Sport de haut niveau et argent
216 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Sport de haut niveau et argent

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
216 pages
Français

Description

Vingt-six millions de pratiquants, quatorze millions de licenciés et... seulement 6 103 sportifs de haut niveau sur lesquels repose l'essentiel du spectacle sportif et qui bénéficient de la manne financière des droits de retransmission télévisée. Cette élite, sommet d'une pyramide s'appuyant sur la large base du sport de masse, menace de sécession. Les sports les plus médiatiques, comme le football, sont tentés par une organisation à l'américaine en ligues fermées dévolues au sport spectacle.
Le Conseil économique et social souhaite enrayer ce processus par une meilleure régulation et une protection des sportifs. Source : Conseil économique et social

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 juin 2002
Nombre de lectures 46
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

III
SOMMAIRE
Pages
AVIS adopté par le Conseil économique et social au cours de sa séance du mercredi 29 mai 2002 .......... I - 1
INTRODUCTION ...............................................................................................3
CHAPITRE I - CONSTAT................................................................................5
CHAPITRE II - PROPOSITIONS ...................................................................7
A - DÉFINIR ET CONFORTER LE RÔLE DES AGENTS DE LA RÉGULATION ....................................................................................7 1. Conforter le rôle des fédérations.......................................................7 2. Affermir et pérenniser le Fonds national pour le développement du sport ............................................................................................9
B - RESPECTER, PROTÉGER ET ENCADRER LES ATHLÈTES DE HAUT NIVEAU ............................................................................9
C - PRÉSERVER EN FRANCE ET EN EUROPE L’ORGANISATION PYRAMIDALE DU SPORT ...........................12
D - DANS L’EUROPE, ÉTABLIR UNE RÉGULATION DE LA GESTION DU SPORT DE HAUT NIVEAU ....................................13 1. Une transparence de gestion dans une logique de défense du sport ...............................................................................................13 2. Faire reconnaître la spécificité du sport au niveau européen ..........14 3. Affirmer les principes de la Charte olympique...............................15
E - RESPECTER LE DROIT À L’INFORMATION SPORTIVE ET RÉPARTIR LES DROITS DE RETRANSMISSION........................15
F - METTRE FIN AUX DÉRIVES .........................................................17 1. Interdire la violence sur les terrains................................................17 2. Encadrer la fonction d’agent sportif ...............................................17
CONCLUSION..................................................................................................19
ANNEXE A L’AVIS..........................................................................................21 SCRUTIN............................................................................................................21 DÉCLARATIONS DES GROUPES...................................................................23
RAPPORT présenté au nom de la section du Cadre de vie par M. Jean-Luc Bennahmias, rapporteur. II - 1
INTRODUCTION ...............................................................................................5
I - UNE PAGE D’HISTOIRE : L’ARGENT ET LE SPORT DE HAUT NIVEAU UNE LIAISON ANCIENNE ................................9
IV
II - STRUCTURATION DU SPORT ET ENJEUX FINANCIERS....16
III
IV
V
A DE L’AMBIGUITÉ DE L’ARTICULATION ENTRE L’ETAT, -LE MOUVEMENT SPORTIF ET LE MOUVEMENT OLYMPIQUE ....................................................................................19
B - LES QUATRE PILIERS DE L’ORGANISATION SPORTIVE.......20
C - LE DÉSÉQUILIBRE FRANÇAIS ET SON AVENIR INCERTAIN ......................................................................................21
D - L’INFLATION EUROPÉENNE .......................................................22
E - IL FAUT QU’UNE LIGUE SOIT OUVERTE OU FERMÉE...........23
F - LA MARCHANDISE ÉLITE ............................................................26
- LE BOULEVERSEMENT DU FINANCEMENT .........................26
A - LES FINANCEMENTS TRADITIONNELS ....................................27 1. L’Etat..............................................................................................27 2. Les collectivités territoriales...........................................................33
B - L’IRRUPTION DU CAPITAL PRIVÉ..............................................39 1. Les apports de la médiatisation.......................................................39 2. Les différentes facettes du sponsoring............................................52
C - LE FORMIDABLE DÉVELOPPEMENT DU MARCHÉ DU SPORT ...............................................................................................63 1. La dépense sportive ........................................................................63 2. Aperçu de l’emploi sportif en France .............................................69 3. Sport de haut niveau et stratégie industrielle ..................................70 4. Un marché particulier : la presse sportive ......................................72
- L’ORGANISATION DU SPECTACLE SPORTIF .......................78
A - LES EFFETS DIRECTS OU INDUITS DE LA MÉDIATISATION ............................................................................78 1. Une inégale exposition médiatique.................................................78 2. Une différence à l’effet démultiplicateur........................................83 3. L’asservissement du sport à l’audience ..........................................85
B - LES CONDITIONS DE PRODUCTION DE L’INFORMATION SPORTIVE.........................................................................................90 1. Les principes...................................................................................90 2. La pratique......................................................................................91 3. La question de l’exclusivité ............................................................92 4. Le droit à l’information ..................................................................95
- LES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU, UNE ÉLITE AU PARCOURS DIFFICILE ................................................................97
A - UNE TRAJECTOIRE PERSONNELLE ET PROFESSIONNELLE ATYPIQUES ................................................98
B - UNE AIDE FINANCIÈRE ET ORGANISATION
NELLE .............102
V
C - LES FILIÈRES DE HAUT NIVEAU ET CENTRES DE FORMATION : LIMITES ET DÉRIVES ........................................104 1. Les filières de formation...............................................................104 2. Les dangers de la détection précoce des jeunes talents.................107 3. La carrière des sportifs .................................................................109 4. Couverture sociale et prévoyance .................................................120 5. La convention collective nationale du sport .................................124 6. Une formation permanente et une reconversion balbutiantes .......127
D - UN SECTEUR NÉGLIGÉ : LE HANDISPORT.............................130
E - UNE DÉRIVE : LE DOPAGE .........................................................132 1. Une politique nationale clairement affirmée ................................133 2. La lutte contre le dopage au plan international.............................137 3. Produits et procédés......................................................................138 4. Dopage et compétition..................................................................139 5. Le dopage comme conséquence d’un système économico-médiatique....................................................................................141 6. Le marché des produits dopants ...................................................143
CONCLUSION................................................................................................147
ANNEXES........................................................................................................149 Annexe 1 : Organisation des clubs gérant une activité professionnelles.........151 Annexe 2 : Organisation des Fédérations gérant une activité à caractère professionnel.................................................................................152 Annexe 3 : Les évolutions récentes des grands types de pratiques sportives ..153 Annexe 4 : Glossaire .......................................................................................154
LISTE DES RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES .................................165
TABLE DES SIGLES .....................................................................................169
LISTE DES ILLUSTRATIONS.....................................................................171
I - 1
AVIS
adopté par le Conseil économique et social au cours de sa séance du mercredi 29 mai 2002
I - 2
I 3 -
Le Conseil économique et social s’est saisi, le 23 octobre 2001, du sujet intitulé : «Sport de haut niveau et argent».1 La préparation d’un rapport et d’un avis a été confiée à la section du cadre de vie qui a désigné Monsieur Jean-Luc Bennahmias comme rapporteur.
INTRODUCTION
Le paradoxe sportif tient en trois chiffres : vingt-six millions de pratiquants, quatorze millions de licenciés et 6 103 sportifs de haut niveau. Ces quelques milliers d’athlètes accomplis focalisent toute l’attention parce que leur relation tumultueuse à l’argent du sport spectacle a modifié la perception, l’organisation et l’image du sport lui-même lors de ces deux dernières décennies. La liste nominative des membres du club fermé du haut niveau est établie de façon officielle par les hautes instances du mouvement sportif et du ministère de la Jeunesse et des sports, selon les dispositions de la loi du 16 juillet 1984. Ils constituent l’élite, le sommet d’une pyramide sur lequel repose la totalité du spectacle sportif devenu industrie. La pratique sportive de masse, élément culturel fort, est investie de missions de solidarité, d’éducation, de culture et d’hygiène de vie, mais le drapeau du haut niveau prend les couleurs de celui de la guilde des marchands d’images sportives. L’aventure sportive du champion, naguère symbole vivant du romantisme de la compétition, s’efface devant le marché. La glorieuse incertitude du sport le cède à la recherche de la rentabilité du spectacle sportif.
                                                          1par 141 voix et 14 abstentions (voir résultat du scrutin en du projet d’avis a été adopté  L’ensemble annexe.)
I - 4
I - 5
CHAPITRE I
CONSTAT
Les impératifs de l’économie ont marqué de leur très forte empreinte le sport de haut niveau. Un marché planétaire s’est établi, sur lequel se négocient, selon des prix inflationnistes, offres et demandes de spectacles sportifs. Médias et vendeurs de sport spectacle encadrent le haut niveau des termes de leurs transactions. Au cœur des années 80, deux phénomènes ont conjugué leurs forces pour transformer profondément l élite sportive. D’une part, l’èreopena été déclarée par le sommet de l’institution sportive, le Comité international olympique, ouvrant les portes de l’enceinte olympique aux professionnels. Peu de temps après, les symboles du mouvement de Pierre de Coubertin, les 5 anneaux, ont commencé d’être commercialisés, pendant que les villes hôtes recevaient l’autorisation de traiter l’organisation des Jeux en entreprise commerciale rentable. Los Angeles, en 1984, en a constitué le premier jalon. L’institution sportive du Vieux Continent, au sortir de la Guerre Froide, a offert la possibilité aux clubs sportifs de devenir des entreprises du domaine concurrentiel ordinaire. D’autre part, dans un mouvement simultané, nombre de chaînes de télévision européennes, se dégageant de la tutelle du service public, se sont démultipliées par la grâce des nouvelles techniques de transmission et de la création de sociétés audiovisuelles, généralistes ou thématiques, toutes friandes de programmes sportifs. La demande de sport pour nourrir les programmes et les points Audimat a connu une progression exponentielle, le moindre de ses segments étant satisfait par autant de chaînes spécialisées ou de programmes dédiés à cette attente. Les termes de cet échange ont créé une véritable bulle financière qui a nourri la masse salariale des athlètes des sports dominants, les revenus des intermédiaires et le chiffre d’affaires des grands clubs. La manne télévisuelle a introduit de véritables ruptures dans la nature du sport. Son caractère éducatif s’efface devant l’espérance, et le plus souvent le mirage, d’une réussite sociale rapide que seuls quelques membres du haut ont atteinte. Le sport de masse cède le devant de la scène au show-business de la compétition porteuse de points d’audience, les équipes et clubs les plus huppés fonctionnent comme de grosses entreprises au détriment de la fonction de solidarité du sport. Le calendrier sportif s’adapte à la demande médiatique, à l’instar de certaines règles revues pour rendre la retransmission plus spectaculaire. L’élite sportive, à la carrière forcément limitée, s’expose à un commerce tel que ses droits ne sont que modérément protégés contre son immédiate utilisation. Les acteurs principaux du sport spectacle, les sportifs de haut niveau, travaillent sans filet. Happés souvent dès avant l’adolescence par le processus de production du champion, ils s’exposent à tout moment à l’extrême dureté des lois du marché. Avant leur épanouissement, ils risquent de constater que leur potentiel
I - 6
est insuffisant. Pendant le déroulement de leur courte carrière, ils connaissent les affres de la recherche permanente de la forme sur fond de risque de blessure, s’adaptent au calendrier sans fin, tentés de trouver des raccourcis chimiques - le dopage - pour y parvenir et demeurer au niveau le plus haut toute la saison. Atteints par la limite d’âge, ils s’aperçoivent que leur reconversion n’est pas toujours garantie. Le sport spectacle pèse dorénavant sur l’incertitude de la compétition. Le principal argument de vente de ce spectacle particulier repose précisément sur le caractère aléatoire de l’issue de la confrontation sportive. Or les vendeurs de spectacles sportifs, les fédérations et leurs ligues nationales, veulent protéger les investissements lourds des clubs et des équipes qu’elles représentent. Elles tendent à organiser des compétitions qui protègent les formations les plus riches d’éliminations intempestives dès les premières phases des rencontres. Ces mêmes clubs ont de plus la tentation de s’organiser entre eux pour se garantir mutuellement contre le risque de disparition prématurée. Il s’agit en effet de profiter le plus longtemps possible dans la saison de la manne des droits de retransmission. La confrontation entre clubs et athlètes possède un aspect spécifique au domaine sportif : à l’inverse de la concurrence du marché ordinaire, les équipes les plus faibles ne disparaissent pas, et ne sont pas absorbées par les clubs les plus riches. L’organisation actuelle du sport assure aux formations les plus modestes la pérennité de leur existence. D’où le tropisme vers la solution mise en œuvre pour organiser les quatre grands sports aux USA, à savoir la compétition entre équipes au nombre fixe, ayant d’un commun accord fait disparaître la notion de promotion et de relégation. Toute l’identité du sport en France réside pourtant là : du club le plus modeste au sommet, la hiérarchie s’établit selon les résultats sur le terrain, et détermine seule la rétrogradation à l’échelon inférieur des derniers et la promotion au rang supérieur des premiers. Ce système, propre à la France, et plus généralement à l’Europe, permet l’existence et la pérennité du lien solidaire entre tous les niveaux de la compétition, amateur et professionnelle.
I - 7
CHAPITRE II
PROPOSITIONS
A - DÉFINIR ET CONFORTER LE RÔLE DES AGENTS DE LA RÉGULATION Il revient à l’Etat et à l’Union européenne de mettre en place les mécanismes d’encadrement du sport. Ils doivent organiser la libre compétition, identité fondamentale commune au sport français et au sport continental. Il est vain d’attendre du sport spectacle qu’il crée ses propres agents de régulation, ses dérives actuelles en témoignent. Comme tout secteur marchand, il n’est redevable que de sa réussite commerciale, et ne prétend nullement prendre en charge l’ensemble de l’édifice sportif, pas même l’échelon du haut niveau. Une régulation rigoureuse sur le seul territoire national ne saurait être efficace si elle ignore le continent et ses pratiques sportives. Les lois et conventions françaises doivent être établies de telle manière qu’elles s’harmonisent par le haut au sein de la communauté européenne. Il s’agit bien de combiner la loi nationale à l’intervention européenne.
1. Conforter le rôle des fédérations Le premier maillon de la régulation du mouvement sportif doit être la fédération sportive. Ayant reçu une mission de service public, à savoir l’organisation de son sport sur l’ensemble du territoire national, la fédération a été fragilisée ces dernières années par une confrontation à laquelle elle n’était pas préparée, celle du haut niveau de son sport avec le sport spectacle. Une tendance à un double pouvoir s’est établie dans les sports les plus sollicités par ce marché. D’un côté les clubs au poids financier le plus puissant et les ligues nationales, chargées par les fédérations d’organiser le sport professionnel, de l’autre des fédérations qui maintiennent tant bien que mal l’édifice sportif, du club amateur le plus modeste au haut niveau national. Le fléau de la balance doit pencher vers la fédération. Conforter la fédération et son mandat de service public revient à dénier à des regroupements alternatifs d’intérêts privés le droit d’organiser des compétitions selon des règles contraires à l’intérêt général. Les ligues nationales des sports dominants, football, rugby, basket en particulier, chargées de l’élite professionnelle, ne sauraient s’ériger en structures de remplacement des fédérations. En leur sein, les clubs les plus riches, les agents de joueurs dominants poussent à détacher les secteurs porteurs du haut niveau médiatique de l’organisation fédérale. L’Etat doit montrer sa volonté de tenir ferme l’organisation du sport en une structure unique, qui, seule, peut maintenir le lien entre sport de masse et élite sportive. Cette volonté de l’Etat devra s’exercer de façon concrète sur les missions des fédérations sportives. Celles-ci ne devront en aucun cas confier aux ligues les missions de service public qu’elles détiennent par la loi.