Glarus, Suisse
© 2016 George Grosz / Licensed by VEGAP, Madrid
© 2016, Yuri Annenkov
© 2016 Georges Rouault, Artists Rights Society (ARS), New York / ADAGP, Paris
© 2016 Estate O’Keeffe / Artists Rights Society, New York, USA
© 2016, Guglielmo Ulrich (droits réservés)
© 2016 Henri Matisse, Les Héritiers Matisse, Artists Rights Society (ARS), New York, USA / ADAGP, Paris
© 2016 The Henri Moore Foundation, Artists Right Society (ARS), New York, USA / ADAGP, Paris
© 2016, Ivan Rabuzin
© 2016 Jackson Pollock, The Pollock-Krasner Foundation / Artists Rights Society (ARS), New York, USA
© 2016 Wyndham Lewis (droits réservés)
© 2016 Estate of John Marin / Artists Rights Society (ARS), New York
© 2016, Jospeh Yakum (droits réservés)
© Kees van Dongen, VEGAP, Madrid
© 2016, Lucia Nogueira (droits réservés)
© 2016 Lyonel Feininger Estate, Artists Rights Society (ARS), New York, USA / VG Bild-Kunst, Bonn
© 2016 Marc Chagall, Artists Rights Society (ARS), New York/ ADAGP, Paris
© 2016 Artists Rights Society (ARS), New York, USA/ ADAGP, Paris/ Succession Marcel Duchamp
© 2016 Kate Rothko Prizel and Christopher Rothko/Artists Rights Society (ARS), New York
© 2016 Max Beckmann Estate, Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn
© 2016, Mikhail Larionov Estate, Artists Rights Society (ARS), New York, USA/ ADAGP, Paris
© 2016 Milton Avery Estate, Artists Rights Society (ARS), New York, USA
© 2016 SEPS: Licensed by Curtis Publishing, Indianapolis, IN.
© 2016 Oskar Kokoschka Estate, Artists Rights Society (ARS), New York, USA / Pro Litteris, Zurich
© 2016 Othon Friesz, Artists Rights Society (ARS), New York / ADAGP, Paris
© 2016 Otto Dix Estate / Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn
© 2016 Estate of Pablo Picasso/ Artists Rights Society (ARS), New York, USA/ ADAGP, Paris
© 2016, Paul Nash (droits réservés)
© 2016, Philip Pearlstein (droits réservés)
© 2016 Raoul Dufy, Artists Rights Society (ARS), New York / ADAGP, Paris
© 2016 Red Grooms, Artists Rights Society (ARS), New York / ADAGP, Paris
© 2016, Roger Hilton (droits réservés)
© 2016, Rudolf Schlichter (droits réservés)
© Fundacio Gala-Salvador Dali, Spain
© 2016 Salvador Dalí, Gala-Salvador Dalí Foundation / Artists Rights Society (ARS), New York / VEGAP, Madrid
© 2016 Salvador Dalí, Gala-Salvador Dalí Foundation/ Artists Rights Society (ARS), New York, USA
© Pracusa S.A.
Art © Estate of Thomas Hart Benton / Licensed by VAGA, New York, NY
Art © Jasper Johns//Licensed by VAGA, New York, NY
Tous droits d’adaptation et de reproduction, réservés pour tous pays.
Sauf mentions contraires, le copyright des œuvres reproduites appartient aux photographes, aux artistes qui en sont les auteurs ou à leurs ayants droit. En dépit de nos recherches, il nous a été impossible d’établir les droits d’auteur dans certains cas. En cas de réclamation, nous vous prions de bien vouloir vous adresser à la maison d’édition.
ISBN : 978-1-68325-450-8
Sommaire
INTRODUCTION
XIV E - XV E SIECLES
XVI E SIECLE
XVII E SIECLE
XVIII E SIECLE
XIX E SIECLE
XX E SIECLE
INDEX DES ARTISTES
I NTRODUCTION
L’aquarelle serait-elle la technique picturale la plus ancienne du monde ? Que ce soit dans les grottes de Lascaux ou sur les peintures rupestres de l’Antiquité en Égypte et en Grèce, des pigments de couleurs délayés à l’eau ont été retrouvés. Au Moyen Âge, les enlumineurs se servaient de couleurs diluées dans l’eau pour illustrer les manuscrits. Ces miniatures sur papier vélin, aux couleurs plus ou moins opaques, sont à l’origine de l’aquarelle moderne telle que nous la connaissons aujourd’hui. Les peintres de la Renaissance italienne utilisaient l’aquarelle pour leurs études préparatoires ou modelli . Léonard de Vinci (1452-1519), par exemple, réalisa un nombre considérable de dessins aux techniques mixtes en utilisant plusieurs médiums complémentaires dont l’aquarelle qui servait à rehausser le trait du dessin.
À la fin du XV e siècle, Dürer (1471-1528) fut le premier artiste de renom à se consacrer pleinement à l’aquarelle : il en produisit plus d’une centaine, ce qui fait de lui le premier grand aquarelliste de l’histoire de l’art. Plus tard, c’est en pratiquant le genre du paysage que les artistes s’approprièrent et comprirent les avantages que la technique pouvait leur apporter pour représenter entre autres les effets de la lumière.
Malgré toutes ces entreprises, le chemin fut long avant que l’aquarelle ne soit considérée comme un art entièrement autonome. Son histoire fut soumise aux goûts et aux avancées techniques des différentes époques. Parfois déconsidérée voire oubliée, il a fallu attendre la fin du XVIII e siècle pour que soit admise une définition de l’aquarelle. Pendant longtemps, elle apparut donc comme un art infondé, car imprécis. L’aquarelle était vue comme un agrément, un passe-temps, un art d’amateur. Par ailleurs, très peu de textes mentionnent l’existence de l’aquarelle avant le XIX e siècle, ou alors le langage y est très approximatif : en 1757, Diderot (1713-1784) utilisait encore, à tort, le mot « gouache ».
Et pourtant, si le procédé fut longtemps considéré comme inférieur, notamment face à la peinture à l’huile, les peintres n’ont jamais cessé d’utiliser l’aquarelle, et d’en perfectionner la technique. Dürer fut davantage connu pour ses œuvres à l’huile et ses gravures, qui étaient des œuvres de commande ; mais il pratiquait également l’aquarelle qui lui permettait de s’exprimer de manière plus libre et plus spontanée. En France, les aquarellistes furent acceptés au sein de l’Académie royale de peinture et de sculpture sous Louis XVI (1754-1793), dans les dernières décennies du XVIII e siècle. Quelques années plus tard, en 1804, la création de la Society of Painters in Water Colours (Société de peintres aquarellistes), en Angleterre, officialise l’avènement de l’aquarelle en tant qu’art autonome.
Vers une définition de l’aquarelle
« Dans les anciens manuscrits, on enjolivait le texte d’illustrations et de sujets, exécutés sur vélin ou peau de veau mort-né ; c’est dans ces ouvrages que l’on vit les premières miniatures […] ; ce genre se perfectionna en Italie, en Allemagne et particulièrement en France, où, sous Charles V, il fit de rapides progrès ; mais la découverte de l’imprimerie, en multipliant les livres, fit abandonner les miniatures. Alors, les artistes adonnés à ce précieux genre firent de petits sujets gracieux que l’on encadrait, puis des portraits dont on ornait les bonbonnières, les bracelets et enfin les éventails. Les couleurs y étaient employées à la gouache, c’est-à-dire épaisses et mélangées souvent avec le blanc, ce qui leur donnait un aspect un peu farineux et plâtré.
L’aquarelle a été le résultat perfectionné de la gouache et des miniatures ; son application à une grande variété de genres, s’est généralisée graduellement par la marche de l’art jusqu’à nos jours. »
[Frédéric Auguste Antoine Goupil, Traité d’aquarelle et de lavis en six leçons, 1858]
Le mot « aquarelle » défini comme nous le connaissons aujourd’hui émerge très tardivement dans le langage de l’art. Les mots water-colour en anglais et acquerello en italien – qui donnera aquarelle en français, Aquarell en allemand et acuarela en espagnol – se manifestent tôt dans le langage courant. Ils signifient littéralement « peinture à l’eau ». Néanmoins, c’est seulement au milieu du XIX e siècle que ces différents termes font leur apparition dans nos dictionnaires. C’est la raison pour laquelle le lexique lié à l’aquarelle varie énormément selon les textes. Si nous la considérons comme la technique de la peinture dite « à l’eau » alors la détrempe, la gouache et le lavis peuvent être considérés comme les prémices de l’aquarelle.
C’est pourquoi, il paraît impossible de prétendre à une histoire de l’aquarelle sans d’abord faire appel à ces méthodes plus anciennes.
La détrempe est une technique picturale dans laquelle les couleurs sont mélangées à l’eau, puis diluées au moment de peindre, avec de la colle de peau tiède ou de la gomme. Cette technique a été très en vogue avant l’invention de la peinture à l’huile. Contrairement à l’aquarelle, la détrempe se pratique sur toile ou sur bois. Ainsi, le seul li

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text