24 pages
Français

Allo Police n°561 - du lundi 19 Octobre 2020

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Allo Police n°561 - du lundi 19 Octobre 2020

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 octobre 2020
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo
EN TOUTE FRANCHISE
Par Koné Sibirinan
Restons lucides !
est un fait têtu. Depuis l’avènement du multipartisme dans notre pays, les élec-tions ont toujours rimé avec violence et smoienuCœsxmttferè.reeC,rèeainaiedrenpromcde-oméduejelisnuv,risiouononsmiaoupesrmorts d’hommes. Comme si le scrutin était l’occasion d’éliminer physiquement pérer vivre cratique est insensé et condamnable.
Et pour cause, on va de frustrations en frustrations, de vengeance en vengeance et on s’éloigne de la paix et de la réconciliation après chaque fin de règne d’un président de la République. Les exemples sont légion.
On a beau retenir une meilleure gestion du pouvoir d’Etat du père fondateur feu Félix Houphouët-Boigny, artisan de la paix, après son règne, une bonne frange de la popula-tion se sentait frustrée et abandonnée sur le chemin du développement. Henri Konan Bédié, son successeur a pris le relais. Suite à un boycott actif de l’opposition, il est élu. Il a géré comme il pouvait, mais cela s’est soldé par un coup de force. Même si c’était ‘’sans effusion de sang’’, la suite n’a pas pu rassembler davantage les Ivoiriens. Pis, la division a été plus visible.
Feu Robert Guéi, ex-chef d’état-major des armées censé corriger la gestion de Bédié au travers d’une transition, n’a finalement pas pu mieux faire. La suite a été plutôt sanglante. Les Ivoiriens se sont encore plus éloignés et la haine a malheureusement eu droit de cité. Laurent Gbagbo qui a été élu à l’issue de la présidentielle de 2000 dans des conditions ‘’calamiteuses’’, a tenté de réconcilier les Ivoiriens en organisant le forum pour la Réconcilia-tion.
Dommage que cette tentative de réconciliation accouche d’une souris. Et la division demeure flagrante entre les Ivoiriens. Par la suite, une rébellion va naitre pour censer lui arracher le pouvoir et « améliorer» la gestion du pou-voir d’Etat. Résultat, les frustrations et la rancune mon-tent chez une frange de la population.
Les élections de 2010 qui devraient permettre d’enterrer, une fois pour toutes, la hache de guerre ont produit l’effet contraire. OUATTARA Alassane est officiellement déclaré vainqueur. Ce que conteste le camp GBAGBO. L’ancien pré-sident du FPI et Blé GOUDE sont transférés à la HAYE à la Cour Pénale Internationale pour crime de guerre. Au bout de plusieurs années de procès, ils sont déclarés non cou-pables. Curieusement le climat devient encore plus tendu. Pis, on entend parler de « match retour » de la violence.
Je touche du bois, s’il survenait une autre crise, aucun camp ne gagnerait. Parce qu’aucun parti ne peut gouver-ner en paix sans associer les autres et vice versa.
A quelques jours de la présidentielle qui se profile et qui fait l’objet de mésententes entre parti au pouvoir et op-position, je souhaiterais passer ce message.
Ayons à l’esprit l’intérêt supérieur de la nation. Les hommes passent, la nation demeure. Qui dit nation dit peuple et communautés vivant en harmonie dans le même pays.
Election ou pas le 31 octobre, il faut éviter la guerre, la violence avec son voisinage, ses amis, ses collègues, sa famille…
Il y a une vie après les élections, évitez de tuer ou de se faire tuer pour un homme politique. Il n’est pas évident que demain, celui pour qui tu as tué ou tu t’es fait tuer soit reconnaissant. Et là tu seras face à ton destin. Face au tribunal des hommes et celui de Dieu. Chacun paiera pour ce qu’il a fait. Tôt ou tard.
Comme quoi, les Ivoiriens ont véritablement besoin de se parler sous l’arbre à palabre. Cela dit, tous les exilés doi-vent rentrer. Se dire toutes les vérités, se pardonner en-suite afin de pouvoir se réconcilier véritablement. Une sorte de tribunal où les leaders politiques viendront tous régler une bonne fois pour toutes leurs contentieux.
Une sélection de Leila Mandé ATIÈRE RÉE EN M ENT
La résidence d’Affi N’Guessan incendiée
BONGOUANOU. La ville de Bongouanou a connu une journée mouvementée le samedi 17 octobre dernier. La tension était déjà montée la veille après qu’un car de transport se soit ren-versé dans un ravin à cause des troncs d’arbres déposés par des manifestants de la désobéissance civile. Nos sources ont signalé des affrontements entre communautés autochtones et allogènes ayant occasionné des blessés. Des magasins et do-miciles auraient été incendiés. Dans cette veine, la résidence du président du FPI a été incendiée ainsi que d’autres infra-structures. Vivement que la paix revienne dans cette région !
Un car fait une sortie de route : 34 blessés !
DÉSOBÉISSANCE CIVILE OBLIGE. La circulation a été fortement perturbée sur l’axe Bongouanou-Arrah dans la nuit du jeudi 15 au 16 octobre vendredi dernier. Le chauffeur d’un car, surpris par un tronc d’arbre déposé en travers de la route a perdu le contrôle de son véhicule qui s’est retrouvé dans un ravin avec ses passagers. Résultat: 34 blessés (23 hommes, 11femmes) dont des cas graves.
Une remorque percute un car: Des morts !
Tiassalé. Un grave accident de la circulation est survenu dans l’après-midi du dimanche 11 octo-bre 2020 à l’entrée de Tiassalé dans la région du Loh-Djiboua. Selon nos sources, un car de la compagnie ivoirienne UTB aurait été percuté vio-lemment côté chauffeur par une remorque de 20 tonnes. Résultat : un mort sur le coup et 42 bles-sés. Nos sources nous précisent qu’une femme enceinte aurait accouché de prématurés.
Une fille violée et tuée dans la broussaille
BINGERVILLE. La commune de Bingerville a été le théâtre d’un crime crapuleux dans la matinée du mardi dernier. Une jeune fille a connu une mort atroce. Selon les premières informations, son corps sans vie et nu, a été retrouvé dans la broussaille au quartier Savane. Tous les indices montrent qu’il s’agit d’un viol suivi d’un meurtre. Seule une autopsie pourra nous en dire davantage sur ce crime.
6kg de cannabis saisis dans un car
AXE DUEKOUÉ-DALOA. La police de lutte contre la drogue et stupéfiants a fait une belle prise le mercredi 14 octobre dernier sur l'axe Daloa-Duékoué. Six blocs de cannabis ont été saisis dans un véhicule de transport en commun. Le colis était bien dissimulé dans une valise en direction de Duékoué. Peut-être que la mèche a été vendue par un collaborateur du dealer. Une chose est sûre, alertée, la police a fouillé minutieusement le car pour tomber sur le colis encombrant.
La police abat deux bandits
YAMOUSSOUKRO. Fin de parcours pour deux dangereux individus qui attaquaient à la machette les populations de Yamoussou-kro. En effet, le jeudi 15 octobre 2020, aux environs de 15 heures, les éléments de la Police ont mis fin au parcours de deux bandits de grand chemin qui circulaient à moto dans les quartiers de Yamoussoukro, munis d’une machette. Cependant, il faut noter que les éléments de la police ont mis fin aux actes de ces bandits suite à une enquête entamée après l’agression d’une dame. La victime ayant bien évidemment porté plainte pour agression par des inconnus se déplaçant à moto. Rapide-ment partie sur le terrain, la police a neutralisé les malfrats.
Les gendarmes frappent, deux coupeurs de route tombent !
BOUAKÉ. C’est un véritable soulagement pour les usagers de l’axe Bouaké-Katiola. Les coupeurs de route qui leur donnaient des sueurs froides sont tombés. L’escadron de gendarmerie de Bouaké avec le Groupement de la sécurité Présidentielle (Gspr) vient de réaliser un beau coup de filet. C’est à Bamoro, localité située sur l’axe routier Bouaké-Katiola que les forces de l’ordre ont réussi à mettre hors d’état de nuire ces bandits qui écu-maient les villes et villages de la région du Gbêkê. Cinq bandits venaient de dépouiller des honnêtes citoyens qui passaient leur chemin. Ils ont également braqué deux motos appartenant à des commerçants avant de leur arracher leurs téléphones cel-lulaires et de l’argent. Alertés, les gendarmes sont venus à leurs trousses. Deux ont pu être abattus, les autres ont pris leurs jambes à leur cou.
ALLO POLICE ! EST UNE PUBLICATION DE GO MEDIA,Sarl au capital de 5.000.000 de F. CFADirecteur de Publication et gérant :Zohoré Lassane •Rédacteur en Chef :Koné Sibirinan (49 57 58 18) Secrétaire de rédaction :Olivier Valère (49 81 60 55)• Responsable commerciale :Gohourou Alain Pièrre (07 37 60 26)Siège social :Koumassi Remblais non loin de ISTCO Colombe lot 1619 ilot : 109.Tél :21 56 47 20 / 21 36 03 54 •Fax :21 56 51 69 •Adresse :10 B.P. 399 Abidjan 10 Dépôt Légal : 8905 du 14 juillet 2009 • Impression :SNPECI •Distribution :Edipresse : 20 37 18 60 / 20 37 17 67 •Recépissé n° 20/Ddu 09 juillet 2009 du Procureur de la République.Toute copie, même partielle de cette publication est formellement interdite sous peine de poursuite judiciaire.
8.810 EXEMPLAIRES
2 •ALLO POLICE ! N°561du 19 au 25 octobre 2020