Hôtel Plaisir

-

Livres
202 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Whyte le seul métis de Potopoto, fils présumé d’une femme de chambre, et d’un coopérant rentré en France, raconte son quotidien à l’école, et en suivant son beau-père, le leader politique de l’opposition Manga Panthaléon

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2018
Nombre de visites sur la page 49
EAN13 9789956429721
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0075 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Françoîs Nkeme
Hôtel Plaîsîr
Édîtîons Proxîmîté Yaoundé - Cameroun, Octobre 2015
Du même auteur Innocence perdue, morceaux choîsîs de mon enfance, Proxîmîté, 2001. Le cîmetîère des bacheîers,Proxîmîté, 2002. Buyam seam,Proxîmîté, 2006. On ne décore pas es petîtes gens, ïrîkîya, 2012. La bîenheureuse transîtîon, ïrîkîya, 2014.
© Éditions Proximité République du Cameroun. Tél 237 99859594/6 72 72 19 03 Couriel :editionsproximite@yahoo.fr ISBN : 978 9956 429 72 1
Chapître I e terrîble Manga Alred Panthaléon
Je n’aîme pas ce Manga ; î prend paîsîr à se jeter sur toutes es provîsîons que ma mère apporte. Quand même ! î exagère ce Manga quî n’est même pas beau. ï aut voîr ses pîeds comme es moets d’un ancîen avant-centre, et ses yeux gobueux quî avaent croîssants et pommes de France. ïc ! et a crème quî dégouîne de ses maîns quand î îngurgîte es croîssants. Je ne saîs pas ce que je eraî de uî. C’est vraî que ma mère rentre tard, maîs moî-même je peux aer ’attendre en route. Ouî, je peux e aîre. Même à mînuît ! Nous sommes ancîens dans e quartîer. Et tout e monde de Potopoto saît que je m’appee «Wîte». Je ne comprends pas ce que ma mère uî trouve à ce Manga. Sî ma mère ne travaîaît pas au Paîsîr,je ne croîs même pas qu’î uî accorderaît toutes ces attentîons. C’est sûr que c’est parce que ma mère travaîe auPaîsîr. Je mettraîs a maîn au eu. C’est sûr et certaîn. Et î a même ’aîr pus jeune que ma mère, ce Manga. ï sort même d’où ? ï est comme un Sawa, maîs es Sawa sont des gars très éégants. ï s’appee Manga ; je verraî bîen, parce que es Betî et es Sawa ont e même nom de « Manga ». Et même, est-on sûr que ce soît son vérîtabe nom ? Je verraî son cas un de ces jours. Moî, «Wîte», e seu métîs de Potopoto ? On ne peut pas me aîre ça ! Ma « mater » a de ces consîdératîons dépassées : aîmer un omme parce qu’î est de tee etnîe pus vaorîsante que es autres… c’est démodé ça ! Ça ne aît pus recette qu’au vîage. Ma mère, à cette époque
3
où tout va vîte, contînue de croîre que e aît que es Sawa aîent été es premîers à voîr e Banc et e se en eraît une trîbu pus évouée. Aujourd’uî, î y a des Bamîekés de Yaoundé et des Étons de Douaa. Sans doute, es Sawa ont-îs eu en premîer es pagnes et autres pacotîes, capeau, unettes, mîroîr que es premîers Bancs apportaîent, maîs aussî et surtout e se. Manga, un jour d’accamîe, me dîsaît que e se est en partîe responsabe de a mytîque traversée de a Sanaga par e grand groupe Betî. Manga dîsaît aors que es ancîens Betî, es seîgneurs de a orêt, uyaîent es terrîbes guerrîers à ceva quî îsamîsaîent de orce es popuatîons. Moî je ne comprends pas que es seîgneurs de a orêt puîssent uîr dans a orêt, eur éément, et demeurer quand même des seîgneurs de a orêt… bon ce sont des trucs compîqués… Maîs aussî, contînuaît Manga, que ’attraît des produîts de a mer, et partîcuîèrement e se, pouvaît aussî expîquer cette traversée mytîque de a Sanaga quî eut îeu, seon certaîns, sur e dos d’un serpent. e terrîbe Ngan medja, e boa géant quî s’étendît d’un bord à ’autre du Leuve. a rumeur veut qu’un curîeux, aors que seuement une partîe du grand groupe Fang-Betî avaît traversé, aît pîqué e bout de sa ance sur e curîeux tronc d’arbre quî es transportaît, juste un peu pour voîr, juste un peu. e serpent bessé se seraît aors révoté et auraît dîsparu au ond de a Sanaga, abandonnant une partîe du peupe betî de ’autre côté. C’est ce quî expîque, seon Manga, que es betî soîent répartîs des deux côtés de a Sanaga. Séverîn Cécîe Abega quî est venu cez nous un soîr dît que ce sont des baîvernes, ce serpent. Qu’î exîste bîen des
4
endroîts, en saîson sèce où on peut traverser a Sanaga à gué. e aît de vîvre avec un sage comme Manga me détruît. J’accumue un tas de connaîssances cuturees quî ne servent qu’à me aîre penser et vîvre comme un vîeux, sans împortance pour mon âge. Aors que tout va vîte maîntenant et que e pus împortant c’est e busîness. ï sembe que e se ancîen, seon Manga, étaît un méange de pantes et euîes écrasées. Son succès ut rapîdement baayé par e vraî se quî sortaît de a mer et quî apporta un autre goût à a nourrîture.Je saîs que Manga dît ça pour montrer que a mer étaît dangereuse, que es unettes, es pagnes, es mîroîrs, es capeaux, es usîs, ce bâton quî vomît e eu, ont argement contrîbué à entretenîr a traîte négrîère et son économîe. e mîroîr par exempe étaît mystîque et sûrement maéIque. Avaît-on déjà vu un objet quî mutîpîaît es gens ? ï pouvaît même mutîpîer pusîeurs personnes et sûrement eur voer eur âme, comme ’eau sî cargée mystîquement, comme e soeî quî capte es ombres. Vraîment, Manga raconte n’împorte quoî, des coses d’un oîntaîn passé, des îvres d’îstoîres quî n’întéressent pus es jeunes. Un gars quî se dît ancîen musîcîen aors qu’î n’a enregîstré aucun dîsque ? ï aîsse bîen trôner sur a tabe du saon ’étuî de ’unîque abum dans eque î prêta ses servîces comme vîoonîste. Vîoonîste… combîen de notes a-t-î jouées dans cet abum ? Aucune sûrement. e vîoon… ça c’est des înstruments de Bancs. ï aîme es coses compîquées ce gars !Je jureraîs sur a tête de mon père que ce gars n’a jamaîs vu un vîoon, ne parons pas d’en jouer. Ce quî est grave en pus, c’est que quand je veux regarder mon
5
euîeton prééré dans eque éonardo se gâte et gîLe Darîo pour écarter déInîtîvement cet îmbécîe quî a uî avec Mîranda, e gars s’empare de a téécommande et cange pour suîvre un reportage surPanète. Et î aît systématîquement a même cose quand Eto’o ou Drogba jouent, mes deux stars du baon rond. ï me dît que c’est un vîo médîatîque que es Bancs et assîmîés nous ont subîr avec es tééIms et e sport, comme sî ce ne sont pas es mêmes Bancs quî produîsent aussî es documentaîres dePanète. Un soîr de matc, où tout e quartîer a e courant, que es baîsses de tensîons et des déestages nous ont excusés, que e câbe éectrîque n’a pas brûé, que es brancements sont bons, que e transormateur uî-même a résîsté aux attaques mystîques des sorcîers du secteur, et que tu entends son ronLement à des centaînes de mètres comme une vîeîe ocomotîve ; î sembe que ceux quî sortent dans a nuît, comme Mutt ong es appee, n’aîment pas e courant, îs ont une sorceerîe essentîeement négatîve quî ne coopère avec aucune înventîon de a modernîté, aussî, rappent-îs de temps en temps e transormateur de eurs mîssîes aîr-aîr, e temps que a socîété d’éectrîcîté aît remîs un nouveau transormateur, beaucoup de temps a passé, des jours se sont succédé dans e morne sîence, des nuîts se sont emparées de nous comme des vampîres, avec en prîme, au pus proond de ’obscurîté, une étonnante îesse au sabbat des sorcîers manîestée par des cants de îboux et es agîtatîons des cauves-sourîs à réveîer un mort. Et pour avoîr a umîère, des marces sont nécessaîres, des barrages de routes, des afrontements avec es
6
orces de ’ordre, des épreuves de orce, a preuve, es manguîers des bords de routes de Potopoto-cîty ont dîsparu, ceux quî ont survécu aux déestages et à eurs efets secondaîres, es barrages de route, n’ont pus de brances. Et quand e quartîer boque a route, que es membres du partî au pouvoîr ne peuvent passer pour aer au meetîng, que ’on a peur que e Présîdent, ne passant à queques encabures de à, pour aer ou revenîr de ’aéroport, ne demande ce qu’î se passe, aors on a enIn e droît d’avoîr e courant, sî bîen sûr î n’ y a pas de nouveau voîsîn quî soît venu se connecter sans dîsjoncteur sur e courant pubîc quî appartîent à tous bîen évîdemment et gratuîtement, et que ce nouveau voîsîn aît donc provoqué ce soîr-à une baîsse de tensîon sî accentuée que a téé ne s’aume pas, que ’ampoue uît aussî vîvement qu’une ucîoe, ou encore, que es tecnîcîens du quartîer, dîpômés es courants aîbes et raudueux, aîent connecté deux pases au îeu d’une pase et d’un neutre, vous expédîant un courant sî ort que vos ampoues vîbrent comme des moteurs, que a téé expose comme un cocktaî mootov. Sî aucun de ces événements ne se produît, ce quî est un vraî mîrace, aors on peut enIn voîr son matc. Tu te mets donc devant ’écran, posture du prédateur quî contrôe sa proîe après une course oe dans a savane et un ong combat meurtrîer, et à tu t’apprêtes à regarder ton Cesea-Barça ou ton Barça-Rea quand Manga arrîve en déséquîîbré qu’î est et cange de cane ou éteînt a téé. Moî je vaîs e tuer ! Je peux uî mettre e ratîcîde Cémenta nourrîture… Et e gars me orce à dans
7
aer regarder e matc cez es Essomba, avec tous es eluves d’acoo qu’î y a dans cette brasserîe îndîgène ! Quand je n’en peux pus, je me rends cez Magîstrat au bord de a route pour tuer e temps et casser a nuît. ï est bîen seu maîntenant, Magîstrat; î me aît même de a peîne depuîs que Procureur est partî à «Mbeng», au pays des Bancs, cercer notre vîe. Nous à Potopoto, on est des « communîstes », on partage es réussîtes de nos proces. es gars de potopoto à ’étranger sont autant d’ambassades et de ports d’attaces quî acîîtent ’évoutîon du quartîer. Magîstrat et Procureur sont des jumeaux super înteîgents. ïs ont eu a matrîse en droît à vîngt ans. eur mère, une vîeîe înstîtutrîce quî maudît caque jour son métîer, avaît juré d’en aîre des ommes quî dîsent e droît dans notre pays. es ommes es pus împortants de a Répubîque. Qu’împorte qu’îs soîent magîstrats ou procureurs ou autre cose, pourvu qu’îs dîsent e droît. Et tout Potopoto, depuîs eur tendre enance, avaît commencé à es appeer « Magîstrat » et « Procureur ». Maeureusement, es moyens… A ! es moyens… Ee n’avaît pas pu réunîr a somme d’argent que ’on demandaît au concours. Une oîs même, îs avaîent été admîssîbes, tous es deux, maîs comme îs n’avaîent pu prouver une appartenance à une oge, ou à un ordre, îs avaîent écoué à ’ora. Après que e même scénarîo s’est répété à queques varîabes près, îs se sont découragés et ont ouvert cette petîte caîsse quî tîent îeu de «Ca-Box» et ofre aussî bonbons-aracîdes-cîgarettes. ïs contînuent à une actîvîté que eur mère exerce au quotîdîen ors de caque recréatîon. Ee
8
vend à ses éèves bonbons-aracîdes-beîgnets-yaourts-sucettes. es cîgarettes aux enseîgnants. es mauvaîses angues, um... es mauvaîses angues de Potopoto... ees dîsent qu’ee seraît capabe d’en vendre même aux éèves, des cîgarettes quoî ! Maîs que ne dîraîent es gens à Potopoto pour nuîre aux autres ? On dît que tout ce qu’ee veut c’est de ’argent pour aceter du travaî à ses enants. Et pas n’împorte que travaî, e droît et a justîce pour être au-dessus de tous. Donc, es mauvaîses angues dîsent que es éèves duDon japonaîsacètent bonbons-aracîdes-beîgnets- quî yaourts-sucettes-cîgarettes cez madame bonbons-aracîdes-beîgnets-yaourts-sucettes-cîgarettes n’ont jamaîs de sous-moyenne. Hum... es mauvaîses angues de Potopoto, que ne dîraîent-ees pas ? Quant auxDons japonaîs, sacez que…, um... es mauvaîses angues... toujours es mauvaîses angues... ees dîsent, es mauvaîses angues, que cette auguste natîon du evant, constatant que ’Ecrevetîe-Perpetîe avaît des înteectues de aut vo quî devîennent certaînement des înterocuteurs vaabes, des gestîonnaîres avertîs, et aussî des mîîardaîres reconnus partout dans e monde en servant dans ’admînîstratîon, mîrace très respecté par toutes es natîons, maîs maeureusement, pas assez d’écoes, s’étonna beaucoup de cette sîtuatîon et décîda de remédîer à cette anomaîe. Et des génératîons d’écoîers ne jurent pus que par eurDon japonaîs. Pour revenîr à mon propos sur Procureur, je dîsaîs donc qu’î est partî parce que madame bonbons-aracîdes-beîgnets-yaourts-sucettes-cîgarettes n’avaît pas es moyens d’aceter e concours. Donc, comme
9
ee n’avaît pas d’argent pour aceter e concours, î est partî. On va aîre comment dans ce pays sans argent ? Sans argent, vous êtes condamné à ne pas avoîr d’argent. ’argent conduît à ’argent aussî vraî que tous es cours d’eau se jettent à a mer. ï est partî ’on ne saît comment. Par mer ? Par route ? ’on ne saît. Un jour, on a seuement apprîs que Procureur est partî. Surtout qu’î ne aut jamaîs dîre quand on part, même à sa propre mère, car on ne saît jamaîs, même ee, «ee peut vous eu»,comme ’a dît Essîndî Mîndja. ï aut attendre e dernîer jour pour dîre que vous partez, quand tout est savamment organîsé jusqu’au dernîer détaî. Et à, vous partez vers ’încertaîn et ’încertîtude. Par route à travers e Saara et par mer à bordd’une embarcatîonde ortune, oudans a soute d’un avîon de îgne, c’est d’une préparatîon sûre dont on a besoîn pour braver ’încertîtude. Surtout, î aut évîter d’aer dîre au vîage qu’on part. Hum... es gens du vîage-à, îs peuvent bîen ancer un mîssîe-aîr mystîque sur ’avîon en peîn décoage ou une grosse vague sur votre embarcatîon en peîne mer et noyer tous es occupants, moî je pense que a acîîté avec aquee es gars se noîent en mer-à peut avoîr un îen avec es sorcîers du vîage. ïs peuvent même agîr à ampedusa, ou bîen avant à Agadîr ou à a traversée du Saara. ïs peuvent même prendre a pace d’un sodat et vous abattre d’un coup de usî. ïs peuvent même renverser votre gourde peîne d’eau en peîn Saara, et vous condamner à a mort… Je vous dîs a vérîté. eur magîe est pus orte que cee des Bancs quî construîsent es avîons. C’est d’aîeurs îcî que es Bancs et assîmîés sont venus trîcer cette
10