60 minutes pour se libérer de sa charge mentale
63 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

60 minutes pour se libérer de sa charge mentale , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
63 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Fini de devoir se souvenir de faire le cartable et quoi y mettre, de savoir si on a bien reçu la réponse à un e-mail.


Fini de s’inquiéter de la propreté des tenues de sport des enfants, de penser à rédiger le compte rendu de la visite client de la veille.


Fini de se préoccuper des dates de rappel des vaccins, du contrat de fusion-acquisition à mettre en place ou de savoir quoi mettre dans la valise pour les vacances.


Fini de devoir s’occuper de se souvenir de tout !!!


Ce livre présente une solution au problème concret, physique et cognitif, de la charge mentale en elle-même.


Grâce aux méthodes proposées par l’auteur, vous vous libérerez de ces préoccupations qui vous encombrent l’esprit.


Pour pouvoir enfin vous concentrer sur les actions, sans avoir besoin de vous rappeler qu’il faut les faire.


Et retrouver de la sérénité dans votre quotidien.




CHARGE ET DÉCHARGE


DES RESPONSABILITÉS
Cartographie des rôles professionnels
Cartographie des rôles personnels


DE L’INTÉRÊT DES LISTES


UN SYSTÈME AU QUOTIDIEN
Les listes de prochaines actions
Transformation


UN PEU DE COMMUNICATION


RESPONSABILITÉS PARTAGÉES


LÂCHER-PRISE ET LAISSER-FAIRE
Et ça, c’est maintenant !


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 avril 2023
Nombre de lectures 110
EAN13 9791039704656
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

60 minutes pour se liBÉRER de sa charge mentale



60 minutes pour se libérer de sa charge mentale
Auteur : Romain BISSERET
Édition 2023
© GERESO Édition 2023
Direction de collection : Catherine FOURMOND
Suivi éditorial et conception graphique : GERESO Édition
Illustration : © Rudzhan Nagiev/ gettyimages.fr
www.gereso.com/edition
e-mail : edition@gereso.fr
Tél. 02 43 23 03 53
Reproduction, traduction, adaptation interdites
Tous droits réservés pour tous pays
Loi du 11 mars 1957
Dépôt légal : Avril 2023
ISBN : 979-10-397-0346-8
EAN 13 : 9791039703468
ISBN numériques
eBook : 979-10-397-0464-9
ePub : 979-10-397-0465-6
GERESO SAS au capital de 465 920 euros - RCS Le MANS B 311 975 577
Siège social : 38 rue de la Teillaie - CS 81826 - 72018 Le Mans Cedex 2 - France





Dans la même collection
• 60 minutes po ur apprendre à parler en public
• 60 minutes pour arrêter de procrastiner
• 60 minutes pour booster votre énergie
• 60 minutes pour découvrir le développement personnel
• 60 minutes pour expliquer le droit du travail aux managers
• 60 minutes pour maîtriser les délais de vos projets
• 60 minutes pour mieux vendre
• 60 minutes pour reprendre le contrôle de vos mails
• 60 minutes pour s’épanouir en famille
• 60 minutes pour se conne cter au réel
Retrouvez tous nos titres sur librairie.gereso.com







Introduction
La charge mentale, qui n’occupait il y a encore quelques dizaines d’années que les chercheuses et chercheurs en sciences cognitives, est désormais une chose bien connue, popularisée notamment par le rattachement de ce concept à la condition des femmes dans notre société.
Avant d’aller plus loin, j’aimerais préciser, au vu de cela, ce que ce livre n’est justement pas.
Ce livre n’est pas la solution à la pression sociale qui pèse sur la condition féminine et les injonctions patriarcales à devoir s’occuper de tout ce qui se passe à la maison. Ce problème concerne la société tout entière et ne sera réglé que par un changement de la considération portée soit à ces tâches, soit à celles (et, parfois, ceux) qui les réalisent ; idéalement les deux. Nul doute que ce changement fera partie d’un mouvement sociétal plus large.
Ce livre présente une solution au problème concret, physique et cognitif, de la charge mentale en soi. C’est-à-dire qu’en appliquant les pratiques décrites dans l’ouvrage, vous n’aurez plus rien « en tête ».
Fini le fait de devoir se souvenir de faire le cartable et quoi y mettre en fonction des jours, de savoir si on a bien reçu la réponse à tel mail pro ; fini de s’inquiéter de n’avoir pas fait suffisamment de lessives pour les tenues de sport des enfants, se mettre enfin à rédiger le compte rendu de la visite client plutôt que de culpabiliser de ne pas l’avoir encore fait ; fini de se préoccuper des dates de rappel des vaccins, du contrat de fusion-acquisition à mettre en place, de la prochaine visite de routine, des documents à rassembler pour l’ouverture de la succursale étrangère ou savoir quoi mettre dans la valise pour les vacances.
Fini de devoir s’occuper de se souvenir, et se sentir responsable, de tout.
En fait, pouvoir enfin s’occuper de terminer les choses sans avoir besoin de se rappeler qu’il faut les faire. Et avoir une vie satisfaisante vécue dans quelque chose qui ressemble à la sérénité.
Un dernier mot en guise d’encouragement.
Je vais vous inviter dans ce livre à faire de nombreux exercices. Ainsi, s’il se lit rapidement, il vous faudra sans doute quelques heures en plus pour parvenir à réaliser tout ce qui est préconisé.
Il se peut que vous ayez, à la lecture seule, un sentiment de débordement : « holà ! ça fait beaucoup de choses à faire ! » C’est tout à fait normal.
En fait, en réalisant les exercices, vous vous apercevrez que ce que je vous invite à faire est très simple, mais requiert pas mal de mots pour les expliquer. Je suis un grand fan de Boileau et si, en effet, « ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément 1 », il n’en demeure pas moins que, parfois, il y a besoin de beaucoup de mots pour décrire des actions au final très simples 2 .
En somme, je vous invite à faire les choses, vraiment, et vous verrez qu’elles sont beaucoup plus faciles à réaliser que ce que vous ne pourriez craindre à leur lecture.
Au final, le système que je vais vous inviter à créer consiste en :
- trois cartes mentales ;
- une dizaine de listes qui correspondent à vos situations les plus courantes ;
- et un peu d’attention dans votre communication.
Le résultat ? Zéro charge mentale.
Croyez-moi, d’expérience, ça vaut le coup !
Ça, c’était avant
7 h 30, sonnerie du réveil. Simon s’étire, car il a lu quelque part que c’était le meilleur moyen de commencer facilement sa journée, puis sort de son lit. Il se dirige vers la cuisine pour commencer le petit-déjeuner de la famille et croise ses enfants dans le salon. Le grand est assis en train de lire une BD, la petite joue dans son coin. Simon installe les bols et les couverts pendant que l’eau chauffe puis prépare les tartines de la petite. C’est lundi, il croit se rappeler que le grand commence tôt, donc, une fois les tartines finies, il va pour prendre sa douche. Le grand, qui a avalé son déjeuner le temps de la préparation des tartines, est déjà sous l’eau… Simon lui dit de se dépêcher et va manger à son tour. Ça l’agace, car il va devoir lui aussi se presser sous la douche maintenant.
Au moment de partir pour l’école, il se rappelle en fermant la porte que la petite reste au goûter ce soir. Mais il n’a pas préparé les gâteaux. Il peste, rouvre la porte et prend le temps de le faire. La petite lui tend sa gourde pour l’aider… la gourde, ah oui, la remplir ! Comment ? C’est pour le sport ? Il y a sport, c’est vrai, c’est lundi ! Le survêtement ! Après quelques recherches, il le trouve, la petite se rhabille en quatrième vitesse et ils partent pour l’école, le papa énervé, la petite vexée et les deux pressés.
Dans les transports vers son boulot, il décide d’écouter un épisode précis d’un podcast qu’il aime bien, seulement il n’est plus sûr du titre et la recherche ne lui trouve rien. Il y avait cet article qui avait l’air intéressant aussi, mais il ne retrouve plus où il l’avait vu. Bref, il finit par scroller sans but sur des fils d’actu de réseaux sociaux et balaie des choses sans même plus trop savoir ce dont il s’agit. À un moment, il a une idée sympa, il se promet de s’en rappeler une fois arrivé au bureau et continue son scroll.
Arrivé au bureau, Simon salue tous les gens qu’il croise parce que, même, voire surtout en open space, on reste poli et on entretient le lien. Une fois à son poste, il allume son ordinateur et se plonge directement dans ses mails, pour voir s’il y a une urgence. Une cinquantaine de messages et, deux heures trente après, il en émerge et se dit qu’il va enfin pouvoir se mettre à faire son boulot à lui.
Le reste de la matinée se passe en sollicitations sur le réseau interne de l’entreprise, d’autres mails qui sonnent à l’improviste, et sa To-do list qu’il tente de réduire entre chaque interruption. Il se souvient à un moment qu’il a eu une idée sympa dans les transports ce matin, mais ça ne lui revient pas. Dommage.
Il reprend sa To- do à la recherche d’une tâche à faire. La simple vue de tout ce qu’il faut terminer lui arrache un soupir douloureux. Au milieu de la petite dizaine de choses, il en repère deux qui commencent à être en retard : « Organiser la convention annuelle » ou « Faire le plan de développement de son équipe ». Charybde ou Scylla ? Et puis, il en est où déjà sur ces trucs-là ? Ah oui ! Il reste en attente d’une info de Samuel… il repasse sur sa messagerie pour envoyer le mail.
Un collègue surgit et lui demande un truc, qui le dérange avant la fin de l’envoi à Samuel. Simon l’écoute puis, dans un soupir, s’occupe de ce que lui demande le collègue, parce que, « comme ça, ça serait fait et y’aura plus à y revenir ».
Il finit à peine ce que lui a demandé son collègue qu’un bip d’un message interne envoyé par son boss l’informe qu’il est en retard de cinq minutes pour la réunion ce matin. Simon prend son cahier et fonce dans les couloirs. La réunion se déroule bien, il note plein de choses dont des trucs à faire. Puis, de retour à son bureau, il repose son bloc-notes. C’était quoi cette idée sympa déjà, ce matin… non, ça ne revient pas. Un coup d’œil à sa montre lui indique qu’il a encore une petite demi-heure avant d’aller déjeuner. Il ne sait pas trop quoi faire alors il regarde s’il n’y a pas eu de nouveaux mails, parce que de toute façon ce n’est pas en trente minutes qu’il va organiser la convention annuelle.
Le déjeuner se passe très sympathiquement à discuter avec des collègues et refaire le monde tant qu’on y est. Juste avant de reprendre, il reçoit un texto de la nounou qui est malade et ne pourra pas aller chercher sa fille à l’école demain à 16 h 30. Sa femme est en déplacement pour signer la prochaine fusion-acquisition du groupe dans lequel elle travaille, ses parents sont en congés dans le Sud ; il demande à des collègues s’ils ne connaissent pas des nounous dispo pour demain par hasard. On promet de lui envoyer des noms. Mais, pour le moment, ça ne sent pas bon !
De retour au bureau, il ouvre son calendrier au lendemain et voit qu’il ne pourra pas être présent aux deux réunions de l’après-midi s’il doit aller chercher sa fille. Il relance ses collègues sur les nounous, envoie un message à sa femme pour savoir si elle en connaît d’autres, et à deux voisins aussi. Comme il doit animer lui-même le dernier rendez-vous du client Tracbim, ça va être moche s’il ne peu

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents