Frenchonomics

Frenchonomics

-

Livres
61 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

L’économie française, et plus encore la politique économique française contemporaine, est un grand mystère. Au sens littéral du terme, à savoir qu’il vaut mieux ne pas être trop curieux sur le nombre de « A » ou la trajectoire de compétitivité juste et écologique, au risque de tourner maboul, voire de sombrer en mode « Zzzzz… » (en franglobish de notre siècle : « en burnout »).
En attendant meilleure et plus ample information sur l’avenir, le présent « pdf », dont le sommaire est en page 59, rassemble en 61 pages A4 (imprimables) et 3 parties (France, France en Europe, France dans le monde) des billets publiés entre novembre 2012 et février 2013. L’ensemble complète le e-Book « Compétitivité 2012 (également téléchargeable gratuitement sur Youscribe en copiant-collant le lien : http://www.youscribe.com/catalogue/livres/ressources-professionnelles/competitivite-2012-v4-du-4-novembre-2012-1822197 ) en proposant une sorte de « tableau impressionniste » des évènements des derniers mois, sans mathématiques ésotériques, ni prêchi-prêcha politiquement correct ou pro domo, pour les dirigeants, créateurs d’entreprises et autres décideurs pas trop allergiques à un peu de lumière, noire si nécessaire, dans les coins sombres, ni à un zeste d’humour entre deux phrases plus longues que dans Twitter, ni à un peu d’effort pour lire autre chose que du « prêt à penser » téléguidé ou du copié-collé plus ou moins bien réchauffé et/ou traduit.
Ce eBook aura atteint son but s’il n’aide pas qu’à « tuer » un peu de temps sans trop se dire qu’on le gaspille tristement en train, en avion ou à l’hôtel, mais s’il contribue à permettre un regard sur le monde économique tel qu’il est ; sur la grammaire des affaires 2.0 #InRealLife ; sur les clients où ils sont, vont et iront, et ce qu’ils veulent, voudraient et voudront ; sur la concurrence telle qu’elle évolue et évoluera, avec ses forces, faiblesses, réseaux et les soutiens visibles et invisibles dont elle peut bénéficier ; sur les attentes et évolutions des besoins des partenaires potentiels telles que personne ne les étudie jamais assez pour bien les comprendre, moins encore les satisfaire durablement ; bref, sur ce qui peut aider vraiment les Français chefs et créateurs d’entreprises à anticiper pour réussir toujours plus vite, plus haut, encore plus fort (et profitablement, parce que tout le reste est littérature).
A suivre sur le blog « Compétitivité » : http://madeinfrance2012.wordpress.com/
Renaud Favier - 25 février 2013

Sujets

Livres
Actualité et débat de société
Actualité, événements
France
Économie
Mondialisation
Mondialisation économique
Exportation
Politique économique
Humour noir
Commerce international
Entreprise
PME
Industrie
Union européenne
Allemagne
United Kingdom
Numérique
Économie numérique
Green
Économie verte
Changement
Arnaud Montebourg
Nicole Bricq
Régionalisation
Benoît Hamon
Économie sociale et solidaire
Socialisme
Compétitivité économique
Attractivité d'un territoire
Délocalisation en France
Expatriation fiscale
Investissement direct à l'étranger
Marché
Banque
BPI
Ubifrance
Oséo
Innovation
Entrepreneur
Mairie de Paris
Automobile
Aéronautique
Finance
Europe
Zone euro
Twitter
Facebook
LinkedIn
Viadeo
Asie
Pays émergents
Chine
François Hollande
Politique
Gérard Depardieu
Londres
Pôle de compétitivité (France)
États-Unis
Silicon Valley
Futur
Impôt
Réforme
Revolution

Informations

Publié par
Date de parution 25 février 2013
Nombre de visites sur la page 2 497
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème



Frenchonomics
Renaud Favier
Copyright Renaud Favier, février 2013
Photo de couverture : Frenchonomics, copyright Renaud Favier, 2013
Tous droits réservés pour tous pays
Dépôt légal : en instance février 2013
ISBN : en instance février 2013
Un e-Book produit pour :
Préambule : Think (& Read) out of the Old Boxes (Books)
Il y a, sur les perspectives économiques de la France en Europe et dans le monde, des
analyses, articles, autobiographies, vidéos Youtube et autres twits plus ou moins
catastrophistes, parfois surréalistes, diffusés, commentés, contredits et/ou admirés urbi et orbi
sur papier ou écran par des financiers plus ou moins financièrement honnêtes, des intellectuels
plus ou moins intellectuellement honnêtes, des (d)économistes, honnêtement plus ou moins
(d)économistes, des journalistes, des experts, des journalistes experts, des gourous, des
communicants, et même par les stagiaires, communicants, et autres petites mains de
politiciens professionnels plus ou moins … politiciens, communicants et/ou professionnels.
Et il y a, sur les causes réelles ou supposées, sur les effets réels ou supposés, et sur les
conséquences prévisibles ou anticipées, des théories, contre-théories, powerpoints, contre-
powerpoints, et autres discours et contre-discours proliférant par réseaux sociaux plus ou
moins virtuels interposés, conclaves et conférences plus ou moins VIP et/ou publiques, enfin
éléments de langage et rapports plus ou moins bien médiatisés, blogués ou répétés en réunions
publiques, conférences de presse, sessions parlementaires, audiences publiques et assimilées.
Làs, si on savait d’où vient la crise, où on en est en France, et où va le secteur productif
français, on en aurait entendu twitter sur facebook ou à Davos depuis au moins qu’on a
inventé les comptes Twitter officiels, l’internet mobile 3G et l’iTruc pour presque tous.
En attendant mieux, le présent « ouvrage » rassemble des billets publiés sur les blogs
« Compétitivité » et « Café du matin à Paris » entre novembre 2012 et février 2013.
L’ensemble complète le eBook « Compétitivité 2012 » et propose une sorte de « tableau
impressionniste » en trois parties (1. France - 2. France en Europe - 3. France dans le monde)
sans mathématiques ésotériques, ni prêchi-prêcha politiquement correct ou pro domo, pour les
dirigeants, créateurs d’entreprises et autres décideurs pas trop allergiques à un peu de lumière,
noire si nécessaire, dans les coins sombres (Think out of the old box), ni à un zeste d’humour
entre deux phrases souvent plus longues que dans Twitter (nb pour un manuel classique des
incoterms, du management interculturel ou des cours de change à terme, se référer plutôt à
d’autres auteurs), ni à un peu d’effort pour lire autre chose que du « prêt à penser » téléguidé
ou du copié-collé plus ou moins bien réchauffé et/ou traduit.
Ce eBook est offert par Comp&titivité (http://madeinfrance2012.wordpress.com/about/) : une
certaine idée de l’ouverture des yeux sur le monde tel qu’il est ; sur la grammaire des affaires
2.0 #InRealLife ; sur les clients où ils sont, vont et iront, et ce qu’ils veulent, voudraient et
voudront ; sur la concurrence telle qu’elle évolue et évoluera, avec ses forces, faiblesses,
réseaux et les soutiens visibles et invisibles dont elle peut bénéficier ; sur les attentes et
évolutions des besoins des partenaires potentiels telles que personne ne les étudie jamais assez
pour bien les comprendre, moins encore les satisfaire durablement ; bref, sur ce qui peut aider
vraiment les chefs et créateurs d’entreprises à anticiper pour réussir toujours plus vite, plus
haut, encore plus fort (et plus profitablement, parce que tout le reste est littérature).
Pour rejoindre les réseaux sociaux « Compétitivité » sur LinkedIn :
Compétitivité : http://www.linkedin.com/groups/C-C-International-SME-1-2643444/about et
Commerce Extérieur & Appuis Publics : http://www.linkedin.com/groups/Croissance-
Comp%C3%A9titivit%C3%A9-International-3725320/about
Nb : il reste certainement des coquilles dans ce e-Book gratuit, par ailleurs éloigné, dans sa
forme des standards des manuels pour étudiants, ex étudiants et autres occupants de bureaux
avec plusieurs fenêtres, et dans son fond des pensées uniques dominantes et/ou politiquement
correctes. Mais « à e-Book donné, on peut jeter un oeil sans hésiter ». RF - 25 février 2013 AAAvant, la France méritait un Triple A (voire des « aaahhhh ! »
AAAdmiratifs). Mais c’était bien avant.
Publié le novembre 21, 2012
Avant, une économiste française « normale » voyait Trente Glorieuses devant la France et de
sérieux fonctionnaires avaient ressorti les rapports Rueff et Attali. Mais maintenant, il faudrait
vraiment légaliser le cannabis, voire l’imposer dans le café, pour que ça fasse sourire.
Maintenant, les analystes de Moody’s ont lu The Economist, et leurs managers ont réalisé que
leur boite perdrait toute crédibilité si elle continuait à regarder ailleurs pendant que les
pompiers incendiaires de la maison France risquent de mettre le feu à l’Europe.
Les Twittos du monde entier savent ce qui se passe en France.
Et les exilés qui ont exporté des ronds et des emplois ne sont pas trop incités à les rapatrier, ni
maintenant, ni avant, ni plus tard.
Alors, on peut croire au Père Noël (les guirlandes lumineuses officielles sont inaugurées le 21
novembre à Paris), même si on n’entend bizarrement pas encore parler de menace de grève
chez Air France, SNCF, SNCM, ou whatever peut casser les pieds aux gens qui ont envie ou
besoin de (se) bouger pour les fêtes.
Ne serait-ce que parce qu’il y a toujours de la lumière au bout des tunnels, même au pays des
ronds-points décentralisés à plusieurs étages financés par les générations futures à crédit à
taux variables en CHF contractés par plusieurs niveaux de millefeuille public, des
infrastructures à péages supportés par les générations présentes utiles pour les Allemands qui
vont en vacances au soleil et les Qataris qui viennent inspecter leur parc immobilier ou
regarder leur Zlatan jouer, et du Club de Paris (pas le PSG, celui des rééchelonnement de la
dette des pays en faillite sous accord FMI). Il y a encore du potentiel de « think out of the box
» dans le pays, et même des gens capables de créer de vrais boites et de vais emplois, et pas
seulement d’administrer plus ou moins bien l’existant et autres services plus ou moins publics
entre la lecture du « prêt-à-penser » nombriliste pour abonnés aux journaux officiels, en
papier ou sur le net, un dîner en ville plus ou moins confidentiel et un golf professionnel ou
un week-end de ski social si la météo est propice.
Et puis, il y a la dépénalisation de la compétitivité qui va faire changer le combat d’âme et le
désespoir de camp, tétaniser les concurrents étrangers, coopétiteurs européens, spéculateurs
apatrides et toussa-touça, et doper le moral de tout le monde à Paris et alentours … si les vrais
gens, les djeuns, les entrepreneurs qui sont encore là et la diaspora font le job, mais ça, ça
n’est pas nouveau, ni spécifique à la France, d’ailleurs.
Comme on dit dans les films de saison à la TV, et sur Twitter : « sur un malentendu, ça peut
marcher … » et « c’est cela, oui … ». Et dans les films en v.o. sur les politiciens français ou
étrangers : « Walk the talk ! ».
* Twits *
Flûte, quelqu’un chez Moody’s a lu The Economist ou regardé la TV française … #AAA
http://madeinfrance2012.wordpress.com/
Politique @Elysee_2012 Perte du AAA : les arguments de la gauche et la droite s’inversent :
Aussitôt, le ministre des Finance … http://bit.ly/WwcL5u #Politique Retweeté
LaTribune @LaTribune Les 5 questions que pose la perte du #AAA
http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20121120trib000732107/les-5-questions-
que-pose-la-perte-du-triple-a.html … Retweeté
‏‏@JLMelenchon Sinon, pendant que d’aucuns mélenronchonnent entre Caracas et une manif à
Nantes, Moody’s fait son job avec des mois de retard
Debrief de l’itw de N. Bricq du 20/11 sur Public Sénat, en attendant le replay (Preuves par 3,
rubrique info) http://lnkd.in/FeV45R
#Compétitivité Nicole Bricq, ministre du commerce extérieur, en itw à “Preuves Par 3”
(Public Sénat TV, 20 novembre) http://lnkd.in/FeV45R
Public Sénat @publicsenat Nicole Bricq était l’invitée de “Preuves Par 3” diffusé le 20/11 à
18h. Une émission animée par Michel Grossiord … http://tmblr.co/ZnexjvXg_iFP Retweeté
Michel Grossiord @MGrossiord Cette ministre ne se voit pas « en poupée de porcelaine »,
c’est qui ? Invitée de Preuves par 3 AFP/Public Sénat 22h45 http://www.leparisien.fr/flash-
actualite-economie/commerce-exterieur-il-faut-que-l-europe-se-fasse-respecter-selon-bricq-
20-11-2012-2339389.php … Retweeté
#Compétitivité #HEC Nation Goodwill Observer – Prés. aujourd’hui de l’étude « Marques
Pays » avec N Bricq, S Rozès … http://www.hec.fr/Actualites/Calendrier/Premiere-edition-
du-Nation-Goodwill-Observer …
COE-Rexecode 2012 sur la #compétitivité française, intéressant. Un peu « Coué », titre
exagéré, mais pédagogique http://fb.me/1Sd7KahPM
COE-Rexecode en mode un peu « wishful thinking », mais le contenu de l’étude
#Compétitivité #France 2012 est intéressant http://lnkd.in/Uehx_7
COE-Rexecode 2012 sur la #compétitivité française, intéressant. Un peu « Coué », mais
inutile de jouer à Cassandre http://lnkd.in/Uehx_7
@Trendeo en même temps, n’importe quel pays peut robotiser, surtout si ses entreprises sont
cash-riches ou banquables
Crédit d’impôt compétitivité : une baisse du coût du travail de 2,4 % dans l’industrie selon
COE-Rexecode - http://www.usinenouvelle.com/article/credit-d-impot-competitivite-une-
baisse-du-cout-du-travail-de-2-4-dans-l-industrie-selon-coe-rexecode.N186382 … Retweeté
Zut, quelqu’un chez Moody’s a lu The Economist ou regardé la TV française …
http://madeinfrance2012.wordpress.com/
Déni et délire se sont enfermés dans la cabine de pilotage avec du teusch : si la mer est calme,
ça peut le faire http://viadeo.com/s/XTASx
Déni et délire se sont enfermés dans la cabine de pilotage avec du teusch, la France est bien
barrée http://madeinfrance2012.wordpress.com/
Après le lundi #AAA et #UMP, le mardi … « what else ? » et on sait depuis Claude François
que le soleil n’est pas pour demain … http://lnkd.in/kxq3Vi
Respirer calmement en préparant le café, mais ne pas espérer que c’est un cauchemar et qu’on
va se réveiller http://lnkd.in/kxq3Vi
Discutailler de qui est « responsable mais pas coupable » pour la perte du AAA Moody’s est «
so French » #compétitivité http://bestcoffeeinparis.wordpress.com/
Bref, il nous reste 2 « A », jusqu’au projet de loi décentralisation phase 3 et à celui sur
l’économie solidaire #France http://wp.me/p23TvS-jM
‏‏#Moody’s ne retire qu’un seul « A » à la #France : on est vraiment les « chouchous », on
mérite un petit BBB … au mieux http://madeinfrance2012.wordpress.com/2012/11/08/et-
maintenant-le-temps-de-la-sequence-sur-lemploi-dans-leconomie-socialiste-et-solidaire/ …
1 - De la France
Frenchonomics : les voeux aux forces (encore) vives (encore)
françaises, c’était le 17 janvier, à Paris
Publié le 19 janvier 2013 par renaudfavier
Le Président Hollande a présenté, ce 17 janvier, des voeux d’une austérité germanique aux
forces vives de la Nation, appelant à la mobilisation générale pour l’emploi. Hélas, les
pénibles circonstances ne l’ont pas incité à une fantaisie, même pas à un clin d’oeil sur les
marinières.
C’est regrettable, parce qu’une plaisanterie sur la marinière made in France, avec ou sans
option gag sur l’attractivité ou le « commerce extérieur », ça décrispe l’ambiance, même
quand météo, bruits de godillots et couleur des uniformes n’incitent pas particulièrement à
voir la vie en rose.
Une fine gauloiserie, un « bang » à l’américaine, sur les dernières montebourgeoiseries, les
tapis rouge aux exilés fiscaux français à l’étranger et aux investisseurs étrangers en France, ou
la potion magique de la compétitivité, ça met le public dans de bonnes dispositions.
Quoi qu’il en soit, le Président s’est concentré sur la situation de l’emploi, préoccupante, il est
vrai.
Le Président, qui avait eu l’occasion de s’exprimer quelques jours auparavant, le 10 janvier en
Aquitaine, sur les investissements d’avenir, et ne souhaitait pas doublonner avec le debriefing
du séminaire gouvernemental sur l’emploi du 17 janvier par le Premier Ministre, moins
encore revenir sur les discours, promesses et mesures décidées pour la compétitivité, s’est
félicité des récentes négociations entre partenaires sociaux, a annoncé un replay de la
conférence officielle de dialogue social, en juillet prochain.
Le Président n’a pas insisté sur l’absence de marges de manoeuvre budgétaires, marronnier
traditionnel des conférences de presse d’avant, maintenant délégué aux discours dans les
ministères techniques, voire relégué aux brainstormings des conseils économiques, sociaux et
environnementaux régionaux. De toute façon, tant que la France peut rouler sa dette (et ses
créanciers …) à taux zéro et que les régions trouvent des financiers pour leurs prêter à taux
variable en francs suisses ou en roubles, le déficit budgétaire n’intéresse plus que quelques
lecteurs de journaux anglo-saxon, le rédacteur en sous-chef le plus francophobe de The
Economist et les membres de son club cherchant un sujet un peu « wild side » pour un
powerpoint à Davos ou un speech à un déjeuner de banquiers de pays émergents, et quelques
activistes libéraux qu’on autorise de moins en moins à parler en dehors des plateaux de
BFMTV.
Le Président n’a pas investi le temps des journalistes, entrepreneurs et autres forces
institutionnelles vives, sur le sujet, un peu vieillissant, il est vrai, de la croissance.
Le Président a laissé à ses collaborateurs le soin d’évoquer la croissance verte pacifique et
solidaire, la transition énergétique neutre carbone et économiquement viable, et l’emploi (en
France, espèrent les djeuns pas encore exilés pour faire leurs études au Québec, puis chercher du job en Amérique ou en Asie s’ils ne parlent pas allemand) écolo dans les secteurs d’avenir
réel (pour l’étranger, souhaitent les dvieux, exilés fiscalement ou pas, ayant investi dans les
boites françaises internationalisées et leurs concurrentes étrangères pour compléter leur
retraite).
Le Président n’a, sauf erreur ou omission toujours possible quand on écoute le speaker d’une
oreille avec l’autre branchée sur une web-radio économique anglo-saxonne et les yeux fixés
sur les comptes Twitter d’économistes internationaux sérieux, pas particulièrement évoqué le
combat permanent (la lutte finale, c’est un élément de langage réservé pour d’autres
circonstances, avec un public différent) contre les marchés prédateurs et financiers gangsters,
ni la régulation de la finance et autres points technique d’ordre du jour réservés aux sommets
européens mensuels de la dernière chance, aux réunions de très grands argentiers souverains,
et aux G-quelque chose, dont d’ailleurs on pourrait s’étonner de ne point entendre parler à
Paris si la France n’était pas à la fois en guerre militaire contre le Sud, et en guerre
économique contre le Nord et les émergents de tous bords, ce qui impose une certaine
confidentialité-défense, sinon un mutisme réel, au Chef des Armées. En dehors des briefings
officiels du Chef des Armées.
Le Président n’a pas, sauf erreur ou omission, évoqué, ni le 16 devant les journalistes, ni le 17
face aux entrepreneurs, la proposition, certes iconoclaste, de Michel Rocard et Paul
Larrouturou d’une réduction du temps (et des revenus) de travail dans un des livres
d’économie importants de la rentrée parisienne (lire un des ouvrages en français pour Français
vendus à quelques centaines d’acheteurs-lecteurs réels, achetés par les médiathèques pas trop
strictement trotskistes et les étudiants d’écoles de commerce assez sarcastiques pour lire à
gauche, assez oldschool pour lire -sur papier ou sur écran, c’est la même chose au temps de la
vidéo über alles, du replay de tout et du online gratuit de Davos et compagnie- et assez friqués
pour ne pas être à la dèche dés la fin de la première semaine du mois, les meilleurs amis et les
pires ennemis des auteurs, et commentés par les journalistes économiques auxquels la maison
d’édition à offert un exemplaire gratuit à la sortie du cocktail de lancement, ou envoyé une
copie avec les voeux de bonne année 2013 : « La gauche n’a plus droit à l’erreur … arrêtez
les rustines ! » (Flammarion).
Quoi qu’il en soit, le Président souhaite réussite et prospérité aux créateurs d’emplois réels en
France et souhaite bon emploi pour tous à tous (et bonnes primes de match, indemnités de
pénibilité et autres bonus aux contribuables imposés entre 50 et 75% travaillant
généreusement pour le budget de l’état jusqu’après leurs vacances d’été).
Bonne année, donc.
LE powerpoint de référence pour entrepreneurs, créateurs et autres travailleurs privilégiés :
http://www.youscribe.com/catalogue/presentations/ressources-professionnelles/creation-d-
entreprise/competitivite-vaste-programme-220377
ETI, vous aviez dit ETI ?
Publié le 21 février 2013 par renaudfavier
Avant, quand on s’est aperçu que les grands groupes créaient moins d’emplois en France, et
n’y payaient plus guère d’impôts, et que les TPE, PME, PMI et autres startups n’étaient pas
assez profitables, ni assez capitalisées pour grandir et s’internationaliser, on rêvait d’ETI.
L’ETI (Entreprise de Taille Intermédiaire, grosso modo les boites de quelques centaines à
quelques milliers d’employés), c’est un peu au monde de l’entreprise ce que la classe
moyenne (supérieure) est à un écosystème social classique et équilibré : un pouvoir d’achat élevé permettant aux fournisseurs de biens et services, y compris de nouvelles technologies,
de prospérer ; une réelle capacité d’investissement autonome renforcée par une vraie «
banquabilité » sans besoin de junk-bonds ou autres prêts à risque, une taille critique pour la
R&D, l’international, la préparation de l’avenir, tout ceci permettant à l’économie d’avancer
sans être juste de subsistance comme dans les pays en développement ; et une capacité à
payer sérieusement des impôts, sans y échapper par le bas comme l’économie sociale et non
marchande ou les PME-PMI en mode survie, ou par le haut comme les grands groupes à
stratégie fiscale optimisée.
L’ETI, c’était un concept un peu (trop ?) germanique (lire : « qui ne parle pas trop en
marchant mais avance régulièrement et va loin ») : moins sexy que les startups pour les
journalistes et les investisseurs français exigeant des rendements rapides, moins chic et choc
que le numérique pour les djeuns de Bercy, moins pratique que les grands groupes pour un
dialogue social de bon niveau entre notables politiques et économiques français partageant les
mêmes conseillers, et moins attractif pour l’investisseur étranger que l’immobilier réel ou «
papier » ou les portefeuilles de brevets des grosses boites. Et puis, un peu « provincial »,
comme on pense très fort dans les dîners en ville (entre vils ?) métropolitains où l’on se
demande (sans oser en parler plus que de la nomination annoncée de Ségolène Royale à la
Vice-Présidence de l’institution) si la BPI est, à cet égard, une vraie mauvaise idée qui va
réveiller des tentations de féodalisme et financer des rivalités franco-françaises entre PME et
autres filiales de groupes français ou étrangers sans impact notable sur le redressement
productif, l’emploi et la compétitivité, un mécano un peu virtuel dont les guichets uniques
seront pratiques et attractifs pour les demandeurs locaux et internationaux de subventions et
autres crédits d’impôts (c’est pareil, mais pour les boites un peu rentables, en principe), ou
une évolution intéressante d’Oséo qui aura entre autres les moyens et la mission d’appuyer et
accélérer l’émergence et la croissance d’ETI ambitieuses, dynamiques et créatrices d’emploi «
réels » dans des secteurs économiquement viables en France. Petitjean est un exemple d’ETI
française qui a dû, et su, s’adapter #InRealLife en trouvant une alliance gagnant-gagnant pour
s’offrir un avenir et sauver aussi durablement que possible plusieurs centaines de jobs en
France (lire aussi pp. 78-79 de l’Entreprise n° 317 de janvier 2013)
http://lentreprise.lexpress.fr/investissement/les-saoudiens-d-al-babtain-sauvent-459-emplois-
dans-l-aube-chez-petitjean_34101.html
En même temps, il ne faut pas non plus seulement que rêver : l’ETI réelle et durable sur la
planète mondialisée #InRealBusinessLife, même à l’intérieur des lignes Maginot 2.0 à la
française, c’est plus le genre « Titan » qu’une gentille ex-startup technologique ayant réussi sa
mutation (ou une ex-star du CAC ayant terriblement régressé mais n’ayant pas encore été
avalée par un grand groupe plus ou moins étranger, ou démantelée …).
En même temps, tout le monde, même au pays des vélos made in France dans certaines
grosses têtes et du ministère de l’hospitalité verbale pour les entrepreneurs, a vu le film et
comprend le message #InRealBusinessLife : « ETI, go home ».
Mais, ici et maintenant, what else ?
Byzeway, « Home », pour ETI, quel indicatif (régional ? international ?) de téléphone ?
PS : je twitte ça, je twitte rien, mais pendant qu’on fait des plans pour les startups (qui sont
indispensables pour le futur, numérique, green, numégreen, bionumégreeen ou
whateverworks …) et des shows pour les usines (qui sont le prolongement d’un passé et sont
aussi indispensables pour le maintien dans l’emploi des salariés d’aujourd’hui que pour la
préservation de compétences et marchés susceptibles de fournir de l’emploi productif
demain), et vice-versa, à Bercy, ça ne plane plus aussi tranquillement que ça pour les ETI, en France, ces temps-ci (cf Coface / l’Expansion : http://lexpansion.lexpress.fr/economie/alerte-
rouge-sur-les-eti-une-sur-100-a-fait-faillite-en-2012_372504.html ).
* Twits *
Si les #ETI toussent, la #France s’enrhumera http://viadeo.com/s/7hLUD
Entre les startups de demain et les usines Goodyear etc… d’hier, heureusement qu’il reste des
#ETI en #France http://lnkd.in/nE9VEW
ASMEP-ETI @ASMEP_ETI Faillites d’#ETI c’est le socle de l’emploi en France qui est
atteint! Etude alarmante @Coface_France
http://www.coface.fr/CofacePortal/ShowBinary/BEA%20Repository/FR_fr_FR/documents/P
anorama/panorama-defaillances02-13.pdf … @montebourg - Retweeté
Coface France @Coface_France Panorama #défaillances #France : taille des ETI défaillantes
de + en + importante tant en termes de CA que d’effectifs
http://www.coface.fr/CofacePortal/FR_fr_FR/pages/home/publications/panorama-
defaillances-entreprises … - Retweeté
ETI : export à la traîne, manque de coopération, positionnement moyen de gamme fragilisent
les ETI http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130214trib000748822/les-eti-
ne-sont-plus-vraiment-epargnees-par-la-crise.html … @LaTribune - Retweeté
Pourquoi les ETI françaises sont-elles si fragiles ? http://lnkd.in/b7DVTV - Retweeté
CGPME du Rhône @CGPME69 #PME et #ETI jugent les aides publiques inefficaces >
http://bit.ly/YjFpC2 @Challenges Retweeté
Alerte rouge sur les ETI: une sur cent a fait faillite en 2012 http://bit.ly/VsCMRI - Retweeté
Le Moci @Le_MOCI Ubifrance (1) : Cinq « développeurs » d’ETI sur les starting-blocks
http://dlvr.it/2zL6Pp - Retweeté
Coface France @Coface_France Les #ETI ont les mêmes difficultés que les #PME en matière
de délais de paiement, sans avoir la solidité des GE
http://www.coface.fr/CofacePortal/FR_fr_FR/pages/home/publications/panorama-
defaillances-entreprises … - Retweeté
On parle d’un match #Titan et #Montebourg à la radio à l’heure du café : boxe ou catch (22) ?
… http://fb.me/2eVXnVkNn
Le ton monte(bourg) entre #Titan et #Bercy : certains y voient un combat de boxe, d’autre un
spectacle de catch (22) http://wp.me/pJjbe-6nN
Titan, un p(n)eu rustique, voire brutal, comme son logo l’indique un p(n)eu, mais il peut
embaucher à ScPo, lui aussi … http://wp.me/p23TvS-qV
#Montebourg, aimez-le ou virez-le, mais admettez que pour le buzz à #Paris et sur Twitter,
c’est un #Titan http://renaudfavier.com/2013/02/21/dialogue-social-transatlantique-goodyear-
le-ton-montebourg-titanic-industriel-en-france-ou-chocs-de-petits-titans/ …
BFM Business @bfmbusiness Goodyear : Arnaud Montebourg et Maurice Taylor se
répondent par médias interposés http://www.bfmtv.com/economie/goodyear-arnaud-
montebourg-maurice-taylor-se-repondent-medias-interposes-453842.html … - Retweeté
Nain Portekoi @Nain_Portekoi Et si le patron de Titan avait simplement vu «Vive la France»
en croyant que c’était un documentaire ? #Goodyear - Retweeté
‏‏‏‏‏‏‏Libération @liberation_info A la une de @liberation_info demain : Goodyear, le choc frontal
Téléchargez Libé sur http://bit.ly/WRT1qY pic.twitter.com/1kTV991Rei - Retweeté
#Compétitivité #Goodyear Amiens et les échanges #Titan #Montebourg font le buzz à #Paris
#Attractivité #France http://viadeo.com/s/GPoOc
Le dossier #Goodyear #Amiens fait du buzz à #Paris, en attendant la communication officielle
sur la Marque #France http://lnkd.in/Rw_x9W
Le dialogue social transatlantique n’est pas un long discours fleuve tranquille … #Titan
#Goodyear #Montebourg http://lnkd.in/Rw_x9W
Dialogue social transatlantique #Goodyear, le ton monte(bourg) : Titanic industriel en France
ou chocs de petits titans ?…
Nicolas DOZE – BFM @NicolasDOZE Je suis très rassuré par la présence de Nicolas
DUFOURCQ à la BPI, mais de plus en plus inquiet par la présence des régions. - Retweeté
@philippemaniere L’interview qui dépote, excessive ms parlante Taylor (PDGTitan) : «
France va finir comme Grèce » http://echo.st/540554 via @LesEchos Retweeté
Réponse de #Montebourg à #Titan : ses amis le féliciteront, ses ennemis s’en réjouiront
http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/document/0202579644643-goodyear-la-
reponse-de-montebourg-a-titan-540548.php …
Ce serait triste que les kiosques à journaux de #Paris disparaissent, mais qui leur achète
encore des journaux ?
RIA Novosti Français @ria_novosti_fr #Medvedev au #Brésil pour parler #coopération
http://fr.ria.ru/world/20130220/197598839.html … - Retweeté
@Strategie_Gouv « La dynamique de l’Asie est très intéressante. #RDVCAS » – Rien de +
bouleversant à twitter ?
@Strategie_Gouv « Inde croissance moindre que Chine mais reste géant économique
#RDVCAS » – Oui, c’est au programme de 2nde …
#Compétitivité Même si #UE créait un #Euro CFA dévalué pour Club-Med, la #France
assemblerait / exporterait quoi ? Du Rafale made in India ?
@Elysee bref, les collectivités doivent économiser tout en investissant : sans prêts #BPI à
taux zéro ou Père Noël, ça sera compliqué …
JL BORLOO @JLBorloo La chancelière allemande propose 1 réflexion sur 1 meilleure
intégration de la zone euro : silence total de la France ... #directAN #BudgetUE - Retweeté
@JLBorloo: L’axe franco-allemand est devenu aujourd’hui 1 axe Londres-Berlin #directAN
#BudgetUE - Ce nouvel « Axe », combien de divisions ?
YouScribe_fr A lire sur YouScribe : Goodyear : la lettre du PDG de Titan à Montebourg
http://www.youscribe.com/catalogue/tous/actualite-et-debat-de-societe/politique/goodyear-la-
lettre-du-pdg-de-titan-a-montebourg-2004882 … - Retweeté
LEXPRESS @LEXPRESS Le show à l’américaine de Montebourg pour promouvoir le «
made in France » http://bit.ly/VvcX3A - Retweeté
#Compétitivité #Titan est un p(n)eu rustique. On aurait pu s’en douter à #Paris #Bercy, rien
qu’avec le logo … http://viadeo.com/s/ELFga
En même temps, on pouvait se douter, rien qu’en regardant le logo, que #Titan, ce n’est pas
un bisounours … http://lnkd.in/B8KFgu
‏‏‏‏‏