Chevalier du Roi captif
142 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Chevalier du Roi captif , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
142 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Paris, Octobre 1793.
Sébastien de Rocadour, alias l'Esquirol, tout juste dix-sept ans, a lutté pour libérer la Reine Marie-Antoinette de sa prison. Bouleversé par sa mort, il accepte de participer au complot qui permettra au petit Louis XVII de s'évader de la tour du Temple où il a été enfermé. Dans ce but, il doit remettre un message au chef chouan Jambe d'argent du côté de Granville, en Normandie. L'Esquirol part donc sur les routes avec Saphire, la baladine, et ses grands-parents, les saltimbanques.

Leur voyage périlleux et tragique les jettera en pleine guerre civile. Royalistes et Républicains s'affrontent cruellement. Sauver le Roi est-il encore possible ? Sébastien veut y croire.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 novembre 2019
Nombre de lectures 9
EAN13 9782728927425
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0019€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Table des matières
Baladin de la reine

Première partie Le poignard au lys Sébastien et la Liberté
1. Tourner le dos au malheur
2. Espion, bandit, ou n’importe qui ?
3. L’Esquirol reprend vie
4. Un revenant
5. Le fantôme de la Reine
6. Et va la roulotte…
7. Voleurs et Bleus
8. Cœur de femme
9. À Liberté-sur-Sélune
10. Les hasards de la route
11. Du haut de l’arbre
12. Les Chouans !
13. C’est la guerre…
14. Et la fuite !

Deuxième partie La lutte continue Sébastien et l’Égalité
15. L’odeur de la mer
16. Chez les Chats-huants
17. Bohémien, mais gentilhomme
18. Prisonniers !
19. Je t’attendrai
20. Au manoir perdu
21. « Jamais savoir, toujours trouver »
22. Sur un cheval boiteux
23. Au hasard…
24. Un repaire mystérieux
25. Quand tourne la roue du Destin…

Troisième partie Avec le vent de galerne Sébastien et la Fraternité
26. La séparation
27. Au grand galop
28. Au gré de Gwalarn
29. Enfin, au but !
30. Jambe d’argent, l’estropié magnifique
Le message
31. … Et ce qu’il suscite
32. L’Armée du désespoir
33. Avant la bataille
34. Granville la Républicaine
35. Dans la forteresse
36. Capitaine Cazes
37. En souvenir du passé…
38. La liberté ou la mort
39. Le voyageur pour Chausey
40. Trahisons
41. Dernières volontés
42. Les deux pigeons
43. Au bout du chemin, il y a…
Bibliographie
Note au lecteur
Remerciements
Notes
Déjà paru
Page de copyright
En souvenir de mon père, Pour mon frère Stanislas,Pour ma sœur Bérénice, Toujours présents pour moi,
« Les dieux sont de nos jours les maîtres souverains ; Mais, Seigneur, notre gloire est dans nos propres mains. » Jean Racine (1639-1699), Iphigénie, acte I, scène 2
Coup d’œil sur le tome 1
Baladin de la reine
À l’été 1792, en pleine Révolution française, Sébastien de Roca­dour, dix-sept ans, a quitté son Aveyron natal pour défendre le Roi et est « monté » à Paris avec son frère de lait, Géraud. Après avoir participé au complot raté visant à faire échapper Louis XVI le jour même de son supplice, le 21 janvier 1793, le garçon est lâché par Géraud qui s’enrôle dans l’armée républicaine. Échappant de peu à la guillotine, Sébastien est recueilli par une famille de saltimbanques – un vieux couple et sa petite-fille –, qui l’emmène en roulotte sur les routes. Il fait le comédien dans les villages autour de Paris avec la jeune baladine, Saphire, dont il tombe éperdument amoureux. Pendant ce temps, la situation empire dans le pays. À l’Est, les troupes républicaines se battent contre les Autrichiens et l’Armée des émigrés qui cherchent à entrer en France pour rétablir la monarchie. À l’Ouest, Vendéens et Chouans 1 , fidèles à la royauté, se battent contre les Républicains en une véritable guerre civile. Sébastien décide alors de quitter les saltimbanques pour participer, sous le nom de l’Esquirol, à la conspiration de l’Œillet ; celle-ci vise à faire fuir de la Conciergerie la reine Marie-Antoinette qui y est incarcérée. Le complot échoue. La souveraine est guillotinée…
***
Première partie

Le poignard au lys
Sébastien et la Liberté
1
Tourner le dos au malheur
Le 16 octobre 1793 Place de la Révolution 2
L’immense place est noire de monde… non ! Elle est rouge, car y coule le sang de la Reine. Sébastien de Rocadour court pour échapper à ce lieu épouvantable. Et, comme un pantin au bout de son fil, il se laisse mener par la ritournelle qui dansote, aigrelette, derrière un pâté de maisons…
« Il pleut, il pleut, bergère… »
Seule Saphire peut jouer cet air en tournant la manivelle de son orgue de Barbarie, quelque part, là, tout près, le garçon le sait. Et il faut qu’il retrouve la baladine ! La voix de cet instrument est celle de la vie même. Il en oublie la Reine – un instant.
Enfin :
– Saphire !
Il l’a vue. Emmitouflée dans sa pauvre cape marron, elle a caché ses cheveux sous un bonnet blanc orné d’une cocarde tricolore. Il se précipite vers la jeune fille. Personne ne l’écoutait.
Pas un badaud n’a mis une piécette dans le chapeau posé par terre à cet effet. Les gens ont mieux à faire, pardi ! Ils sont tous agglutinés autour de la guillotine. On ne voit pas tous les jours décapiter une reine…
– Sébastien !
Tant de jours qu’ils sont séparés ! Et peut-être ont-ils craint de ne jamais se revoir ? Elle lâche la manivelle. Aussitôt il saisit la jeune fille dans ses bras. Ce geste intime ne se fait pas en public ? Tant pis ! En cette époque révolutionnée, il n’y a plus de bonnes manières ou de convenances à respecter. Et le temps s’arrête une minute pour eux deux. Sébastien et Saphire se regardent de tout près ; chacun trouve l’autre très beau. Elle aime les cheveux roux du garçon, à peine repoussés 3 , ses yeux sombres, et la cicatrice qui, preuve de courage, traverse sa joue ; lui est chaviré par le regard outremer de la baladine, sa peau de porcelaine et sa minceur de roseau ou, plutôt, pour résumer, par la baladine tout entière. Alors, serrés l’un contre l’autre, ils se sentent des princes vêtus de soie, malgré leurs pauvres habits.
– Je savais que tu accompagnerais la Reine jusqu’à la fin, souffle-t-elle. Aussi suis-je venue ici en faisant chanter le piano mécanique pour que tu me retrouves au plus vite…
Elle a donc poussé l’instrument depuis le bois de Boulogne où les saltimbanques ont garé leur roulotte. Courageuse Saphire !
Elle, si frêle, doit avoir les bras rompus après cet effort d’une demi-lieue 4 au moins.
– Il ne fallait pas te fatiguer ainsi ! proteste le garçon. Je ­t’aurais retrouvée au campement.
– Pas sûr.
Elle s’explique : Topaze, son grand-père, veut quitter Paris dès demain pour gagner les environs de Granville, sa terre natale, et tant pis si les Chouans et les Patriotes 5 y font, paraît-il, un drôle de remue-ménage ! Le vieux saltimbanque s’est enfin décidé au voyage et ne changera plus d’avis.
– Si tu avais raté le départ de la roulotte, précise-t-elle, tu aurais perdu notre trace.
Il proteste :
– Oh ! Je te retrouverai toujours, même au bout du monde !
– Mais j’ai préféré m’échapper pour aller à ta recherche.
En vérité, il peut compter sur elle qui n’a pas peur d’être intrépide quand il le faut.
– Tu sais, lui dit-il, c’est chez moi, en Aveyron, que je voudrais t’emmener…
Les joues de Saphire rosissent ; elle souffle :
– Un jour…
Pour l’instant, la baladine se doit à Topaze et Esmerald, les grands-parents qui l’ont recueillie tout enfant, Sébastien ne l’ignore pas. Il répète après elle :
– Un jour…
Et ce mot banal renferme leur avenir. Cela dit, à la minute présente, ils doivent se hâter de rentrer au campement. Outre qu’il faut rassurer les deux vieillards, inquiets sans doute de l’absence de Saphire, mieux vaut ne pas traîner dans Paris. Et pas seulement un jour pareil ! Depuis que la Terreur a été officiellement instituée 6 dans le pays, la capitale est en fermentation. Pour une cocarde manquant à sa coiffure ou un mot de travers concernant la Révolution, n’importe qui peut être déclaré suspect aux yeux des Conventionnels 7

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents