LE Printemps le plus long
208 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

LE Printemps le plus long , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
208 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le Québec a sombré dans la pire crise sanitaire de son histoire au printemps 2020, fortement secoué par la première vague de l’épidémie de coronavirus. Que s’est-il réellement passé dans les entrailles du gouvernement, alors qu’il bataillait pour contenir la progression de la COVID-19?
Système d’alerte en panne, fausses pistes scientifiques, préparation en catastrophe des hôpitaux, tragédie dans les CHSLD, chasse planétaire aux équipements de protection médicale, hésitations sur le port du masque, plan de confinement draconien pour Montréal…
Après avoir mené des dizaines d’entrevues avec les acteurs clés de la crise, obtenu des documents inédits et accompli un travail d’enquête minutieux, le journaliste Alec Castonguay expose ce récit hors de l’ordinaire. De Shanghai à Montréal, de Munich à Québec en passant par New York et Ottawa, il nous transporte au cœur de la plus sévère pandémie des 100 dernières années.
Ce livre à suspense se lit comme un roman. Sauf que tout est vrai.
La gériatre Nadine Larente a raconté au chroniqueur Patrick Lagacé ce qu’elle a constaté en arrivant sur place. « Il y avait deux préposés aux bénéficiaires et une infirmière auxiliaire pour 130 résidents. Bien en deçà des ratios, qui devraient être de 22 préposés, de 5 infirmières et de quelques infirmières auxiliaires… »
La directrice des services aux professionnels est renversée. Elle n’a jamais rien vu de pareil. Nadine Larente téléphone à la sous-ministre adjointe Lucie Opatrny. « Elle me dit : ‘‘il n’y a personne ici. Des résidents n’ont pas eu à boire depuis 24 heures’’. J’ai compris l’ampleur de ce qui pouvait se produire. J’ai tout de suite prévenu la sous-ministre adjointe Natalie Rosebush », raconte Lucie Opatrny.
La description des lieux a de quoi provoquer un haut-le-cœur.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 17 février 2021
Nombre de lectures 2
EAN13 9782764443934
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0700€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Projet dirigé par Éric St-Pierre, éditeur

Conception graphique : Anne Tremblay
Conception de la grille graphique et mise en pages : Nathalie Caron
Révision linguistique : Isabelle Pauzé
Œuvre en couverture : Jason Cantoro
Conversion en ePub : Fedoua El Koudri

Québec Amérique
7240, rue Saint-Hubert
Montréal (Québec) Canada H2R 2N1
Téléphone : 514 499-3000, télécopieur : 514 499-3010

Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada.
Nous remercions le Conseil des arts du Canada de son soutien. We acknowledge the support of the Canada Council for the Arts.
Nous tenons également à remercier la SODEC pour son appui financier. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.


Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada

Titre : Le printemps le plus long : au cœur des batailles politiques contre la COVID-19 / Alec Castonguay.
Noms : Castonguay, Alec, auteur.
Collections : Dossiers et documents (Éditions Québec Amérique)
Description : Mention de collection : Dossiers et documents
Identifiants : Canadiana (livre imprimé) 20210040238 | Canadiana (livre numérique) 20210040246 | ISBN 9782764443910 | ISBN 9782764443927 (PDF) | ISBN 9782764443934 (EPUB)
Vedettes-matière : RVM : Pandémie de COVID-19, 2020- | RVM : Pandémie de COVID-19, 2020- —Québec (Province) | RVM : Pandémie de COVID-19, 2020- —Aspect politique—Québec (Province)
Classification : LCC RA644.C67 C37 2021 | CDD 614.5/92414—dc23

Dépôt légal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2021
Dépôt légal, Bibliothèque et Archives du Canada, 2021

Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés

© Éditions Québec Amérique inc., 2021.
quebec-amerique.com



Aux victimes, physiques et psychologiques, de ce virus. Et à ceux qui se sont battus pour nous en préserver.


Avant-propos
La plupart des gens se souviennent de l’endroit où ils se trouvaient, et de ce qu’ils faisaient, le 12 mars 2020, lorsque le premier ministre François Legault a annoncé que « tout le Québec doit se mettre en mode urgence ».
J’étais sur le plateau d’enregistrement de l’émission de télévision On va se le dire , diffusée à Radio-Canada, avec l’animateur Sébastien Diaz, la journaliste Nathalie Collard, l’humoriste Martin Cloutier et la comédienne Léane Labrèche-Dor. Il était un peu passé 11 h. La conférence de presse de François Legault n’était pas encore le point de ralliement du Québec en entier. Au plus fort de la crise, en avril, plus de 3 millions de Québécois se camperont devant leur téléviseur ou près de leur radio pour apprendre les derniers développements dans la lutte à la pandémie – l’équivalent des cotes d’écoute du Bye Bye , chaque jour.
Mais le 12 mars, c’est l’étonnement. Nathalie Collard, pendant une pause publicitaire, consulte son téléphone et nous annonce, médusée, que les rassemblements de 250 personnes et plus sont interdits, que les employés de l’État de retour de voyage doivent s’isoler durant 14 jours et que le mythique Canadien de Montréal devra jouer ce soir-là son match à huis clos au Centre Bell – la Ligue nationale de hockey suspendra finalement sa saison quelques heures plus tard. Je devais assister à cette partie avec un ami, pour son anniversaire. J’ai encore les billets, intacts.
Flanqué d’un directeur national de la santé publique encore largement inconnu, le D r Horacio Arruda, François Legault sonne la fin de la récréation. Le premier ministre confirme que le virus SRAS-CoV-2 est entré dans la province. On dénombre alors 13 malades de la COVID-19 et une personne à l’hôpital.
C’est le début de la bataille la plus épique que le Québec ait jamais livrée.
Peu de choses sont plus complexes à combattre qu’une pandémie. Ce n’est pas l’affaire d’un gouvernement, mais d’une nation entière. Depuis la Seconde Guerre mondiale, il y a 80 ans, les peuples de la planète n’ont jamais affronté un défi aussi imprévisible.
Pour espérer endiguer la contagion, il faut mettre le système de santé sur le pied de guerre, assurer l’approvisionnement en équipements de protection individuelle, convaincre la population de changer ses habitudes – aplatir la courbe ! – sacrifier quelques droits et libertés sur l’autel du bien-être collectif et de la protection des plus vulnérables, se fier à une science en constante évolution, repousser les frontières de la recherche afin de développer des traitements, voire un vaccin… et, surtout, prendre des décisions en sachant que des erreurs seront inévitablement commises.
Ceux qui ont combattu des épidémies le savent : ça ne va jamais parfaitement bien. Dans la tourmente, les succès passent inaperçus et les défaites laissent des cicatrices.
Pourtant, celle-ci n’était pas totalement inattendue. Les spécialistes de la santé publique redoutaient un tel virus, très contagieux, imprévisible et relativement mortel, depuis des décennies. Dans l’immense cahier d’informations que reçoit tout nouveau ministre de la Santé du Québec à son entrée en poste, il y a une page qui le prévient qu’il pourrait devoir affronter une pandémie pendant son mandat. Elle apparaît loin dans le document, mais la note s’y trouve invariablement. « C’est dans la section “toutes autres tâches connexes” », lance, sourire en coin, l’ancien sous-ministre de la Santé, Yvan Gendron, qui a passé la première vague aux commandes du réseau québécois.
Les épidémies ne sont pas des malheurs qui frappent des civilisations au hasard. « Toutes les sociétés produisent leurs propres vulnérabilités, que ce soit en raison de leur mode de vie ou de leurs priorités politiques », écrit le professeur d’histoire de la médecine à l’Université Yale, Frank M. Snowden, dans son livre Epidemics and Society: From the Black Death to the Present.
Le monde est plus interrelié que jamais, sillonné par des centaines de millions de personnes chaque année et strié d’interminables chaînes de production de biens et de services, allant de Guangzhou à Gaspé. La grande force de l’humanité, l’interconnexion sociale et économique des pays, est rapidement devenue notre plus importante faiblesse lors de l’assaut viral.
En quelques jours, le SRAS-CoV-2 est sorti de Chine, son foyer d’origine. En quelques semaines, il s’était répandu sur la planète. Soudain lancée dans une course contre la montre, chaque nation est devenue dépendante des mesures antivirus implantées dans le pays voisin. Et les régions insouciantes ou lentes à réagir ont été sévèrement punies par un virus qui ne pardonnait pas.
La planète, malgré les avertissements, était mal préparée à affronter un diable de cette nature. Les systèmes d’alerte ont fait défaut. L’adaptation a été difficile. Le Québec n’a pas fait exception.
C’est ce que je démontre dans ce livre, en m’appuyant sur une foule d’entrevues et de documents exclusifs. Pour débattre. Pour ne pas oublier. Et pour non seulement mettre en lumière des failles, mais aussi éclairer le travail de ceux qui ont posé des gestes et pris des décisions qui ont sauvé des vies.
On a décrit la COVID-19 comme la maladie de la solitude, celle qui nous éloigne les uns des autres – même si la générosité des Québécois a été au rendez-vous pendant les temps difficiles. Cet ouvrage rassemble les témoignages de ceux qui ont vécu cette crise de l’intérieur, pour ne pas qu’ils demeurent seuls avec leur histoire.
Pour ces personnes, le printemps 2020 a été le plus chaotique et le plus long de leur existence. Les bouleversements survenaient dans une suite presque ininterrompue, et pourtant, le temps semblait s’écouler lentement, si lentement ! On aurait dit que les événements d’hier s’étaient produits la semaine passée. Les jours duraient une éternité. C’est ce qui se produit lorsque les repères s’évanouissent.
« Il faut se donner le temps et l’espace pour exposer ce qui nous a happés, et y réfléchir », m’a dit la D re Joanne Liu, ancienne présidente de Médecins Sans Fr

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents