La Jeunesse en difficulté
344 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

La Jeunesse en difficulté

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
344 pages
Français

Description

L'intervention auprès des jeunes en difficulté repose nécessairement sur une bonne connaissance des comportements mésadaptés. Cet ouvrage traite essentiellement des comportements délinquants, de la drogue, de la fugue, de la prostitution, du suicide et des mauvais traitements infligés aux jeunes. Le lecteur trouvera dans ce livre une description de ces phénomènes, une analyse de leurs causes ainsi que des pistes de prévention et d'intervention.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 février 1990
Nombre de lectures 0
EAN13 9782760520707
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0025€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

PRESSES DE L’UNIVERSITÉ DU QUÉBEC Le Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450 Sainte-Foy (Québec) GIV 2M2 Téléphone: (418) 657-4399  Télécopieur: (418) 657-2096 Courriel : puq@puq.uquebec.ca  Internet : www.puq.uquebec.ca
Distribution : CANADA et autres paysDISTRIBUTION DE LIVRES UNIVERS S.E.N.C. 845, rue Marie-Victorin, Saint-Nicolas (Québec) G7A 3S8 Téléphone : (418) 831-7474/ 1-800-859-7474  Télécopieur : (418) 831-4021
FRANCEDIFFUSION DE L’ÉDITION QUÉBÉCOISE 30, rue Gay-Lussac, 75005 Paris, France Téléphone : 33 1 43 54 49 02 Télécopieur : 33 1 43 54 39 15
SUISSESERVIDIS SA 5, rue des Chaudronniers, CH-1211 Genève Téléphone : 022 960 95 25 Télécopieur : 022 776 35 27
LaLoi sur le droit d’auteurinterdit la reproduction des oeuvres sans autorisation des titulaires de droits. Or, la photocopie non autorisée – le « photocopillage » – s’est généralisée, provoquant une baisse des ventes de livres et compromettant la rédaction et la production de nouveaux ouvrages par des professionnels. L’objet du logo apparaissant ci-contre est d’alerter le lecteur sur la menace que représente pour l’avenir de l’écrit le développement massif du « photocopillage ».
PATRICIA HANIGAN
Ouvrage conçu et édité sous la responsabilité du Collège de Maisonneuve, avec la collaboration du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Science.
2002 Presses de l’Université du QuébecLe Delta I, 2875, boul. Laurier, bur. 450 Sainte-Foy (Québec) Canada G1V 2M2
Données de catalogage avant publication (Canada) Hanigan, Patricia, 1954-La jeunesse en difficulté : comprendre pour mieux intervenir « Ouvrage conçu et édité sous la responsabilité du Collège de Maisonneuve, avec la collaboration du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Science.» Comprend des références bibliographiques. ISBN 2-7605-0558-8 1. Délinquance juvénile — Québec (Province). 2. Jeunes délinquants — Québec (Province). 3. Justice pour mineurs — Administration — Québec (Province). 1. Collège de Maisonneuve. II. Québec (Province). Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Science. III. Titre. HV9109.Q8H36 1990 364.3’6’09714 C90-004920-0
La publication de cet ouvrage a été rendue possible grâce au soutien pédagogique et financier de la Direction générale de l’enseignement collégial du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Science. Responsable du projet au ministère : RAYNALD TROTTIER Responsable du projet au collège de Maisonneuve : ULRIC AYLWIN Révision linguistique : JACQUELINE VANDYCKE Révision scientifique : DIANE BRUNELLE, collège de Sherbrooke SAMIR RIZKALLA, collège de Maisonneuve Couverture : SYLVIE BERNARD
1 2 3 4 5 6 7 8 9 PUQ 2002 9 8 7 6 5 4 3 2 1 Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés © 1990 Presses de l’Université du Québec er Dépôt légal — 1 trimestre 1990 Bibliothèque nationale du Québec / Bibliothèque nationale du Canada Imprimé au Canada
Remerciements
Je tiens d’abord à remercier ceux et celles qui m’ont aidée à la réalisation de cet ouvrage : Diane Brunelle du Collège de Sherbrooke et Samir Rizkalla du Collège de Maisonneuve pour leur travail de révision ; Raynald Trottier du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Science du Québec, Angèle Tremblay et Jacki Dallaire des Presses de l’Université du Québec.
Plusieurs milieux d’intervention m’ont ouvert leurs portes ou leurs dossiers etje leur en suis grandement reconnaissante : le Service de police de la Communauté urbaine de Montréal, la Sûreté du Québec, le centre de réadaptation Habitat Soleil, le CSSMM, le Bureau de consultation jeunesse et la Commission de protection des droits de la jeunesse.
Nombre de personnes de mon entourage ont joué le rôle le plus important, soit celui de me soutenir tout au long de mes recherches et de la rédaction. Je veux d’abord souligner le travail de bienveillante supervision exercée par Ulric Aylwin du Collège de Maisonneuve. Mes collègues du département des Techniques auxiliaires de la justice du Collège de Maisonneuve et ma famille ont été particulièrement encourageants tout au long de cette démarche et je leur en suis profondément redevable. Enfin, depuis le moment où j’ai pensé écrire cet ouvrage jusqu’à aujourd’hui, plusieurs personnes m’ont aidée d’une façon ou d’une autre. Les remercier toutes serait trop long, mais j’aimerais qu’elles y voient ici l’expression de ma gratitude.
À François et à nos enfants : Alexandre mon fils, Jean-François et Chloé que j’apprends à connaître.
Préface
La criminologie est une science relativement jeune. Certains en attribuent la paternité à C. Beccaria qui, par son ouvrageDes délits et des peines(1764), ouvrait la voie à une réflexion sur les fondements de la justice pénale, les moyens de prévenir le crime, la légalité des délits et des peines, et la proportionnalité du châtiment, dans une perspective de rétribution et de responsabilisation de l’auteur d’un délit. D’autres affirment que la criminologie n’a amorcé son développement e scientifique qu’à partir du dernier quart du XIX siècle, avec notamment le sociologue E. Ferri qui, en 1881, publiait un ouvrage clé sur les causes du phénomène criminel. En effet, c’est à cette époque que se situe le véritable point de départ de nombreux travaux sur l’étiologie criminelle dans ses aspects légal, bio-anthropologique, sociologique et psychologique —, sur la prévention et la prophylaxie de même que sur l’intervention pénale et extra-pénale à l’égard des contrevenants jeunes ou adultes.
Aujourd’hui, la compréhension des manifestations criminelles, l’analyse de leurs causes, l’étude des caractéristiques des auteurs de délits, la prise en considération des victimes et l’étude de l’intervention sous toutes ses formes: policière, judiciaire, correctionnelle, communautaire, clinique ou autre, passent nécessairementpar l’étude criminologique. Malgré sa jeunesse, la criminologie s’est donc taillé une place de choix parmi les sciences humaines et sociales et, pour ce qui est des jeunes en difficulté ou qui contreviennent aux lois, elle y a consacré un important chapitre de ses études, de ses théories et de ses réflexions :la criminologie juvénile. Quel est l’intérêt pour un futur policier ou un futur intervenant en délinquance d’étudier la criminologie juvénile ? La police est la porte
X
Préface
d’entrée du système judiciaire, le geste d’arrestation posé par un policier déclenche souvent tout un processus qui, se poursuivant devant les tribunaux, peut amener un adolescent en centre d’accueil ou milieu de garde fermé et peut-être, à la longue, à entreprendre une carrière criminelle.
Il est fort possible que l’arrestation et la judiciarisation soient quelquefois les seuls moyens de protéger la société et de faciliter l’intervention des professionnels de la criminologie ou de la psycho-éducation pour aider le jeune et l’orienter vers un avenir non criminel. Mais la déjucidiarisation et la référence aux intervenants sociaux et communautaires pourraient fort bien être des mesures substitutives valables.
L’ouvrage de Patricia Hanigan fournit donc, tant aux policiers qu’aux intervenants en délinquance, les principaux outils de compréhension ainsi que les éléments importants pouvant les aider à prendre des décisions éclairées ou à intervenir de façon adéquate. En effet, la connaissance de l’ampleur du phénomène de la délinquance juvénile, de ses principales manifestations, des problèmes de drogue, de fugue et de prostitution, la maîtrise des situations victimogènes du jeune (suicide, enfance maltraitée...) pourraient alimenter lesavoirdu policier et de l’intervenant, lesquels, par la connaissance des lois, du cadre d’intervention et des mesures disponibles, pourront enrichir leursavoir-faire.
Il s’agit donc là d’un document précieux pour tous ceux qui doivent intervenir auprès d’une population mineure, constituée de contrevenants ou de jeunes exposés à un danger menaçant leur développement et ce, tant en milieu ouvert qu’en milieu fermé.
La richesse et la rigueur de la recherche que l’on trouve dans cet ouvrage est aussi le reflet de la personnalité et de l’approche de son auteur, Patricia Hanigan. Détentrice d’une maîtrise des sciences en criminologie, c’est aussi une professionnelle et une praticienne de la pédagogie. Tant par ses études que par son enseignement et par la supervision de nombreux stages d’étudiants, notamment en milieu juvénile, nul autre qu’elle n’aurait pu produire avec autant de précision, de méthode, de clarté et de talent tous les renseignements que contient le présent ouvrage. Le lecteur saura, sans aucun doute, en apprécier la richesse et la remarquable qualité de contenu.
Samir Rizkalla, Ph.D.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents