L’argent, maître ou serviteur ?
90 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

L’argent, maître ou serviteur ?

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
90 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Parce que nous vivons dans une société où l’emprise de l'économie n’a jamais été aussi forte, tout chrétien est amené à se questionner sur la place que l’argent tient dans sa vie.

Grâce à une analyse à la fois claire et subtile s’appuyant sur l’Évangile et le magistère de l’Église, très éloignée des manichéismes faciles, Pierre de Lauzun nous aide à comprendre la nature paradoxale de l’argent et les raisons de l’attrait qu’il peut exercer sur nous, tout en nous aidant à ajuster notre rapport à lui, à la lumière du Bien commun.

Du choix de notre activité professionnelle à la meilleure façon d’investir, en passant par ce qu’il nous faut donner, cet ouvrage propose de nombreuses réflexions qui sont autant de balises concrètes sur le chemin du royaume de Dieu.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 novembre 2019
Nombre de lectures 12
EAN13 9782728928484
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0025€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Pierre de Lauzun
L’argent
MAÎTRE OU SERVITEUR ?
TABLE DES MATIÈRES
INTRODUCTION
PREMIÈRE PARTIE – LA FOI CHRÉTIENNE, LA RICHESSE ET L’ARGENT
Chapitre I – Les évangiles et l’argent
L’économie, partout dans les évangiles
L’usage abondant des exemples économiques
Les paraboles et l’argent
La foi, la vie éternelle et le sens de notre vie en ce monde
L’entrée en scène de la vie éternelle
Abandonner les biens de ce monde ?
Investir, c’est aider
Le bon rapport à la richesse
Hiérarchiser les deux niveaux
L’argent au temps de la chrétienté
L’avarice, vice majeur
Les ordres mendiants et l’argent
L’argent et son produit : la condamnation de l’usure
Chapitre II – L’argent et la richesse : l’enseignement de l’Église
Pauvreté et richesse selon l’enseignement de l’Église
L’argent source de péché : l’avidité et l’avarice dans le « Catéchisme de l’Église catholique »
La richesse dans la doctrine sociale de l’Église
La relation humaine abîmée par l’argent : critiques pontificales
Biens transitoires et Bien éternel : la leçon des spirituels
On veut ce qu’on ne devrait pas vouloir : ne pas s’attacher aux biens transitoires
La douleur créée par l’arrachement à ces biens
Les biens transitoires nous détournent de Dieu
La seule recherche de Dieu
Le détachement : leçons à tirer
Chapitre III – L’argent, la richesse et nous
L’argent et ses paradoxes
Les paradoxes de l’argent
Les évangiles et l’argent : retour
L’argent dans la société, l’usage de l’argent
L’argent et le relativisme
L’argent au cœur de la vie économique
L’argent, vecteur d’une société dominée par l’économie
Du bon usage de l’argent
L’argent, la richesse et la pauvreté en esprit
Richesse matérielle et esprit de pauvreté
La pauvreté en esprit
Pauvreté et profit
Le point central : l’usage des biens et le rôle du don
DEUXIÈME PARTIE – L’ARGENT, CONCRÈTEMENT
Chapitre IV – L’argent dans l’économie
Économie, propriété et marché dans la doctrine sociale de l’Église
Morale et économie
La propriété, l’initiative des personnes et le Bien commun
Le marché et ses limites
Le marché et les valeurs morales des acteurs
L’argent comme mesure, le juste prix
Les prix et le juste prix
Extension de l’analyse
La finance
Le rôle de la finance et ses dérives
Solidarité nationale ou mondialisation
Les propriétaires ou l’investissement socialement responsable
La détention de grands biens, la fortune
La détention de fortunes investies, l’héritage
Le cas des très riches
Conclusion
Chapitre V – Que faire avec notre argent ? Notre vocation, nos besoins, nos dépenses
Notre vocation
La conversion personnelle
Validité relative des calculs de ce monde
Le devoir d’état et les loisirs
L’esprit d’entreprise et la sanctification
L’argent et l’accumulation
Les questions posées
Nos dépenses et notre consommation
Une problématique nouvelle
Les dépenses socialement nécessaires : retour aux sources avec saint Thomas d’Aquin
La notion de montant de dépenses socialement nécessaire, aujourd’hui
Maîtriser et orienter notre consommation
La consommation selon le « Compendium »
Mener une vie bonne plutôt que chercher un « bonheur » élusif
La tempérance
Que faire alors ?
La consommation comme signal envoyé à l’économie
Chapitre VI – Que faire avec notre argent ? L’investissement et le don
L’investissement responsable
L’investissement au sens de la doctrine sociale de l’Église
Dans quels instruments investir ?
Quelle orientation pour un investissement éthique ?
Le don et la générosité : pourquoi ?
Le don et le lien social
Le don dans l’économie : la position de la doctrine sociale de l’Église
La question de l’exclusion, ou le besoin d’un autre argent
Le don et la solidarité, dans la pratique
EN CONCLUSION – Une synthèse pratique
NOTES
DU MÊME AUTEUR
PAGE DE COPYRIGHT
INTRODUCTION
« Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. » « Si tu veux être parfait, vends tes biens et suis-moi. » « Seigneur, tu m’as confié cinq talents ; voilà, j’en ai gagné cinq autres. » « Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. »
L’argent est très présent dans l’Évangile, mais les textes ­n’envoient pas un message simple et unilatéral à son égard. Sa puissance de fascination est constamment dénoncée. Et pourtant, ce même Évangile nous dit qu’il faut l’utiliser, lucidement et activement. Il y a donc dès les origines une tension entre la foi chrétienne et cette chose étrange qu’est l’argent.
Cette énigme prend un sens tout particulier à notre époque, où l’emprise de l’économie est sans précédent historique. Une économie dans laquelle l’argent joue un rôle central, indispensable mais inquiétant. Où affamer les pensionnaires d’une maison de retraite pour améliorer la ­rentabilité ne pose pas de problème. Ou payer une femme pour porter un bébé qu’on a acheté.
Prendre toute la mesure de ces exigences, dans la vie réelle qui est la nôtre, sans culpabilisation stérile, mais sans occulter l’appel que nous avons reçu, est donc pour nous une tâche majeure.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents