JDJ n°111 - Du 25 juin au 02 juillet 2020

-

Français
31 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

JDJ n°111 - Du 25 juin au 02 juillet 2020

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 25 juin 2020
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo
Signaler un problème
LE JOURNAL DU JEUDI- N° 111-DU 25 JUIN AU 02 JUILLET 2020
FAUTIL DÉBOULONNER LA STATUE DE FAIDHERBE ? Mais que va ton faire du pont ?
POLITIQUE LES CONSEILS D’ATEPA A MACKY ÉCONOMIE CHEIKH TIDIANE BA, Dg CDC CONTRIBUTION CL MOUMAR GUEYE
2
JDJ - Le Journal Du Jeudi - N°111
INTRO DOSSIER STATUE Par Seydou Diop
Faire tomber Faidherbe, et après ? e généra poytechnîcîen ouîs Faîdherbe, gouverneur du Sénéga (de 1854 à 1861 puîs de 1863 à 1865) est au centre d’une contestatîon posthume quî en dît ong sur e ressentî des Sénégaaîs après soîxante années d’îndépendance. Un coectî ancé e 10 avrî à Lîe, dans e nord de a France, en partenarîat avec une assocîatîon sénégaaîse, a aît du débouonnage de a statue équestre de Louîs Faîdherbe son cheva de bataîe. Depuîs octobre 1896, une împosante représentatîon en bronze du généra trône en efet dans e centre-vîe de a capîtae des Fandres. Une manîère, pour sa vîe d’orîgîne, de rendre hommage à ceuî quî « s’est îustré durant a guerre de 1870 à a tête de ’armée du Nord », ît-on sur e sîte de a munîcîpaîté.
Troîs cent cînquante kîos de bronze, épée dans une maîn, képî dans ’autre, pîed en avant, menton Ier de généra, et sur e soce, cette paque en marbre : «A son gouverneur L. Faîdherbe, e Sénéga reconnaîssant». A Saînt-Louîs, sur a côte nord-ouest du Sénéga, cea aît cent trente-deux ans que a statue Faîdherbe trône sur a pace Faîdherbe, à deux pas du pont Faîdherbe (e squeette de er, ong d’un demî-kîomètre, quî reîe a vîe, construîte sur une e, au contînent arîcaîn).
Maîs, depuîs un peu pus d’un an, c’est peu dîre qu’ee a été chahutée. Ee est d’abord tombée en septembre 2017 pour cause – oicîeement – d’întempérîes, raaes de vent et puîes dîuvîennes. Ee a été pîétînée, comme un trophée de chasse, par des dîzaînes de Sénégaaîs quî ont prîs des poses guerrîères, e pîed sur a tête du généra, et posté es cîchés sur es réseaux socîaux. Ee a ensuîte été transérée en un îeu sûr et tranquîe, puîs reposée sur son soce, après décîsîon du maîre, Amadou Mansour Faye, et sous escorte poîcîère... avant d’être aspergée de peînture banche, comme un vugaîre muret. On n’arrîvaît même pus à îre ’hommage du peupe sénégaaîs gravé dans e marbre en 1886. De Lîe à Saînt-Louîs, pusîeurs assocîatîons mîîtantes entendent aîre dîsparatre de ’espace pubîc e nom de Louîs Faîdherbe, ’ancîen gouverneur rançaîs du Sénéga. Ees proposent de débaptîser es rues, ponts et ycées quî portent son nom et de débouonner es statues à son eigîe.
Maîs c’est son actîon en tant que gouverneur du Sénéga, pendant a coonîsatîon rançaîse, que dénoncent es assocîatîons. « ï y a un rée dénî : on céèbre e mîîtaîre actî en France et on occute sa carrîère coonîae », constate Thomas Detombe, coordînateur de a campagne « Faîdherbe doît tomber » pour ’assocîatîon Survîe Nord, maîs aussî auteur de L’îsam îmagînaîre (La Découverte, 2007) et co-auteur de Kamerun ! Une guerre cachée aux orîgînes de a Françarîque, 1948-1971 (La Découverte, 2011).
Le gouvernorat de Faîdherbe – de 1854 à 1861 ; puîs de 1863 à 1865 – a été marqué par de nombreuses campagnes mîîtaîres menées dans es ancîens royaumes du Fouta Toro (Sénéga, Maurîtanîe), du Khasso (Sénéga, Maî) et du Kayor (Sénéga). « Pendant des années, es peupes de a régîon ont été soumîs à a mîtraîe rançaîse, dénonce Thomas Detombe. Les hommes ont été massacrés, es vîages réduîts en cendre. Et a amîne, savamment entretenue dans es « zones rebees », est devenue une arme de guerre… »
LE MYTHE DU « BON COLON »
En 2017, ors d’une manîestatîon artîstîque à Lîe, un panneau bîographîque avaît été temporaîrement înstaé à proxîmîté du monument : es vîoences dont e mîîtaîre s’étaît rendu coupabe, en tant que bras armé de a coonîsatîon du Sénéga, sont demeurées pudîquement tues. C’est cet efacement d’une partîe de ’hîstoîre quî a poussé des Lîoîs, dont Detombe, à réagîr. Ce dernîer précîse : « L’événement est arrîvé dans a ouée de a naîssance de coectîs récamant, des États-Unîs à a Begîque, une rélexîon sur a présence dans ’espace pubîc de monuments à a goîre de symboes d’un coonîaîsme agressî comme Thomas Robert Bugeaud ou Léopod ïï.
Avec une partîcuarîté, dans e cas de Faîdherbe : « Aujourd’huî, à ’înstar d’un Hubert Lyautey [premîer résîdent généra du Protectorat du Maroc], î încarne ce mythe du « coon bâtîsseur » et « vîsîonnaîre ». On e dépeînt encore souvent comme un amoureux de ’Arîque, un passîonné du Sénéga… ï aut en Inîr avec ce mythe du « bon coon », venu en Arîque pour aîder
JDJ - Le Journal Du Jeudi - N°111
SUITE À LA PAGE 4 3