Actualité  de la pensée grecque
82 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
82 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

"En 1945, la guerre civile fait rage en Grèce. Octave Merlier, directeur de l’Institut Français d’Athènes, offre à de jeunes grecs boursiers de l’État français une échappatoire à bord du Mataroa, bateau de tous les sauvetages qui avait précédemment acheminé jusqu’en Israël des immigrants juifs. Ainsi, ces figures de proue du monde intellectuel grec, dont Kostas Axelos, Cornelius Castoriadis et Kostas Papaioannou, ou encore Nikos Poulantzas et Panajotis Kondylis, trouvent refuge à Paris. Ils vont y instaurer un dialogue fécond entre intelligentsia grecque et française. Ce livre est consacré à chacun de ces passeurs philosophes, dont la pensée, toujours à explorer, a marqué le monde occidental de l’après-guerre. Antigone Mouchtouris est professeur à l’Université de Lorraine. Ses recherches sont axées sur la culture artistique, mais aussi sur la connaissance du monde de la pensée, ce qui l’a conduite ces dernières années à repenser les enjeux posés par la philosophie sociale. Panagotis Christias, professeur à l’Université de Chypre, partage son temps entre Athènes, Chypre et Paris. Ses recherches portent sur la philosophie morale, politique et sociale, et ses rapports à la modernité et à l’économie. Ses écrits ont notamment contribué à faire connaître l’œuvre de Panajotis Kondylis. ".

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 juin 2014
Nombre de lectures 0
EAN13 9782304052206
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0500€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Sous la direction d’ Antigone Mouchtouris et Panagiotis Christias
Actualité de la pensée grecque
Les apports des intellectuels grecs en Europe
Topos
Éditions Le Manuscrit Paris


Dans la même collection

Sous la direction de Bernard Valade, Antigone Mouchtouris et Éric Letonturier, Passions sociales , 2014
Sous la direction d’Antigone Mouchtouris et Tiphaine Barbier-Verley, Actualité muséale. La temporalité d’un espace culturel , 2013
Antigone Mouchtouris, La réception des œuvres artistiques. La temporalité des œuvres esthétiques , 2013








© Éditions Le Manuscrit, 2014
© Couverture : Charles Dreyfus
EAN : 9782304044348 (livre imprimé)
EAN : 9782304052206 (Epub)


« Topos »
Collection dirigée par Antigone Mouchtouris
La collection « Topos » a comme objectif de favoriser la publication d’essais qui sortent des sentiers battus et de rompre avec le conventionnalisme ambiant. Elle se veut une collection toujours en mouvement. Elle renoue également avec le rôle des intellectuels qui désirent amener le savoir hors de l’Université pour l’offrir au grand public, mais aussi créer des publications méritant des débats contradictoires. Les thèmes de cette collection seront axés autour de la culture artistique, de la sociologie du public, des institutions culturelles (comme les musées), de l’esthétique (et ses expériences), de l’art contemporain et ses acteurs. Elle publiera des ouvrages sur l’imaginaire, la vie des intellectuels qui ont marqué leur époque et le monde des idées.
Cette collection sera soucieuse de publier des ouvrages traitant de sujets d’actualité, en ayant comme focus la mondialisation. Le terme Topos a été choisi pour symboliser un espace de dialogue, créé grâce à des intellectuels qui veulent rendre la réalité intelligible.


Membres du comité scientifique
Christias Panagiotis, Université de Chypre
During Bertrand, Université de Paris Descartes
Deniot Joëlle, Université de Nantes
La Chance Michaël, Université de Québec
Lemay Violaine, Université de Montréal
Mouchtouris Antigone, Université de Lorraine
Prontzas Evangelos, Université de Panteion
Ucciani Louis, Université de Franche-Comté
Valade Bernard, Université de Paris Descartes





Préface Allocution de M. Constantin Chalastanis Ambassadeur de Grèce en France
Nous avons décidé de mette en préface l’allocution de l’ambassadeur grec à Paris, prononcée lors du colloque consacré aux intellectuels grecs organisé par le laboratoire GEPECS à l’université Paris Descartes, amphithéâtre Durkheim, le jeudi 13 décembre 2012.
Monsieur le Vice Président de l’Université
Mesdames et Messieurs les Professeurs
Mesdames, Messieurs
Je voudrais tout d’abord exprimer mes plus sincères remerciements aux organisateurs du colloque d’aujourd’hui.
Madame le Professeur Mouchtouris, Monsieur le Professeur Christias, je vous remercie de votre invitation.
C’est pour moi une grande satisfaction de prendre la parole pour introduire ce colloque d’aujourd’hui consacré à l’apport des intellectuels grecs dans l’Europe de l’après-guerre.
C’est aussi un grand honneur de me trouver parmi les éminentes personnalités qui vont aujourd’hui nous présenter leurs pensées autour d’une question particulièrement intéressante et qui se réfère aussi à notre double identité tant nationale qu’européenne.
Le colloque d’aujourd’hui revêt une importance particulière d’autant plus qu’il s’agit d’un temps particulièrement difficile pour la Grèce mais aussi pour d’autres pays européens, à cause d’une crise économique sans précèdent qui sévit au cœur même de la construction européenne, au sein de l’euro zone.
Πόλεμος πατήρ πάντων. Selon le célèbre segment d’Héraclite, « le conflit est père de toutes choses ». S’il est vrai que la construction européenne s’est construite autour de la notion même de la crise, il n’en reste pas moins que les convulsions pour la naissance d’une nouvelle étape qui inexorablement suit une crise donnée, porte en elle-même le double enjeu de la réussite et de son opposé. Gagner ne peut être considéré comme acquis, ni le recul, pire encore, en l’occurrence même l’effondrement, ne peuvent être exclus d’avance.
La crise que nous traversons depuis trois ans, en Europe, loin de se confiner à une crise économique, risque de dégénérer en crise sociétale et d’éroder le fondement même de cette unique et belle aventure qu’est la construction de l’Union Européenne. La notion de l’intérêt général européen risque de s’émietter et ne plus être perçu que comme le simple résultat des quantités additionnées de ses composantes et donc des intérêts de chacun des Etats membres de l’Union.
Or l’Europe trouve ses racines et sa raison d’être, bien au-delà de simples considérations économiques, bien qu’il serait arbitraire d’en négliger l’importance. Elle est surtout fondée sur des principes qui remontent le temps et qui ont tissé des liens intrinsèques de civilisation. Ce faisceau interculturel qui se compose par une milliasse d’œuvres à travers le temps, forme le socle, d’une identité où se repose l’édifice européen. Ayant surmontée de multiples contradictions, par moment on ne peut plus pénibles, l’Europe a su surmonter ses divergences et mettre en avant son projet inédit dans l’univers international, celui d’élargissement et d’intégration.
Parfois je me demande comment peut-on dire, après toutes les mésaventures d’une Europe déchirée durant la première moitié du 20 e siècle, que l’élan pour l’accomplissement de l’Union Européenne, que nous bâtissons depuis plus de soixante années, que cet élan semble s’estomper. Il est vrai que s’étant éloignés des dangers d’antan, certains ont tendance à passer dans une euphorie égoïste et aveugle.
Pire encore, devant une crise d’une telle ampleur on fomente des illusions d’un rétrécissement vers des options nationalistes, d’apparence salutaire, mettant en exergue des arguments basés sur l’introspection, la division et la xénophobie.
C’est exactement pour toutes ses raisons que je trouve l’idée de ce colloque opportune et appropriée. Je suis persuadé qu’au fur et à mesure de l’évolution des travaux de ce colloque vont se dévoiler devant nous ces liens intrinsèques entre l’Europe, la France et la Grèce forgés aussi par la Diaspora Hellénique dans l’Europe de l’Après-guerre.
C’est une conviction personnelle que je base aussi, en dehors de quelques connaissances limitées quant au contenu et l’étendu de cet apport, sur un sentiment personnel de familiarité et d’appartenance que j’ai éprouvé dès mon premier contact avec la culture française, la France et son peuple.
J’ai la conviction que ceci n’est point dû uniquement à l’influence de la Grèce antique, car cela aurait tort de négliger tout un autre aspect évolutif, qui s’est produit, d’une manière continue et constante, entre les deux cultures, dès l’époque de Byzance jusqu’à nos jours et ceci malgré les aléas historiques qui sont intervenus.
C’est un argument, pour revenir, au sujet du séminaire d’aujourd’hui, qui se défend dans un premier temps par la simple citation des quelques noms, bien connus, de grecs de la diaspora qui ont élaboré leur pensée en France durant ces dernières années et qui feront l’objet d’un regard plus approfondi durant les travaux d’aujourd’hui. Bien évidemment à part les intellectuels emblématiques tels que, Cornélius Castoriadis, Nicos Poulantzas, Kostas Papaioannou, Panagiotis Kondylis, Kostas Axelos, qui sont d’ailleurs cités dans l’énoncé des travaux d’aujourd’hui, nombre d’autres personnalités importantes pourraient être citées comme ayant une influence certaine chacun dans son domaine. Telles, à titre d’exemple, et couvrant des domaines variés sont, Yannis Xenakis, Nana Mouskouri, Costa Gavras, mais encore dans le domaine des arts plastiques Aristomenis Angelopoulos, Mayo, dont le nom de famille est Malliarakis, ou encore Prassinos, Gaitis, Karavoussis ou Takis. Je me garderai toutefois de m’aventurer vers une énumération sans doute lacunaire, mais qui mérite d’être explorée davantage.
Pour la plupart mes compatriotes, qui ont érigé la France comme une deuxième patrie, n’ont éprouvé aucune difficulté à s’intégrer dans la société française dans un mélange productif avec l’évolution intellectuelle en France. S’il est encore facile de les reconnaître, au moins pour ce qui est de la première génération, par leurs noms à

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents