Adolescents (14-21 ans) de la protection judiciaire de la jeunesse et (leur) santé : 1998 : enquête épidémiologique effectuée à l'initiative de la Direction de la protection judiciaire de la jeunesse et financée par la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie

-

Documents
132 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Enquête épidémiologique fondée sur les réponses à un questionnaire de jeunes pris en charge par la protection judiciaire de la jeunesse et portant sur leurs situations sociale, familiale et scolaire ainsi que leurs comportements à risques et leurs problèmes de santé.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 octobre 1998
Nombre de visites sur la page 32
Langue Français
Signaler un problème

A D O L E S C E N T S
(14-21ANS)

DE LA PROTECTION JUDICIAIRE
DE LA JEUNESSEETSANTÉ

1998

Marie CHOQUET, Sylvie LEDOUX,
Christine HASSLER, CatherinePARÉ
Institut Nationaldela Sant laEt deRecherche Mdicale
I N S E R M - et Biostatistique Épidmiologie :Unit 472

Avec la participation d'Alain DRU, Dominique CAZIER,
Marie-Laure VINCENT, Dominique DRAY

Direction de la

Protection Judiciaire de la

Jeunesse

Enquête pidmiologique effectuel'initiative
de la Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse
( S.D.P.J.J. -Directeur : Perdriolle)
et financeparlaMission Interministrielle deLutte
contre la Drogue et la Toxicomanie
( :M.I.L.D.T. -Prsident N.Maestracci)

La documentation Française : "Adolescents \(14-21 ans\) de la protection judiciaire de la jeunesse et \(leur\) sant : 1998 : enquête pidmiologique effectue l'initiative de la Direction
de la protection judiciaire de la jeunesse et finance par la Mission interministriel ardgoeue talt e lutte contre ld ee merchrech la tedte s na eal dalontinat tutisnI / einamocixoacid ,el
INSERM, Unit 472 ; Marie Choquet, Sylvie Ledoux, Christine Hassler, \(et al.\)."

ADOLESCENTS (14-21 ANS)
DE LA PROTECTION JUDICIAIRE DE LA JEUNESSE
ETLEUR SANTÉ-1998

Marie CHOQUET, Sylvie LEDOUX, Christine HASSLER, Catherine PARÉ
Institut National de la SantEt -INSERM, U.de la Recherche Mdicale472

Avec la participation d'Alain DRU, Dominique CAZIER, Marie-Laure VINCENT,
DominiqueDRAY - JudiciaireDirection de la Protection Jeunesse de la

Enquête pidmiologique l'initiative de la Direction de la ProtectioJnudiciaire
de la Jeunesse(D.P.J.J. -Directeur :S.Perdriolle),finance par la Mission Interministrielle
de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie ( N.M.I.L.D.T. -Prsident :Maestracci)

POURQUOI CETTE ENQUÊTE?EUQIGOLOIMÉDPIÉ
50 confis judiciaire, mandat sous P.J.J. la000 jeunes, âgs de 13 21ans, sont actuellement

(Protection Judiciaire de la Jeunesse).Lesmotifs deces sont lisprises en charge soit aux
comportements desjeunes soit danger), conduites de aux sociale en(mettant leur intgration
l'entourage (mettant en danger l'intgrit desjeunes). jusqu'alors, pas f a i tCes adolescents n'ont,
l'objetd'enquêtes pidmiologiques,permettantde leursmieux connaîtresituations sociale,
familiale et scolaire ainsiqueleurs comportements leurs problmesrisques etde sant.Eneffet,
c'estplutôt travers la perception des adultes (professionnels ou non) qu'on a dcrit cette population
et tablit desactions de prvention. Àpartir d'un questionnaire rempli par les jeunes eux-mêmes,

questionnaire auquel plus de 15000 jeunes non, ont djde la population gnrale, scolariss ou
rpondu(avec un taux de rponses entre 85 et95%),on i e va abord lesdivers aspects de la
quotidienne desjeunes(situationssociale etfamiliale, scolarit, vie relationnelle,tatdesant
physiqueet psychologique,consommation d'alcool,de tabacetdedrogues, violences...).

