Recueil de décisions des hautes juridictions administratives 2007

-

Documents
391 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Publié tous les trois ans, le Recueil de décisions des hautes juridictions administratives est un outil d'analyse comparée en matière de droit administratif, qui a pour but de contribuer à une meilleure connaissance des traditions juridiques nationales. Le recueil présente tout d'abord les travaux menés à l'occasion du VIIIe congrès de l'AIHJA qui s'est tenu à Madrid en 2004, sur le thème de l'exécution des juridictions administratives . Puis, il présente un ensemble de décisions qui témoignent de la diversité des méthodes utilisées pour assurer l'exécution des décisions des juridictions administratives. Cette nouvelle édition inclut pour la première fois des décisions des cours suprêmes du Maroc, du Panama et de la Roumanie, ainsi que du Conseil d'Etat de la principauté de Monaco.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 avril 2008
Nombre de visites sur la page 37
Langue Français
Signaler un problème

SOMMAIRE
Bureau .................................................................................................................................6
Introduction 9
eRapport général du VIII Congrès .............................................................. 15
General report of the VIIIth Congress .................................................... 47
Décisions relatives à « l’exécution des décisions
des juridictions administratives » ................................................................ 73
Allemagne ......................................................................................................... 75
Autriche .............................................................................................................. 79
Belgique ............................................................................................................. 89
Canada 101
Colombie 113
Cour de Justice des Communautés européennes ........121
Égypte ...............................................................................................................137
Espagne ...........................................................................................................143
Finlande ............................................................................................................151
France ................................................................................................................165
Grèce ..................................................................................................................179
Hongrie .............................................................................................................185
Israël ...................................................................................................................191
Italie .....................................................................................................................195
Le Saint-Siège .............................................................................................209
Liban 215
Luxembourg ..................................................................................................227
Maroc .................................................................................................................233
Mexique ............................................................................................................237
Monaco .............................................................................................................255
Norvège 261
Organisation des Nations Unies ...................................................277
Organisation Internationale du Travail ....................................299
3 ■ ■ ■Panama .............................................................................................................309
Pays-Bas..........................................................................................................313
Pologne 321
Portugal ............................................................................................................331
Roumanie ........................................................................................................343
Slovénie 347
Suède .................................................................................................................353
Suisse 357
Thaïlande .........................................................................................................381
Index (Français) ......................................................................................................385
Index (English) 389
■ ■ ■ 4Directeur de la publication : Patrick FRYDMAN
Secrétaire général de l’A.I.H.J.A.
Secrétaire général du Conseil
d’État de France
Directeurs de la rédaction : Chantal LÉVÊQUE
Secrétaire de l’A.I.H.J.A.
Attaché principal d’administration
au Conseil d’État de France
Pierre-Yves MARTINIE
Attaché principal d’administration
au
Conception, traduction
et réalisation : Victor FLORES-MORALES
Lucile HERVÉBureau de l’Association internationale
des hautes juridictions administratives
Monsieur le professeur Ackaratorn CHULARAT, Président de la Cour Administrative
Suprême de Thaïlande, Président de l’Association.
Monsieur Jean-Marc SAUVÉ, Vice-président du Conseil d’État de France, Vice-
président de l’Association.
Monsieur El Sayed El Sayed Mohamed NOFAL, Président du Conseil d’État
d’Égypte, Vice-président de l’Association.
Monsieur Ghazi JEREBI, Premier président du Tribunal administratif de Tunisie,
Vice-pr
Monsieur Gustavo APONTE SANTOS, Président du Conseil d’État de Colombie,
Vice-président de l’Association.
Monsieur Patrick FRYDMAN, Conseiller d’État, Secrétaire général du Conseil
d’État de France, Secrétaire général de l’Association.
Monsieur Yves KREINS, Président de Chambre au Conseil d’État de Belgique,
Trésorier de l’Association.
Monsieur Gustaf SANDSTRÖM, Conseiller à la Cour administrative suprême de
Suède, Commissaire aux comptes de l’Association.
Madame Chantal LÉVÊQUE, Attaché principal d’administration au Conseil d’État
de France, Secrétaire de l’Association.
■ ■ ■ 6Board of the International Association
of Supreme Administrative Jurisdictions
Mr Prof. Dr. Ackaratorn CHULARAT, President of the Supreme Administrative
Court of Thailand, President of the Association.
Mr Jean-Marc SAUVÉ, Vice-President of the Council of State of France, Vice-
President of the Association.
Mr El Sayed El Sayed Mohamed NOFAL, President of the Council of State of
Egypt, Vice-President of the Association.
Mr Ghazi JEREBI, First president of the Administrative Court of Tunisia, Vice-
Pr
Mr Gustavo APONTE SANTOS, President of the Council of State of Colombia,
Vice-President of the Association.
Mr Patrick FRYDMAN, Secretary General of the Council of State of France,
Secretary General of the Association.
Mr Yves KREINS, President of Chamber at the Council of State of Belgium,
Treasurer of the Association.
Mr Gustaf SANDSTRÖM, Justice of the Supreme Administrative Court of Sweden,
Auditor of the Association.
Mrs Chantal LÉVÊQUE, “Attaché principal d’administration” at the Council of
State of France, Secretary of the Association.
7 ■ ■ ■INTRODUCTION
9 ■ ■ ■ ■ ■ ■ INTRODUCTION INTRODUCTION ■ ■ ■
L’édition 2007 du recueil de jurisprudence publié par l’Association internationale
des hautes juridictions administratives (A.I.H.J.A.) s’inscrit dans la lignée des
éditions précédentes. Le recueil présente ainsi les travaux menés à l’occasion du
eVIII congrès de l’A.I.H.J.A., tenu à Madrid en 2004, sur le thème de « l’exécution
des décisions des juridictions administratives ».
Initiatrice de ce recueil, comprenant une ou deux décisions sélectionnées par des
juridictions suprêmes qui en sont membres, l’A.I.H.J.A. a été créée lors d’un congrès
tenu à Paris en 1983, qui faisait suite aux vœux exprimés lors d’un congrès de
l’Institut international des sciences administratives (IISA). Elle regroupe aujourd’hui
plus de cent juridictions membres ou associées à ses travaux. Le présent volume
illustre le souci d’ouverture de l’A.I.H.J.A. et son vif intérêt pour la diffusion de
la jurisprudence des juridictions administratives les plus diverses. Il inclut pour la
prprpremièremièremière e e fois fois fois des des des décisions décisions décisions des des des cours su su su prprprêmes du du du MarMarMaroc, oc, oc, du du du Panama Panama Panama et et et de la de la de la
Roumanie, ainsi que du Conseil d’État de la principauté de Monaco.
Destiné à un public très large – les membres des juridictions administratives, les
instituts de droit comparé, les professeurs d’université, les étudiants –, le présent
recueil a pour objet de rendre compte des modalités selon lesquelles ces juri-
dictions, quelles que soient leurs spéci cités, la diversité de leur statut respectif
au sein des institutions de leur pays, leurs compétences et leurs méthodes de
travail, contrôlent l’exécution de leurs décisions juridictionnelles.
Dans un contexte de mondialisation du droit, regrouper des décisions des hautes
juridictions administratives autour d’un thème précis contribue, par la méthode
comparative, à une meilleure connaissance des systèmes juridiques et des juri-
dictions membres de l’association. Le recueil est ainsi un instrument de recherche
précieux dans le domaine des études juridiques comparatives, en même temps
qu’un véritable outil de travail pour les professionnels de la justice.
La méthode retenue ici n’entend pas imiter la démarche qui fut jadis celle d’Aristote,
lorsqu’il compara les constitutions de 153 villes grecques, ou de Théophraste, étudia les différents systèmes de droit en Grèce et tenta d’en dégager
les traits communs pour uni er ce qui divergeait. Elle se rapproche, en revanche,
de celle décrite par le professeur Pierre Legrand : « Le comparatiste agit en tant
qu’interprète qui cherche à rendre intelligibles, dans leur entrelacement avec son
propre univers juridique, un autre droit et une autre façon de vivre dans le droit
aperçus chez autrui. »
Cette démarche présente une grande utilité, celle de rendre aisée la compréhen-
sion des systèmes juridiques étrangers dans leur singularité. Ainsi, les différentes
traditions du contentieux administratif offrent un panorama riche et diversi é,
opposé à celui qui découlerait d’une démarche d’uniformisation du droit.
La diversité des traditions juridiques présentées dans ce recueil apparaît d’abord
dans l’organisation des systèmes juridictionnels. Certains États représentés au
sein de l’Association adoptent un modèle moniste, caractérisé par l’existence
d’une Cour Suprême unique, tandis que d’autres appliquent un système dualiste
dans dans dans lequel lequel lequel les les les juridictions juridictions juridictions administratives, administratives, administratives, séparséparséparées ées ées des des des juridictions judiciaires, es, es,
ont à leur tête un Conseil d’État ou une Cour administrative suprprême.ême.
■ ■ ■ 10 ■ ■ ■ INTRODUCTION INTRODUCTION ■ ■ ■
La différence entre les traditions juridiques apparaît aussi dans l’analyse des
méthodes jurisprudentielles et dans la construction des jugements. Ainsi par
exemple, certaines juridictions intègrent aux motifs de leurs arrêts de larges
considérations doctrinales, tandis que d’autres cultivent une tradition de plus
grande concision. En outre, certaines juridictions laissent une large part aux
opinions dissidentes ou séparées, alors que d’autres les proscrivent.
Les décisions rapportées dans le présent recueil témoignent de la diversité
des méthodes utilisées pour assurer l’exécution des décisions des juridictions
administratives. Elles témoignent aussi de l’importance du rôle souvent attribué
au juge administratif dans l’exécution de ses propres décisions.
À À À cet cet cet égarégarégard d d prprprésentent un un un intérintérintérêt êt êt particulierparticulierparticulier, , , par par par exemple, exemple, exemple, les les les arrarrarrêts êts êts du du du Conseil Conseil Conseil
d’État français et du Tribunal administratif de l’Organisation des Nations Unies.
Le Conseil d’État français, statuant sur l’affaire « Association AC ! » (11 mai 2004)
fait entrer dans l’of ce du juge d’une façon renouvelée la responsabilité de veiller
à « l’après-jugement » : Ainsi, la Haute juridiction administrative française élargit,
à travers une démarche interprétative, les pouvoirs du juge quant aux modalités
d’exécution des jugements. Le juge administratif est désormais acquis à l’idée
qu’il lui revient de donner le « mode d’emploi » de ses décisions et de faciliter
ainsi la tâche de l’administration chargée de les exécuter.
Témoignant d’une interprétation statutaire restrictive et d’une logique jurispru-
dentielle toute différente sur ce point, le Tribunal administratif de l’Organisation
des Nations Unies estime que, n’ayant pas de pouvoir explicitement reconnu
pour statuer sur l’exécution de ses décisions, il ne lui est pas permis de s’auto-
investir d’un tel pouvoir par une interprétation large de son propre statut. (Arrêt
n° 1283 / Cas n° 1287 du 29 septembre 2006).
Ces deux décisions se situent, en quelque sorte, aux deux extrêmes de l’éventail
représenté par l’ensemble des décisions de jurisprudence réunies dans ce recueil.
Dans leur ensemble, ces décisions rendent compte de l’évolution interprétative
autour du thème choisi. Mais elles témoignent aussi d’autres phénomènes,
telles la problématique de l’uniformisation du droit et la question de plus en plus
prégnante, de la protection des droits de l’homme et des libertés individuelles.
eDans sa première partie, ce volume présente le rapport général du VIII Congrès
de l’A.I.H.J.A. tenu à Madrid en 2004. Il contient, dans sa seconde partie, un
ensemble de décisions, choisies en raison de leur importance jurisprudentielle ou
de leur valeur caractéristique de la pratique des différentes juridictions membres
de l’Association, sur le thème de « l’exécution des décisions des juridictions
administratives ».
11 ■ ■ ■