PME Magazine n°74 - Mai 2019
100 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

PME Magazine n°74 - Mai 2019 , magazine presse

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
100 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

PME Magazine n°74 - Mai 2019

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mai 2019
Langue Français
Poids de l'ouvrage 8 Mo

Exrait

édito
de Lucien AGBIA
À l’épreuve
du numérique
a taxe dite Gafa, en référence à un acronyme bien nouvelle économie qui prend de plus en plus d’ampleur
connu de l’économie numérique, est en examen dans les échanges mondiaux, et dont le caractère virtuel
au niveau de l’Assemblée Nationale française. De complexifie l’identification et donc la taxation au réel. C’est
quoi s’agit-il ? Au motif que les géants mondiaux un combat de grands, diront certains. Ldu numérique, entendez Google, Amazon,
Facebook et Apple, le grand quatuor mondial auxquels on C’est le même combat qui se présente autour du
pourrait rajouter Microsoft pour faire Gafam, ne paient pas déploiement des technologies de la 5G. Toujours entre
suffisamment d’impôts dans les pays pays développés, mais cette fois beaucoup
où ils font du chiffre d’affaire, la plus entre les USA et leurs alliées d’un côté
France a décidé de leur imposer une et la Chine de l’autre. Au motif qu’elleToujours est-il que
taxe spéciale. Elle concernerait les utiliserait la technologie pour faire duL’OMC, grandentreprises qui font un chiffre renseignement au profit de la Chine, les
d’affaires de plus de 25 millions régulateur du américains, canadiens et autres alliés
d’euros en France et de plus de 750 refusent le déploiement de la 5G parcommerce mondial,
millions d’euros dans le monde sur l’entreprise Chinoise Huawei, pourtant la
est désormais àleurs activités numériques. Il est plus en pointe dans cette technologie. Tous
reproché globalement à ces les artifices là également sont utilisés pourl’épreuve de
entreprises aux activités invisibles bloquer ses activités dans leurs pays. Desl’économie numériquemais présentes dans le monde entier, artifices que la Chine juge anticoncurrentiel
de faire de l’intelligence fiscale en et du commerce de et anti-commercial. Est-ce à dire, toutes
transférant les résultats imposables choses étant égales par ailleurs, que leshaute technologie.
dans les pays à faible taxation, via de firmes européennes et américaines qui ont
nombreux artifices. Beaucoup déployé des filiales en Afrique font du
d’observateurs surtout des pays sous-développés sont renseignement à leur profit ? Certains n’hésiteraient pas à
surpris de cette accusation juste il est vrai, vu que ce n’est franchir le pas.
pas nouveau dans l’univers des multinationales. Sauf que
maintenant ce sont des pays développés qui en souffrent. Toujours est-il que L’OMC, grand régulateur du commerce
De tout temps, toutes les multinationales ont toujours mondial, est désormais à l’épreuve de l’économie
pratiqué les transferts de coût via les licences et royalties, numérique et du commerce de haute technologie. Publicité
les centrales d’achats, les frais d’assistance de gestion et et vente en ligne dans tous les pays sans présence
autres artifices qui leur permettent de réduire au maximum physique donc sans taxes et impôts, intermédiation,
les résultats dans les pays où elles avaient des usines. Les fintech, vidéos via des plateformes géantes tels youtube,
pays africains et sud-américains en ont toujours souffert facebook et autres, streaming vidéo et musicales, etc…,
et continuent d’en souffrir. les activités concernées par le numérique, le digital et la
haute technologie sont nombreuses, invisibles et
Le numérique rabat les cartes aujourd’hui et la taxe Gafa demandent à être réguler rapidement au regard de leur
n’est que l’expression du sous-développement dans ces ampleur et de la transparence qui en résulterait. Ce serait
activités de hautes technicités. C’est le commerce mondial de la justice économique
qui se trouve dans ces conditions à l’épreuve de la
2019 / N°74 / Spécial Banques et Assurances •
3Marché bancaire
La Banque De l’Union Côte d’Ivoire
en pleine croissance
À peine plus de 4 ans après avoir ouvert ses guichets à la clientèle en Côte d’Ivoire,
la Banque De l’Union Côte d’Ivoire (BDU-CI), affiche des performances remarquables.
râce à la mise en œuvre rigoureuse de
son plan stratégique 2015-2018, nous
pouvons dire que la Banque De l’Union
a réussi ses premiers pas dans leGpaysage bancaire ivoirien. Ledit plan qui
mettait un accent particulier sur le développement du
réseau d’agences de proximité a porté ses fruits car
selon Idrissa Wélé DIALLO, le Directeur Général,
tous les indicateurs pertinents d’activité et de résultat
sont au vert. À ce jour, le réseau de la BDU-CI
compte 11 agences dont huit à Abidjan. Les villes de
l’intérieur couvertes par la Banque sont Bouaké,
Daloa et Korhogo et bientôt San Pedro. L’objectif de
la Banque est d’assurer une couverture optimale du
territoire à l’horizon 2021.
La banque compte dans ses livres des milliers de Agence Prestige 2 plateaux
clients composés majoritairement de particuliers et de
petites et moyennes entreprises. L’axe prioritaire de œuvre de son plan stratégique au cours des prochaines
développement de la banque repose sur l’accompagnement années en mettant l’accent sur le financement des Pme.
des Pme, pour lesquelles elle offre une gamme variée de
produits et de services répondant à leurs besoins de La BDU met également l’accent sur l’offre digitale à travers
financement (en particulier le financement de l’exploitation, une panoplie de solutions allant de la banque en ligne aux
le de l’investissement, mais aussi les services services disponibles sur les Guichets Automatiques de
de conseil). Dans le cadre de cet accompagnement, les Banque dont la mise à disposition de fonds, les virements
entreprises sont prises en charge aussi bien par le Centre de compte à compte. Parmi ces services figure la solution
d’affaires sis au siège de la Banque que par l’ensemble du Bank to wallet qui permet aux détenteurs de comptes
réseau des agences. Pour réussir son service aux mobiles d’approvisionner en temps réel leur compte
entreprises, la BDU met l’accent sur trois qualités qu’elle a bancaire via le compte mobile money et inversement.
développé au fil des années à savoir la célérité dans la prise
des décisions de financement de l’économie et dans le Il faut rappeler que la BDU-CI est une société anonyme de
traitement des opérations, la priorité donnée au financement droit ivoirien avec Conseil d’Administration dont le capital
des Pme et enfin, la gratuité de certaines opérations telles social est de 11 413 000 000 de FCFA. Elle se veut une
que les transferts entre les pays de l’UEMOA où sont banque citoyenne résolument engagée dans le financement
installés les filiales du groupe BDM (Burkina-Faso, Guinée- de l’économie ivoirienne.
Bissau, Mali). La BDU-CI entend poursuivre la mise en MN
2019 / N°74 / Spécial Banques et Assurances •
5sommaire
Mai N°74
3 - Edito : À l’épreuve du numérique
6 - Sommaire
8 - Echos d’Eco : l’actualité économique du moment
14 - Opinion : le management est un tout, il est global
16 - Spécial Banques 2019
17 - À la loupe
22 - Echo de banques
24 - Retour : Yao Kouassi, directeur général de la Bicici
26 - Les banques commerciales accentuent leur dynamisme
33 - Nouvelles réglementations bancaires, quels impacts sue les crédits bancaires
42 - Acteur : Ismaël CISSE, DG de Sirius Capital Africa
44 - Guide : Les métiers de la Finance et de la Comptabilité
68 - Mobile Money : Opportunité ou menace pour les banques ivoiriennes
74 - Le financement bancaire des projets immobiliers en Côte d’Ivoire
79 - Spécial Assurances 2019
81 - À la loupe
84 - Les Tendances du marché ivoirien
86 - Célébration : KIPRE Digbeu, PDG de Serenity SA
90 - Nouveau : Assamoi Anassé, Médiateur de l’Assurance
92 - Analyse d’expert : les nouveaux enjeux du marché ivoirien des Assurances
94 - Perspectives : infrastructures minimales pour accompagner le
développement des produits d’assurances
xxx
Disponible sur
les bouquets
Canal +
683171
Directeur de publication : Lucien AGBIA - Redacteur en chef : Bamba Lacina • Secrétaire générale de rédaction :Anastasie Yanla Rédaction : Lucien AGBIA, Loh Damas, Bamba Lacina, Nouza Marius, Akoumian Steven • Service Commercial :
Victor Junior Djokouehi, Auguste Konan BOUHI • Diffusion & Abonnements : Gouaméné Dénis - Edité par Multiconsult Gestion SARL au capital de 5 000 000 Fcfa Gérant : Lucien Agbia • 06 BP 1779 Abidjan 06 • Tél. (225) 22 48 80 76
Fax (225) 22 44 17 80 • Récépissé du PR n°77 / D du 12 Septembre 2003 • Dépôt Légal éditeur n°7319 du 17 Septembre 20

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents