Allo Police n°548 - du lundi 20 au dimanche 26 Juillet 2020

-

Français
24 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Allo Police n°548 - du lundi 20 au dimanche 26 Juillet 2020

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 juillet 2020
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo
Signaler un problème
EN TOUTE FRANCHISE
Par Koné Sibirinan Pollution et Covid19, le duo mortel !
est une lapalissade. La pollution de l’atmosphère est source de pro-C’ blèmes de santé dans le monde. Au-trement dit, plus le pays est pollué, plus ses populations sont exposées à des maladies qui vont les tuer. Avant la pandémie de coronavirus, la pollution faisait déjà assez de morts. Selon le rapport State of Global Air/2019, la pollution de l'air constituait la cinquième grande cause de mortalité en 2017. Et était à l'origine d'en-viron cinq millions de décès dans le monde, soit un décès sur dix. Pis, les victimes de la mauvaise qualité de l'air sont plus nombreuses que celles des accidents de la circulation ou du paludisme.
Quand le coronavirus a pointé son nez, le confine-ment des populations de plusieurs pays européens, américains et asiatiques, a été l’une des ripostes im-médiates. Ce qui a fortement limité l’activité écono-mique et l’émission des gaz à effets de serre. Les usines ne tournant (presque) plus, on a assisté à un recul des niveaux de polluants atmosphériques. Et le ciel est redevenu relativement bleu dans la plupart des pays touchés par cette pandémie avec la qualité de l’air améliorée.
En revanche, on a constaté que les pays où la pollu-tion est beaucoup importante, les habitants y mou-raient plus de la Covid-19. La raison ? Le virus se propage et tue plus facilement les habitants de ces pays. Par exemple, le nord de l’Italie, la région de Wuhan en Chine, l’Inde… zones réputées pour leur pollution exacerbée due à une activité industrielle et la circulation automobile très intenses. Endroits où la concentration de dioxyde de carbone (CO2) est plus élevée. Dans ces zones très polluées, les populations respirent des particules (PM 2,5) très fines mais très dangereuses pour les poumons. Elles sont capables de pénétrer profondément dans les poumons et de se mêler à la circulation sanguine. Ces particules ont un diamètre inférieur à 2,5 microns, soit environ un tren-tième de la largeur d'un cheveu humain. L'exposition aux PM2,5 peut provoquer des maladies mortelles telles que le cancer du poumon, les accidents vascu-laires cérébraux et les affections cardiaques. Les par-ticules proviennent le plus souvent de la combustion de combustibles fossiles comme le charbon ou le pé-trole et de la biomasse solide (bois, charbon de bois, résidus de culture).
Il faut comprendre pourquoi, presque tous les ma-lades de la Covid-19 font ces symptômes-là avant de rendre l’âme. Autrement dit, la pollution et la Covid-19 sont un duo mortel pour les populations. Quand l’air est pollué, on tousse beaucoup. C’est en toussant qu’on propage la Covid-19.
On sait aussi que les personnes souffrant de maladies chroniques préexistantes (pathologies cardiaques, diabète, affections pulmonaires chroniques non asth-matiques et maladies rénales chroniques) constituent la majorité des personnes hospitalisées en raison de la Covid-19. Or, la pollution atmosphérique est un fac-teur de risque pour toutes ces maladies. Parce que fragilisant l’immunité, elle contribue également à la gravité de l'infection.
Raison de plus pour les gouvernants qui ont procédé au déconfinement de mettre l’accent sur l’utilisation des énergies propres (bio et écolo) dans le transport et l’industrie. Il faut tout faire pour réduire la pollu-tion en interdisant à la circulation, par exemple, les véhicules fumants. Ou encore instaurer l’amende « pollueur payeur ».
Il faut aussi réduire les cultures sur brûlis et l’utili-sation des pesticides, herbicides dans l’agriculture. Les remplacer par de nouvelles techniques plus éco-logiques et plus productives.
C’est à ce prix que l’après Covid-19 nous sera vital.
Une sélection de Leila Mandé EN MATIÈRE ENTRÉE
Un conteneur écrase deux taxis
ADJAME. Deux taxis compteurs ont été écrasés, à Adjamé, près de la mosquée dans un accident de la circulation impliquant un long véhicule à conteneur, le 17 juillet dernier. Le conteneur du véhicule est tombé sur les deux taxis en circulation sur le bou-levard Nangui Abrogoua avec leurs passagers. Selon un témoin, le conducteur du conteneur a perdu le contrôle de son engin lors de la manœuvre en vue du déchargement de sa cargaison. “Compte tenu de l’étroitesse de la voie, le conteneur n’a pas pu rentrer au lieu du déchargement car il était trop grand pour cette voirie. C’est là que le conducteur a pris la responsabilité de faire une marche arrière et c’est en ce comment que l’accident s’est produit », raconte-t-il.
Le village artisanal ravagé par un incendie GRAND-BASSAM. Dans la nuit du 16 au 17 juillet dernier, le marché artisanal de Grand-Bassam a été ravagé par un incendie qui a rasé 17 ateliers, sans causer de perte en vies humaines, selon un bilan provisoire. L’incendie qui s’est déclenché aux environs de minuit a pratiquement tout détruit à part quelques meubles que les artisans alertés ont pu sauver des flammes avec l’aide des sapeurs pompiers civils.
Un hôpital cambriolé
BONOUA. Le laboratoire d’analyse médicale de l’hôpital général de Bonoua a été l’objet d’un cambriolage, dans la nuit du 16 au 17 juillet dernier, au cours duquel deux microscopes ont été em-portés. Le forfait a été constaté le lendemain. Une échancrure faite dans une des fenêtres du laboratoire révèle l’effraction ayant permis l’accès aux salles du laboratoire. Le cambriolage a eu lieu après 2 h du matin, heure à laquelle le technicien de la-boratoire et la caissière ont reçu le dernier client. La police a procédé au constat d’usage et ouvert une enquête.
Un véhicule personnel percute cinq enfants
NIAKARA.Un véhicule personnel, en partance pour Korhogo, a fini sa course dans une poissonnerie, blessant cinq enfants, à Kana-wolo, village carrefour au Nord de Niakara, le 8 juillet dernier. Les cinq enfants ont été vraisemblablement surpris par le véhi-cule. Une fillette est à ce jour dans le coma au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Bouaké.
17 millions emportés dans un braquage PLATEAU. Un individu a été dépouillé de 17 millions de FCFA, dans un braquage perpétré devant une agence d’Ecobank d’Abidjan-Plateau, le 16 juillet dernier. Selon le témoignage des badauds, qui travaillent sur le chantier d’un hôtel en construction en face de l’établissement bancaire, les braqueurs, au nombre de quatre, sont arrivés sur deux motos, à hauteur de la victime quand il descendait de sa voiture. Ils lui ont arraché le sac contenant la somme et pour couvrir leur fuite, ils ont tiré des coups de feu en l’air que tous les riverains proches ont entendus.
Un car de transport déverse ses passagers sur la chaussée
NIAKARA. Un véhicule de transport interurbain, en provenance de la ville de Korhogo, 14 juillet dernier, s’est accidentellement renversé près de Niakara, faisant plusieurs victimes dont un décès. Le véhicule, appartenant à une compagnie de transport, assurant la liaison Korhogo-Abidjan, a terminé sa course sur le bas côté, dans un champ de coton. Selon plusieurs témoignages l’excès de vitesse, aggravé par la fine pluie de ce jour qui rendait la chaussée particulièrement glissante, serait à l’origine de cet accident. Ce sinistre a coûté la vie à un passage.
Un candidat au Bepc pris avec des gris-gris
GUIGLO. Le 08 juillet dernier, un candidat au Bepc s’est présenté dans le centre d’examen, habillé d’un débardeur traditionnel frappé de cauris et de gris- gris. L’élève s’est présenté dans le centre 2 du Lycée moderne de Guiglo à 8 H et a exigé du secré-tariat de le faire composer séance tenante. Invité à aller retirer sa tenue avant de revenir composer, le candidat s’est violemment opposé, menaçant ses interlocuteurs jusqu’à ce que les forces de l’ordre viennent le sortir du centre.
ALLO POLICE ! EST UNE PUBLICATION DE GO MEDIA,Sarl au capital de 5.000.000 de F. CFADirecteur de Publication et gérant :Zohoré Lassane •Rédacteur en Chef :Koné Sibirinan (49 57 58 18) Secrétaire de rédaction :Olivier Valère (49 81 60 55)• Responsable commerciale :Gohourou Alain Pièrre (07 37 60 26)Siège social :Koumassi Remblais non loin de ISTCO Colombe lot 1619 ilot : 109.Tél :21 56 47 20 / 21 36 03 54 •Fax :21 56 51 69 •Adresse :10 B.P. 399 Abidjan 10 Dépôt Légal : 8905 du 14 juillet 2009 • Impression :SNPECI •Distribution :Edipresse : 20 37 18 60 / 20 37 17 67 •Recépissé n° 20/Ddu 09 juillet 2009 du Procureur de la République.Toute copie, même partielle de cette publication est formellement interdite sous peine de poursuite judiciaire.
8.810 EXEMPLAIRES
2 •ALLO POLICE ! N°548du 20 au 26 juillet 2020