30 pages
Français

JDJ n°120 - Du 27 Août au 02 septembre 2020

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

JDJ n°120 - Du 27 Août au 02 septembre 2020

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 27 août 2020
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo
ÉVÈNEMENTS RELIGIEUX EN TEMPS DE COVID DOIT-ON TOUT ANNULER ?
LE JOURNAL DU JEUDI- N° 120 DU 27 AOUT AU 03 SEPTEMBRE 2020
COTE D’IVOIRE, MALI, GUINÉE, SÉNÉGAL (?) LE RÉVEIL DES PEUPLES
2
EDPar MaIdiorTSallaO
LE SÉNÉGAL, UN GRAND CORPS MALADE ?  y a queques années, e psychoogueAîeurs, des hîstoîres de meurtres jaonnent Serîgne Mor Mbaye appeaît à un Ndeupdes journaux avec des crîmeses coonnes sIsemaîne, a presse a aît état de troîs crîmesocîété sénégaaîse étaît aors dans une natîona pour soîgner e Sénéga. a dîIcîes à expîquer. Rîen que pour cettegrande déîquescence morae. Pus de vîngtque seus dans des amîes es spécîaîstes ans après ’învîte du psychoogue et cînîcîen,de a santé mentae pourraîent expîquer. e ma sembe être pus proond encore et Autant dîre que des drames se jouent à n’a épargné aucun segment de a socîété ’întérîeur des maîsons quî sont en peîn sénégaaîse. a preuve par a crîse que dans a névrose. Ce quî veut dîre que e ma traverse a Justîce sénégaaîse secouée par est atent. des afaîres judîcîaîres ma rendues ou de Des sérîes téévîsées sont baancées dansa corruptîon. Et sî ce pîîer sî essentîe de ’espace amîîa de açon déconstruîte’archîtecture de a Répubîque est à ce poînt et désordonnée sans que ceux quî esvîcîé, on peut craîndre pour e pérî de a proposent ne assent autorîté au pan Natîon. Et on se retrouve ace à une grandeînteectue. Une vérîtabe zîzanîe règneéquatîon avec un grand corps maade quîdans es médîas où seu e proit sembe doît soîgner a socîété de ses turpîtudes. întéresser ses învestîsseurs. On met au Quant à a poîtîque, ee a déjà montré ses pacard e rôe éducatî des médîas pourîmîtes. Certaîns de ses acteurs, peu vertueux,pourrîr a conscîence de nos mômes. Et acepensent beaucoup pus à eur bîen –être qu’à à cette sîtuatîon, e premîer responsabeceuî du peupe dont a majorîté patauge reste ’Etat quî doît réguer e secteur. On dans une grande pauvreté. Un état de aît aît sembant de porter des œîères pour accentué par a crîse sanîtaîre de a Covîd ne pas voîr a gangrène. Maîs à ’évîdence, -19 quî a réussî à ponger des amîes et e Sénéga sembe être un grand corps entreprîses dans a précarîté. maade à travers tous ses compartîments e tabeau devîent pus sombre quandînstîtutîonnes. Un sursaut coectî est un peu partout dans e pays bruîssent des reatîvement nécessaîre pour soîgner eafaîres reatîves au oncîer quî est devenu pays. Demaîn, î sera trop tard. une vérîtabe poudrîère.
Edîteur & Dîrecteur :de publîcatîon Mansour Dîeng -Rédacteur en che :Marc Senghor ïnographîe :ïsopubî @gmaî.comResponsable Commercîal :Mohamed Dîeng Té : 33 827 33 31/77 293 48 48/Emaîl :îconecrea@gmaî.com
JDJ - Le Journal Du Jeudi - N°120
POLITIQUE
TENTATION DU TROISIEME MANDAT LE RÉVEIL DES PEUPLES ur le conseîl de «jurîstes-taîlleurs» dévoués, des dîrîgeants S ouest-arîcaîns s’abonnent aux modîIcatîons constîtutîonnelles pour s’éternîser au pouvoîr au terme de leur mandat. Une trouvaîlle quî semble se substîtuer aux coups d’État en contournant les dîsposîtîons de la charte ondamentale, avec le rîsque de soulèvements populaîres. Dans la plupart des Etats arîcaîns, surtout en Arîque de l’Ouest, la questîon du « troîsîème mandat présîdentîel » génère toujours des contentîeux. Elle est source de tensîon polîtîque et socîale, souvent sur ond de modîIcatîon des textes constîtutîonnels.
Aors qu’îs dîsposent d’une poîtîque précîse de convergence économîque et Inancîère basée sur des crîtères déInîs par ’Unîon économîque et monétaîre ouest-arîcaîne (UEMOA), es pays d’Arîque de ’Ouest peînent cependant à étabîr des règes communes en ce quî concerne e maîntîen et a durée au pouvoîr des ches d’État éus. La questîon du «troîsîème mandat» est devenue un vérîtabe casse-tête quî menace a stabîîté de certaîns pays, surtout rancophones. Provocateur, e Présîdent bîssau-guînéen Umaro Sîssoco Embao a tancé certaîns de ses paîrs en dénonçant es «coups d’État» que seraîent es troîsîèmes mandats îssus d’un orcîng constîtutîonne. C’étaît ors de a sessîon extraordînaîre de a Cedeao tenue par vîsîoconérence e 21 août dernîer et consacrée à a sîtuatîon au Maî après e putsch du 18 août.
Les propos du dîrîgeant de Guînée-Bîssau, éu en décembre 2019 pour un mandat de cînq ans, touchent dîrectement au protocoe de bonne gouvernance démocratîque que déend a Cedeao en Arîque de ’Ouest. Dans a pratîque, deux ches d’État –Aassane Ouattara de Côte d’ïvoîre et Apha Condé de Guînée-Conakry– sembent en porte-à-aux avec es préconîsatîons de ’înstîtutîon communautaîre.
Éus en 2010, îs sont en traîn de boucer deux mandats chacun. Le premîer vîent d’être învestî ce 22 août candîdat de a coaîtîon du Rassembement des houphouëtîstes pour a démocratîe et a paîx (RHDP) à a présîdentîee du 31 octobre 2020 aors qu’î avaît déjà annoncé sa non-partîcîpatîon à ce scrutîn. Le second, uî, a eu besoîn d’organîser un réérendum controversé en mars dernîer aIn de pouvoîr prendre part à ’éectîon du 18 octobre.
Maîs Embao n’est pas seu. L’un de ses parraîns présumés, en ’occurrence Mahamadou ïssouou du Nîger, est égaement ermement opposé au prîncîpe du troîsîème mandat. Frappé par a îmîte des deux quînquennats, î a transmîs e lambeau à son mînîstre de ’ïntérîeur, e très «sécurocrate» Mohamed Bazoum, pour tenter de uî succéder à a présîdentîee de 2021.
«J’aî beau chercher, je ne trouve aucun argument quî justîIeraît que je me sente îrrempaçabe ou provîdentîe. Nous sommes 22 mîîons de Nîgérîens, pourquoî auraîs-je ’arrogance de croîre que nu ne peut me rempacer?», décare e Présîdent nîgérîen dans une întervîew à Jeune Arîque en août 2019. Les scénarîos îvoîrîen et guînéen ne concourent pas au renorcement de a stabîîté poîtîque et constîtutîonnee de deux pays quî ont vécu très récemment es conséquences désastreuses de coups d’État successîs et es afres d’afrontements poîtîques vîoents sous couvert de rîvaîtés ethnîco-trîbaîstes.
Vus comme «des acteurs de désordre et de déstabîîsatîon» par e jurîste Seybanî Sougou, es coups d’État constîtutîonnes porteraîent en eux autant de toxîcîté que es putschs mîîtaîres qu’îs sembent avoîr rempacés comme moyen de maîntîen au pouvoîr pour des durées îîmîtées. Par exempe, es observateurs ont reevé que es Présîdents Ouattara et Condé, par e sîmpe aît d’avoîr modîIé es Constîtutîons
de Côte d’ïvoîre et de Guînée, ont remîs es compteurs à zéro, une porte ouverte à d’autres mandats. «Un coup d’État réaîsé contre a Constîtutîon par un Présîdent en exercîce quî se débrouîe ensuîte pour uî donner un habîage éga et înstîtutîonne me sembe autant voîre pus dangereux comme rupture de ’ordre constîtutîonne», rappee Aîoune Tîne, du thînk tank ArîkaJom Center.
PRÉSIDENTS POUVOIRISTES
«Sî vous êtes présîdent de a Répubîque, vous avez pratîquement tous es pouvoîrs ; et à votre dîsposîtîon, toutes es înstîtutîons» : ’anayse est d’Aîoune Tîne, présîdent du Thînk Tank Arîca Jom Center, quî s’exprîmaît dans un entretîen accordé à Ouesta News. Seon M. Tîne, e présîdent (dans beaucoup de pays de a sous-régîon), n’a en ace de uî, «aucun autre pouvoîr quî puîsse arrêter (sa) voonté de nommer, de changer ». Ces pouvoîrs exorbîtants accordés au présîdent de a répubîque, en pus des prîvîèges îés à a onctîon, expîquent en grande partîe ’attachement au poste, et ont qu’une oîs au pouvoîr, ceux quî exercent a onctîon n’ont pus aucune envîe de quîtter. En ce moment en Guînée, e débat aît rage et des manîestants quî s’opposent à un troîsîème mandat pour Apha Condé ont été tués. Apha Condé, éu en 2010 et rééu en 2015 est en traîn, avec ses partîsans, de manœuvrer pour arrîver à une modîIcatîon de a constîtutîon. Au Sénéga, des aidés de a coaîtîon au pouvoîr commencent à agîter ’îdée d’un troîsîème mandat au proIt du présîdent Macky Sa quî vîent d’entamer un deuxîème mandat, quî pour ses adversaîres est e dernîer, conormément à a constîtutîon. En Arîque, 35 pays ont îmîté e nombre de mandats présîdentîes à deux, douze autres pays n’ont Ixé aucune îmîtatîon. Sîx pays ont supprîmé a îmîtatîon du mandat après ’avoîr întroduît. Deux présîdents ont dans e passé réînterprété e poînt de commencement du mandat (Abdouaye Wade au Sénéga en 2012 et Pîerre Nkurunzîza au Burundî en 2015). Dans son ouvrage întîtué : «La îmîtatîon du nombre de mandats présîdentîes en Arîque rancophone», e Dr Augustîn Loada, agrégé en droît pubîc et scîence poîtîque, souîgne que a tentatîon du 3ème mandat peut s’expîquer par e «présîdentîaîsme monocentré»
JDJ - Le Journal Du Jeudi - N°120
3