Le Commerce électronique
225 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
225 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage met en perspective les pratiques, initiatives et contraintes de ceux qui cherchent à mettre au point une offre en ligne rentable. Il prend soin de considérer les dirigeants, mais aussi les webmestres et les responsables de marketing. En comparant plusieurs types de produits et services, ils scrutent magasins et entrepôts où s'articulent les problèmes de logistique et de relation client.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 février 2011
Nombre de lectures 16
EAN13 9782760527393
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0020€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

LE COMMERCEÉLECTRONIQUE

Y a-t-il un modèle québécois ?

Jean-Paul Lafrance
Pierre Brouillard
Table des matières
Couverture
Titre
Table des matières
DANS LA MÊME COLLECTION
Copyright
PRÉFACES
INTRODUCTION
PERMETTEZ-NOUS DE VOUS ANNONCER « LA DISPARITION » D’INTERNET !
L’INFORMATISATION ET LA MISE EN RÉSEAU DE LA SOCIÉTÉ
OÙ TROUVE-T-ON DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE ?
LA MÉTHODOLOGIE
CHAPITRE 1 COMMERCE ET CONSOMMATION
1.1. INTERNET SERAIT-IL LE POINT DE DÉPART D’UNE NOUVELLE RÉVOLUTION COMMERCIALE ?
1.2. TYPOLOGIE DU COMMERCE ET DE LA CONSOMMATION
1.2.1. LE CENTRE COMMERCIAL : ÎLE URBAINE DE LA POSTMODERNITÉ
1.2.2. L’AVÈNEMENT DES GRANDS MAGASINS, LIEUX DE COMMUNICATION SOCIALE
1.2.3. LES PAQUEBOTS DE LA CONSOMMATION
1.2.4. LA « GRANDE DISTRIBUTION »
1.3. DISTRIBUER À VASTE ÉCHELLE
1.3.1. LE FORDISME EN CRISE
1.3.2. DIAGNOSTIC D’UNE CRISE
1.3.2.1. La polarité s’inverse
1.3.2.2. La consommation symbolique
1.3.2.3. L’acte de consommer se personnalise
1.3.2.4. Le consommateur accède au statut de professionnel
1.3.3. LA RÉVOLUTION DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE
1.4. LES LEÇONS DE L’EXPÉRIENCE
1.4.1. LA POPULARITÉ CROISSANTE D’INTERNET
1.4.2. LE SUCCÈS DU NUMÉRISABLE
1.4.3. LA CAPTATION D’AUDIENCE
1.4.4. LA LOGISTIQUE : D’AMONT EN AVAL
1.4.5. LA PRESTATION INDIVIDUALISÉE
1.4.6. DÉSINTERMÉDIATION ET AUTOMATISATION
1.4.7. L’EFFET DE MARQUE
CHAPITRE 2 LES SERVICES FINANCIERS
2.1. DU NUMÉRAIRE À LA NUMÉRISATION
2.2. TROIS ÉTUDES DE CAS
2.2.1. BANQUE. COM
2.2.2. ASSURANCESDIRECT. COM
2.2.3. COURTIER. COM
2.3. PROCESSUS DE RESTRUCTURATION
2.3.1. LA PHASE INITIALE
2.3.2. RENOUVELER LES RESSOURCES
2.3.3. FAIRE CONNAÎTRE SON SITE
2.4. LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE RESTRUCTURE LE SECTEUR FINANCIER
2.4.1. ADAPTER LE SERVICE À LA CLIENTÈLE
2.4.2. NOUVEAUX CLIENTS, NOUVEAUX SERVICES
2.4.3. LE PRIX AFFICHÉ EST LE MÊME POUR TOUS ET N’EST PAS NÉGOCIABLE
2.4.4. L’AVENIR DU COURTIER
2.5. AVANTAGES DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE POUR LES ENTREPRISES
2.5.1. MESURER CONCRÈTEMENT LA RENTABILITÉ ?
2.6. OBSTACLES AU DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE
2.6.1. LE LIEN SOCIAL
2.6.2. RISQUES DE DIVULGATION DES INFORMATIONS ET DES STRATÉGIES D’AFFAIRES
2.6.3. RESSOURCES HUMAINES ET NOUVELLES TECHNOLOGIES
2.6.4. PLACE À L’INTERACTIVITÉ
2.7. MODÈLES DE COMMERCE ÉLECTRONIQUE
2.7.1. LE TRANSACTIONNEL
2.7.2. LE TOUT-À-L’ÉCRAN
2.7.3. L’INFORMATIONNEL
2.7.4. QUI FERA L’INTÉGRATION DE TOUS LES SERVICES FINANCIERS ?
CHAPITRE 3 LE VOYAGE
3.1. LA STRUCTURE DE L’INDUSTRIE DU VOYAGE AU QUÉBEC
3.1.1. LE TRANSPORT AÉRIEN
3.1.2. LE TOURISME D’ACCUEIL
3.1.3. LE NIVEAU DES INTERMÉDIAIRES
3.1.4. LES GROSSISTES
3.1.5. LES CONSOLIDATEURS
3.1.6. LES AGENCES DE VOYAGES
3.1.7. LES RÉSEAUX TECHNOLOGIQUES
3.2. LES ACTEURS
3.3. SURVOL DE CINQ SITES
3.3.1. AIR. COM
3.3.2. GROUPE. COM
3.3.3. AVENTURE. COM
3.3.4. AGENCEXYZ. COM
3.3.5. GROSSISTE. COM
3.4. PRODUITS ET SERVICES EN LIGNE
3.4.1. LE TRANSPORT AÉRIEN
3.4.2. LA DIVERSIFICATION DE GROUPE. COM
3.4.3. AVENTURIERS EN HERBE
3.4.4. RATISSER LA TOTALITÉ DU MARCHÉ
3.4.4.1. Répondre à l’ensemble des besoins
3.4.4.2. Services internationaux et partenaires locaux
3.4.5. LE CYBERENTREMETTEUR GROSSISTE
3.5. À LA CROISÉE DES CHEMINS
3.5.1. S’APPROPRIER LA CLIENTÈLE DES AGENCES
3.5.2. VERS UNE RESTRUCTURATION DU MARCHÉ ?
3.5.3. DE L’INFORMATION À RABAIS AU BOUT DES DOIGTS
3.5.4. LES BASES DE DONNÉES
3.5.4.1. Pour mieux cibler la clientèle
3.5.4.2. Pour simuler le contact personnel
3.5.5. LES FACTEURS DE MOTIVATION
3.5.5.1. Rapidité
3.5.5.2. Choix
3.5.5.3. Économie
3.6. LES RÉSISTANCES
3.6.1. PEUR DE PERDRE SON EMPLOI
3.6.2. UNE RÉVOLUTION EN VUE DANS LE DOMAINE DU VOYAGE ?
3.6.3. UN DISCOURS À DOUBLE SENS
3.6.4. PARTICULARITÉS CULTURELLES
3.6.5. LIMITES DE LA PERCÉE TECHNOLOGIQUE
3.7. EN RÉSUMÉ
3.7.1. AVOIR OU NON PIGNON SUR RUE ?
3.7.2. LE CENTRE D’APPELS, MODE D’INTERMÉDIATION TRANSITOIRE
3.7.3. LES NOUVELLES RÈGLES DU JEU
CHAPITRE 4 LA CULTURE
4.1. LE CONTEXTE
4.1.1. RIPOSTE À L’OFFENSIVE DES MAGASINS À GRANDE SURFACE
4.1.2. CHOC DES CULTURES ENTREPRENEURIALES
4.1.3. DISPARITÉS RÉGLEMENTAIRES
4.2. DESCRIPTION DES PROJETS
4.2.1. DISQUAIRE. COM
4.2.1.1. Une complète autonomie
4.2.1.2. Une incursion sur le marché des MP3
4.2.1.3. Plus-value informationnelle
4.2.1.4. La gestion des commandes
4.2.1.5. Le traitement manuel des commandes
4.2.2. LIBRAIRE. COM
4.2.2.1. Volet institutionnel (B2B)
4.2.2.2. En ligne !
4.2.2.3. Jeu de connivences
4.2.3. LIVRETECHNO. COM
4.2.3.1. Rayonnement global et marché local
4.2.3.2. À l’écoute du client
4.2.4. ÉDUTECH. COM
4.2.4.1. D’abord une vitrine
4.3. CONVERGENCES ET DIVERGENCES
4.3.1. PRODUITS STANDARDS
4.3.2. PLUS-VALUE MARKETING
4.3.3. PLUS-VALUE INFORMATIONNELLE
4.3.4. PLUS-VALUE ORGANISATIONNELLE
4.4. RÉSISTANCES
4.4.1 ENTRAVES EN AMONT
4.4.2. SACRIFICE INFORMATIONNEL
4.4.3. NÉCESSAIRE STANDARDISATION
4.4.4. INCULTURE INFORMATIQUE DU MILIEU DE L’ÉDUCATION
4.5. EN RÉSUMÉ
4.5.1. ANCRAGE DU « BRIQUE ET MORTIER »
4.5.2. PARTAGE DES RESSOURCES
4.5.3. ENTREPÔT OU ÉTAL ?
CHAPITRE 5 LE BRICOLAGE
5.1. LE DO-IT-YOURSELF À L’ÈRE DES ZÉRO-SURFACES
5.2. LES PROJETS
5.2.1. LE BRICOLEUR. COM
5.2.1.1. La menace Internet : la nécessité fait loi !
5.2.1.2. Une version adaptée du catalogue
5.2.1.3. Un marché du « comment faire »
5.2.1.4. La rénovation et la construction
5.2.1.5. Le décorateur virtuel
5.2.1.6. Le guide horticole
5.2.1.7. La teneur transactionnelle du site
5.2.2. LE QUINCAILLER. COM
5.2.2.1. Un magasin traditionnel virtuellement « revampé »
5.2.2.2. Une prise de commande assistée
5.2.3. L’HORTICULTEUR. COM
5.2.3.1. À produits spécifiques, clientèle spécialisée
5.2.3.2. L’indispensable catalogue
5.2.4. LE SPORTIF. COM
5.2.4.1. Un catalogue électronique sous surveillance…
5.2.4.2. La glissade informationnelle des contenus
5.3. CONVERGENCES ET DIVERGENCES
5.3.1. NOUVELLE DONNE COMMUNICATIONNELLE POUR LE CLIENT
5.3.1.1. Du conseil personnel au simulacre de la communication en ligne
5.3.1.2. Le bricoleur autodidacte
5.3.1.3. Des informations moulées sur l’internaute
5.3.1.4. Un tir de précision
5.3.2. NOUVELLE DONNE COMMUNICATIONNELLE POUR LE COMMERÇANT
5.3.2.1. Dilemme entre le gros et le détail
5.3.2.2. La force du réseau de distribution
5.3.3. NOUVELLE DONNE COMMUNICATIONNELLE POUR LE COMMERCE INTERENTREPRISES
5.3.3.1. Les portails d’affaires ou « marchés virtuels »
5.4. LES RÉSISTANCES
5.4.1. L’INTERNAUTE, UN CLIENT-ROI
5.4.2. LES TIRAILLEMENTS DES COMMERÇANTS
5.5. EN RÉSUMÉ
CHAPITRE 6 L’ALIMENTATION
6.1. LE GROUPE ÉPICIERS ASSOCIÉS
6.2. LE MAGASIN INTERNET
6.3. DESCRIPTION DU SITE
6.3.1. LE CATALOGUE D’ABORD
6.3.2. L’ÉPICERIE EN LIGNE
6.3.3. LES OUTILS D’AIDE
6.3.4. LES RUBRIQUES D’INFORMATION
6.4. CONVERGENCES ET DIVERGENCES
6.4.1. UNE RÉVOLUTION DE PALAIS
6.4.2. GESTION CENTRALISÉE DES COMMANDES
6.4.3. LA PART DU COMMERÇANT
6.4.4. UNE NORME DE FRAÎCHEUR
6.4.5. L’ASSEMBLAGE DES COMMANDES
6.4.6. LA GESTION DES ERREURS
6.4.7. LA PERFORMANCE GLOBALE
6.5. LES RÉTICENCES
6.5.1. LA FRAÎCHEUR
6.5.2. LES AJUSTEMENTS
6.5.3. LE VOCABULAIRE
6.5.4. LE PAIEMENT
6.5.5. LA TECHNOLOGIE
6.6. OÙ VA L’ÉPICERIE VIRTUELLE ?
6.6.1. L’ENTREPÔT, VALEUR AJOUTÉE POUR LE MARCHAND
6.6.2. AXES DE DÉVELOPPEMENT
CHAPITRE 7 LE CONSOMMATEUR
7.1. MAGASINONS-NOUS DE LA MÊME FAÇON DANS LE MONDE RÉEL ET DANS LE MONDE VIRTUEL ?
7.1.1. DÉMARCHE THÉORIQUE ET MÉTHODOLOGIQUE
7.1.2. LE REGARD DU CONSOMMATEUR
7.2. LA VITRINE ET LA PAGE D’ACCUEIL
7.2.1. UNE REPRÉSENTATION PAR LA VITRINE
7.2.2. POURQUOI L’UN PLUTÔT QUE L’AUTRE ?
7.2.3. LE SITE PAR NÉCESSITÉ
7.3. LE PLAN ET LA DISPOSITION
7.3.1. L’AVANTAGE DU MOTEUR DE RECHERCHE
7.3.2. LA DIFFICULTÉ DE CHOISIR UN PRODUIT
7.4. UNE UTILISATION SPÉCIFIQUE DES ÉTAGÈRES ET DES PRÉ

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents