Nanimissuat Île-tonnerre

-

Livres
118 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Voix de femmes coulées debout dans les fleuves. La grand-mère, la mère et la fille reconquièrent leur corps, leur pouvoir et leur destin. Elles se racontent, se confient aux ancêtres. Elles naissent et renaissent, convoquent le soleil de la justice pour que commence une ère nouvelle. Le poème, souverain, refait l’Histoire, remplit les vides, frappe aux portes de la vérité.
Vous êtes des milliers
À marcher sur les mers
Allez et revenez
Procréer
Avec le ciel
La prochaine terre
À donner aux sans-pays
Une planète entière
Où nous serons
Réfugiées.
Prologue
Je suis l’île
Je suis trois femmes en une
Je suis la grand-mère
Je suis la mère
Je suis la fille
Je suis ma grand-mère
Je suis ma mère
Je suis moi

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 03 avril 2018
Nombre de visites sur la page 5
EAN13 9782897125578
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0067 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Natasha Kanapé Fontaine
NANIMISSUAT
ÎLE-TONNERRE
MÉMOIRE D’ENCRIERMémoire d’encrier reconnaît l’aide financière
du Gouvernement du Canada
par l’entremise du Conseil des Arts du Canada,
du Fonds du livre du Canada
et du Gouvernement du Québec
par le Programme de crédit d’impôt pour l’édition
de livres, Gestion Sodec.
Dépôt légal : 2e trimestre 2018
© 2018 Mémoire d’encrier inc.
Tous droits réservés.
ISBN 978-2-89712-556-1 (Papier)
ISBN 978-2-89712-558-5 (PDF)
ISBN 978-2-89712-557-8 (ePub)
PS8621.A49N36 2018 C841’.6 C2018-940682-8
PS9621.A49N36 2018
Mise en page : Virginie Turcotte
Couverture : Étienne Bienvenu
Correction de l’innu-aimun : Yvette Mollen
MÉMOIRE D’ENCRIER
1260, rue Bélanger, bur. 201 • Montréal • Québec • H2S 1H9
Tél. : 514 989 1491
info@memoiredencrier.com • www.memoiredencrier.com
Fabrication du ePub : Stéphane CormierDE LA MÊME AUTEUREBleuets et abricots, Montréal, Mémoire d’encrier, 2016.
Kuei, je te salue, Montréal, Écosociété, 2016.
Manifeste Assi, Montréal, Mémoire d’encrier, 2014.
N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures, Montréal, Mémoire d’encrier, 2012.Heart and heaven and spirit
written in a drum’s life cycle
and a tribe is an island, forever,
forever we have been an island.
Peter Blue CloudP R O L O G U E

La mémoire se transmet par le sang. Mémoire écorchée, démembrée, violée. Mémoire
effacée de la conscience du peuple. Un grand vide se creuse d’une génération à
l’autre. Lorsque le récit n’est pas raconté, il y a privation.
Manque.
Repères. Espoir. Vision. Direction. Avenir.
Un océan opaque. Liquides toxiques. Faire taire cet océan.
Il dérive. Il déraisonne.
La dépendance s’infiltre en nous.
Se défigurer, se confisquer, s’esquiver : fermer le jour.
Je combats à l’extérieur de moi toutes les injustices.
Un jour, j’apprends que je dois m’aimer.
Je découvre les injustices de mère en fille. Partagées dans l’ignorance et le
désespoir. Océans.
Une nuit, dans mon rêve, ma grand-mère s’assoit sur mon lit de cèdre dans la tente
et me dit : « Va retrouver ta mère. »
Tshissiupanu, le souvenir remonte à la mémoire.
Je me libère enfin.
Être Innushkueu – femme et humaine –
porter la mémoire de nos aïeules.
Je suis partie
Tombée en pleine mer
J’ai nagé jusqu’à ma mémoire
J’ai bu la mémoire du sang.

Des siècles après
Je suis échouée sur une île
Peuplée par les éclairs, nanimissuat.
Au-delà des cycles de violence et de rage, la lumière.

L’île-tonnerre.
J’y suis seule.
L’île est habitée par des esprits et des voix de femmes.
Je donne une sépulture à chacune de mes sœurs perdues.
Ma grand-mère.
J’ai déposé mes prières pour les générations à venir.
Ma mère.
J’ai demandé pardon.

J’ai suivi les éclairs
Accueilli leurs enseignements en mon cœur
J’ai accordé le pardon
J’habite désormais mon île
Mon pays.

Natasha Kanapé Fontaine
Océan Atlantique, 26 février 2018.À celles qui ne reviennent jamais.
Et à celles qui ne reviennent jamais tout à fait.JE SUIS L’ÎLEm i n i s h t i k u