MÉTHODOLOGIE

L'objectif un ralisertait dee chantillon d'unnquête auprs dejeunes (14-21ans) prisencharge
par les services de laP.J.J.,hors investigation (secteur public, en hbergement, centres dejourou en
milieu ouvert).La sondage estbase delefichierGAMEqui constitue le bilan (annuel) des rsultats
de l'activit des services ducatifs. Dansles 15 dpartements tirs au sort,on desa mis en place
procdureshomognes,permettantdegarantirauxadolescentslaconfidentiesns,tilaledsrueopr
conforme aux exigences de la C.N.I.L (Commission Nationale de l'Informatique et des Liberts). La
convocation des mineurs a eu lieu aprsl'envoi aux parents d'une lettre d'information sur l'enquête e t
d'une demande d'accord. L'enquêtes'estralise entre le15 septembre1997etle 30 Lamars 1998.

La documentation Française : "Adolescents \(14-21 ans\) de la protection judiciaire de la jeunesse et \(leur\) sant : 1998 : enquête pidmiologique effectue l'initiative de la Direction
de la protection judiciaire de la jeunesse et finance par la Mission interministrielanom /iens Itutieugo te t alcixotte contre la dred euldicae merchrechel ,lae dalontinat al ed te tnas
INSERM, Unit 472 ; Marie Choquet, Sylvie Ledoux, Christine Hassler, \(et al.\)"
.

passation pouvait être collective, en hbergement et encentres de jour, individuelle pour les jeunes d e

milieu ouvert. Un autoquestionnaire, anonyme, tait propos auxjeunes,compos d'environ 270

questionsfermes.Ilestprochedeceluiutilisdanslestudesantrieuresralisespla'rquipe
(Choquet& Ledoux.Adolescent:enquête nationale,1994).La passation durait environ une heure. Au
total, ont917 jeunes rponduauquestionnaire. Le taux de participation varie selonlesexe (plus lev
parmi les filles que parmi les garçons),le ou en levparmi les scolarissstatut scolaire (plus
formation professionnelle que parmi ceux sans activit), le dpartement et le type de mesure (plus
lev en cas demesure civile qu'en cas de mesure pnale),mais pas selon l'âge.

DESCRIPTION SOCIO-DÉMOGRAPHIQUE

Il existe une nette prdominance masculine(78sont des garçons et22 s t moyen edes filles). L'âge

de 16,5 ans pour les garçons et de 16,7 ans pour les filles. Plus de la moiti dclarevivre en ville etun
tiers en banlieue. La proportion de ruraux est faible (13 %). 15%dejeunessont trangers et 43

d'origine trangre. Environ un adolescent surdeux a des parents marisou environvivant ensemble,
untiersadesparentssparsoudivorcseptourenvironunsurdix,unparentoulesdeux sont dcds.
58 fratrie desont d'une plus. quatre enfants ou professionnelle Si l'activit parents des a s n'est p
toujours connue desjeunes des( causede la dissociation familiale, par sparation, divorce ou dcs

parents), parmi les rpondants ces questions,60 leur pretravaille,dclarent que20qu'il est
au chômage, 5% leur que dclarenten invalidit ou longue maladie ; 37 22 travaille, mre
qu'elle est au chômage et31%qu'elle est au foyer. La majorit des jeunesvivent avec un ou leurs deux
parents, les garçons plus que les filles (74 contre54%).Les moins souvent en foyergarçons vivent
que les filles(16 % %), qu'il s'agissecontre 33 foyer de la d'unP.J.J. foyers types deou d'autres
(comme un foyer de jeunes travailleurs).

PRINCIPAUX CONSTATS

1)Lesjeunes delaP.J.J.cumulent des difficults dans plusieurs domaines deleurvie quotidienne,non
seulement dans leur vie familiale, scolaire et sociale, mais au niveau de leur sant.Les afilles de l
P.J.J.sonttnetnmete difficult que lesplus engarçonsdelaP.J.J.

Auniveaufamilial,47 des garçons et62 dissociesdes filles sont issus de familles divorce (par

ou dcs)2,6 ont un pre inactif, des fillesdes garçons et 40 et garçons des 4369des f i l l e s
ont un avis ngatif sur la vie de famille, 17%des garçons et 33 des filles jugent les relations a v e c
leurs parents mauvaisesouinexistantes.Auniveauscolaire, garçons et55 des46des filles ne

sont plus scolariss(l'âge de 15,5anspour les garçons et de 15,9moyen de fin d'tudes est ans pour les
filles), 40 des garçons et44% au moinsdeux fois,des filles redoubl ont52des garçons et 58

des filles cumulent(s'ilssont encore scolariss) oucumulaient(s'ilsnelesont plus) absences rptes,

retards et absences frquents.Auniveaupsychologique, se sentent des filles33 des garçons et 56

souvent dsesprs epnensant l'avenir, 7%des garçons et 17% sedes filles sentent souvent seuls,
28des garçons et61 % inquiets, 18des filles sont souvent%des garçons et 53 des filles pensent

La documentation Française : "Adolescents \(14-21 ans\) de la protection judiciaire de la jeunesse et \(leur\) sant : 1998 : enquête pidmiologique effectue l'initiative de la Direction
de la protection judiciaire de la jeunesse et finance par la Mission interministrielet dnt rece laehm ehcrla,edciIn/ e ni nutitst lanoitaas al ed contre la drogu etel aotixocam el edettu
INSERM, Unit 472 ; Marie Choquet, Sylvie Ledoux, Christine Hassler, \(et al.\).
"

au suicide,28des garçons et51% estiment avoirdes fillesunproblmepsychologique...A propos
deleursant,14% etdes garçons21% ontdes filles 15 un handicap ou une maladie chronique,%des

garçons et21% dentaires, des problmes ont des filles garçons et des l'asthme, 47des filles ont de
24des garçons et 15%des filles ont eu au moins trois durant l'anne. accidents

2) Toutefois, la famille reste un point d'appui important pour ces jeunes. Mais nettement pluspourl e s

garçons que pour les filles.

Ainsi,74 desdes garçons et 53 de moins un au filles vivent avec au moins ont 58 leurs parents,
trois frres ousoeurs,76des garçons et59 les pre bien, 84 aime disentdes filles leur que des
garçons et68des filles en disent autant de leur mre,46des garçons et27des filles disent que
les relations avec les parents sont bonnes,56des garçons et36des filles se confient de prfrence

aux parents pour un problme de sant.

3) la symptomatologie plaintes fonctionnelles et sommeil, de l'alimentation, lesLes troubles du
dpressive sont particulirement levsdans cette population. Or, il s'agit de troubles plus

difficilement identifiables ("plus subjectifs"), en particulier, dans une institution où la formation des
personnels prpare mieuxl'identification des passagesl'actequ'celle des troubles

psychologiques. De plus, ces troubles peuvent être largement banaliss, confondant ainsi le processus
normal d'adolescence et les expressionsd'unmalaise plus persistant.

Aproposdu sommeil,19% etdes garçons46 souvent la nuit, 7 se rveillentdes filles%des garçons

et 27 des filles font souvent des cauchemars, 45 des garçons et 73 des filles ont des difficults
frquentes d'endormissement.Apropos desconduitesalimentaires,10 %desgarçonset45 %des
filles sont souvent proccups palreur poids,30 souvent des des 53 sautent fillesdes garçons et
repas, 2%desgarçonset 18%des fillesfontsouvent un rgime.Quant auxplaintesfonctionnelles,
14%des garçons et 51%des filles ont rcurrentes des cphales4,2 et 67des garçons f des i l l e s
sont souvent fatigus... Par ailleurs,8 %des garçons et34 %des filles prsentent une
symptomatologie dpressive.

4)Laviolencefait viepartie de laquotidiennedesjeunesdelaP.J.J.Autantlesconduitesviolentes
(racket, vol, bagarres...) que les violences subies, physiquesouseel.suxleLatentative de suicide,
violence sur soi, est trs frquente, enparticulier, parmi les filles.La d'viction,fugue, comportement

est une desonp"rs"seaux problmesrencontrs.
Ainsi, 50 des garçons et42 frquemment desdes filles ontcomportements violents(26 des

garçons et 11% du racket dans l'anne),des filles ont fait41%des garçons et55 ontdes filles t
victimes d'uneagressionphysique(l'âge moyen de la premire agressionphysique est de 13,6 ans
pour les garçons et de 12,7 ans pour les filles), 6%des garçons et34%des fillesonttvictimes d'une
agressionsexuelle de la premire(l'âge moyen sexuelle agression de est11,6ans pour garçons et de les

La documentation Française : "Adolescents \(14-21 ans\) de la protection judiciaire de la jeunesse et \(leur\) sant : 1998 : enquête pidmiologique effectue l'initiative de la Direction
de la protection judiciaire de la jeunesse et finance par la Mission interministriele chdimleca, te l eder arehcultt eoced eeinamocixot al t eueogdra lrentnatals d enolanatitut nsti / I
INSERM, Unit 472 ; Marie Choquet, Sylvie Ledoux, Christine Hassler, \(et al.\)."

12,2 les filles). Par ailleurs, 12 % desans pour garçons et49 djfait une%des filles onttentativede
suicideitevneatseag2,d5setrçonaitiomtipsohtpoeisaletttceur(la50des filles sont des

rcidivistes).Lafugueconcerne25des garçons et 38%des filles.

5)Laconsommation de particulier, le tabac et l'alcool) drogue concerne autant les produits licites (en
que (en particulier, le cannabis).les produits illicitesLa rel problme.polyconsommation est un
Compars la et recherche rpted'ivresse sont scolaire, le tabagisme quotidienune population
trs le plus cannabis est les produits illicites, lefrquents, particulirementparmi les filles. Parmi
consomm.Toutefois,touteslesdrogues"circulent"parmices jeunes.

Ainsi,44%des garçons et 33 filles des une consommation rgulire ontd'alcool,75%des garçons et

81 %fumentquotidiennement (dont les trois-quarts au moins dix cigarettes par jour),40des garçons

et31% rgulirement consommentdes filles du.isabnnac plus majorit,A l'âge de lad'untiers des

jeunes de laP.J.J. habituelle de cannabis. Par ailleurs, 4a une consommation%des garçons et 4%des

filles ont djpris de l'hroïne,5%des garçons et 4%des filles de la pris ontcocaïne,12%des

garçons et 7 % des filles ont djpris de l'ecstasy. (alcool,tabac,Quel que soit le produit considr

cannabis ou autres drogues), l'âge dela de avant l'âge ans. 15premire consommation sesitue

6) Lamajoritaconsultunprofessionnel de sant. Si lesjeunesse confient aux parentspourdes
problmes de vie quotidienne, ils restent souvent seuls avec des problmes graves.Lesducateurs
jouentunrôlemoinsimportantqu'attendu,surtoutparmilesgarçonsetlesmineurs.
68des garçons et81 % mdecin gnralistedurant fois un ont consult au moinsunedes filles

l'anne(en moyenne cinq consultations/an pour les filles et quatre consultations/an pour les garçons),
56archensegedjonts nuicpsnoctlu".syulSeisal"pteruicqnbameneutsnd'uneprinfici

rgulire.44% consult ontdes fillesungyncologue.Les jeunes,face unproblme de sant,en
parlent en priorit auxparents(56des garçons et36des filles), mais 23 des garçons et 18%
des filles ne se confient pas. Face un moiti des dela prsproblme de drogue,jeunes(45%)n'en

parle personne ou un pair(28%).

CONCLUSION

LesdifficultsrencontresparlesjeunesdelaP.J.J.sontmultiples,chroniques Il yet graves.adonc
urgencemieuxidentifier lesdivers aspectsducontextede vie desjeunes,leurs troubles etconduites

etce, dbutdeds le lamesure aussi d'amliorerducative. Les auteurs proposentla)ni(mrofation
des professionnelsen charge des jeunesde laP.J.J.,l'articulation avec les services extra-
institutionnelsetla collaborationavecles parents.

La documentation Française : "Adolescents \(14-21 ans\) de la protection judiciaire de la jeunesse et \(leur\) sant : 1998 : enquête pidmiologique effectue l'initiative de la Direction
de la protection judiciaire de la jeunesse et finance par la Mission interministrielcidm ehcrehcer lae det ntsaa ale,guroete a lxitoettunoc ertd alut national de locamin e /nItstide le
INSERM, Unit 472 ; Marie Choquet, Sylvie Ledoux, Christine Hassler, \(et al.\)."

Table

R E M E R C I E M E N T S

I N T R O D U C T I O N

MÉTHODOLOGIE

d e s

matires

Population et chantillonnage
Procdure etorganisation de l'enquête
Passation de l'enquête
Questionnaire
Échantillon
L'analyse statistique

RÉSULTATS

PARTIE 1:LESJEUNES,LEUR FAMILLE, LEUR VIE RELATIONNELLE

LES CARACTÉRISTIQUES SOCIO-DÉMOGRAPHIQUES
Des sujets
De leur famille
Les conditions d'habitat
LE STATUT PROFESSIONNEL DU JEUNEETSA SCOLARITÉ
Le statut professionnel ou scolaire
La scolarit actuelle ou antrieure
LA VIE RELATIONNELLE

La vie familiale
Lavie avec les pairs
Les loisirs
Les interlocuteurs privilgis
DES DISPARITÉS RÉGIONALES

PARTIE2: LASANTÉ SOMATIQUE, SOCIALEPSYCHOLOGIQUE ET
LECORPS AU QUOTIDIEN
La perception d u poids
L'alimentation
Le sommeil

LA SANTÉ BUCCO-DENTAIRE
Lasant bucco-dentaire et la sant gnrale
L'apparence et les interactions sociales

5

7
11

13
14
15
16
17
18
21

23
25
25
25
26
27
27
27
28
28
28
29
29
31

33
35
35
35
36
36
36
37

La documentation Française : "Adolescents \(14-21 ans\) de la protection judiciaire de la jeunesse et \(leur\) sant : 1998 : enquête pidmiologique effectue l'initiative de la Direction
de la protection judiciaire de la jeunesse et finance par la Mission interministrielueogt e tlaicoxnamo/ eisnI utite de lutt eoctnerl ardcherchrecadime ,eltiont nae laal dte s nal a ted
INSERM, Unit 472 ; Marie Choquet, Sylvie Ledoux, Christine Hassler, \(et al.\)."

Le comportement personnel d'hygine
L'tat dentaire actuel
Les dents manquantes
Lescaries
Lesproblmes dentairesaucoursdes
Le recours aux soins
LES PROBLÈMES DE SANTÉ RESSENTIS
La perception globale

Le handicap et la maladie chronique
Les accidents

L'acuit visuelle
L'asthme

Les autres problmes de sant
La grossesse

douze

derniers

Le recours aux soins
LA SOUFFRANCE PSYCHOLOGIQUE
Les plaintes fonctionnelles
La symptomatologie dpressive
Les troubles psychologiques
Les ides desuicide et le passage l'actesuicidaire
La fugue
Le recours aux soins
LA CONSOMMATION DE DROGUES LICITESETILLICITES
La consommation d'alcool
La consommation de tabac
La consommation de drogues
L'âge d u dbut desconsommations
LA VIOLENCE AGIE ETSUBIE
Les conduites violentes
La violence subie
DES DISPARITÉS RÉGIONALES

SYNTHÈSE

La population enquête
LesspcificitsdeasdolescentsdelaP.J.J.
Lasituation sociale, familiale et scolaire
Les rythmes de vie et la sant
Les comportements risques

mois

37
37
37
37
38
38
38
38
39
39
39
39
39
40
40
41
41
41
41
42
42
42
43
43
44
44
46
46
46
47
48
49
51
52
52
53
54

La documentation Française : "Adolescents \(14-21 ans\) de la protection judiciaire de la jeunesse et \(leur\) sant : 1998 : enquête pidmiologique effectue l'initiative de la Direction
de la protection judiciaire de la jeunesse et finance par la Mission interministriele nimacoitstIn/ oitan tul ed lannt a sae laet dehcrr cedciehm e,al e de la lxitoguroete ertd alettunoc
INSERM, Unit 472 ; Marie Choquet, Sylvie Ledoux, Christine Hassler, \(et al.\)."

L'aide et le recours aux soins des adolescents de la P.J.J.
Les confidences et les confidents
Les professionnels de sant

PRINCIPAUX CONSTATSETIMPLICATIONS PRATIQUES

Constat 1
Constat 2
Constat 3
Constat 4
Constat 5
Constat 6
Constat 7
Constat 8

CONCLUSIONS: LES PRINCIPALES PROPOSITIONS

Considrer la sant des jeunes de laP.J.J.comme u n
des axes prioritaires d'intervention
Prendre la mesure des diffrences entre les garçons et les filles
Travailler avec les parents
À propos de la consommation des produits psychoactifs
À propos de la violence subie
À propos de la tentative de suicide

AXES DE RECHERCHES FUTURES

Les analyses complmentaires des donnes disponibles
L'enquête de la P.J.J.
L'enquête de laP.J.J. l'Unit 472et d'autres enquêtes effectues par
Des recherches complmentaires

ANNEXES

ANNEXE 1

La parole des jeunes

ANNEXE 2
Leconseil scientifique

ANNEXE 3

Tableaux 1 52

56
56
57
59

61
62
63
64
65
66
67
68

69

71
73
74
75
76
77

79

81
81
83
84

85

87

89

91

93

95

97

La documentation Française : "Adolescents \(14-21 ans\) de la protection judiciaire de la jeunesse et \(leur\) sant : 1998 : enquête pidmiologique effectue l'initiative de la Direction
de la protection judiciaire de la jeunesse et finance par la Mission interministrielnortetc l tu eedr al ed ehcrehcealicd m e,nItstitun taoianl de la sant etal eord eugl tetoa coxinima/ e
INSERM, Unit 472 ; Marie Choquet, Sylvie Ledoux, Christine Hassler, \(et al.\)."

Remerciements

À la Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse et notamment
la Sous-direction Affaires des Financires Administratives et

Aux directeurs rgionaux et dpartementaux

Aux personnels de laP.J.J.ettous ceux qui ont prêtleur concours
la passation

Aux parents des jeunes

et aux

adolescents

La documentation Française : "Adolescents \(14-21 ans\) de la protection judiciaire de la jeunesse et \(leur\) sant : 1998 : enquête pidmiologique effectue l'initiative de la Direction
de la protection judiciaire de la jeunesse et finance par la Mission interministrieledl tuet eamocixot al te eguro dlae tron c aasedl an ltaoiut nstit/ Innie r ce ealted tn ale,diche mherc
INSERM, Unit 472 ; Marie Choquet, Sylvie Ledoux, Christine Hassler, \(et al.\)."

INTRODUCTION

La documentation Française : "Adolescents \(14-21 ans\) de la protection judiciaire de la jeunesse et \(leur\) sant : 1998 : enquête pidmiologique effectue l'initiative de la Direction
de la protection judiciaire de la jeunesse et finance par la Mission interministrieled eultt eochcre aeredl e t, calemdiche rdgoeue tnerl aicomaniet la tox tutitanI / itsn slatanalone d
INSERM, Unit 472 ; Marie Choquet, Sylvie Ledoux, Christine Hassler, \(et al.\)."