Rapport d information fait au nom de la délégation pour la planification sur les perspectives macroéconomiques et les finances publiques à moyen terme (2008-2012)
214 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Rapport d'information fait au nom de la délégation pour la planification sur les perspectives macroéconomiques et les finances publiques à moyen terme (2008-2012)

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
214 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La Délégation du Sénat à la Planification présente une projection à moyen terme des finances publiques, associée à une projection d'ensemble de l'économie française, réalisée à l'aide de modèles macroéconomiques. Ce rapport décrit la situation économique jugée incertaine, tributaire de la croissance économique aux Etats-Unis et de l'incertitude sur l'évolution du prix du pétrole. Il analyse la stagnation du pouvoir d'achat par la modération salariale, alors que la demande des ménages croît plus que les revenus et rend nécessaire une forte diminution du taux d'épargne. Il propose une nouvelle dynamique de l'investissement, étudie les modalités d'une élévation du rythme de croissance potentielle et ses prémices d'augmentation dans la zone euro. Il étudie la contribution du commerce extérieur à la croissance, s'interroge sur la relation entre l'hypothèse d'une baisse des prix de l'immobilier et le taux de croissance (compte tenu de la crise immobilière aux Etats-Unis), sur la politique budgétaire à mener (notamment la nécessité de créer de l'épargne publique au moyen d'une nette réduction du poids des dépenses publiques afin de parvenir à une réduction structurelle de la dette publique). La politique monétaire est abordée à la fin de ce rapport, avec pour objectif la stabilité des prix telle que l'interprète la Banque centrale européenne.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 novembre 2007
Nombre de lectures 12
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Extrait

N° 81
SÉNAT
SESSION ORDINAIRE DE 2007-2008
Annexe au procès-verbal de la séance du 12 novembre 2007
RAPPORT D’INFORMATION
FAIT
au nom de la délégation pour la planification (1) sur les perspectives
macroéconomiques et les finances publiques à moyen terme (2008-2012),
Par M. Joël BOURDIN,
Sénateur.
(1) Cette délégation est composée de : M. Joël Bourdin, président ; M. Pierre André, Mme Évelyne Didier,
MM. Joseph Kergueris, Jean-Pierre Plancade, vice-présidents ; MM. Yvon Collin, Claude Saunier, secrétaires ; Bernard Angels, Gérard Bailly, Yves Fréville, Yves Krattinger, Philippe Leroy, Jean-Luc Miraux, Daniel
Soulage.- 3 -
SOMMAIRE
Pages
AVANT-PROPOS......................................................................................................................... 9
CHAPITRE I : UN CONTEXTE INCERTAIN........................................................................... 13
I. QUELLE CROISSANCE ÉCONOMIQUE AUX ETATS-UNIS ?.......................................... 17
A. LES ETATS-UNIS : « DESPERATE HOUSEHOLDS » OU « SUPERFED » ?......................... 17
B. LES ETATS-UNIS, QUELLE CROISSANCE POTENTIELLE ?............................................... 19
II. INCERTITUDES SUR LE PRIX DU PÉTROLE................................................................... 22
CHAPITRE II : UN POUVOIR D’ACHAT AU SOUTIEN DE LA CROISSANCE ?............... 25
I. UNE MODÉRATION SALARIALE INEXORABLE ? ........................................................... 25
A. UN POUVOIR D’ACHAT FREINÉ PAR LA MODÉRATION SALARIALE............................ 26
B. LES VOIES D’UNE EVOLUTION PLUS DYNAMIQUE DU POUVOIR D’ACHAT............... 31
1. Une déformation du partage de la valeur ajoutée plus favorable aux salaires ........................ 31
2. Un ajustement des finances publiques moins rigoureux 32
3. Le bilan d’une nouvelle dépense fiscale et sociale : le dispositif d’exonération
des heures supplémentaires .................................................................................................... 33
a) Bilan en l’absence d’une augmentation significative du nombre d’heures
travaillées ........................................................................................................................... 33
b) Impact de la mesure dans l’hypothèse d’un relèvement substantiel du nombre
d’heures supplémentaires 34
II. RETOUR SUR LES CONDITIONS D’UNE FORTE AUGMENTATION
DE LA DEMANDE DES MÉNAGES...................................................................................... 35
A. LA DEMANDE DES MÉNAGES DEVRA CROÎTRE PLUS QUE LE REVENU….................. 35
1. Vue générale........................................................................................................................... 35
2. La nécessité d’une forte diminution du taux d’épargne........................................................... 36
B. … CE QUI EST ENVISAGEABLE SOUS CERTAINES CONDITIONS
VOLONTARISTES ................................................................................................................... 37
1. Certains facteurs susceptibles de peser sur l’évolution du taux d’épargne… .......................... 37
2. …nécessitent d’être potentialisés par une action volontariste................................................. 38
CHAPITRE III : VERS UNE NOUVELLE DYNAMIQUE
DE L’INVESTISSEMENT ?......................................................................................................... 41
I. UNE ÉVOLUTION BIEN ORIENTÉE À COURT TERME................................................... 41- 4 -
II. DES SCÉNARIOS QUI SUPPOSENT UNE CROISSANCE SOUTENUE
DE L’INVESTISSEMENT À MOYEN TERME.................................................................... 43
A. LES PERSPECTIVES OFFERTES PAR UNE ACCÉLÉRATION
DE L’INVESTISSEMENT ........................................................................................................ 43
B. LES CONDITIONS D’UNE ACCÉLÉRATION DE L’INVESTISSEMENT.............................. 44
1. Retour sur les déterminants de l’investissement...................................................................... 45
2. Le rôle déterminant de la demande ......................................................................................... 46
a) L’intérêt d’améliorer la capacité financière des entreprises ................................................ 46
b) La nécessité de restaurer la crédibilité de la croissance ...................................................... 50
CHAPITRE IV : VERS UNE ÉLÉVATION DU RYTHME DE LA CROISSANCE
POTENTIELLE ? ......................................................................................................................... 53
I. PRODUCTIVITÉ ET CONTENU EN EMPLOIS DE LA CROISSANCE............................. 54
II. PRODUCTIVITÉ ET CROISSANCE POTENTIELLE......................................................... 57
A. UN LIEN DIRECT ENTRE PRODUCTIVITÉ, CROISSANCE POTENTIELLE
ET EMPLOI............................................................................................................................... 57
1. La croissance potentielle à moyen terme de l’économie française .......................................... 57
2. Des perspectives démographiques désormais plus favorables................................................. 58
3. Les conditions d’une croissance effective soutenue par la productivité................................... 58
B. LES MOYENS D’UNE RELANCE DE LA CROISSANCE POTENTIELLE............................. 59
1. L’augmentation de la main d’œuvre disponible....................................................................... 59
2. L’augmentation de la productivité du travail .......................................................................... 62
a) Le nombre d’heures travaillées ........................................................................................... 63
b) L’intensité capitalistique .................................................................................................... 64
c) La productivité générale des facteurs (PGF) 64
III. LES PRÉMICES D’UN RESSAUT DE LA CROISSANCE POTENTIELLE
DANS LA ZONE EURO.......................................................................................................... 67
A. LA PRODUCTIVITÉ EN FRANCE ET DANS LE MONDE : UN PAYSAGE
CONTRASTÉ ............................................................................................................................ 67
B. LES ÉVOLUTIONS RÉCENTES DE PRODUCTIVITÉ DU TRAVAIL DANS LA
ZONE EURO ET AUX ETATS-UNIS....................................................................................... 68
1. L’importance confirmée de la contribution des services.......................................................... 68
2. La fin du « rattrapage » européen au milieu des années quatre-vingt-dix............................... 69
3. Une convergence récente de la productivité aux États-Unis et dans la zone euro ................... 70
C. L’AMORCE D’UN RESSAUT DE LA CROISSANCE POTENTIELLE EN FRANCE
ET DANS LA ZONE EURO ? ................................................................................................... 71
1. Une explication structurelle à moyen terme ............................................................................ 71
2. Une interprétation historique à plus long terme...................................................................... 72
CHAPITRE V : QUELLE CONTRIBUTION DU COMMERCE EXTÉRIEUR
À LA CROISSANCE ?.................................................................................................................. 75
I. À MOYEN TERME, LE RETOUR À UNE NEUTRALITÉ DE LA
CONTRIBUTION DU COMMERCE EXTÉRIEUR À LA CROISSANCE ?....................... 76- 5 -
A. UNE DÉGRADATION DU SOLDE EXTÉRIEUR ESSENTIELLEMENT
CONJONCTURELLE EN 2006-2008 ........................................................................................ 76
B. UNE STABILISATION CONVENTIONNELLE DU DÉFICIT EXTÉRIEUR
EN 2009-2012............................................................................................................................ 80
II. LE POIDS DES ALÉAS SUR L’ÉVOLUTION DU COMMERCE EXTÉRIEUR ............... 81
A. LES RISQUES MACROÉCONOMIQUES PESANT SUR LE SCÉNARIO
CONVENTIONNEL .................................................................................................................. 83
B. QUEL IMPACT DES FACTEURS STRUCTURELS ? .............................................................. 84
CHAPITRE VI : UNE CROISSANCE PÉNALISÉE PAR UNE CHUTE DES PRIX
DE L’IMMOBILIER ? 89
I. L’ÉVOLUTION RÉCENTE DES

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents